Sarkozy : Changement de discours ou de politique ?

Le candidat Sarkozy tente de changer le discours, même si le changement est de pure apparence et à coup sûr de pure circonstance

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Présidentielles Nicolas Sarkozy a-t-il changé (Crédits : Sabine Nourrit/Aleps, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sarkozy : Changement de discours ou de politique ?

Publié le 21 février 2012
- A +

Le Président Sarkozy affiche un bilan en retrait par rapport aux promesses de rupture de 2007. Le candidat Sarkozy tente de changer le discours, même si le changement est de pure apparence et à coup sûr de pure circonstance. Doit-on rendre au candidat une confiance qui a été trahie par le Président ?

Par Jacques Garello

« Quand je vois tout ce qu’il reste à faire et que nous n’avons pas fait… » C’est le regret confessé par Nicolas Sarkozy en conclusion de l’interview qu’il a accordée au Figaro Magazine samedi dernier. C’est aussi à peu près en ces termes qu’il a répondu à Laurence Ferrari au cours de l’émission sur TF1 mercredi soir.

De fait, la réaction de tous ceux qui entendent le nouveau discours du Président, et notamment de ceux qui ont voté pour lui en 2007, est bien celle des espoirs déçus, d’un bilan en retrait par rapport aux promesses de rupture. Les 35 heures n’ont pas été supprimées, les impôts ont augmenté en nombre et en taux, l’échec scolaire et éducatif s’est aggravé, déficits, dettes et chômage se sont dramatiquement alourdis. Le Président s’abrite derrière deux arguments : d’une part, il y a eu la crise (mais elle appelait précisément une vraie rupture et non une pause), d’autre part, aux dires du Président, de vraies réformes ont été réalisées dans le domaine de l’université, des retraites, et des dépenses publiques. À mes yeux ces réformes sont illusoires.

Dans ces conditions, comment rendre au candidat une confiance qui a été trahie par le Président ?

Les crédules s’en tiendront au changement de discours. Il est apparent mais est-il si profond ?

D’autres s’interrogeront sur la probabilité que le changement de discours se prolonge après avril prochain en changement de politique.

Le changement de discours sur certains sujets ne fait aucun doute. J’ai salué la semaine dernière comme il convenait le projet d’accords de compétitivité emplois (ACE). J’ai perçu cependant dans l’interview du FigMag une nuance bizarre : ces accords « primer[ont] sur le contrat de travail individuel ». J’ai dit tout le bien que je pensais d’une refonte du système d’indemnisation des chômeurs et de la nécessité de leur donner une formation. Mais je ne vois pas pourquoi la liste des métiers où réinsérer les chômeurs serait définie par un « comité national » : n’existe-t-il pas un marché du travail ? Et je répète qu’aider les chômeurs c’est bien, mais lutter contre le chômage en supprimant le SMIC, en réformant la Sécurité Sociale, et en soumettant les syndicats au droit commun c’est mieux.  Le candidat désire « redonner la parole aux Français » et il souligne à juste titre la méfiance des citoyens à l’égard « des élites, des syndicats et des partis politiques » (grande tradition gaullienne). Il promet un premier referendum sur les chômeurs puis peut-être un second sur l’immigration. Mais ce dont on a besoin c’est plutôt d’une vraie démocratie directe, avec des referendums d’initiative populaire comme en Suisse et non pas des plébiscites (sans doute destinés à contourner un Sénat hostile).

Mais c’est surtout sur les questions sociétales que le discours a été le plus novateur. Le candidat refuse le mariage homosexuel et l’adoption qui irait de pair, et au passage il reconnaît dans le mariage « une institution sociale essentielle ». Il écarte une nouvelle législation sur l’euthanasie « contraire à notre conception de la dignité de l’être humain ». Enfin, et non le moindre, il n’hésite pas à confirmer son discours du Latran où il mettait en avant les racines judéo-chrétiennes de la France : « une réalité historique qu’il serait absurde de nier ». Voilà sans doute de quoi séduire l’électorat catholique, assez hésitant à ce jour.

Je dois malheureusement déplorer que sur d’autres sujets le discours n’ait pas changé. Le « modèle social français » est toujours la référence, et la question des retraites et de l’assurance maladie semble réglée une fois pour toutes. Le protectionnisme et la lutte contre les délocalisations sont toujours présentés comme des « boucliers ». Les banquiers ont abusé de la liberté de sorte qu’il faut réglementer leur activité – vieille lune socialiste. Enfin le périmètre de l’État n’est pas remis en cause, même si le nombre des fonctionnaires de l’administration centrale est appelé à diminuer. De la sorte, la baisse des dépenses publiques n’aura pas lieu d’être.

Après le discours, la politique. Peut-elle changer ?

Il faudrait tout d’abord ne pas tout ramener à la crise. Certes la Grèce et le sort de l’euro vont-ils occuper tous les dirigeants de l’Union à la fin du printemps, une fois l’élection passée.

Mais le futur Président ne doit pas perdre ses 100 jours comme il a perdu ses cinq ans.

Pour ce faire, il doit combler le vide de sa doctrine : croire aux bienfaits de la mondialisation, mettre fin au modèle social (monopoles de la Sécurité Sociale, fiscalité redistributive, logement social, statut de la fonction publique), réaliser des privatisations massives, libérer la concurrence scolaire.

Ainsi orienté vers le changement radical, vers la rupture promise et toujours attendue, le Président devra s’affranchir des forces et des hommes qui font régner la « tyrannie du statu quo », les syndicalistes, les groupes de pression, les conseillers, ministres et énarques qui lui inspirent aujourd’hui les quotidiennes mesures dirigistes et socialistes.

Mes propos vous paraîtront utopiques, et le changement politique hors de portée de tous les candidats actuels. Mais je suis sûr de deux choses : premièrement, sans changement de politique nous nous acheminons vers un scénario à la Grecque, et deuxièmement, à ce jour le candidat Sarkozy a au moins tenté de changer le discours, même si le changement est parfois de pure apparence et à coup sûr de pure circonstance.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Bon article, mais franchement curieux de qualifier de « novateur » les principes societaux les plus *conservateurs*, par definition — et ce, quelle que soit la valeur, negative ou positive, qu’on peut leur attribuer par ailleurs. De toutes facons, dans la bouche de Sarkozy, ce n’est ni novateur ni conservateur, ce n’est que demagogique a destination de l’electorat catholique traditionaliste, effet.

  • Monsieur Garello paraît être d’une étrange indulgence à l’égard du minuscule. Le minuscule doit céder la place, la lecture des discours lyriques de Guainot, la main posée sur le coeur, n’est que risible.

  • Le « nouveau » discours de Sarkozy disparaitra à la minute même où il sera réélu…

  • Le discours de Sarkosy n’est rien d’autre qu’un discours: des mots des mots des mots pour la majorite de cretins qui composent la France, encore capables de voter pour ce clown. Mais bon, c’est un moyen absolument sur pour la destruction complete et finale du pays. Ceci dit, avec l’autre clown, ce sera peut etre encore plus rapide.

    Vite mourrons, apres on pourra peut etre renaitre de nos cendres.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On attendait une rencontre sportive, on a droit à un numéro de cirque tragico-comique supervisé par le Qatar et ses différents soutiens. Entre les faux supporters qui défilent, les sponsors floués au dernier moment et un président de la Fifa qui joue grossièrement la carte de l’antiracisme woke pour répondre aux critiques adressées au Mondial dans le domaine des droits de l’Homme, le spectateur a droit à une suite de sketches en marge des matchs programmés.

🗣 “Today I feel Qatari. Today I feel Arab. Today I feel Af... Poursuivre la lecture

Un entretien avec Guillaume Kiefer, libéral au sein du parti Les Républicains.

Dans une récente tribune co-signée avec François-Xavier Bellamy et Julien Aubert, Bruno Retailleau inventorie le bilan des deux derniers présidents de droite : Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

 

Contrepoints : Cette tribune est-elle la démonstration que la droite est en train de se guérir de sa passion pour les hommes providentiels ?

Guillaume Kiefer : Tout d’abord, d’une certaine manière je pense que cet inventaire est salutaire ... Poursuivre la lecture

Par Maxime Lefebvre.

Il y a 14 ans, pendant que tous les regards se tournaient vers Pékin où s’ouvraient les 29e Jeux olympiques d’été de l’ère moderne, la guerre éclatait entre la Géorgie et la Russie. En jeu, les régions séparatistes pro-russes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, officiellement rattachées à la Géorgie.

Ce conflit présente de nombreuses similitudes avec celui qui sévit en Ukraine depuis le mois de février : une Russie de Poutine (qui, en 2008, était certes Premier ministre entre deux présidences, mais demeurait le ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles