Dette publique zone euro : 87,4% du PIB, en baisse

Au trimestre 2011, le rapport entre la dette publique et le PIB a été de 87,4% dans la zone euro. Légère amélioration par rapport au trimestre précédent (87,7%).

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Euro BCE (Crédits Maciej Janiec, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dette publique zone euro : 87,4% du PIB, en baisse

Publié le 6 février 2012
- A +

Dans l’Union européenne, le ratio a augmenté passant de 81,7% à 82,2%.

Par rapport au troisième trimestre 2010, le ratio de la dette publique par rapport au PIB s’est accru tant dans la zone euro (de 83,2% à 87,4%) que dans l’Union (de 78,5% à 82,2%).

À la fin du troisième trimestre 2011, les titres autres que les actions ont représenté 79,3% de la dette publique de la zone euro et 79,7% de celle de l’Union. Les crédits ont compté pour 18,0% de la dette publique dans la zone euro et 15,8% dans l’Union Européenne. Le numéraire et les dépôts ont représenté 2,8% de la dette publique dans la zone euro et 3,8% dans l’Union.

La part des prêts intergouvernementaux dans le PIB à la fin du troisième trimestre 2011 était similaire dans la zone euro et dans l’Union, s’élevant respectivement à 0,8% et 0,6% du PIB.

Les plus mauvais élèves sont les mêmes qu’au trimestre précédent, avec la Grèce (159,1%), l’Italie (119,6%), le Portugal (110,1%) ou l’Irlande (104,9%). A l’inverse l’Estonie (6,1%), la Bulgarie (15,0%) et le Luxembourg (18,5%) se distinguent par un endettement bas.

Par rapport au deuxième trimestre 2011, quatorze États membres ont enregistré une hausse du ratio de leur dette publique par rapport au PIB à la fin du troisième trimestre 2011, et treize une baisse. Les plus fortes hausses du ratio ont été constatées en Hongrie (+4,8 points), en Grèce (+4,4 points) et au Portugal (+3,6 points), et les baisses les plus marquées en Italie et à Malte (-1,6 points chacun) ainsi qu’en Roumanie (-1,0 points). Il convient de noter que la variation du ratio de la dette publique entre deux trimestres successifs peut être influencée par des tendances saisonnières.

Par rapport au troisième trimestre 2010, vingt États membres ont enregistré une hausse du ratio de leur dette publique par rapport au PIB à la fin du troisième trimestre 2011, et sept une baisse. Les plus fortes hausses du ratio ont été observées en Grèce (+20,3 points), au Portugal (+18,9 points) et en Irlande (+16,5 points), et les baisses les plus importantes en Suède (-1,6 points), au Luxembourg (-1,4 points) et en Bulgarie (-0,9 points).

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La vague anti-russe continue. Elle déferle en Occident, punissant des citoyens russes dans des domaines n’ayant rien à voir avec la politique, tels que la culture et le sport. Les avoirs de citoyens russes, sans lien apparent avec le Kremlin, ont été gelés sans que cela ne semble déranger personne.

Maintenant, même l’achat de biens immobiliers en Europe pourrait bientôt être interdit aux Russes. En effet, le sixième paquet de sanctions poussé par l’Union européenne a aussi pour objectif d’interdire à la plupart des Russes d’acheter ou ... Poursuivre la lecture

Bien sûr, il est question ici d’énergie et non d’armes nucléaires, domaine dans lequel je n’ai aucune expertise. Mais dans le domaine de l’énergie nucléaire, l’Union européenne (UE) paie certainement un lourd tribut à son désarmement nucléaire unilatéral.

Le traité Euratom a peu à peu été détruit

Dans quelques jours, les 1er et 2 juin, cela fera 67 ans que les fondateurs de l’UE ont lancé le concept du traité Euratom, qui était destiné à promouvoir — promouvoir ! — l’utilisation pacifique de l’énergie atomique ; l’idée sous-jacente éta... Poursuivre la lecture

Davantage de centralisation continentale et une « communauté politique » pour « doubler » l’Union. Le discours d’Emmanuel Macron devant le Parlement européen ce lundi a permis de dévoiler les intentions du président français vis-à-vis de l’Union européenne. Les propos ont été particulièrement français : des idées très générales sur un fond vaguement dirigiste. D’un côté, Emmanuel Macron propose une révision générale des traités, de l’autre, il envisage la création d’une « communauté politique » européenne visant à faire coopérer des nations d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles