La Grèce et sa petite odeur de brûlé

La Grèce aurait dû faire défaut depuis longtemps.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La Grèce et sa petite odeur de brûlé

Publié le 21 février 2012
- A +

La crise aura mis plusieurs années à s’installer et à pénétrer les cœurs et les habitudes, mais c’est bon : à présent, les pièces d’artillerie se mettent en place, les généraux comptent leurs troupes et révisent leurs stratégies. La bataille sera âpre et sans merci. Et alors que, en France comme ailleurs, on devrait tout faire pour apaiser les dissensions, les politiciens au contraire, en bons roublards avant tout intéressés par leurs petites affaires, attisent les soucis et jettent de l’huile sur le feu par gros bidons non consignés.

Bien sûr, dans les médias, on avance avec la plus grande précaution sur le terrain glissant de l’anathème. Mais même avec ces pas de loup, l’ambiance générale ne fait aucun doute : le torchon brûle franchement entre les peuples et l’attitude des politiciens ne fait rien pour adoucir le constat.

En fait, pour eux, c’est même du pain béni ! Les tribuns ne se révèlent jamais aussi bons que lorsque les tensions croissent et la situation s’aggrave. Après tout, la politique est la méthode la plus efficace pour dépouiller les individus de leur parcelle de pouvoir afin de toutes les concentrer dans les mains d’un leader, au prétexte que c’est le seul capable d’apporter la paix et la sécurité. On comprend alors qu’une situation quasi-insurrectionnelle profite directement à ceux des plus roublards qui sont prêts à attiser les rancœurs.

Évidemment, avec la situation grecque, c’est plus qu’un chemin possible pour tous ces démagogues avides de pouvoir : c’est une véritable autoroute balisée par la peur de lendemains qui ne chantent absolument pas. Les coupables sont largement connus.

Certes, on tourne autour du pot avec des circonlocutions plus ou moins transparentes et on évitera les mots « apatrides » et « cosmopolites », trop teintés. Mais comme jadis, les méchants banquiers sont de la partie. Et si ces derniers sont coupables, c’est avant tout parce qu’ils ont honteusement profité de la mondialisation, elle même turbo-libérale.

On pourra lire les fines analyses économiques de Mamie Joly, qui a tout compris à la situation et n’hésite donc pas à désigner les coupables : ici, c’est donc l’ultralibéralisme du FMI, une institution d’état, payée par des états, remplie de fonctionnaires étatiques internationaux, qui distribue de l’argent des contribuables dans un interventionnisme massif dans l’économie d’un pays. Effectivement, on peut parler de turbo-libéralisme au bulldozer.

Et comme jadis, la « solution » de court terme consiste bien évidemment à faire appel à la Démocratie, celle du peuple qui ne ment jamais, à sabrer la dette sans attendre, et, bien sûr et avant tout, à encourager de la bonne grosse révolte populaire, avec distribution de claques.

Mais en attendant, il va falloir subir les méchants turbo-libéraux qui imposent tous les jours des solutions iniques au Peuple Grec qui souffre.

On nous avait pourtant conté, il n’y a pas si longtemps, que l’Euro, C’est La Paix.

L'Euro c'est la paix

Pourtant, à voir les vieilles querelles qui ressortent entre certains pays partageant tous les deux la même monnaie, on pourrait en douter. À la barre de ce nouveau mouvement visant à rappeler lourdement les réparations de guerre que l’Allemagne devrait à la Grèce, on ne sera pas étonné de trouver un Daniel Cohn-Bendit particulièrement en forme. Daniel, comme Eva, comme Marine, comme tant d’autres finalement, ont tous pris le parti de remuer le couteau dans la plaie grecque.

Pourtant, cette plaie, tout le monde l’a voulue.

Les politiciens, bien sûr, qui ont absolument tout fait pour accroître l’emprise des institutions européenne sur la vie des citoyens, quitte à faire revoter un peuple récalcitrant.

Les Grecs, bien sûr, qui ont absolument tout fait pour intégrer la zone Euro : c’était pour eux l’assurance de pouvoir continuer à emprunter et continuer à s’endetter, de plus en plus, en bénéficiant de taux plancher assurés par une Allemagne généreuse.

Les peuples de tous les pays, qui ont tranquillement voté, régulièrement, pour toutes ces sociales-démocraties massivement basées sur la dette et la collectivisation des systèmes de santé et de retraite.

Et les voilà tous, coincés entre le marteau et l’enclume, à tempêter sur l’âpreté de la vie qui refuse de se plier à leurs contingences. Le marteau, c’est l’absolue panique qui s’empare de tout le monde lorsqu’on évoque une sortie de la Grèce de l’Euro et/ou de l’Europe, et l’enclume, le principe de réalité, le mur compact de ce qu’on ne peut pas éviter indéfiniment.

En fait, la faillite de l’État Grec, c’est l’illustration parfaite de la faillite de la pensée dominante en Europe.

C’est la faillite du keynésianisme qui honnit l’épargne, qui adule l’inflation, qui aime la bonne bidouille monétaire, qui trépigne de joie lorsque les politiciens interviennent dans l’économie, et qui s’accommode si mal des budgets en excédent. Ce keynésianisme, aucun des pays dans la tourmente, France comprise, n’y a échappé, et aucun ne s’est gêné pour accumuler les déficits et les dérives budgétaires.

C’est la faillite du socialisme qui prétend répartir les richesses lorsqu’il se contente de les piller, qui n’a comme solution que la taxe, l’impôt, l’accise, la ponction, le prélèvement, l’amende ou la redevance. Ce socialisme là, déguisé de tous les noms, de toutes les colorations chamarrées d’un spectre politique complètement artificiel, les peuples européens, dont la France, en ont largement goûté avec le bonheur qu’on devine.

C’est la faillite de son corollaire, le capitalisme de connivence, des amis des puissants, de leurs financiers, de leurs avocats fiscalistes et la faillite de ceux qui, par facilité, par cupidité et court-termisme ont poussé à la roue du socialisme pour leur intérêt personnel bien compris. Cette faillite là prendra encore du temps, mais ils n’y couperont pas.

C’est la faillite complète du Tout État, dans lequel la Grèce s’est vautrée avec délice et dans lequel la France a fait plus que prendre un bon bain prolongé et dont elle refuse obstinément de sortir, alors que l’eau s’est retirée et qu’on découvre que les baigneurs sont à poil.

C’est la faillite flamboyante et explosive de la solidarité, qui, pendant tout ce siècle, se sera fait fort d’écrabouiller la charité, de la reléguer dans une arrière boutique sombre, pour lui substituer un produit packagé par les gens de l’État, chimiquement pur de toute influence religieuse, humaniste ou intellectuelle.

Tout comme la faillite de l’URSS et la chute du rideau de fer avait plongé les dinosaures du communisme dans la plus grande stupeur, au point de les jeter vers un écologisme totalitaire, la faillite de la Grèce, puis de l’Euro, puis de l’Europe plonge dans la même hébétude tous ces parasites, de Mélenchon à Le Pen en passant par Sarkozy, Bayrou et Hollande.

Mais comme on peut déjà le constater, les politiciens ne lâcheront pas l’affaire si facilement et si tenir quelques mois, quelques années de plus peut se faire, quitte à ce que ce soit sur le dos de tout un peuple et au prix de quelques mensonges supplémentaires, ils n’hésitent pas : bien qu’on ait injecté des centaines de milliards d’euros dans une économie en dépression et ce, en pure perte, ils continuent à prétendre qu’il faut sauver le pays. La méthode n’a absolument pas marché, mais puisqu’il faut tenir jusqu’au prochaines élections, on en remet une couche !

Il n’y a plus maintenant aucun doute : La Grèce quittera l’Euro, et peut-être l’Europe. Ses problèmes ne seront pas résolus pour autant et elle devra, pour s’en sortir, commencer par remettre à plat l’intégralité de son système social, en finir une fois pour toute avec ses lunes collectivistes.

Mais même si ce moment sera très dur, la sortie, au bout du tunnel, existe. Après tout, les pays de l’Europe de l’Est, après la chute du Mur, ont prouvé qu’on peut sortir du socialisme et se relever.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Contrepoints est-il disponible en version papier ? Est-ce envisagé ?

  • Très bon article ! Habituellement je commente, mais là je prends la plume pour féliciter, car tout est dit.
    Un acquis social financé par un dette, ce n’est pas un acquis social mais juste une dette.

  • Ouaip, pas convaincant ton article.
    Tu critiques une Europe dite libérale qui en fait est une machine proche du socialisme. Puis tu critiques le communisme. Puis enfin tu dis que les pauvres pays d’Europe de l’Est ont vu la fin du tunnel (ce qui est loin d’être vrai, regarde la Hongrie, par exemple). Mais si ces pays d’Europe de l’Est ont vu pendant un temps la fin du tunnel ne serait ce pas grâce à l’UE et à ces lendemains qui chantent?
    Ainsi c’est par le passage du communisme à la social démocratie que les lendemains chantent? j’ai du mal à comprendre.
    Et une fois de plus mis à part présenter les vialins gaucho comme des accapareurs de liberté, je ne vois pas vraiment de solutions présentés dans ton article. Tu critiques l’endettement, mais quid du problème de la monnaie elle même accaparée par une poignée de technocrates qui sont effectivement au service des banques (qui soit dit en passant, n’ont fait que ce qu’elles étaient autorisées à faire). La monnaie est, et tu me sembles suffisamment éclairé pour le savoir, de la dette et donc tant que tu ne changeras pas ce système, la génération qui a la première connue ce basculement se retrouve naturellement favorisée et fera payer aux générations suivantes ces ardoises.
    Ensuite ton passage du communisme au totalitarisme écologique digne d’un Bruckman (qui la ramène moins ces derniers temps d’ailleurs) est soit une provocation gratuite parce que tu n’aimes pas le principe qu’il y a une entité qui surpasse l’homme, à savoir dame nature, soit que les lunettes rouge de Dame Joly font monter la moutarde dans tes veines de petit taureau libéré du politiquement correcte?

    Bref je vais me faire taper dessus, et c’est normal vu que je m’exprime librement sur un journal libéral et étant moi même un horrible libertaire gauchiste ne croyant pas un mot de nos chers dirigeants et grands patrons. Mais plus je te lis moins je te comprends.

    Une dernière chose, le libéralise que tu sembles prôner n’est effectivement pas celui mis en place par nos dirigeants sous le nom de néolibéralisme. Le tien se veut émancipateur, le leur ne fait que libérer les monstres que l’Etat glouton a lui même fabriqués. Mais maintenant que ces monstres sont là, TU FAIS QUOI?

    • Qu’est donc la monnaie, si ce n’est pas une dette ?

    • Quel charabia inarticulé…

      Pour répondre en dix mots : la Grèce aurait du faire défaut et sortir de l’Euro.

      • Tu pourrais prendre le temps d’analyser qu’il y a effectivement des incohérences dans ton papelard. Je croyais que la raison et l’esprit critique devait commencer par analyser l’analyseur… apparemment la suffisance aura raison du citoyen libéré que tu sembles être.
        Je comprends mieux ce qui fait tourner la tête de nos représentants:
        une plèbe pour écouter et une répartie acerbe si l’on ose s’opposer… en fait le libéralisme n’a tout simplement pas encore réussi a nous libérer de l’orgueil.

  • Exceptionnel.
    Vous exprimez exactement ce que je pense, mais en bien mieux, synthétisé , rédigé, présenté.
    Malheureusement, si un politicien tout en critiquant comme vous le faites, présente aujourd’hui un programme libéral en France, il obtiendrait pas plus de 7-8% des votes, et je suis là… optimiste !!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La réforme des retraites soulève les passions et plus généralement, la situation actuelle amène des débats sur la meilleure façon de relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

Toutefois, plutôt que de rester dans la théorie, il est possible de s'intéresser à ce qui se pratique ailleurs et plus précisément chez nos voisins. La nouvelle étude de Contribuables Associés donne des pistes à travers quatre exemple étrangers.

 

Réformes des dépenses publiques en Allemagne, Pays-Bas et Suède

L’étude se concentre sur les dé... Poursuivre la lecture

On se souvient de la grave crise grecque en 2009. L'endettement du pays était devenu considérable et l’agence de notation Fitch avait abaissé sa note en dessous de A. C’était la première fois qu’une telle dégradation survenait dans un pays européen.

Il s’ensuivit une panique en Europe. La zone euro fut jetée dans la tourmente et le FMI, la BCE et la Commission européenne durent intervenir à trois reprises. On imposa à la Grèce des mesures drastiques qui conduisirent au pouvoir en 2015 le parti anti austérité d'Alexis Tsipras. Après six... Poursuivre la lecture

Macron présidentielles
3
Sauvegarder cet article

La démocratie n’a pas toutes les vertus qu’on lui prête habituellement ; encore convient-il de la définir avec précision, car « les mots sont traîtres et finissent par désigner des réalités bien différentes de celles qu’on leur avait auparavant assignées » Ainsi des dictatures ont-elles été appelées « républiques démocratiques ».

Au-delà de ces extrêmes la démocratie contemporaine se fourvoie de trois manières.

 

Les dérives de la démocratie

La première consiste à croire, comme le faisait Jean Baechler, que la démocr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles