Vers la sortie de la Grèce de la zone euro

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 750 Grèce virée

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vers la sortie de la Grèce de la zone euro

Publié le 18 février 2012
- A +

Alors qu’Athènes est en feu, les gouvernements européens demandent à la Grèce un nouvel effort de 325 millions d’euros, une manière déguisée de dire à ce pays que l’on ne souhaite pas lui prêter d’argent.

Par Charles Sannat

Depuis plusieurs jours les signes s’accumulent. L’Europe serait-elle en train de rédiger l’acte de décès de la participation de la Grèce à la monnaie unique ? C’est une question que l’on peut se poser tant depuis plusieurs jours tout semble être fait pour arriver à cette situation.

En effet tout le monde a en mémoire les événements des quinze derniers jours où il est demandé quotidiennement à la Grèce des efforts supplémentaires pour le déblocage d’une tranche d’aide massive de 130 milliards d’euros.

Alors qu’Athènes est en feu, les gouvernements européens (comprenez surtout l’Allemagne et la France) demandent désormais à la Grèce un nouvel effort de 325 millions d’euros. 325 millions d’euros versus 130 milliards d’euros ne sont qu’une manière déguisée de dire à ce pays que l’on ne souhaite pas lui prêter d’argent.

Un économiste allemand indiquait que, de toute façon, il fallait savoir prendre ses pertes car la Grèce était insolvable. Autant ne pas perdre 130 milliards d’euros dans l’aventure. Ceci, que ça plaise ou non, reste une évidence. La Grèce est en faillite, mais personne ne veut le reconnaître, sauf les Allemands.

Aujourd’hui c’est Hans-Werner Sinn, le Président de l’IFO, l’institut de conjoncture allemand, qui déclarait :

Il est dans l’intérêt des Grecs eux-mêmes de quitter la zone euro, car c’est à cette seule condition que le pays pourrait regagner en compétitivité et en prospérité. Il vaudrait mieux utiliser les 130 milliards d’euros du second plan de sauvetage pour aider la Grèce à recapitaliser son système bancaire pendant qu’elle réintroduirait son ancienne devise, la drachme.

Il semblerait que la situation se précise et qu’une sortie de l’euro de la Grèce soit désormais sérieusement envisagée.

Le problème, c’est notamment les banques françaises qui, sous l’amicale contrainte de nos gouvernements, ont acheté massivement des obligations grecques en particulier mais aussi portugaises, espagnoles ou italiennes.

Néanmoins comme vient de l’indiquer Hans-Werner Sinn, ce problème pourrait être réglé en utilisant le montant du plan d’aide de la Grèce pour sauver… encore une fois les banques.

La plus grande prudence notamment pour ceux positionnés sur les marchés financiers s’impose car les prochaines semaines pourraient s’avérer assez tumultueuses.

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • facebook_thierry.curty
    18 février 2012 at 9 h 11 min

    Je préconise ça depuis le début des problèmes. En fait, j’ai toujours pensé que la Grèce n’aurait pas dû entrer dans l’Eurozone.

    La Grèce n’a rien. Son bilan se limite à quelques touristes et un régime crétois. Quelques riches églises éparpillées partout, deux ou trois couvents…

    …On ne fait pas un pays économiquement puissant avec ça.

    A sortir de l’Eurozone, les grecs ne risquent rien. Ils retourneront dans leurs vergers, mangeront leurs fruits, reprendront leur régime crétois. Mac Donald’s fermera ses restaurants les moins rentables (ou proposera du fast-food crétois) et voilà…

    Finalement, tous comptes faits, ce n’est que justice et les puissants qui rêvaient de faire survivre la Grèce durant encore une dizaine/quinzaine d’années histoire de pomper le reste du jus en seront pour leur frais…leur plan machiavélique n’aura pas fonctionné, c’est aussi simple que ça.

    http://lemondeenchantier.com/forum/viewtopic.php?f=4&t=1405&start=0

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Antonis Giannakopoulos. Un article de Mises Institute

L’économie grecque a enregistré une chute record de 14 % au deuxième trimestre de 2020 et ce tandis que les efforts du gouvernement pour « assainir » l’économie dirigent le pays vers le franchissement de seuil de 200 % du ratio dette/PIB, comme prévu par le FMI. Pendant ce temps, les déficits budgétaires du gouvernement ont atteint de nouveaux sommets, environ 7 %.

La réponse gouvernementale à la récession

Le gouvernement grec a tenté de lutter contre la crise économique ... Poursuivre la lecture

Par l'Iref-Europe.

Geopolitical Intelligence Service (GIS) et l'Institut de Recherches Économiques et Fiscales (IREF) proposent un webinar en français ce mercredi 28 octobre à 16 heures avec comme orateurs le Prince Michael de Lichtenstein et le professeur Enrico Colombatto (responsable de l'IREF).

Le panel s'exprimera pendant une quarantaine de minutes et les questions et commentaires des participants suivront.

Après la crise financière et la crise de l'euro, la crise sanitaire est venue aggraver la dépendance de nombre ... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

Le quasi conflit actuel oppose principalement la Grèce soutenue par la France à la Turquie pour la propriété du plateau continental autour des îles grecques. Il oppose aussi la France à la Turquie à la suite d’un incident naval entre un navire de guerre français et un navire turc qui livrait des armes à la Libye malgré l’embargo de l’OTAN.

Cela a réveillé de sanglants souvenirs millénaires que les Européens voudraient oublier. Mais le président turc met de l’huile sur le feu, autant par conviction personnelle ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles