Khmers rouges et communisme

Les khmers rouges ont exterminé en moins de quatre ans un quart de la population du Cambodge mais bénéficient pourtant d’un traitement de faveur médiatique en France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 742 communisme

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Khmers rouges et communisme

Publié le 16 février 2012
- A +

Les khmers rouges ont exterminé en moins de quatre ans un quart de la population du Cambodge. Le procès de la dictature communiste a pourtant bénéficié d’un traitement médiatique particulièrement discret en France, où fut formé Pol Pot.

Par Yann Henry.

Roshane Saidnattar, rescapée des camps des khmers rouges, était à la médiathèque de Sainte-Savine (Aube) pour présenter son documentaire, L’important c’est de rester vivant. Ce film est un témoignage sur des événements historiques et d’actualité. Historiques puisque le régime communiste fut responsable de l’extermination de deux millions de Cambodgiens (le quart de la population !) entre avril 1975 et janvier 1979.

D’actualité puisque le procès des quatre plus hauts dignitaires survivants du régime s’est ouvert le 27 juin dernier. Et la couverture médiatique fut minimale pour un génocide d’une telle ampleur. Ce procès, qui aurait pu être un Nüremberg du communisme, s’est donc déroulé dans un relatif anonymat. L’article laisse d’ailleurs un goût d’inachevé puisque pas une seule fois le journaliste n’utilise le terme de communiste. Cela fait partie du processus de respectabilisation, mis en lumière par Jean-François Revel dans La grande parade, qui consiste en un traitement médiatique inégal entre les crimes selon que ceux-ci soient commis par des nazis ou des communistes (les exactions de ces derniers étant pourtant beaucoup plus nombreuses). On observe la même mansuétude dans le journal Libération après le dernier verdict condamnant Douch à la perpétuité. Ce dernier avait été condamné à 30 ans en première instance.

Petit rappel historique

Les Khmers rouges, menés par Pol Pot et soutenus par la Chine, sont en guerre contre les forces gouvernementales, qui bénéficient du soutien du Viêt Nam du Sud et des États-Unis. Le désengagement de ces derniers en 1973 est fatal au régime brutal et corrompu de Lon Nol. L’armée n’est capable que de défendre la capitale, Phnom Penh, surpeuplée de réfugiés fuyant les bombardements américains ou les mesures drastiques imposées dans les zones rurales par les Khmers rouges. Ceux-ci finissent par prendre la capitale le 17 avril 1975 pour mettre en place un régime autoritaire maoïste.

Le rôle essentiel du communisme parisien dans la formation du monstre avait été présenté au tribunal par Raoul-Marc Jennar lors du procès de Douch en 2009. Ce sinistre personnage a dirigé la sinistre prison S-21, de laquelle seulement sept survivants sur 20 000 détenus sont sortis. Saloth Sar, qui prendra le pseudonyme de Pol Pot, avait en effet étudié à la Sorbonne. S’il n’obtint aucun diplôme, il se forma à l’idéologie marxiste en compagnie de Yeng Sary et Khieu Samphan, qui seront plus tard ses fidèles lieutenants dans le génocide. Tous lisaient quotidiennement L’Humanité, qui fêtera leur arrivée au pouvoir.

Le 24 avril 1975, le responsable de la rubrique Asie du journal communiste, Jean-Émile Vidal exultait :

La fête du peuple. Et déjà, le gouvernement royal d’Union nationale et le Front uni national ont pris des mesures pour que les plus déshérités, ceux qui ont souffert dans les villes sous contrôle de l’ennemi tandis qu’une poignée de gens faisaient fortune, aient part aux réjouissances. Les stocks de vivres détenus par les spéculateurs ont été réquisitionnés. Des campagnes arrivent le riz et la viande. Les prix du riz, du porc et du bœuf ont été réduits en quelques jours dans des proportions considérables.

Pancarte déposée par un anonyme prise en photo dans un temple à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Phnom Penh. Neuf mille crânes de victimes du régime communiste y sont entreposés.

 

Pol-Pot, secrétaire général du Parti communiste kampuchéen, fera ainsi régner la terreur pendant quatre années. Les citadins et les intellectuels, assimilés à la bourgeoisie et au capitalisme, sont forcés d’aller travailler dans des champs ou envoyés dans des prisons d’État qui ont été instituées dans tout le pays. La monnaie, la famille, la religion et la propriété privée sont abolies. Deux millions d’êtres humains perdront la vie suite aux famines, maladies et sévices.

Le 25 décembre 1978, redoutant le chaos s’installant chez son voisin, le Viêt Nam envahit le Cambodge. Le régime des Khmers rouges s’effondre rapidement et Pol-Pot s’enfuit dans la jungle où il tentera de reconstruire une guérilla pour revenir aux  affaires. Condamné à mort par contumace, il trouvera une retraite dorée en Thaïlande où il sera finalement retrouvé mais s’éteindra en 1998, à 73 ans, avant d’avoir pu être jugé pour ses crimes.


Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Hypermnésie pour les crimes nazis, dont l’horreur est « archi-démontrée ».
    Amnésie pour les crimes communistes, pour lesquels déni et mensonges perdurent.

  • Chez les gauchistes, les faits n’existent pas, seulement les interprétations existent.

  • Juste pour compléter le tableau des horreurs des « intellectuels » français:
    Les écologistes de l’époque (les René Dumont, Ivan Illitch, Teddy Goldsmith et copains) ou eux aussi largement acclamés Pol Pot et son régime.
    Ils soutenaient que les Khmers mettaient en place une véritable politique écologiste : « retour à la terre, décroissance industrielle, refus de la médecine moderne… ».

    Les écologistes modernes n’ont rien perdu de cette idéologie. Nombreux sont les communistes de Mai 68 (Cohn Bendit, et bien d’autres) reconvertit dans la nouvelle « vague » politique. D’aucun les surnomment « Les pastèques » = Vert dehors, mais bien rouge dedans.
    Ces gens là sont des dictateurs en puissance. D’ailleurs leurs manipulations répétées et régulières de l’information dans les médias (propagande) est la preuve de leur engagement idéologique…

  • Ce serait amusant de voir cet article sur agoravox. Un tel appeau ne peut que dévoiler au yeux de tous le fondement de ce « média citoyen ».

  • Le communisme est le grand impuni de l’histoire. c’est pas demain que cela va changer.

    D.J

    • Clémentine AUTAIN sur france 2 ce soir était outrée « du manque de respect envers les communistes » dont Hollande avait fait montre à Londre. (Il a dit un truc du genre « il n’y a plus de communiste en France »)

      100 millions de morts n’est pas une raison suffisante pour leur refuser une seconde chance il est vrai.

      Merde un peu de tolérance quoi !

  • Je recommande vivement à cet égard « Le Portail » de François Bizot.
    Il fait partie selon moi du Top 5 des très nombreux livres portant sur le régime des Khmers Rouges et sur la période. Surtout, les évènements de l’ouvrage prennent place avant l’arrivée des Khmers Rouges au pouvoir, ce qui permet de mieux comprendre les circonstances ayant conduit à l’avènement d’un tel régime.

    Je copie-colle ci-dessous la présentation de l’un des éditeurs de ce livre:

    François Bizot, membre de l’École française d’Extrême-Orient, est fait prisonnier au Cambodge par les Khmers rouges, en 1971. Enchaîné, il passe trois mois dans un camp de maquisards. Chaque jour, il est interrogé par l’un des plus grands bourreaux du vingtième siècle, futur responsable de plusieurs dizaines de milliers de morts, aujourd’hui jugé pour crimes contre l’humanité : Douch.

    Au moment de la chute de Phnom Penh, en 1975, François Bizot est désigné par les Khmers rouges comme l’interprète du Comité de sécurité militaire de la ville chargé des étrangers auprès des autorités françaises. Il est le témoin privilégié d’une des grandes tragédies dont certains intellectuels français ont été les complices.

    Pour la première fois, François Bizot raconte sa détention. Grâce à une écriture splendide et à un retour tragique sur son passé, l’auteur nous fait pénétrer au cœur du pays khmer, tout en nous dévoilant les terribles contradictions qui – dans les forêts du Cambodge commeailleurs – habitent l’homme depuis toujours.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Depuis la parution de mon analyse prospective de la trajectoire politique wallonne « Du fédéralisme au communisme », on ne cesse de m’interroger : s’agit-il d’un pronostic ? L’arrivée du communisme en Wallonie est-elle pensable ? N’y a-t-il pas là une sorte d’exagération, de la licence pamphlétaire, comme on parle de licence littéraire ?

Ces questions, bien légitimes, me font sourire. La gauche wallonne occupe l’intégralité du spectre politique parlementaire — à l’exception d’un parti, le MR, qui représente 20 % des électeurs. ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

La NUPES a réussi à fédérer la gauche autour de ses idées les plus extrêmes. Il est très peu vraisemblable qu’elle gagne une majorité car elle a peu de réserves de voix. Il n’empêche qu’il est urgent de lui faire barrage. L’idéal serait que Renaissance (Macron) ne puisse pas gouverner seul et que Les Républicains soient suffisamment nombreux et crédibles pour négocier un programme de gouvernement avec un nouveau Premier ministre plus libéral et moins technocratique que la socialiste... Poursuivre la lecture

Depuis cinquante ans, les Flamands achètent aux Wallons des compétences car ils rêvent d’embrasser un avenir national, quand les Wallons sont incapables de boucler leur budget. C’est l’histoire du fédéralisme belge.

 

L'omniprésence de la gauche en Wallonie

Le socialisme clientéliste wallon a si bien éduqué les consciences que les Wallons se tournent en masse vers des socialistes révolutionnaires, emmenés par un parti qui revendique l’héritage marxiste « dans son intégralité », Pol-Pot, Mao, Staline.

Trois partis dom... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles