Réchauffement climatique ? Pas besoin de paniquer !

Il n’y a, en réalité, aucun argument scientifique irréfutable qui impose des actions drastiques pour « décarboner » l’économie mondiale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le Honzec ClimateGate 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réchauffement climatique ? Pas besoin de paniquer !

Publié le 30 janvier 2012
- A +

Un appel, signé par 16 scientifiques de renommée internationale, et relayé par le Wall Street Journal, présente leurs arguments en faveur d’une saine modération face à l’alarmisme de rigueur lorsqu’on parle du climat, et d’une nécessaire réflexion sur les fonds à mobiliser dans la science climatique.

Le texte suivant a été signé par les 16 scientifiques listés à la fin de l’article.

Un candidat à un mandat officiel dans n’importe quelle démocratie contemporaine peut avoir à considérer ce qu’il faut faire — ou même, s’il faut faire quelque chose — au sujet du réchauffement climatique. Ce candidat devrait comprendre que l’affirmation souvent répétée, selon laquelle presque tous les scientifiques exigent que des actions très fortes soient prises pour arrêter le réchauffement climatique, n’est pas vraie. En fait, un nombre important, et en augmentation, de scientifiques et d’ingénieurs distingués ne sont pas d’accord sur le fait que des actions drastiques doivent être menées au sujet du réchauffement climatique.

En septembre, le prix Nobel de physique Ivar Giaever, un supporteur du président Obama lors de la dernière élection, a démissionné publiquement de l’American Physical Society (APS), avec une lettre qui commence par :

Je ne renouvelle pas [mon adhésion] parce que je ne peux plus vivre avec la position [politique de l’APS] : « Les preuves sont irréfutables, le réchauffement climatique est en train de se produire. Si aucune action n’est prise pour le contrer, des troubles significatifs des systèmes physiques, écologiques, sociaux, et de sécurité, de la planète, se produiront probablement. Nous devons réduire les émissions de gaz à effet de serre, et nous devons commencer maintenant. » Au sein de l’APS, on peut sans problème discuter pour savoir si la masse des protons change avec le temps, et comment se comporte un multi-univers, mais les preuves du réchauffement climatiques seraient irréfutables ?

Malgré une campagne qui dure depuis des décennies pour renforcer le message selon lequel l’augmentation des quantités du « polluant » dioxyde de carbone va détruire la civilisation, de grands nombres de scientifiques, dont certains très proéminents, partagent les opinions du Dr Giaever. Et le nombre de scientifiques « hérétiques » augmente avec chaque année qui passe.

La raison ? Une série de faits scientifiques têtus.

Le fait qui dérange peut-être le plus, c’est l’absence de réchauffement climatique depuis bien plus de 10 ans maintenant. Ceci est bien connu de l’establishment du réchauffement climatique, comme on peut le voir dans l’email du climatologue Kevin Trenberth de 2009, révélé par le « climategate » :

Le fait est que, pour l’instant, nous ne pouvons pas expliquer le manque de réchauffement climatique depuis 10 ans , et que c’est une mascarade que nous ne le puissions pas.

Mais ce réchauffement ne manque que si l’on croit les modèles informatiques dans lesquels les soi-disant feedbacks impliquant la vapeur d’eau et les nuages amplifient le petit effet du CO2.

Le manque de réchauffement climatique depuis plus d’une décennie — et en fait, le réchauffement plus petit que prédit sur les 22 ans depuis que le GIEC de l’ONU a commencé à produire des projections — suggère que les modèles informatiques ont grandement exagéré le réchauffement que le CO2 supplémentaire peut causer. Mis face à cet embarras, ceux qui font la promotion de l’alarmisme ont fait évoluer leur battement de tambour du réchauffement vers les événements météorologiques extrêmes, pour permettre à tout ce qui se produit d’inhabituel dans notre climat chaotique d’être mis sur le dos du CO2.

Le fait est que le CO2 n’est pas un polluant. Le CO2 est un gaz incolore et inodore, expiré à haute concentration par chacun d’entre nous, et un composant clé du cycle de la vie de la biosphère. Les plantes se portent tellement mieux en présence de plus de CO2 que les agriculteurs travaillant en serre augmentent souvent la concentration en CO2 par des facteurs de 3 ou 4 pour obtenir une meilleure croissance. Ceci n’est pas une surprise, puisque les plantes et les animaux ont évolué à une époque où les concentrations en CO2 étaient 10 fois supérieures à maintenant. De meilleures variétés de plantes, d’engrais chimiques, et de gestion agricole, ont contribué à la grande augmentation des rendements agricoles du siècle passé, mais une partie de l’augmentation est certainement due au CO2 supplémentaire dans l’atmosphère.

Bien que le nombre de scientifiques exprimant publiquement leur désaccord augmente, de nombreux jeunes scientifiques disent furtivement que, quand bien même ils ont des doutes sur le message au sujet du réchauffement climatique, ils ont peur de parler de crainte de ne pas être promus, ou pire encore. En 2003, le Dr. Chris de Freitas, rédacteur en chef du journal Climate Research, a osé publier un article visé par des pairs, avec une conclusion politiquement incorrecte (mais factuellement correcte) selon laquelle le réchauffement récent n’est pas inhabituel dans le contexte des changements du climat au cours des milles dernières années. L’establishment international du réchauffement a rapidement monté une campagne déterminée pour que le Dr. de Freitas soit renvoyé de son poste de rédacteur en chef et de sa position universitaire. Heureusement, il a pu garder son travail universitaire.

Ça n’est pas comme ça que la science est censée fonctionner, mais on a déjà vu des choses semblables dans le passé — par exemple, pendant la terrifiante période où Trofim Lysenko a détourné la biologie en Union Soviétique. Les biologistes soviétiques qui révélaient qu’ils croyaient aux gènes, dont Lysenko affirmait qu’ils étaient une fiction bourgeoise, étaient renvoyés de leurs postes. Nombre d’entre eux ont été envoyés au goulag, et certains ont été condamnés à mort.

Pourquoi y a-t-il tant de passion au sujet du réchauffement climatique, et pourquoi le sujet est-il devenu si contrariant que l’American Physical Society (dont le Dr. Giaever a démissionné il y a quelques mois) a refusé la demande en apparence raisonnable d’un grand nombre de ses membres, d’enlever le mot « irréfutable » de sa description d’une question scientifique ? Il y a plusieurs raisons, mais un bon endroit où regarder en premier est la vieille question « cui bono ? » ou encore, sa version actuelle : à qui cela profite-t-il ?

L’alarmisme sur le climat apporte de grands avantages à de nombreuses personnes, créant des financements d’État pour la recherche universitaire, et une raison de croître pour les bureaucraties gouvernementales. L’alarmisme offre aussi aux gouvernements une excuse pour augmenter les impôts et taxes, et les subventions, payées par les contribuables, versées à ceux qui comprennent les règles du jeu du système politique, et un leurre pour de grosses donations à des fondations caritatives qui promettent de sauver la planète. Lysenko et son équipe ont très bien vécu et ont défendu avec férocité leur dogme et les privilèges qu’il leur achetait.

Parlant pour de nombreux scientifiques et ingénieurs qui ont examiné avec soin et en toute indépendance la science du climat, nous avons un message pour tout candidat à un mandat public : il n’y a pas d’argument scientifique irrésistible en faveur d’actions drastiques pour « décarboniser » l’économie du monde. Même si on acceptait les prévisions climatiques gonflées du GIEC, des politiques agressives de contrôle des gaz à effet de serre ne sont pas justifiées économiquement.

Une étude récente par l’économiste William Nordhaus de l’Université de Yale d’une grande variété d’options politiques montre que le meilleur ratio coût/bénéfice est quasiment atteint pour une politique qui permet 50 nouvelles années de croissance sans l’entrave des contrôles sur les gaz à effet de serre. Ça serait particulièrement avantageux pour les parties les moins développées du monde, qui aimeraient partager certains des avantages de bien-être matériel, de santé et d’espérance de vie dont jouissent aujourd’hui les parties du monde pleinement développées. De nombreuses autres réponses politiques auraient un retour sur investissement négatif. Et il est probable que plus de CO2 (et le modeste réchauffement l’accompagnant) serait un avantage général pour la planète.

Si des officiels élus se sentent obligés de « faire quelque chose » au sujet du climat, nous recommandons de soutenir les excellents scientifiques qui augmentent notre compréhension du climat grâce à des instruments bien conçus sur des satellites, dans les océans ou sur terre et dans l’analyse des données d’observation. Mieux nous comprenons le climat et mieux nous pouvons faire face à sa nature toujours changeante, qui a compliqué la vie humaine au cours de toute l’histoire. Malheureusement, une grande partie du gigantesque investissement privé et public dans le climat nécessite fortement un passage en revue critique.

Tout candidat devrait soutenir des mesures rationnelles pour protéger et améliorer notre environnement, mais il n’y a aucun sens à soutenir de coûteux programmes qui détournent des ressources des besoins réels, et qui sont basés sur des affirmations alarmistes mais sans la moindre preuve irréfutable.

Claude Allegre, former director of the Institute for the Study of the Earth, University of Paris; J. Scott Armstrong, cofounder of the Journal of Forecasting and the International Journal of Forecasting; Jan Breslow, head of the Laboratory of Biochemical Genetics and Metabolism, Rockefeller University; Roger Cohen, fellow, American Physical Society; Edward David, member, National Academy of Engineering and National Academy of Sciences; William Happer, professor of physics, Princeton; Michael Kelly, professor of technology, University of Cambridge, U.K.; William Kininmonth, former head of climate research at the Australian Bureau of Meteorology; Richard Lindzen, professor of atmospheric sciences, MIT; James McGrath, professor of chemistry, Virginia Technical University; Rodney Nichols, former president and CEO of the New York Academy of Sciences; Burt Rutan, aerospace engineer, designer of Voyager and SpaceShipOne; Harrison H. Schmitt, Apollo 17 astronaut and former U.S. senator; Nir Shaviv, professor of astrophysics, Hebrew University, Jerusalem; Henk Tennekes, former director, Royal Dutch Meteorological Service; Antonio Zichichi, president of the World Federation of Scientists, Geneva.

—-

Autres articles en relation :
Echec du sommet climatique de Durban : interview exclusive du chimiste István Markó

Voir les commentaires (53)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (53)
  • Je vois déjà poindre les commentaires (les hurlements devrais-je dire) des réchauffistes pointant le nom de Claude Allègre en tête des signataires. Et je réponds d’avance qu’en dehors de ses côtés foutraques CA est un véritable scientifique.
    Au USA, le cri des réchauffistes s’est porté sur Burt Rutan: « il n’est pas scientifique, il n’est pas climatologue! ». Tout d’abord personne n’est climatologue, même ceux qui s’autoproclament tels. Ensuite, Burt Rutan, dont les succès aéronautiques ne se démontrent plus, a démontré un esprit scientifique analytique et synthétique qui peut être transposé à la climatologie, tout au moins à l’analyse des contradictions (le mot est faible!) de la climatologie « officielle »; et il l’a fait avec talent.

  • C’est bien qu’il y ait controverse sur le sujet. Par contre, je me demande ce que dirait les esquimaux des territoires du Nord-Ouest canadien et les habitants du littoral de l’Alaska en lisant ces propos ici développés. Je crois qu’ils seraient passablement énervés. J’ai vu 2 reportages édifiants sur la réalité du réchauffement : avec la fonte des glaces et le renouvellement de + en + tardif de la banquise, le permafrost apparaît au grand jour et reste à l’air libre + longtemps, partant avec la mer qui l’arrache au rivage. En Alaska des villages finissent par disparaître doucement car des maisons s’effondrent : le sol est érodé par la mer et les fondations des bâtiments ne tiennent plus. Certains habitants sont contraints de déménager ailleurs plus dans les terres ou à Anchorage la capitale.

    A l’opposé du globe, les habitants des Maldives ou de certaines îles du Pacifique voient la mer rogner peu à peu sur leur territoire de vie car son niveau monte. Là aussi, j’ai vu des reportages saisissants avec datation précise des faits à l’échelon local. Des maisons étaient définitivement inondées : les gens n’avaient d’autre choix que de partir ailleurs.

    Il y a tout de même des faits scientifiques et vérifiables autant que déjà vérifiés qui prouvent qu’il y a bien quelque chose qui se passe actuellement. Mais peut-être que la cause identifiée comme telle n’est pas la bonne ou en tout cas la seule… puisque certains astronomes expliquent de nos jours que toutes les planètes du système solaire sont soumises à un réchauffement, même les + lointaines comme Neptune ou Uranus. C’est plutôt là à mon avis qu’est le problème.

    Par contre voir le nom de Claude Allègre arriver en tête de la liste des opposants à la thèse du réchauffement me fait douter du sérieux de la pensée antagoniste. Quand on sait que cet homme a été accusé (à raison d’ailleurs) d’avoir truqué des chiffres dans un de ses livres récents opposé à la thèse du réchauffement climatique & qu’on connait ses relations rapprochées et prolongées avec le monde industriel (surtout des énergies), sa neutralité n’existe tout simplement pas.

    Pour toutes les raisons que je viens de soulever, je pense que l’attitude de Ivar Giaever peut être fondée sur l’honnêteté morale personnelle mais que dans le camp qu’il rejoint, l’intox existe tout autant sinon plus. En effet, l’article dit qu’il y a beaucoup d’intérêt à promouvoir l’alarmisme sur le réchauffement climatique (je trouve qu’on en fait trop aussi) mais il en existe tout autant à conserver l’état actuel des recherches sur le sujet en avançant peu ou pas du tout (c’est la position morale de M. Allègre & d’autres « spécialistes » tous en conflit d’intérêt avec le milieu industriel dans leur parcours professionnel à un moment ou un autre). C’est aussi pour ça que je me méfie des opposants à la thèse du réchauffement : trop de collusions douteuses et de malhonnêteté intellectuelle entachent leur discours depuis des années. Ces collusions peuvent aussi exister en face mais pour d’autres raisons & avec d’autres industries. Par contre, si on les dénonce, il faut soi-même être exemplaire. Ce qui n’est absolument pas le cas d’aucun des opposants officiels à l’existence du réchauffement climatique.

    Un dernier point qui explique sans doute pourquoi les tenants du réchauffement climatique sont + populaires que leurs opposants : leurs études chiffrées sont corroborées par le TERRAIN. J’ai remarqué que les scientifiques étudiant ce réchauffement vont systématiquement vérifier leurs hypothèses sur la planète elle-même & vont à la rencontre des gens vivant dans des zones critiques… et constatent tout bêtement. A un moment donné, il faut prouver CONCRETEMENT ce qu’on avance. Les opposants au réchauffement restent uniquement dans des chiffres et des hypothèses se référant essentiellement au passé de la Terre mais ne vont pas sur le terrain actuel. Or la planète de 2012 n’est pas celle d’il y a X millions d’années. L’homme est là, puissant, & agit grandement sur elle.

    Voilà le fruit de mes observations et réflexions sur ce thème polémique.

    Cordialement

    •  » je me demande ce que dirait les esquimaux des territoires du Nord-Ouest canadien et les habitants du littoral de l’Alaska en lisant ces propos ici développés. Je crois qu’ils seraient passablement énervés. »
      Il se dirait plutôt « chouette, il va faire moins froid », et là, vous aurez un esprit écervelé qui va l’endoctriner pendant trois plombes pour lui raconter que le froid c’est génial, et que le chaud c’est pas bien, c’est pour cela que tout les camps de vacances comme le club MED sont aux Groenland et pas aux Antilles.
      « J’ai vu 2 reportages édifiants sur la réalité du réchauffement »
      Sur france télévision où Arte certainement, et comme le niveau de réflexion est absolument pitoyable, vous avez pris tout pour argent comptant.
      « A l’opposé du globe, les habitants des Maldives ou de certaines îles du Pacifique voient la mer rogner peu à peu sur leur territoire de vie car son niveau monte. Là aussi, j’ai vu des reportages saisissants avec datation précise des faits à l’échelon local. »
      Encore un reportage de télé con. Félicitation, vous êtes irrécupérable. Vous avez des chiffres, bah non, puisqu’à Télé con, on gobe tout.
      La montée des eaux est de et de 4 à 5 mm/an aux Maldives (Shaig, 2006). http://vertigo.revues.org/10594#tocto3n10 Chercher Maldives. 4 à 5 mm/an c’est la mort assurée, c’est sur !
      « Il y a tout de même des faits scientifiques et vérifiables autant que déjà vérifiés qui prouvent qu’il y a bien quelque chose qui se passe actuellement. »
      Bah voyons, maintenant voilà que maintenant, vous avez vérifié quelque chose, à se tordre de rire.
      « Quand on sait que cet homme a été accusé (à raison d’ailleurs) d’avoir truqué des chiffres »
      Sachant que toute les courbes réalisées sont toutes bidons, et comme il parait que vous avez vérifié vous en savez quelque chose, il a pas du truqué grand-chose.

      • Eh bien, j’ai juste émis une opinion… simplement. La tolérance n’est pas votre qualité principale, ni le respect d’autrui ou le courage d’ailleurs. Vous pouvez émettre une opinion contraire mais vous n’avez pas le droit d’être aussi agressif & limite grossier. Derrière un écran, il est toujours + facile d’attaquer gratuitement quiconque émet un avis contraire au sien.

        Que vous m’agressiez passe mais que vous vous mettiez vos propres opinions sur celles que vous présupposez tenues par les habitants vivants en Alaska ou tout au Nord du Canada, c’est tout de même osé ! C’est moi-même quelque chose que je ne ferai pas. Vous ne savez absolument pas ce que ces gens pensent et penseraient : vous n’appartenez pas à leur peuple. Quel orgueil tout de même. Ce que j’ai vu, c’était simplement des personnes très inquiètes & désemparées face à la transformation radicale de leur environnement naturel qui détruisait leurs maisons. Mais c’est sans doute juste un détail pour vous qui pouvez choisir de quitter ou non votre foyer selon votre volonté à la différence de ces gens.

        Pour les gens des Maldives ou d’Océanie, là aussi, les gens n’ont certainement rien à faire de nos divergences de point de vue : leur niveau de vie n’est pas le nôtre ! Et pour ceux d’entre eux (peut-être minoritaires encore, je le concède) qui ont leurs maisons dans l’eau, ils méritent tout de même un peu + de respect de votre part. Parce qu’en parlant de manipulation d’info pour le grand public dont je fais partie, vous sous-entendez quand même clairement que leur situation est finalement très secondaire, que les faits qui les touchent sont négligeables. Ils seraient heureux de l’apprendre. Là encore, vous vous mettez vous-même au-dessus d’autres personnes avec beaucoup de facilité.

        Et vous n’avez voulu retenir de mon commentaire que ce que vous avez voulu y voir vous-même. Vous ne l’avez pas lu correctement, vous contentant de copier-coller vite fait des extraits. Personnellement, je pose la question autour de la cause du réchauffement (quelle est-elle exactement ?). Je dis aussi qu’on en fait trop autour du phénomène. Et je ne dis pas que les opposants ont tort, je dis simplement qu’on peut remettre en doute leur neutralité scientifique, en tout cas de certains d’entre eux. Ce qui est bien différent.

        Après oui, je ne suis pas scientifique. Oui, je me suis fié à certains reportages. Libre à vous de penser que j’ai été naïf et influençable. Mais ce n’est en rien méprisable. J’ai toujours accepté de corriger un point de vue si je le savais erroné avec le temps. A partir du moment où on me le démontre. Par contre, le ton que vous adoptez avec moi & sans doute avec ceux qui émettent un avis différent du vôtre pose tout de même question : quand on se met à être aussi violent, « explosif », l’intention est forcément trouble, négative, mauvaise. Il s’agit juste de « casser » l’avis divergent, pas d’avoir un débat constructif.

        J’aurais préféré, si vous aviez été honnête dans votre attitude, recevoir non pas un seul lien mais plusieurs liens étayés par VOTRE avis personnel, et surtout lui, centré sur le sujet de l’article. Je peux nuancer mon avis voire le changer. Or là, vous demeurez dans l’attaque personnelle sans argumenter sur la question posée. Ce qui est suspect d’emblée. Vous avez peut-être raison sur le fond mais ici en l’occurrence, vous tendez à montrer en plus de votre orgueil une malhonnêteté morale certaine.

        Cordialement

    • Ellypso,
      Je suis, comme vous,un gros consommateur de documentaires. Pour pas mal de raisons, je suis un climat-sceptique. Donc, à moi aussi de raconter une anecdote. J’ai vu, lu et entendu un doc. sur des glaciers de Patagonie qui montrait deux glaciologues sur un glacier local, l’un Argentin, l’autre Scandinave, échangeant en anglais, l’ensemble sous-titré avec un commentaire en voix off en français. A un moment,l’invité dit sa surprise devant l’épaisseur du glacier; l’ Argentin répond que, oui, étonnamment, ce glacier qu’il étudie depuis des années, grossit. Et le Scandinave de faire écho en disant, c’est curieux chez nous aussi,il y a des glaciers qui progressent. Et pendant ce dialogue sous-titré, la voix off continuait imperturbablement son commentaire sur le drame du réchauffement climatique… C’était sur le terrain.
      En tant qu’historien, je pourrais citer quantité d’exemples comme ceux que vous avez évoqués, dans un passé récent ou séculaire,ou millénaire (pas en million), sans douter de votre sincérité. Je pense donc qu’il n’ y a rien qui prouve qu’il se passe quelque chose objectivement. D’autre part, il est beaucoup plus attractif commercialement de susciter une crainte, qui va entraîner des investissements industriels,comme les éoliennes, les photovoltaïques, sans rentabilité hors « réchauffement carbonique »., tout en continuant l’exploitation des ressources classiques.
      En tapant ce commentaire, je viens de voir au journal d’A2 un reportage sur des scientifiques français en Arctique qui vont faire un millier de km avec des carottages « pour comprendre l’influence du carbone sur le climat ». C’est donc que,pour l’instant,ils ne le savent pas. Pourtant toute la démarche  » réchauffiste » est basée sur l’affirmation du carbone anthropique comme cause du « réchauffement »…
      Cordialement vôtre.

      • Merci René pour la réponse COURTOISE et ARGUMENTEE que du coup, je suis à même de recevoir et d’exploiter personnellement. En effet, je suis d’accord avec vous : au bout du compte, on entend un seul son de cloche en faveur du réchauffement. N’étant pas scientifique, je reçois comme tout 1 chacun ce qu’on me sert (et pourtant, j’évite TF1 ou France 2 ou 3).

        En fait, mon tout 1er commentaire n’était en rien une prise de partie pour ou contre : il n’était que l’expression de mon interrogation face à ce débat passionné entre pro et anti réchauffement & la situation de personnes dans le monde, minoritaires je le sais, qui ont déjà perdu leurs maisons. Etant travailleur social, je pense que c’est aussi cette détresse humaine qui me fait passer cette situation en priorité.

        L’internaute nommé « Pecqro » n’a quant à lui manifestement pas du tout saisi le fond de mon texte : endoctriné dans l’anti-réchauffement (du coup, c’est l’inverse de beaucoup), il a vidé lâchement sa hargne sur moi : derrière son clavier, c’est toujours facile d’agresser gratuitement et d’avoir un discours creux proche de l’invective. Déjà l’attitude est éminemment suspecte : violente & sans aucun argumentaire. Agresser une personne sans nourrir le débat s’appelle jeter de la poudre aux yeux pour éviter la discussion : c’est de la malhonnêteté intellectuelle parfaite. Et cette personne l’incarne ici précisément.

        Effectivement, je suis sincère et honnête. J’ai dit les choses telles que je les conçois actuellement. Mais ce n’est pas fixé. J’essaie d’écouter aussi le discours opposé au réchauffement. Car je suis homme de mesure naturellement. En fait, je me suis aperçu que du côté des « antiréchauffistes », c’est le manque de remise en cause du mode économique actuel qui m’empêche d’y adhérer plus. Beaucoup de financiers, de personnes voulant un libéralisme économique total sont de fermes tenants de l’anti-réchauffement. Ce qui m’effraie car ce sont ces mêmes personnes qui détruisent chaque jour un peu plus la Terre par leur cupidité sans bornes. Je pense que c’est là que réside ma défiance pour la thèse anti-réchauffement officielle où on sent que les brides apportées nécessairement par une conscience écologique authentique dérange l’appétit financier de beaucoup. Je ne nie toutefois pas qu’à l’inverse, de nouveaux marchés s’ouvrent aussi du côté des « réchauffistes » mais c’est moins prégnant. Et puis, ces nouveaux marchés sont accompagnés d’un discours « éthique » qui appelle l’adhésion… du CŒUR ! Et ça compte aussi : l’humanité avance avec la passion et les sentiments nobles (compassion, empathie, courage notamment). C’est ce qui donne les expériences humaines les + belles et les + intenses.

        Je trouve aussi que trop souvent les « anti-réchauffement » montrent fort peu de considération pour la conservation de la beauté de notre planète et sont dans une attitude de supériorité de l’Homme sur le reste des êtres vivants. Leur vision de la Terre est essentiellement anthropomorphique, sans empathie pour la faune et la flore planétaires, en tout cas pour l’instant. Elle apparaît de ce fait très EGOÏSTE, négative.

        Merci René d’avoir perçu ma position réelle sur le thème du réchauffement climatique. Ca n’était tout de même pas si compliqué de prendre le temps de me lire VRAIMENT… et de m’apporter une VERITABLE réponse solide et RESPECTUEUSE.

        Cordialement.

        • Ellypso,

          Il me semble, à vous lire, que vous ne distinguez pas suffisamment clairement réchauffement climatique et réchauffement climatique anthropique (RCA).

          Se montrer sceptique, en ce qui concerne la cause humaine dans le réchauffement, en l’absence aujourd’hui encore de démonstration solide et finalement recevable, n’est qu’une manière somme toute normale et respectueuse de la démarche scientifique.

          Peuvent être cités :

          « Il n’y a aucun lien prouvé entre réchauffement global et activités humaines » (Yury Izrael, vice président du GIEC – Novosti mai 2005)

          « Il n’est pas possible d’exclure que le changement climatique puisse être dû aux causes naturelles. Il est plausible que l’homme ne soit pas à blâmer » (Antonio Zichichi, président de la Fédération Scientifique Internationale, 27 avril 2007)

          En revanche, quand je lis des propos tels que (entre autres, ce ne sont que des exemples) :

          « On doit dire clairement qu’on veut redistribuer de facto la richesse grâce à la politique climatique. On doit se débarrasser de l’illusion que la politique climatique internationale est une politique d’ordre écologique. » (Ottmar Edenhofer, responsable du Groupe de Travail 3 du GIEC)

          « Nous cherchons un nouvel ennemi pour nous unir et nous pensons que … la menace du réchauffement climatique devrait faire l’affaire. »
          Club de Rome, 1991

          … j’avoue mon désaccord le plus total avec ceux-ci.

          J’y vois là une sorte de preuve de la dérive inacceptable d’une science instrumentalisée, pseudo-scientifique et politisée.

          La foi dans cette espèce d’écologisme moralisateur que vous exposez à l’envi dans votre post n’est pas, dans mon propos, remise en cause. Vous avez la liberté de croire à ce que vous voulez. Mais elle n’est pas de même ordre que ce qui a trait à la science.

          Cordialement.

          • A JG2433

            Je n’ignore pas que la Terre a un cycles alternant glaciations et de réchauffements depuis des millions d’années. Je crois seulement que l’homme a accéléré la venue de la prochaine ère chaude par une pollution croissante & + agressive sur l’environnement (mais le CO2 n’est pas forcément la vraie cause humaine à mes yeux).

            Et effectivement, je suis tout à fait prêt à admettre que la thèse « réchauffiste » est truquée par des intentions malhonnêtes si elles ne sont qu’un moyen de redistribuer les cartes du jeu économique pour permettre aux pays occidentaux à se garder la + grosse part du gâteau dans le monde. Je commence d’ailleurs à y croire de + en +. Donc vos citations ne me surprennent pas vraiment.

            Ce qui est finalement inquiétant, c’est que personne dans les 2 camps ne semble au bout du compte sincèrement s’occuper de la planète, sauf peut-être beaucoup d’anonymes qui comme moi sont jugés sans doute trop affectifs, idéalistes, par quelques scientifiques & surtout le + souvent par beaucoup d’économistes et tenants du camp anti-réchauffement. Car au bout du compte, on en revient, je le vois, à de banales histoires de gros sous. Et c’est sans doute là le nerf de la guerre qui explique pourquoi les gens « spécialistes » des 2 bords s’étripent sur le sujet. L’argent, l’intérêt sans frein, la cupidité…

            D’un côté, on tente apparemment d’imposer une dictature de pensée « réchauffiste » pour ouvrir de nouveaux marchés & les faire perdurer, de l’autre, on s’oppose pour ne surtout pas remettre en cause l’ordre économique mondial tel qu’il est actuellement, et donc le laisser toujours aussi polluant & destructeur pour la Terre. Entre manipulation & conservatisme économique, la question est effectivement bien mal abordée & les vrais problèmes écologiques en grande partie éludés par conséquent, les intérêts financiers particuliers étant le seul véritable enjeu (secret) au final.

            Bien à vous

          • En matière d’économie, il ne faut pas oublier que vous vivez dans exactement le même paradigme doctrinaire que pour le réchauffement climatique : vous n’entendez jamais qu’un son de cloche anti-libéral, « la science socio-économique a définitivement tranché : c’est la faute au libéralisme. ». Ca devrait vous mettre la puce à l’oreille. La « cupidité sans borne » est, comme la bêtise, la tendance à rejeter sur autrui ses responsabilité et ses fautes, etc. un trait de caractère humain qui s’exprime au moins aussi bien, pour ne pas dire mieux, dans une société anti-libérale comme la nôtre. « Quand le droit bavarde, le peuple ne l’écoute plus que d’une oreille distraite », et si de bonne lois de protection de l’environnement sont nécessaire, elles ne sont possible que si elle sont limitées à des objets bien précis et objectivables. L’écologie politique façon GIEC et EELV est en train de détruire la cause environnementaliste.

    • Je me réponds à moi-même : c’est pour nuancer mon propos ci-dessus. En effet, suite à l’échange intéressant avec 2 personnes anti-réchauffement » ci-dessous, & grâce à leur courtoisie, j’ai pu creuser davantage… Du coup, mon opinion n’est + tout à fait la même. Mais je dois continuer à rester ouvert.

      Ce qui m’ennuie, c’est ce qu’exprime René Le Honzec dans la réponse qu’il me fait : la manipulation de certains documentaires pour faire admettre la thèse du réchauffement climatique à cause de l’homme. Il est vrai que les voix-off couvrent les propos originaux des protagonistes des docus. Alors avis à vous : donnez-moi des liens de documentaires ou articles en anglais (non-traduits) ou en français pour m’aider à y voir + clair. Merci.

      • Pour compléter notre échange, et répondre un tant soit peu à votre désir de vous informer, vous pourriez opportunément consulter les sites suivants (ce ne sont que des suggestions de ma part) :

        http://www.pensee-unique.fr/

        http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/

        Par leur intermédiaire, d’autres liens vous seront proposés vers d’autres sites référencés, beaucoup d’articles, tant en anglais qu’en français.

        Pour une démarche à visée plutôt philosophique, vous pourriez, lire André Compte-Sponville – pour autant que vous ne l’ayez pas déjà lu, évidemment :

        http://comte-sponville.monsite-orange.fr/

        dont j’ai apprécié de l’auteur cet ouvrage :

        Le capitalisme est-il moral ?, Albin Michel, 2004 ; rééd. Le Livre de Poche, 2006 ; réédition augmentée (avec une postface inédite), Albin-Michel, 2009 ; Le livre de Poche, 2010.

        Bonnes lectures.

        Cordialement

  • L’American Physical Society compte plus de 50.000 membres. Une démission ne me semble pas constituer un évènement considérable, même s’il s’agit d’un prix Nobel.
    D’autre part, je remarque, depuis un certain temps,que les scientifiques qui nient le réchauffement climatique sont souvent très agés. Ivar Giaever a plus de 80 ans et a obtenu son prix Nobel il y a 40 ans. Idem pour Zichichi, l’un des signataires dans votre liste, et pour d’autres. Je ne fais pas d’ostracisme anti-vieux, mais il existe un dicton qui dit : « si un savant agé vous annonce qu’une chose est possible, vous pouvez le croire les yeux fermés, mais s’il vous affirme qu’elle est impossible, vous feriez mieux d’en douter ».

    • Il s’agit juste par cet appel de pointer qu’il n’existe aucune preuve scientifique du réchauffement climatique antropique. Et ceci, est irréfutable.
      Le RCA est une théorie, assez fumeuse, qui est reprise à plus soif car elle permet de culpabiliser (et de taxer) l’homme blanc. Les autres peuples n’en ont cure. En plus, elle masque les vraies catastrophes écologiques de l’industrialisation sans limite, sans raison.

    • La raison est expliqué dans l’article non ?

      « […] de nombreux jeunes scientifiques disent furtivement que, quand bien même ils ont des doutes sur le message au sujet du réchauffement climatique, ils ont peur de parler de crainte de ne pas être promus, ou pire encore. »

      Les vieux, eux, sont en fin de carrière. S’ils se font virer pour leur positions, au pire, ils partiront en retraite un peu plus tôt. Contrairement aux jeunes, ils ont peu à perdre.

    • « il existe un dicton » ça c’est du scientifiquement lourd !
      Moi qui croyais que plus une personne était âgée, plus elle avait de savoir de sagesse et d’expérience…
      Il y a environ 50000 membres à l’APS, mais il n’est pas nécessaire d’être scientifiques pour être membre. Donc, on ne connait pas la proportion de bouchers charcutiers à l’APS. Alors si, un physicien prix Nobel qui démissionne constitue un évènement considérable.

  • De toute façon, réchauffement ou pas, il faut bien constater que sa récupération politique est un désastre économique pour les pays développés. Nous développons à grand frais des alternatives au pétrole (bio masse, éolien, solaire, …), de façon à ce que les pays émergents, la Chine en premier, brûle avidement à petit prix le pétrole que nous économisons. Bref, cela nous coûte très cher, en argent et en emplois, mais au final cela ne change rien au problème … Tout le pétrole sera consommé !

    • Effectivement. Selon le dogme réchauffiste, il faudrait mieux que les pays dévellopés consomment le pétrole, plutôt que la Chine, car un baril utilisé en Europe « pollue » moins.

  • Ça n’est pas la 1ère fois, loin de là, qu’un membre éminent quitte l’APS pour sa position sur le RCA.

  • http://www.actualites-news-environnement.com/27806-2011-annee-chaude.html

    Quelqu’un aurait des courbes sous la main, pour comparer avec les affirmations du lien ci-dessus ? Je n’arrive plus à retrouver le fameux site qui les liste si bien…

  • Ah ah ! Il ne faut pas exagérer, le réchauffement climatique existe. Il ne faut peut être pas être alarmiste, mais quand même ! La fonte des glaces, ce n’est pas un concept. Mais, à la décharge de certains qui vivent du pétrole et de l’enrichissement malsain sur des ressources naturels (moi théoriquement aussi), c’est plus facile de se bander les yeux et d’essayer de ne rien voir, que de changer un système tout entier !

    • il existe une période récente plus chaude que les précédentes. Ca oui. Mais un « réchauffement climatique », ça par contre, rien ne le prouve. Et on a encore moins de preuve que le CO2 un joue un rôle notable.
      Et il faut dire que c’est bien dommage, car un bon réchauffement de 1 ou 2°, et un taux de CO2 décuplé (sachant qu’on part de 0,04% !) ferait beaucoup de bien à la planète.
      En fait, osons le dire : Gaïa a crée l’homme pour lui faire faire de l’exercice, bruler ses graisses (les combustibles fossiles) et les remettre en circulation, élaguer l’arbre de l’évolution et lui donner un bon coup de fouet. Voilà une thèse écolo-humaniste qu’on n’entend pas souvent, mais qui n’est pas plus stupide que celle de l’homme parasite-nuisible de l’écolo-terrorisme qu’on entend tous les jour et qu’on finance même avec de l’argent public.

      • P à écrit:
        « Gaïa a crée l’homme pour lui faire faire de l’exercice, bruler ses graisses (les combustibles fossiles) et les remettre en circulation, élaguer l’arbre de l’évolution et lui donner un bon coup de fouet. Voilà une thèse écolo-humaniste qu’on n’entend pas souvent, »

        J’aime LOL !

        Ça et l’absurdité du non-suicide des gens qui ne cessent de décrire l’homme comme un nuisible.

        -« Mais vous êtes un homme vous aussi? »
        -« … euh….Pas du tout ! »

    • « La fonte des glaces, ce n’est pas un concept. »
      ————————-
      La glace des glaciers, du moins, là où l’on dispose des données, a commencé à reculer depuis plus d’un siècle, bien avant l’hystérie du CO2. Vous ne trouverez aucun exemple qui déroge à cette règle (sans mentionner bien sûr les glaciers qui avancent, comme en Norvège ou dans les Alpes néo-zélandaises, que les réchauffistes balayent bien sûr sous le tapis).

      La glace de la banquise (arctique+antarctique) n’a pas changé de superficie depuis que les mesures existent, càd à peine 30 ans. Mais là encore, l’Eglise de Climatologie de parlera que de là où la glace fond, en Arctique, fonte qui n’a rien d’exceptionnel par rapport à celles qu’on trouve dans les années 1910 ou 1940.

      Donc étant donné que les climato-hystériques ne racontent que des demi-vérités, oui, la fonte des glaces, c’est bien un « concept ».

  • Au Groenland, contrairement aux propos alarmistes du WWF, les habitants semblent plutôt satisfaits de pouvoir planter quelques légumes et récolter un peu de foin pour le bétail. Comme ils sont très dépendants du continent, ils apprécient de bénéficier d’un peu d’autonomie supplémentaire et, par ce biais, de faire quelques économies.

  • dans le bénéfice du doute ne faudrait-il pas être plus prudent dans les allégations que le rechauffement de la temperature est un leurre ?
    j’ai l’impression de me retrouver dans la même position lorsque j’entend les négationistes de la shoa ou du génocide armenien !
    quel bénéfice peuvent-il avoir de crier haut et fort ce qui est en train de ce passer sur les desastres de la Terre ?
    les scientifiques ne sont que des hommes payés par une serie de services qui ne sont pas toujours au service de la santé des humains parce que le profit de l’immediat est plus important que de preserver une Terre pour les générations futures !

    • climat-sceptique=négationniste: bravo,point Godwin!

    • il faut toujours être prudent … quand on veut forcer les gens à faire des choses « pour leur bien ». Et, en la matière, il est bien clair que se sont les tenants de la théorie du réchauffement climatique anthropique (RCA) qui veulent créer de nouvelles obligations ; c’est à eux d’être prudent. Les sceptiques sur le RCA ne veulent forcer personne ni interdire rien à personne, si ils se troupent ce n’est pas grave (pas encore).

      Il faut, en la matière, considérer qu’on est en présence d’un culte de la licorne rose invisible : les gens croient ce qu’il veulent, aussi bien qu’il y a ou qu’il n’y a pas de réchauffement, qu’il est ou qu’il n’est pas provoqué par la combustion de fossiles, nous n’avons rien à dire … tant qu’il ne prétendent pas nous enrôler de force dans leur liturgie alors que nous pensons le contraire d’eux.
      Le jour où on disposera de preuves scientifiques sérieuses, on en reparlera ; en attendant, il faut appliquer le principe de prudence, et donc s’abstenir d’édicter des règles contraignante potentiellement nuisibles sur des bases douteuse pour des gains hypothétiques.

  • J’ai vécu au Canada, Québec. Et l’anecdote est la suivante:
    – mission de terrain, forage de sol en compagnie d’un inuit, grande vague de froid, plusieurs animaux sauvages morts de froid = et mon guide de me dire « Global Warming??? My Ass ».

    Ensuite, je pose la question suivante :
    Qui a décrété que le climat actuel était le meilleure pour l’humanité?
    Sous prétexte que l’on vit maintenant, alors sil serait bon pour nous et la planète?
    Mais il faisait plus froids il y a 200 ans.
    Mais il faisait beacoup plus chaud il y a 800 ans.
    Et encore plus il y a 2500 ans.
    Donc tous les humains à ces différentes époques pouvaient légitimement dire que le climat était le meilleur, et qu’il ne faudrait plus qu’il change… Puisqu’ils n’en connaissaient aucun autre !!!

    Enfin pour finir : le climat n’a jamais cessé de changer. C’est d’ailleurs là sa seule « stabilité ». Et ceux qui soutiennent que l’homme est responsable du « changement climatique actuel » car c’est le plus rapide, et le plus important jamais vu… Et bien ces gens là sont soit des menteurs soit des ignorants.
    voir ici une courbe de température du groënland depuis 10 000 ans
    http://www.foresight.org/nanodot/wp-content/uploads/2009/12/histo3.png

  • Le débat sur le changement climatique est passionnant. Mais ce genre d’article résolument orienté n’apporte honnêtement rien d’intéressant au débat.

    Quand aux personnes qui balancent des courbes sans citer les sources ou les liens vers les rapports qui les accompagnent, vous vous rendez bien compte qu’on ne peut pas vraiment apporter de crédit non plus à vos arguments?

    Bref, pendant ce temps là, des scientifiques intégres continuent de faire leur taf, loin des partisans. Les modèles climatologiques progressent, ils sont tous différents, et c’est tant mieux. On verra bien quelles conclusions en sont tirées. En attendant, un petit article de la NASA (libre à vous de croire que cette institution gouvernementale fait partie d’un complot mondial!):

    http://climate.nasa.gov/news/index.cfm?FuseAction=ShowNews&NewsID=668

    • « En attendant, un petit article de la NASA (libre à vous de croire que cette institution gouvernementale fait partie d’un complot mondial!): »
      —————————
      Il s’agit pas de la Nasa, il s’agit du GISS de la Nasa, un organisme dirigé Hansen, un activiste ouvertement climato-hystérique et pro-nucléaire qui n’hésite pas à comparer les wagons de charbon aux trains de la mort des Nazis et à accuser l’industrie des énergies fossiles de crime contre l’humanité. Bref, le GISS a autant de crédibilité pour parler du climat que Madoff pour parler de l’éthique dans la finance.

      La courbe du GISS sera crédible le jour où Hansen arrêtera de la trafiquer, en abaissant la température d’avant 1950 (oui, la climatologie réchauffiste arrive à refroidir le climat du passé !) pour maintenir l’illusion d’un réchauffement. D’ailleurs, c’est hautement ironique qu’une officine de la NASA ne veuille pas utiliser les mesures par satellite mais préfère pondre sa courbe à partir de mesures de rares stations terrestres (dont le nombre a été divisé par 3 depuis 1980) sur lesquelles, elle fait des ajustements totalement arbitraires, mais toujours dans le sens d’un réchauffement. Tout ça est prouvé, documenté et dénoncé depuis longtemps. A l’heure d’internet, ne pas le savoir et continuer de répéter comme un perroquet la propagande réchauffiste, c’est non seulement impardonnable, c’est stupide.

    • La source était dans l’article (il suffisait de remonter d’un slash pour l’avoir).

      http://www.ncdc.noaa.gov/paleo/metadata/noaa-icecore-2475.html

      il s’agit juste d’une reconstruction de température par carottage glaciaire.

      Et surtout, pas besoin de « balancer des courbes », ni citer les sources (se sont toutes les mêmes les sources). Mais ce sont juste les interprétations qui différent.

      Les Réchauffistes disent que le climat est déréglé, car ils se basent sur une portion de la courbe. Depuis 1880 environ (début de l’aire industrielle). Et donc que ce dérèglement est du à l’homme.
      Les autres estiment (ils n’affirment rien, ils estiment) que le climat a toujours changé, et que l’homme n’est en rien responsable de la variation actuelle. La variation actuelle ne serait du qu’à la sortie du petit age glaciaire.

      Voici une autre courbe :
      http://www.ncdc.noaa.gov/paleo/metadata/noaa-icecore-2453.html (données sources)
      http://www.foresight.org/nanodot/wp-content/uploads/2009/12/vostok.png

      Elle porte sur les reconstitutions en antarctique (site de Vostok) sur plus de 400 000 ans. L’échelle des ordonnées se lit en écart par rapport à la moyenne actuelle (le zéro).
      Et l’on voit très bien que les 6000 dernières années sont plus chaudes. Et que la tendance naturelle est bien à un refroidissement.

      Enfin pour finir sur le lien que vous donnez:
      L’auteur est James Hansen, le pape, le promoteur du RCA et du GIEC.
      Et il dit ceci : »We know the planet is absorbing more energy than it is emitting, » said GISS Director James E. Hansen.
      Ceci est un postulat de départ des modèles du climat mais n’avait jamais été vérifié.
      Hors plusieurs études faites récemment à partir des données satellitaires montre que c’est totalement faux. Au contraire même la terre irradie plus que prévue, beaucoup plus que prévue.
      Ce qui ne colle pas du tout avec les modèles.
      http://www.scribd.com/anon_778866830/d/61161272-On-the-Misdiagnosis-of-Surface-Temperature-Feedbacks-from-Variations-in-Earth%E2%80%99s-Radiant-Energy-Balanc

      Vous écrivez:
      « Les modèles climatologiques progressent, ils sont tous différents, et c’est tant mieux »
      Justement c’est là le hic :
      1) ils ne sont pas tous différents.
      2) quelques soit les données d’entrées ils donnent tous les mêmes résultats (à quelques % près). Ce qui n’est absolument pas normal !!!

      • Donc pour vous un carottage au milieu du Groenland donne la température de tout le Groenland. C’est une idée.

        Malheureusement quand je vais sur le site du NOAA j’ai l’impression que vous devriez éviter de citer ces gens là. Ce sont de dangereux faussaires à la solde du GIEC!

        La preuve, quand ils compilent leurs séries de données (pas celles d’un seul carotage merci), ils en font quoi? Des courbes pour les rapports de l’IPCC (l’autre nom du GIEC comme vous le savez):

        http://www.ncdc.noaa.gov/paleo/pubs/pcn/

        Ah les salops, tous vendus!

  • La mauvaise fois et la facilité de ces thèses est accablante.

    Comme à chaque fois on évoque la politique, on cite quelques noms, mais jamais on aborde les mécanismes scientifiques, jamais on ne confronte les thèses sur le plan des mécanismes scientifiques !

    Donc, on fait de la religion et les faux libéraux de contrepoints.org par facilité, par paresse, parce qu’ils ne comprennent pas que l’écologie politique n’est pas l’écologie et parce qu’ils voudrait que tout soit facile et que rien ne remette en question leurs croyances ni la marche de leurs vies, prétendent sans preuves, qu’il n’y a pas de réchauffement climatique d’origine humaine.

    Les libéraux comme moi qui avons étudié le sujet ne peuvent qu’être anti-nucléaire, anti-arme-atomique et anti-gaz à effet de serre, comme la parti libéral écologiste en Suisse !

    Pourquoi ?

    Parce que les faits sont têtus, les faits, pas la politique !

    Les faits sont les suivants :

    Si un jour, nous consommons sur terre, la dernière goutte de pétrole, le dernier volume de gaz et le dernier kilo de charbon disponible sur terre, alors, nous assisterons à l’extinction des espèces vivantes sur terre, dont, l’espèce Humaine !

    Cela est IRREFUTABLE !

    Après, vous pouvez toujours prétendre que sur le court terme nous ne maitrisons pas les interactions précises, que nous ne savons pas dissocier les causes exogènes (activité solaire etc.), que nous comprenons mal le climat, mais sur le long terme, il n’y a aucun doute, l’Homme est entré comme l’explique non les politiques ou les faux libéraux, mais les biologistes, l’Homme est entré dans un phénomène Hyperthélique (condamnation d’une espèce par incapacité à gérer un attribut, en l’occurrence l’incapacité de l’espèce humaine à gérer la technologie)…

    Vous voudriez peut-être aussi évoquer le nucléaire en termes aussi légers ?

    Raisonnons simplement, nous aurons bientôt 1000 tonnes de plutonium en France, selon les prévisions de production. Ces produits sont radioactif sur 300 000 ans (Homo sapiens a 200 000 ans d’existence), les meilleurs bétons résistent 120 ans, les meilleurs résines résistent 300 ans.

    Donc, il faudra reconditionner ces tonnes de déchets tous les 100 ans, plaçant à chaque fois le contenu dans un nouveau contenant, le contenant devenant lui même radioactif avec le temps !

    Mais il sera impossible d’assurer l’entretient sur 300 000 ans, déjà, il n’est même pas certain qu’on y parvienne sur 1 siècle !

    Donc, il y a déjà suffisamment de déchets nucléaires de longue vie sur terre, pour qu’à l’avenir, au gré des accidents, des catastrophes, des guerres, on ne finisse par irradier toute la planète…

    Seul 0.01% des humains semble disposer d’une prédisposition génétique pour résister à la radioactivité (et encore, l’atout demeure marginal), va t on repeupler la terre sur ces 0.01% ?

    Donc, l’Homme est entré dans un processus Hypertélique, incapacité de gérer en conscience l’attribut technologie propre à le décimer…

    Les déchets nucléaire il faudra les envoyer sur la lune ou les enfouir sur d’autres planètes, nous ne pourrons pas les conserver sur terre et la construction donc d’un ascenseur spatial nous coutera donc la ruine de plusieurs pays…

    Le réchauffement climatique c’est la même chose, la négation de la responsabilité de l’Homme.

    Les libéraux prétendent qu’on ne peut pas endetter nos enfants et petits enfants, mais les vrais libéraux (en Suisse), prétendent eux qu’on ne peut pas endetter l’espèce Humaine à venir de stocks de CO2 et de centaines de milliers de tonnes de plutonium !

    • « Les faits sont les suivants :
      Si un jour, nous consommons sur terre, la dernière goutte de pétrole, le dernier volume de gaz et le dernier kilo de charbon disponible sur terre, alors, nous assisterons à l’extinction des espèces vivantes sur terre, dont, l’espèce Humaine !
      Cela est IRREFUTABLE ! »

      Au XVIe siècle, un autre abruti aurait pu dire à peu près ceci :

      Les faits sont les suivants :
      Si un jour, nous consommons sur terre, le bois du dernier arbre, la dernière goutte de pétrole des affleurements et le dernier kilo de tourbe disponible sur terre, alors, nous assisterons à l’extinction des espèces vivantes sur terre, dont, l’espèce Humaine !
      Cela est IRREFUTABLE !

      Heureusement, des gens intelligents et entreprenants ont creusé des mines pour exploiter le charbon, ont foré des puits pour exploiter le pétrole sous-terrain et le gaz et des physiciens ont travaillé sur l’atome et on a extrait l’uranium disponible. Bref, ils ont cherché ce qui était alors invisible et ils l’ont trouvé.
      Mais bon, on ne peut pas demander à ceux qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et qui ont l’imagination d’une pomme de terre, de trouver d’autres sources d’énergies et encore moins d’aller les chercher. Ils n’ont sans doute jamais entendu parler de l’hélium 3 (entre autres) qui se trouve en grande quantité sur la surface de la Lune et que les Chinois exploiteront quand les Européens feront des ménages pour le reste du monde…

      • @Abitbol :

        Je ne suis pas en désaccord avec votre analyse, mais vos injures démontrent que ce qui nous sépare n’est pas le libéralisme (quoi que, comment un libéral peut-il soutenir la planification de l’industrie nucléaire par l’impôt ?) mais le scientisme.

        Il y a une différence entre une usine AZF qui tout au plus peut détruire une ville et une bombe atomique qui fait 150 fois la puissance de Hiroshima, propre à engendrer l’extinction de l’espèce Humaine si elle était tirée (hiver nucléaire) et pour laquelle le risque zéro n’existe pas (on ne compte plus les accidents sur les armes atomiques).

        La différence est là, entre science et scientisme.

        Le scientisme est la croyance que la technologie peut tout, qu’elle peut même régler inéluctablement l’ensemble des problèmes engendrés par la technologie.

        La science au contraire est le doute, la raison, le questionnement, les mathématiques, la probabilité…

        Le risque zéro sur les armes atomiques n’existe pas (aux USA ils ont perdu une arme atomique pendant plusieurs heures en 2007, par erreur un pays scandinave a tiré une arme atomique heureusement non chargée sur la Russie… qu’elle aurait été la conséquence si par erreur on l’avait tiré sur la Corée du Nord ?).

        Cela signifie, que si l’Humanité ne renonce pas à l’arme atomique, un jour, il est statistiquement inéluctable que l’humanité, puisque le risque zéro n’existe pas sur cette technologie, s’annihile elle-même.

        A divers degrés le nucléaire faussement nommé civil (car une centrale nucléaire sert à fabriquer des bombes atomiques et non de l’électricité, une centrale nucléaire n’étant qu’une machine à vapeur…), le réchauffement climatique, font courir un risque d’extinction à l’humanité.

        Le scientisme est basé sur le croyance de la supériorité de l’espèce humaine sur son destin, sur son environnement.

        Mais des espèces vivantes disparaissent-elles d’elles mêmes ?

        Oui

        Cela porte un nom, phénomène hypertélique.

        Exemple :

        Le tigre aux dents de sabre, qui, à cause de dents qui faisaient 30cm de long, ne pouvait plus se nourrir et finit par disparaitre.

        Ceci est la preuve que l’environnement fait naitre des espèces vivantes incapables de gérer leurs attributs (ici l’attribut « dent de sabre ») et qui lui deviennent inadapté.

        L’Homme est-il au sommet de l’évolution ?

        Pourquoi ne sommes-nous pas encore entré en contact avec des extra-terrestres alors que l’univers doit grouiller de vie ?

        Sommes-nous au sommet de l’évolution ?

        Sommes-nous en capacité de gérer notre attribut, l’attribut technologie sans nous annihiler à cause de ce dernier ?

        Etonnamment les biologistes et physiciens de plus en plus nombreux conçoivent que l’Homme est entré dans un processus hypertélique.

        Il y a une différence entre le mec qui meurt pour inventer l’aviation, cet autre qui meurt dans une explosion pour inventer la machine à vapeur et le fou qui bricole une arme atomique propre à annihiler toute vie sur terre !

        Il y a une différence entre constituer un stock de déchets nucléaires qui sur le long terme contamineront statistiquement, obligatoirement, la terre entière et le fait de faire exploser une usine AZF qui tout au plus ne détruira qu’une agglomération.

        Il y a une différence entre les technologies à impact local et celles à impact global.

        L’Homme est incapable de réaliser cette dissociation et le scientisme est si développé, même chez les libéraux, que ces derniers soutiennent la planification de l’industrie nucléaire !

        Le nucléaire est une technologie expérimentale non opérationnelle (aucune solution pour les déchets, aucune stabilité du réacteur, aucune solution de démantèlement pour les usines type la Hague), qui ne fut développée qu’à cause de la planification et du collectivisme.

        Lorsque les entreprises privées découvrir les dangers de la radioactivité, en conscience, car les entreprises privées sont plus rationnelles que la planification, en conscience elles abandonnèrent leurs développements.

        Seul l’Etat nous a contraint par la planification à répandre dans tout le pays ces bouilloires du diable que sont les centrales nucléaires.

        Le réchauffement climatique c’est la même chose.
        Lisez le résumé du rapport du GIEC destiné aux décideurs, sur leur site, prétendez ce que vous voulez sur le GIEC, mais essayez seulement de contester les arguments scientifiques communiqués…

        Oui, si nous continuons à exploiter les énergies fossiles, la terre ne sera plus adaptée pour hébergée la vie humaine.

        Vous prétendez qu’on aurait pu dire au XVI ème siècle la chose suivante :
        « Si un jour, nous consommons sur terre, le bois du dernier arbre, la dernière goutte de pétrole des affleurements et le dernier kilo de tourbe disponible sur terre, alors, nous assisterons à l’extinction des espèces vivantes sur terre, dont, l’espèce Humaine ! »

        En l’espèce, quels sont les éléments scientifiques qui auraient permis à cette époque ou qui permettrait aujourd’hui d’affirmer une chose pareille ?

        Comment aurait-on pu savoir au 16ème siècle que les arbre étaient impliqués dans le cycle du CO2 et de l’oxygène ?

        En quoi le fait de consommer toute la tourbe disponible sur terre engendrerait l’extinction de l’espèce humaine ?

        Votre démonstration elle-même est infondée, même si nous comprenons dans le fond ce que vous tentiez de démontrer.

        Vous prétendez que nous irons exploiter du minerai sur la lune comme s’il était certain que l’Homme allait par la magie de l’évolution découvrir des solutions technologiques aux problèmes technologiques !

        Et si on ne parvient pas à extraire ce minerai ?
        Et si on ne parvient pas à l’exploiter ?

        Vous avez la certitude que nous trouverons une solution, cette certitude, cette croyance n’est pas rationnelle, pas scientifique, au contraire, cette certitude vous mène à une impasse évolutive…

        Vous prétendez qu’il faut poursuivre le développement de l’industrie planifiée par l’Etat du nucléaire, mais vous dites aussi, que nous ne savons pas ce que demain seront les technologies.

        Donc, admettez, que l’Etat français, lorsqu’il planifie la production de 1000 tonnes de plutonium (nous en possédons actuellement moins de 300 tonnes), à horizon 2060, pour une entrée en service des surgénérateurs (du même type que le surgénérateur de la centrale Monju au Japon, lourdement endommagée suite au séisme en plus de Fukushima et actuellement en instabilité majeur. Le physicien en charge de la sureté de cette centrale c’est suicidé), pour une entrée en service, donc, des surgénérateurs, entre 2060 et 2100, est simplement criminel !

        Vous ne voulez pas endetter vos petits enfants, alors, ne les endettez pas non plus de tonnes de plutonium, de tonnes de déchets nucléaires et de tonnes de CO2

        Car les stocks de déchets nucléaires c’est pas vous qui sur 300 000 ans devrez les entretenir, les souffrir, les payer…

        Vous êtes un planistes, collectiviste scientiste, je suis un libéral rationaliste.

        • Tu dois avoir 15 ou 16 ans, alors je ne perdrais pas mon temps précieux à répondre à ton verbiage débile. Continue à te lamenter et tes gosses (si tu arrives à te reproduire et ce n’est pas gagné) seront les larbins de ceux qui sont conquérants et n’ont pas peur de leur propre ombre.

          • @Abitbol :

            A une certaine époque vous auriez été de ceux qui affirmaient que la terre est plate et tout comme vous m’injuriez avec suffisance et bêtise aujourd’hui, vous auriez été de ceux, suffisants, qui mettaient les scientifiques au buché.

            Les injures que vous m’adressez ne font que vous qualifiez et renforcer la pertinence de l’ensemble des éléments que j’ai soulevé.

            Par ailleurs, vous semblez rechercher un titre, un age, il vous manque un argument d’autorité, un diplôme, une position sociale, pour défaire mon propos, comme vous ne savez pas sur le plan de la rationalité défaire les éléments que je vous transmets, vous présupposez mon age, mon titre…

            Ceci est la marque d’une grande bêtise et d’une pensée normée.

            « … les larbins de ceux qui sont conquérants et n’ont pas peur de leur propre ombre ».

            Imaginez que vos opposants dont je suis, tiennent ainsi le même discours, que vous nous incitez ainsi à avoir, alors, puisque vous avez tort, je dois être moi, conquérant sur votre personne, je dois vous placer sous ma soumission pour vous interdire de nous nuire ?

            Vous démontrez le fascisme de votre idéologie scientiste, collectivisme, votre fermeture à la contradiction, votre refus de la démocratie, votre refus de la raison.

    • Bon, j’ai un peu de temps. c’est le WE.
      1) Il est complètement débile de dire que les sceptiques prétendent sans preuve qu’il n’y a pas de réchauffement climatique d’origine humaine. Il n’y a pas besoin de preuve pour prétendre que qqch n’existe pas. En revanche des preuves sont nécessaires pour prétendre que qqch existe.
      2) Etre anti gaz à effet de serre est de la dernière débilité… ces gaz, comme l’est le CO2, sont nécessaires à la vie. Sans CO2 pas de salut.
      3) Personne à l’heure actuelle ne connait le futur (à part les libéraux écologistes de Suisse qui lisent dans les boules de cristal) et ne peut savoir quelles énergies consommeront nos héritiers dans 2 ou 3 siècles. Tout comme au XVIe siècle, personne ne savait que le charbon, le pétrole et le gaz et le nucléaire seraient exploités de façon industrielle.
      4) Les déchets atomiques ne resteront pas éternellement sur Terre, ils seront envoyés vers le soleil dès que les lancements le permettront en toute sécurité. Cela ne prendra pas des centaines de milliers d’années
      5) 0.01% de 7 milliards, cela fait 7 millions de personnes pour repeupler la Terre, soit plus de monde que 8000 ans avant JC.

      J’arrête là parce que je suis sceptique quant à votre capacité de compréhension.

      • @Abitdol :

        1° Vous prenez deux pots vides en verre. Vous remplissez l’un de gaz d’échappement et vous laissez l’autre vide. Vous refermez les deux pots que vous placez au soleil dehors pendant une journée. Vous mesurez après cette journée la température à l’intérieur de ces deux pots.

        C’est étonnant, le pot qui contient du gaz d’échappement a une température incroyablement supérieure à celle à l’intérieur du pot qui lui ne contenait que de l’air ambiant !
        La température dans le pot contenant le gaz d’échappement peut même être à ce point élevée que le pot lui même peut exploser.

        Si vous prétendez toujours que les gaz à effet de serre ne participent pas du réchauffement de la planète, alors, je vous invite à réaliser vous même cette expérience, accessible, même aux plus sceptiques qui doutent de la capacité de compréhension de ceux qui pourtant réalisent cette expérience !

        Par ailleurs, les carottes glacières nous renseignent sur la composition de l’atmosphère au pôle Nord et au pôle Sud depuis des centaines de milliers d’années, nous pouvons ainsi déterminer que la concentration en gaz à effet de serre dans l’atmosphère terrestre n’a jamais été aussi élevée que maintenant et que les seuls périodes où on se rapprochait de ces données, furent des périodes volcaniques !

        VOILA LES PREUVES, accessibles à qui est suffisamment libre penseur pour aller les chercher.

        2° Les aliments sont aussi nécessaire à la vie, sans aliments point de salut, mais trop manger peut tuer.

        Votre argument est ainsi un sophisme.

        La vie effectivement ne pourrait pas exister sans CO2, mais la vie n’existerait pas s’il y avait trop de CO2, raison pour laquelle la vie commença à se répandre sur terre à la fin de l’age volcanique !

        Par ailleurs des forets sont saturées de CO2 sur des parcelles expérimentales, effectivement, on observe qu’à un certain degré de saturation les plantes croissent plus et plus vite mais on constate aussi qu’à ce régime sur une longue période elle finissent par toute mourir.

        3° C’est justement parce qu’on ne peut connaitre le futur, que planifier aujourd’hui la production de 1000 tonnes de plutonium pour espérer commencer à les consommer dans des centrales nucléaires à partir de 2060 jusqu’en 2100 est proprement délirant…

        C’est comme si en 1900 on avait planifié pour les années 1950 à 2000 une vaste production d’avions et de centrales à vapeur.

        Vous démontrez ainsi par votre propre argument que votre raisonnement sur le nucléaire est faux.

        4° Propulser les déchets nucléaires sur le soleil ?

        L’inefficience humaine dans toute sa splendeur !

        D’une part, on est incapable de fabriquer pareil canon, la Nasa dit que 1% des lancements retomberaient sur terre par accident, ce qui signifie que nous aurions une pluie de centrales nucléaires et en ce qui concerne le plutonium, on est pas du tout certain qu’en cas de chute depuis l’espace, vu la vitesse de chute, on n’engendre pas une explosion atomique, le plutonium étant la matière première nécessaire à la fabrication des bombes atomiques.

        Enfin, on ne connait rien du fonctionnement du soleil, ABSOLUMENT RIEN, nous sommes incapables de modéliser le fonctionnement du soleil et les promoteurs du canon à déchets nucléaires, dans leur fuite en avant, n’ont pas la certitude, que des impacts répétés de déchets nucléaires n’endommageraient pas le soleil !

        Reste donc la construction d’un ascenseur spatial en diamants artificiels, ce qui permettrait d’envoyer les déchets nucléaires dans l’espace sans risque de rechute sur terre, avant, depuis l’espace, soit, de les propulser vers les planètes géantes, soit, de les enfouir sur la lune.

        Sauf que là le cout de construction est équivalent au PIB de plusieurs pays et si on ne trouve pas rapidement d’autres solutions pour les déchets nucléaires, nos descendants ou nous mêmes serons contraints d’effectuer cette dépense.

        Là encore, comme l’essentiel des humains, carpe diem vous croyez à la religion de la science, sans preuves.

        Non, il n’est pas certain que la science demain puisse tout !

        5° Vous êtes fou, cliniquement fou, comme tous les scientistes de votre race.

        Sans coup férir vous envisagez sérieusement d’éliminer 99.99% des humains de la planète et ainsi aussi sans même que vous y songiez, 99.99% des animaux et une bonne part des végétaux, qui, pas plus que les humaines ne résistent à la radioactivité.

        Vous n’êtes par ailleurs même pas certain que 0.01% des humains y survivraient, tout ceci n’étant que théorique.

        Vous préférez courir le risque avéré de décimer l’humanité plutôt que de reconnaitre votre erreur intellectuelle et plutôt que de faire les efforts conceptuels que vous devriez faire pour remettre en cause le modèle technologique qui est celui de l’humanité actuellement !

        Vous devez ainsi bander comme un boeuf, lorsque en ce moment même au Japon, plus de 30 000 enfants sont contraints de se rendre en cours dans des écoles dans la zone de Fukushima avec des radiamètres autours du cou, pour que nous puissions justement tester sur ces cobayes cette théorie du 0.01% d’une population prédisposée à résister à la radioactivité !

        Tout comme vous vous réjouissez que les japonais est tué 200 000 chinois lors de la seconde guerre mondiale pour tester sur eux le développement des armes bactériologiques.

        Vous êtes fêlé et le fait que la majorité des humaines adhèrent aussi fou que vous à ce scientiste, ne change rien au danger de cette religion !

  • Je remarque que mes commentaires sont censurés. Ca doit être la légendaire liberté d’expression proné par les liberaux.

    le WSJ a publié un édito en réponse de celui-ci, co-signé par quelques dizaines de chercheurs travaillant réellement dans le domaine de la climato.

    Si il restait aux rédacteurs une petite once d’honnêteté intellectuelle sur le sujet du réchauffement climatique, il publieraient également ce papier

    • @Warm :

      Pouvez-vous nous dire quelle est la nature de cette censure, la nature du commentaire que vous auriez publié qui aurait été censuré ?

      • « Pouvez-vous nous dire quelle est la nature de cette censure, la nature du commentaire que vous auriez publié qui aurait été censuré ? »

        J’ai répondu à Minitax et à sa désinformation, mais étant donné qu’aucun de ses arguments ne tient debout deux secondes (cf fil précédent), les modérateurs doivent préférer faire taire la contradiction. Reste dans le fil les approximations (pour ne pas dire mensonges) de MiniTAX qui ont l’air comme ça de tenir la route, puisque personne ne le contredit…

        • @Warn :

          Bien qu’ayant été copieusement injurié ci-dessus par un fasciste scientiste, j’ai pu publié ci-dessus une contradiction qui vraisemblablement n’a pas été censurée…

          Contrepoints.org par ailleurs refuse effectivement le débat, leurs articles ne sont jamais contradictoire, ils ont une thèse, globalement libérale scientiste et point, rien ne peut remettre en question cette dernière, ils sont comme l’Humanité ou le Canard enchainé, obtus ils disent leur vérité, le reste du monde n’existant pas…

          Personnellement je suis libéral écologiste, sur la ligne du parti libéral écolo en suisse et sur Contrepoints.org impossible de débattre, systématiquement c’est l’injure…

          Ces gens ne font que travestir le libéralisme.

  • @ miniTAX:
    Quand on m’attaque sur des faits, je vérifie. Qu’est-ce que vous voulez, c’est ma formation scientifique qui doit vouloir ça.
    Bref, votre Hansen m’a l’air plutôt ouvert aux critiques, mais les vôtres sont un peu obsolètes!

    Vous dites: « c’est hautement ironique qu’une officine de la NASA ne veuille pas utiliser les mesures par satellite mais préfère pondre sa courbe à partir de mesures de rares stations terrestres », et sur le site je lis: « Satellite infrared observations, as discussed by Hansen et al. (2010), support our conclusion that the GISS analysis does not exaggerate Arctic temperature anomalies, indeed, the anomalies seem to be conservative. ». Normal me direz vous, c’est certainement de la mauvaise foi (les chercheurs sont des gens susceptibles!). Malheureusement je vois pourtant tout un tas de publications récentes du GISS qui mentionnent l’usage des satellites: http://pubs.giss.nasa.gov/abstracts/2011/

    Par exemple:
    « The impact of orbital sampling, monthly averaging and vertical resolution on climate chemistry model evaluation with satellite observations. »
    « The vertical distribution of ozone instantaneous radiative forcing from satellite and chemistry climate models. »
    « Estimating the sensitivity of radiative impacts of shallow, broken marine clouds to boundary-layer aerosol size distribution parameter uncertainties for satellite retrieval requirements. »
    « Improving Our Understanding of Atmospheric Aerosols and Their Climate Effects: Implications for Satellite Retrievals and GCM Simulations. »

    Cette dernière par exemple est une thèse d’un étudiant Chinois de Columbia (l’Université qui héberge le GISS). Mais évidemment, même les étudiants Chinois sont dans le coup non? D’ailleurs il faudra m’expliquer pourquoi le GISS s’obstinerait à mentir sur ses résultats. Ils ont commencé leurs études dans les années Bush non? Et pour avoir des financements, quitte à mentir, moi j’irai plutôt voir les compagnies pétrolières plutôt qu’un gouvernement surendetté. Bref, théorie du complot quand tu nous tiens…

    Et pour finir, si l’Institut Goddard est bien à la solde du GIEC, alors c’est quand même un sacré repaire de faussaires professionnels (et non de scientifiques) s’ils arrivaient à tromper l’ensemble de la communauté scientifique sur le sujet. Mais bon, dans votre tête les chercheurs du CNRS et d’ailleurs sont sans doute des agents gouvernementaux lobotomisés. Quelle belle image de la Science!

  • Toujours les mêmes arguments douteux auxquels ont été donnés des réponses précises.
    Concernant « l’absence de réchauffement depuis plus de 10 ans », voir ici :http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/12/la-terre-a-t-elle-cess%C3%A9-de-se-r%C3%A9chauffer-.html.
    Concernant l’email de Trenberth, le propos est cité hors-contexte et son sens est dénaturé(il ne parle pas des températures globales depuis mais d’une incohérence entre deux type de mesures)
    L’affaire de Freitas est racontée de façon mensongère. L’article publié n’était qu’une compilation de différentes références dont la majeure partie des auteurs ont protesté contre ce qu’ils jugés être une déformation de leurs travaux. Pour comprendre les choses un peu mieux: http://en.wikipedia.org/wiki/Soon_and_Baliunas_controversy;

    Toute cette présentation qui consiste à expliquer que le réchauffement climatique est une vaste conspiration est absurde

    • Libération LOL !!!

      Je préfère la très rechauffiste BBC qui après des années de carbo centrisme ouvre ces pages au doute qui est une des bases de la science.
      « What happened to global warning? »
      http://news.bbc.co.uk/2/hi/8299079.stm

      Libération commencera à ce poser des question quand leurs rotatives seront bloquées par les glaces.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

Sur la réalité doctrinale de l’écologisme, la Belgique offre un aperçu éblouissant.

Rappelons que le système électoral belge est non seulement proportionnel, encore les partis se partagent-ils entre la Flandre et la Wallonie (+Bruxelles). Ce qui signifie que la constitution d’un gouvernement fédéral implique la participation d’un grand nombre de partis, actuellement pas moins de sept : deux partis libéraux, deux partis socialistes, deux partis écologistes et un parti démocrate-chrétien. Déjà, tout un programme !

Cet échafaudage ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles