Sommet social, les vrais problèmes ont été mis de côté

Il est temps de prendre les mesures économiques nécessaires pour réduire le chômage et non l’accompagner: flexibilité, simplification, etc.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Inflation chomage (Crédits : Sabine Nourrit/Aleps, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sommet social, les vrais problèmes ont été mis de côté

Publié le 26 janvier 2012
- A +

Alors que le sommet social a continué dans les vieilles recettes inefficaces du traitement social du chômage, il est temps de prendre les mesures économiques nécessaires pour réduire le chômage et non l’accompagner: flexibilité, simplification, etc.

Un article publié en collaboration avec l’Aleps.

Le sommet social a fait plus de bruit que de bien. Il fallait s’y attendre et sans forcer son talent Jacques Garello l’avait annoncé dans son éditorial de la semaine dernière. Les problèmes qui fâchent, comme la TVA sociale, ont été renvoyés à une prochaine audience ou à un prochain discours. Peut-être les Parlementaires en auront-ils la primeur : nouvelles mœurs ?

Il a été facile en revanche de trouver un quasi-consensus sur la rallonge budgétaire de 430 millions que l’Etat va mettre à la disposition des chômeurs. Jean Claude Mailly lui-même a dit sa satisfaction pour l’aide apportée à Pole emploi sous forme du recrutement de 1.000 personnes en CDD, tout en regrettant que l’on ne soit pas allé plus loin. Le financement de la formation des chômeurs de longue durée a rapproché les points de vue du Medef et des syndicats. De même l’exonération de charges sociales pour les Très Petites Entreprises qui emploieraient des jeunes. Enfin l’Etat va participer au financement du chômage partiel, qui jouit désormais d’une faveur importée d’Allemagne.

Ces diverses mesures ne sont pas critiquables en soi. Mais elles participent de ce que l’on appelle le « traitement social » du chômage. Aider les chômeurs ce n’est pas lutter contre le chômage. On soigne les manifestations du mal, on n’attaque pas ses racines. Cette méthode a été initiée par le gouvernement Mauroy en 1981 ; et voici trente ans que les gouvernants successifs y sont fidèles. Ils refusent le traitement économique du chômage, qui consisterait à supprimer les germes du chômage français : manque de fluidité du marché du travail du fait d’un droit social aberrant, obstacles de toutes sortes à la mobilité professionnelle (logement, école, santé), coût du travail artificiellement gonflé par une Sécurité Sociale ruineuse et inefficace, SMIC et indemnités de chômage trop élevés.

Il est vrai que l’on a entendu, à propos de la compétitivité, quelques allusions à la flexibilité et au financement de la protection sociale. Y aurait-il eu quelque lueur de lucidité dans l’esprit de certains des participants ? Ce serait le vrai miracle de ce sommet.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
10 plaies
5
Sauvegarder cet article

 

Étatisme

C’est certainement la plaie la plus nocive qui a touché notre pays à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981, même si le mal était latent avant cette date. Souvenons-nous du célèbre « Mais arrêtez donc d’emmerder les Français » de Georges Pompidou en réponse à un certain Jacques Chirac.

Déjà à cette époque le ver était dans le fruit, la machine à loi et décrets commençait à faire des ravages, mais au lieu de la stopper elle s’est emballée pour arriver à 400 000 normes et décrets actuellement, là où nos amis ... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Tout l’art de la méthode Coué consiste à faire croire que tout va bien, voire très bien alors que la situation est catastrophique.

Notre gouvernement est adepte de cette méthode dans tous les domaines et pour lesquels nous avons droit à l'autosatisfaction de la majorité de ses acteurs.

 

Économie

À la tête d’un ministère très étendu Bruno Le Maire est le champion.

L’industrie

Pour lui, elle se relève grâce aux mesures que le gouvernement à engager durant ce quinquennat.

Il s'agit plutôt de mesure... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles