Cachez ces pauvres que je ne saurais voir

La « loi Léonard », interdisant d’habiter plus de trois mois dans un camping, peut avoir des conséquences dramatiques pour les plus pauvres

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cachez ces pauvres que je ne saurais voir

Publié le 25 janvier 2012
- A +

La « loi Léonard », interdisant d’habiter plus de trois mois dans un camping, peut avoir des conséquences dramatiques pour le logement des ménages les plus pauvres.

Par Thibault Doidy de Kerguelen

Députés UMP et PS ont adopté en décembre dernier une loi dite « loi Léonard », interdisant d’habiter plus de trois mois dans un camping. Proposée par Jean-Louis Léonard, député UMP de la Charente Maritime, la « loi relative aux habitats légers de loisirs et à l’hébergement de plein air et portant diverses dispositions relatives au tourisme »  propose des modifications législatives dans le secteur de « l’hébergement en plein air », et vise notamment les personnes vivant dans des campings, qui sont évalués entre 70 000 et 120 000 en France aujourd’hui.

Nous évoquions dans ces colonnes, il y a quelques mois, la création d’une taxe spécifique censée pallier le vide qui permettait à ces vrais pauvres (à comparer avec les habitants de certains quartiers de banlieues) de ne pas payer de taxe d’habitation. Aujourd’hui, c’est à leur droit même de survivre dans des mobile homes mal chauffés, pas toujours bien équipés mais au loyer accessible que nos députés, UMP et PS réunis, s’attaquent. Que peuvent devenir ces pauvres gens si vous les chassez au bout de trois mois ? Clochards ? Mendiants ? Squatters ? Que nous proposent nos « chers » élus ?

Un certain nombre d’organismes appellent à manifester contre cette loi dans les prochains jours.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Les dirigistes foutent les gens dans la rue par leur restrictions foncière, la sur protection des locataires, l’imposture du logement social et leurs aides à la pierre. Et ils trouvent le moyen de les chasser jusque dans les campings, dernier rempart contre la misère la plus noire !

    Après ils vont nous dire que les libéraux sont du côté du grand capital et de la finance sans visage. Merci à Contrepoints de dénoncer tous les jours l’hypocrisie absolue des « anti libéraux ».

  • Si l’on supprimait la taxe d’habitation on aurait déjà réglé une partie du problème. Que des campings soient publics me dérange, mais qu’on foutent la paix aux pauvres qui s’installent en camping-car sur des terrains vagues ou abandonnés!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuel Gregg.

Si l’on veut être cohérent dans notre lutte contre la pauvreté, nos préoccupations ne peuvent pas être enracinées dans des récits émotionnels ou relativistes sur ce que sont les êtres humains. Elles doivent être fondées sur la reconnaissance de la liberté, de la rationalité et de la dignité de chaque personne.

En 2012, le financier George Soros et Fazle Hasan Abed, qui est à la tête de l’une des plus importantes ONG anti-pauvreté, remarquaient dans le Financial Times que malgré la Grande Récession, le nombre de... Poursuivre la lecture

Chères lectrices, chers lecteurs, à la suite de mes quelques lectures des livres de l'économiste Thomas Sowell, m'est venue l'envie de vous faire un petit résumé de ces quelques clichés de gauche que nous avons l'habitude d'entendre un peu partout dans nos médias, et que Sowell aborde abondamment dans ces différents ouvrages.

 

Il faut se dépêcher d’agir

C’est probablement un slogan très à la mode depuis deux ans, souvent associé avec celui consistant à ajouter « si cela peut sauver ne serait-ce qu'une seule vie. »

L... Poursuivre la lecture

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles