Dette publique zone euro : 87,4% du PIB, en baisse

Au trimestre 2011, le rapport entre la dette publique et le PIB a été de 87,4% dans la zone euro. Légère amélioration par rapport au trimestre précédent (87,7%).

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Euro BCE (Crédits Maciej Janiec, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dette publique zone euro : 87,4% du PIB, en baisse

Publié le 6 février 2012
- A +

Dans l’Union européenne, le ratio a augmenté passant de 81,7% à 82,2%.

Par rapport au troisième trimestre 2010, le ratio de la dette publique par rapport au PIB s’est accru tant dans la zone euro (de 83,2% à 87,4%) que dans l’Union (de 78,5% à 82,2%).

À la fin du troisième trimestre 2011, les titres autres que les actions ont représenté 79,3% de la dette publique de la zone euro et 79,7% de celle de l’Union. Les crédits ont compté pour 18,0% de la dette publique dans la zone euro et 15,8% dans l’Union Européenne. Le numéraire et les dépôts ont représenté 2,8% de la dette publique dans la zone euro et 3,8% dans l’Union.

La part des prêts intergouvernementaux dans le PIB à la fin du troisième trimestre 2011 était similaire dans la zone euro et dans l’Union, s’élevant respectivement à 0,8% et 0,6% du PIB.

Les plus mauvais élèves sont les mêmes qu’au trimestre précédent, avec la Grèce (159,1%), l’Italie (119,6%), le Portugal (110,1%) ou l’Irlande (104,9%). A l’inverse l’Estonie (6,1%), la Bulgarie (15,0%) et le Luxembourg (18,5%) se distinguent par un endettement bas.

Par rapport au deuxième trimestre 2011, quatorze États membres ont enregistré une hausse du ratio de leur dette publique par rapport au PIB à la fin du troisième trimestre 2011, et treize une baisse. Les plus fortes hausses du ratio ont été constatées en Hongrie (+4,8 points), en Grèce (+4,4 points) et au Portugal (+3,6 points), et les baisses les plus marquées en Italie et à Malte (-1,6 points chacun) ainsi qu’en Roumanie (-1,0 points). Il convient de noter que la variation du ratio de la dette publique entre deux trimestres successifs peut être influencée par des tendances saisonnières.

Par rapport au troisième trimestre 2010, vingt États membres ont enregistré une hausse du ratio de leur dette publique par rapport au PIB à la fin du troisième trimestre 2011, et sept une baisse. Les plus fortes hausses du ratio ont été observées en Grèce (+20,3 points), au Portugal (+18,9 points) et en Irlande (+16,5 points), et les baisses les plus importantes en Suède (-1,6 points), au Luxembourg (-1,4 points) et en Bulgarie (-0,9 points).

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Il y a quelque intérêt à ne pas effacer de la mémoire collective ce qu’ont pu être les grands débats qui ont infléchi notre histoire.

Les acteurs de ces débats ont en effet avancé des prédictions qui ont pesé sur la décision du peuple souverain lorsqu’il a été appelé à se prononcer, comme ce fut le cas pour le référendum sur le traité de Maastricht. On est en droit de juger de ces arguments et de ces prédictions à l’aune de ce que l’on a pu observer dans la durée.

 

Il y a juste 30 ans, le 20 septembre 1992, les Fran... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles