Virage cybersoviétique au Canada

L’Etat canadien entend imposer aux fournisseurs d’accès de surveiller les internautes. Pour faire taire les détracteurs, Ottawa prétend qu’il s’agit d’une « Loi sur la protection des enfants contre les cyberprédateurs » (titre abrégé). Qui voudrait s’opposer à une loi apparemment si vertueuse ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Virage cybersoviétique au Canada

Publié le 26 février 2012
- A +

L’État canadien entend imposer aux fournisseurs d’accès de surveiller les internautes. Pour faire taire les détracteurs, Ottawa prétend qu’il s’agit d’une « Loi sur la protection des enfants contre les cyberprédateurs » (titre abrégé). Qui voudrait s’opposer à une loi apparemment si vertueuse ?

Par Nathalie Elgrably-Lévy depuis Montréal (Québec)
Article publié en collaboration avec l’Institut Économique de Montréal.
La version anglaise de l’hymne national canadien contient un vers qui m’a toujours plu : « Our land glorious and free » (notre terre glorieuse et libre). Malheureusement, peut-être faudra-t-il le modifier prochainement, car si le projet de loi C-30 est adopté, nous nous sentirons nettement moins libres.

Cette loi obligerait les entreprises de télécommunications à installer des systèmes de surveillance électronique destinés à intercepter et à enregistrer les communications, ainsi qu’à fournir à la police, aux services secrets et au Bureau de la concurrence des renseignements sur leurs abonnés : nom, adresse, numéro de téléphone, adresse courriel, et numéro de protocole Internet. Les fournisseurs de services Internet deviendront donc, malgré eux, des professionnels de l’espionnage au service de Big Brother.

Pour faire taire les détracteurs, Ottawa prétend qu’il s’agit d’une « Loi sur la protection des enfants contre les cyberprédateurs » (titre abrégé). Qui voudrait s’opposer à une loi apparemment si vertueuse ?

Cependant, il ne s’agit là que d’un abus de langage perfide. Les termes pédophile, pornographie juvénile ou cyberprédateur n’apparaissent nulle part dans le texte. Plutôt curieux pour une loi contre l’exploitation sexuelle des mineurs, non ? Quant au Bureau de la concurrence, depuis quand traque-t-il les pédophiles ? En fait, si Ottawa fait appel à un argument aussi émotif, c’est pour occulter qu’il s’agit réellement d’une « Loi sur les enquêtes visant les communications électroniques criminelles et leur prévention » (titre complet). Ce sont donc les communications de toutes sortes qui pourront faire l’objet de surveillance.

Ottawa affirme que les informations visées respectent notre vie privée, qu’elles s’apparentent à celles disponibles dans un annuaire téléphonique. Peut-être ! Mais quand on les croise avec d’autres données, elles peuvent révéler les sites que nous visitons, les textes que nous lisons et les vidéos que nous visionnons pour finalement dresser notre profil et assurer notre traçabilité.

Qu’importe, le citoyen honnête n’a rien à craindre, n’est-ce pas ? Pas nécessairement. La loi énonce que les autorités peuvent exiger des informations à des fins de « prévention ». Elles pourront donc ratisser large et exiger des informations sur un individu sans que celui-ci soit soupçonné d’activités criminelles et sans qu’il fasse l’objet d’une enquête. Vous faites une recherche sur l’uranium ou sur l’agent orange ? Attention, vous pourriez être considéré comme un terroriste potentiel et faire l’objet d’une cyberfilature. Ne nous leurrons pas : si cette loi est adoptée, nous craindrons constamment que nos recherches sur Internet soient mal interprétées.

Cette situation rappelle l’époque soviétique où, sous prétexte d’identifier les ennemis de l’État, le Kremlin épiait les faits et gestes de citoyens, sans oublier leurs paroles. Personne n’osait parler, pas même dans l’intimité des foyers, car tout le monde craignait d’être sur écoute.

Aujourd’hui, c’est Internet que les gouvernements veulent contrôler, et Ottawa a choisi de se cacher derrière le prétexte des cyberprédateurs pour s’octroyer le droit de fouiner dans nos affaires.

Le projet de loi C-30 est le début de la cybersoviétisation. S’il est adopté, aucun retour en arrière ne sera possible. Les libertés perdues le sont à jamais. Soyons-en conscients !

—-
Sur le web
Ce texte a été publié dans le Journal de Montréal et dans le Journal de Québec le 23 février 2012.

Voir aussi tous les articles de Contrepoints sur le sujet

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Très intéressant… j’espère que ça ne donnera pas d’idées aux politiciens français…

    Quand devrait être votée cette loi ?
    Qu’en pensent les canadiens ?

    • Je crois que c’est plutôt l’Europe qui a inspiré le Canada: la directive sur la conservation des données y a déjà été votée en 2006.

      Outre les informations sur les abonnés, les ISP doivent conserver (de mémoire) les sites visités et les expéditeurs et destinataires de chaque mail. Ca concerne aussi les opérateurs mobiles qui doivent stocker les informations de chaque appel: qui appelle qui, pendant combien de temps et où se trouvent les correspondants (antenne la plus proche). De quoi avoir une idée extrêmement précise des intérêts et du réseau social de chaque individu!

      Le débat actuel à la Commission ne se situe pas tellement au niveau de la pertinence de la directive (bien que quelques pays la contestent) mais plutôt de déterminer qui paie les frais de stockage et dans quelle direction étendre la collecte généralisée des données…

  • Les anciens du KGB s’installent au Canada ? Pauvre Canada…

  • C’est une atteinte pure et simple à nos libertés.

  • L’internet fait trembler les gouvernements, surtout les Etats…et tous ceux qui en profitent ! La crise est bien celle des « états providences » ! Aie !
    l’URSS n’est pas morte, voir le livre de Vladimir Boukowski « L’union Européenne un nouvelle URSS » vs UERSS !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
couverture de Red Mirror  L'avenir s'écrit en Chine
1
Sauvegarder cet article

Lors de la parution française en avril 2021 de Red Mirror, essai assorti d'un reportage photographique original sur les rues chinoises, j'avais déjà souligné le sens profond de cet ouvrage d'un journaliste italien, Simone Pieranni, illustré par Gilles Sabrié, un photographe qui vit à Pékin.

Ces deux auteurs décrivent par le récit et par l'image la vie des gens ordinaires qui peuplent les mégalopoles chinoises. Ce sont les mêmes qui manifestent aujourd'hui en Chine contre le fol maintien d'un confinement assassin pour les malheureux hab... Poursuivre la lecture

Article disponible en vidéo ici.

Qu'est-il arrivé à Téléperformance ?

L’entreprise Téléperformance était connue pour sa santé de fer et ses performances boursières. Son cours a été multiplié par 10 000 % depuis son introduction en bourse, au point de la faire entrer au CAC40 en 2020.

L'entreprise emploie 420 000 personnes à travers le monde pour sous-traiter des services consommateurs distants, comme les centres d’appels pour le SAV ou la vente, ou encore le contrôle d’identité lors de l’inscription à une néobanque en ligne.

... Poursuivre la lecture

Cette rentrée est l’occasion pour le département de la Sarthe d’offrir un petit cadeau aux élèves de sixième : dans le cadre d’un programme dit « sport-santé », les jeunes collégiens reçoivent une montre connectée, du même type que celles que l’on peut trouver dans le commerce. Le président du Conseil départemental, Dominique Le Mèner explique :

« Avec cette période de covid, on a constaté qu'il y avait une diminution de l'activité physique, mais j'allais dire plus largement, le problème de la prévention et de la santé n'est pas suffis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles