Cachez ces pauvres que je ne saurais voir

La « loi Léonard », interdisant d’habiter plus de trois mois dans un camping, peut avoir des conséquences dramatiques pour les plus pauvres

La « loi Léonard », interdisant d’habiter plus de trois mois dans un camping, peut avoir des conséquences dramatiques pour le logement des ménages les plus pauvres.

Par Thibault Doidy de Kerguelen

Députés UMP et PS ont adopté en décembre dernier une loi dite « loi Léonard », interdisant d’habiter plus de trois mois dans un camping. Proposée par Jean-Louis Léonard, député UMP de la Charente Maritime, la « loi relative aux habitats légers de loisirs et à l’hébergement de plein air et portant diverses dispositions relatives au tourisme »  propose des modifications législatives dans le secteur de « l’hébergement en plein air », et vise notamment les personnes vivant dans des campings, qui sont évalués entre 70 000 et 120 000 en France aujourd’hui.

Nous évoquions dans ces colonnes, il y a quelques mois, la création d’une taxe spécifique censée pallier le vide qui permettait à ces vrais pauvres (à comparer avec les habitants de certains quartiers de banlieues) de ne pas payer de taxe d’habitation. Aujourd’hui, c’est à leur droit même de survivre dans des mobile homes mal chauffés, pas toujours bien équipés mais au loyer accessible que nos députés, UMP et PS réunis, s’attaquent. Que peuvent devenir ces pauvres gens si vous les chassez au bout de trois mois ? Clochards ? Mendiants ? Squatters ? Que nous proposent nos « chers » élus ?

Un certain nombre d’organismes appellent à manifester contre cette loi dans les prochains jours.

—-
Sur le web