Alternative Libérale se distingue du Nouveau Centre dans le soutien à Nicolas Sarkozy

Après le Parti Libéral Démocrate qui a voté le soutien du parti à François Bayrou, c’est au tour d’Alternative Libérale de s’interroger sur la meilleure stratégie politique pour les libéraux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logo Alternative Libérale (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alternative Libérale se distingue du Nouveau Centre dans le soutien à Nicolas Sarkozy

Publié le 17 février 2012
- A +

Après le Parti Libéral Démocrate qui a voté le soutien du parti à François Bayrou, c’est au tour d’Alternative Libérale de s’interroger sur la meilleure stratégie politique pour les libéraux. Voici la lettre ouverte de son ancien président et membre fondateur après l’annonce du soutien d’Hervé Morin à Nicolas Sarkozy.

Par Louis-Marie Bachelot.

Chers adhérents d’Alternative Libérale,
Chers amis libéraux,

Il y a un peu plus d’un an, je signais avec Hervé Morin la convention d’association entre Alternative Libérale et le Nouveau Centre.

Cette association était le fruit d’une année d’échanges et de rencontres entre nos deux formations au cours de laquelle nous avons redécouvert que centristes et libéraux partagent des valeurs (humanisme, responsabilité individuelle, liberté d’entreprendre, juste récompense de la prise de risque, ouverture au monde) et des préoccupations communes (dette et dépense publique, rétrécissement des libertés individuelles, fonctionnement des institutions, inflation législative).

Cette association a également été rendue possible par la convergence de nos positionnements politique.

Le Nouveau Centre avait en effet dès le mois de mars 2010 pris progressivement ses distances avec la dérive jacobine et autoritaire de l’UMP, et se voulait moteur dans la dynamique de rassemblement de la famille centriste, libérale et démocrate. Nous avions de notre côté compris la nécessité de rompre avec un isolement souvent, dans l’état actuel des choses, contre-productif pour nos idées.

Or, à l’approche des échéances et face aux difficultés rencontrées par Hervé Morin dans sa campagne présidentielle, certains parlementaires du Nouveau Centre font aujourd’hui marche arrière en proposant un soutien sans conditions à Nicolas Sarkozy dès le premier tour.

Quelles que soient les raisons de leur choix, celui-ci ne peut convenir à Alternative Libérale.

Si chacun d’entre vous choisira en son âme et conscience ce qu’il fera le 22 avril prochain, Alternative Libérale en tant qu’institution ne peut cautionner ce choix sans renier ce qu’elle porte et ce qu’elle est depuis plus de six ans. Ce message doit être énoncé avec force et clarté en interne comme auprès de notre partenaire et du grand public. Il n’est pas trop tard.

Par ailleurs, à ceux qui, à l’occasion de l’abandon de la qualité de parti politique par Alternative Libérale, ont également adhéré au Nouveau Centre, je les encourage à voter massivement, le 25 février prochain lors du Congrès du Nouveau Centre, en faveur de la position défendue par le Sénateur Yves Pozzo di Borgo et le Président des Jeunes Centristes, Jérémy Coste, proposant un soutien du Nouveau Centre à François Bayrou.

Il ne s’agit pas d’un blanc-seing donné à François Bayrou, mais d’un soutien de raison à l’unique candidat qui ne soit pas l’instrument d’un seul parti ou d’un seul courant de pensée. François Bayrou c’est l’espoir d’un nouveau souffle pour notre démocratie, d’un déverrouillage du système bi-partisan, qu’il nous appartiendra de transformer en opportunité de renouveau pour les idées de liberté.

A l’heure des choix, il faut assumer ses responsabilités et rester fidèle à ses convictions.

Librement,

Louis-Marie Bachelot
Ancien Président d’Alternative Libérale

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • « qu’il nous appartiendra de transformer en opportunité de renouveau pour les idées de liberté. »

    Qu’ils commencent déjà par mettre leurs rivalités de côté et de reformer un seul et unique parti libéral… Là, c’est plus ridicule qu’autre chose et ça n’est absolument pas profitable au mouvement libéral.

    • A la rédaction de Contrepoints.
      Je ne suis plus Président d’Alternative Libérale depuis le mois de novembre 2011.
      Son nouveau Président est Frédéric de Harven.
      Je me suis donc exprimé, à titre personnel, en tant qu’ancien Président et membre fondateur d’Alternative Libérale.
      Merci de bien vouloir rectifié ce point dans votre chapô.
      Bien cordialement,
      Louis-Marie Bachelot

      Contrepoints >> Correction apportée.

    • Darkman01,
      Lors de mon mandat à la tête d’Alternative Libérale, nous avons proposé aux adhérents de se prononcer sur l’abandon de la qualité de parti politique. Ils nous ont suivi dans cette démarche, à une large majorité, lors d’une AGE le 26 juin 2011.
      Alternative Libérale est désormais un club politique (association loi 1901) parfaitement complémentaire au PLD dans ces missions et objectifs.
      Par ailleurs, le récent choix du PLD de participer à la recomposition d’un bloc politique central, similaire à notre choix initial d’association avec le Nouveau Centre, ouvre naturellement la voie à un rapprochement entre AL et le PLD.
      C’est néanmoins, aux instances des deux entités d’en décider.
      Louis-Marie Bachelot

  • Avec des libéraux comme ça, qui a besoin de d’étatistes interventionnistes?

  • Bayroux croit en la prohibition de la prostitution et des drogues, Il respecte les libertes economiques au compte goutte et s’excuse de le faire quand il le fait. Il se prononce en faveur d’une augmentation des impots (en plus d’une baisse des depenses c’est vrai). Il ne soutient pas la possibilite de sortir de la secu, il ne soutient pas le cheque education pour mettre un terme au monopole educatif. Il est en faveur du monopole monetaire.

    Bayroux c’est un socialiste. Peut etre un peu moins que beaucoup d’autres, mais il reste infrequentable. J’ai vote pour lui une fois: Plus jamais.

  • Soutenir Bayrou : Pitoyable!

  • Ce qui est plus que certain, c’est qu’Alternative Libérale, tout comme le PLD ne me représentent pas. Ce sont peut-être des partis formés de libéraux au départ, mais qui viennent de prendre un tournant indéfendable, de mon point de vue.
    Dommage…

  • Comme l’a dit Darkman, il faudrait que les (petits) organes libéraux tels le PLD, AL, cessent leurs ridicules petites querelles et mettent en place un vrai groupe libéral, peu importe le nom, mais où les libéraux puissent s’unir, discuter, échanger, tenter de porter les idées libérales, comme le fait d’ailleurs Contrepoints.
    Les libéraux sont déjà bien peu nombreux entre eux, ces petites querelles ont donc tendance à m’attrister et presque m’exasperer.
    Libéraux de tous les pays, unissez-vous comme disai l’autre… Et unissez vous entre vous avant de vouloir vous unir avec des gens qui ne partagent pas vos idées, dans les partis sociaux démocrates français classiques, étatistes et interventionnistes qui n’ont strictement rien a cirer des libéraux, bien au contraire ce sont des bons bouc émissaires.

  • Plutôt que de s’allier officiellement à Bayrou (PLD) qui est pour moi un homme politique bien loin du libéralisme, j’aurais souhaité un rassemblement des libéraux autour d’un candidat commun à la présidentielle. Un Madelin aurait été parfait par exemple. Ça aurait diffusé nos idées de façon plus efficace, surtout en ces temps où la faillite de l’État se fait jour.

    L’alliance avec les centristes brouille complètement notre message et ne nous permet aucune visibilité. Rappelons que Madelin a fait un score honnête en 2002, pourquoi n’avoir pas tenté de présenter un candidat ?

    • C’est peut-être pire que ça : en plus de « brouiller » votre message, cette alliance vous fait perdre d’un coup d’un seul toute crédibilité aux yeux de nombreux libéraux, déjà que nous ne sommes pas si nombreux au sein de notre pays formaté…
      C’est dommage, mais qu’y voulez-vous ? C’est ainsi.

  • « juste récompense de la prise de risque »

    C’est bien là où on reconnaît l’imposture libérale, il suffit de les lire attentivement.

    N’en déplaise à ce monsieur, dans la vie réelle, toute prise de risque reçoit de façon générale une sanction: et ce peut être bien sûr une récompense, mais ce peut être aussi une punition.

    Le fait de parler de « juste » récompense ne peut signifier que, la récompense seule pouvant être « juste », la prise de risque doit être récompensée dans tous les cas.

    « Toute » prise de risque, et donc même la plus déraisonnable, et cela indique bien la nature de la « valeur » partagée par Alternative Libérale et Le Nouveau Centre, c’est à dire l’irresponsabilité.

    Le proverbe est bien connu, A.L. joue « pile je gagne, face tu perds ».

    Heureusement, l’irresponsabilité est conjuguée à l’opportunisme, et on peut changer de cheval en fonction de la cote.

    C’est à vomir!!!

    • Franchement c’est de la mauvaise foi Bernarddo.

      Autant j’entends et reçois les critiques des autres intervenants sur l'(in)opportunité d’un soutien à un non libéral, même si je ne partage pas leur analyse, autant je dénie la votre. Vous me faites un pur procès d’intention.

      Louis-Marie Bachelot
      Serial-risker : 3 élections différentes sous les couleurs d’AL, démission d’un poste salarié pour devenir freelance et porteur de projet de start-up de biotechnologies.

  • Un libéral qui soutient Bayrou , c’est baroque …A ce compte , on peut trouver du libéral chez Sarkozy , Hollande …

  • Soutien à Morin, un étatiste pur qui maintenant soutient un autre étatiste nommé Sarko par pur opportunisme, quelle surprise! Et maintenant on change, maintenant faut soutenir Bayrou l\’ennemi de Morinon estime que c\’est pas mal finalement, mais c\’est pas moins étatiste. Rien de lisible dans toutes ces stratégies, le mouvement libéral perd de la crédibilité et ne gagnera rien avec ces soutiens.

  • UDI : IL POURRAIT ACCUEILLIR EUROPE POPULAIRE  Après la perte de trois mouvements fondateurs, le parti de Jean-Louis Borloo est en discussion pour intégrer Europe populaire, parti humaniste récemment créé et présidé par Cyril Benjamin Castro. Ce dernier défend l’idée d’une Europe fédérée réunissant dix pays de l’UE dans une dizaine de domaines (énergie, santé, environnement…). Ses solutions se veulent concrètes et destinées à contrer le FN. Les négociations pourraient aboutir d’ici à décembre. Europe populaire, qui sera présent aux municipales, compte sur cinq têtes de liste et 750 candidats investis sur les listes du centre, dont 250 en Ile- de-France. Cyril Benjamin Castro et Laurent Daniel, premier vice-président, ont prévu de détailler cette initiative début décembre lors d’une réunion de presse. 

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Didier Maréchal.

L’État-voyou est composé de quatorze enquêtes fouillées et documentées sur le labyrinthe étatique (notamment "L’État mauvais payeur"," Les arnaques de la sécurité routière", "Le désastre Louvois", « L’impunité en bande organisée »,...). Il en ressort une consternante anthologie des errements et défaillances, voire turpitudes des hommes de l'État. Le fidèle lecteur de Contrepoints n'a (généralement) pas besoin d'être convaincu qu'il est urgent de mettre à la diète notre État obèse et de privatiser ses fonctions non ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

À quoi sert l'armée française, quels sont ses objectifs stratégiques ? Quelles sont donc les options politiques de Jean-Yves Le Drian ? Par le Parisien libéral.

[caption id="attachment_133953" align="aligncenter" width="504"] Jean-Yves Le Drian, ministre des armées[/caption]

En grande forme, le gouvernement a choisi de parler d'armée, avant de partir en vacances. Simplement, le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, a oublié de parler de stratégie. À quoi sert l'armée française, et quels sont ses objectifs stratégiques ? P... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Et pendant que l'inestimable président français se pavane à la télé pour n'y rien dire de nouveau entre deux reflux gastriques, pendant que le pays réel s'enfonce, la vie politique continue, pépère et détachée, son chemin sur ce petit chemin qui sent la noisette et la servitude à plein nez. Ainsi, l'UDI, le parti du centre vague et vaporeux créé il y a huit mois sur une vague monstrueuse qui l'a porté dans toutes les têtes de France et de Navarre, tenait ainsi sa première grande réunion de famille. Émoi, palpitance et socialisme pastel.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles