V pour Vendetta, un film fasciste ?

Bref, V pour Vendetta, c'est un film fasciste sur le fascisme

V pour Vendetta est une référence récurrente, en particulier du mouvement Anonymous. Une référence vue comme positive par les intéressés, mais pas par tout le monde.

Par Nicolas Rannou

V for Vendetta, image du film
Rappelez-vous du film. Dans une dictature vaguement futuriste, un homme mène la résistance. Il a subi des expériences scientifiques, perdu son visage, est devenu un surhomme et cherche sa vengeance. Il vit dans un lupanar, entouré d’œuvres somptueuses et se retrouve avec une belle minette sur les bras après l’avoir sauvée. En guise de dystopie on a en fait un fantasme d’ado.

Le méchant est un dictateur qui ressemble à Hitler pour que le spectateur soit bien sur d’être du bon côté. Ce qui n’est pas le cas, car contrairement aux apparences, dans V pour Vendetta ce sont bien les fascistes qui gagnent et il serait bon que le symbole du masque dont se sert le héros ne devienne  pas un symbole de contestation démocratique.

Dystopie ou utopie ?

Parler du film V pour Vendetta est fréquemment l’occasion d’employer le mot savant de dystopie, qui serait le pendant sombre d’une utopie. Ainsi V aurait-il lieu dans un monde dystopique, c’est-à-dire un lieu où les choses sont organisées pour rendre les gens malheureux.

Or V n’est pas une dystopie mais l’inverse : une utopie individuelle. Et oui.

Certainement pas parce que le régime et la société décrits par le film, une sorte de fascisme, seraient bons et souhaitables.

Non, V est une utopie en ce qu’elle dépeint les groupes politiques et sociaux ennemis réels comme des fascistes, le rêve ! Les bons connaissent un destin de martyr ou d’accession à des vérités supérieures, joie ! Le combat de résistance va aboutir, autrement dit la dynamique est favorable… C’est donc… l’extase et non le cauchemar.

Quel groupe politique réel est visé par le film et dépeint en fasciste ? Simple, c’est George W. Bush et les conservateurs et néoconservateurs américains.

Il est notable que la BD originale de V opposait les anarchistes aux fascistes mais le scénario a été modifié par les frères Wachowski (obstinés à exploiter les filons de la gnose moderne et du nanar) pour présenter un tout autre combat. Un des auteurs, Alan Moore, qui a pris ses distances, l’a d’ailleurs compris : le film met en présence le « système américain néo-conservateur contre le système américain libéral », libéral signifiant en langue américaine : de gauche. Au combat anarchiste/fasciste présent dans la BD originale, on a donc superposé le combat gauche/droite sous l’ère de Bush fils.

Le scénario ne fait pas dans la dentelle, et recouvre tous les fantasmes d’un camp contre l’autre. Ainsi le pouvoir fasciste en place dans le film, avec son chef hitlérien, ses camps de concentration, ses expériences sur les humains, assoit-il son pouvoir en jouant la sécurité contre la liberté. Or ce thème constitue une critique récurrente contre Bush. Ce thème est juste mais ne justifie pas pour autant un point Godwin.

Dans le film le gouvernement despotique est arrivé au pouvoir en profitant d’attentats dont il est en réalité l’instigateur – petit clin d’œil pas subtil du tout au conspirationnisme onzeseptembrien.

Mais ce n’est pas tout. Le présentateur démagogique de la télévision aux ordres est militariste et… évangéliste, soit l’équivalent d’un célèbre pundit conservateur américain. Notons encore que dans le monde de V on est exécuté pour avoir un Coran, on disparaît parce qu’on est lesbienne. Or Bush et son camp sont réputés par la plupart de leurs adversaires être défavorables aux musulmans et aux homosexuels.

Un tour sur la wikipédia anglaise abonde en notre sens :

Many film critics, political commentators and other members of the media have also noted the numerous references in the film to events surrounding the then-current George W. Bush administration in the United States. These include the « black bags » worn by the prisoners in Larkhill that have been seen as a reference to the black bags worn by prisoners at Abu Ghraib in Iraq and in U.S.-administered Guantánamo Bay in Cuba, though the pre-Matrix draft of the screenplay also contains this reference to black bags. Also London is under a yellow-coded curfew alert, similar to the US Government’s color-coded Homeland Security Advisory System. One of the forbidden items in Gordon’s secret basement is a protest poster with a mixed U.S.–UK flag with a swastika and the title « Coalition of the Willing, To Power » which combines the « Coalition of the Willing » with Friedrich Nietzsche’s concept of Will to Power. As well, there is use of the term « rendition » in the film, in reference to the way the regime removes undesirables from society. There is even a brief scene (during the Valerie flashback) that contains real-life footage of an anti-Iraq war demonstration, with mention of President George W. Bush. Finally, the film contains references to « America’s war » and « the war America started » as well as real footage from the Iraq War.

Qu’est-ce donc que le monde de V pour Vendetta ? Ce sont les USA de Bush tel que rêvé par ses opposants les plus hystériques c’est-à-dire mélangé avec Hitler.

Et c’est pourquoi il est injuste de se borner à dire que V pour Vendetta est un mauvais film quand c’est d’abord une utopie au message extrêmement simple : Bush est méchant, nous sommes des victimes et ceux qui ne sont pas comme nous sont des fascistes.

Où est le fascisme ?

Le fascisme est bien présent dans le film mais pas là où on le croit. Tout est fait pour dépeindre le pouvoir dictatorial contre lequel le héros lutte comme fasciste. Son chef ressemble à Hitler, le pouvoir a ses camps, il torture, il expérimente sur les êtres humains, il dés-humanise etc.

Mais comme dans tout bon film d’action qui se respecte, le mal prêté au méchant est en réalité le désinhibiteur de la violence dont on veut faire jouir le spectateur. Le méchant est violent ? On va le frapper avec bonne conscience. Il tue ? On peut le tuer. Il est sadique ? On va être sadique avec lui. Avec bonne conscience.

Le méchant est fasciste ? Le héros – et le spectateur qui se projette dans ce héros -, pourra être fasciste.

Que le spectateur fasse abstraction du méchant, ce prétexte au mal, et observe bien ce qui se passe dans le film et ce qu’il pourrait approuver à défaut de réfléchir. Concrètement, que fait V ? Il tue, il séquestre, il terrorise et fait sauter le Parlement.

Que se passe-t-il à la fin ? L’armée se refuse à tirer et laisse approcher le Parlement, qui explose, par une foule de personnes anonymisées par un masque : autrement dit les institutions subverties par la masse atomisée, en un mot le fascisme.

Bref, ce film :

  • c’est une satire intolérante de la droite américaine, consistant à l’assimiler à un fascisme,
  • c’est un nanar,
  • c’est un film fasciste sur le fascisme.

Bonne séance !



Sur le web

Lire aussi la fiche Wikibéral du film