Maroc : Un gouvernement de rupture ?

Le tout nouveau Premier ministre marocain, Abdelilah Benkirane, avait fait la promesse d’un gouvernement de rupture. Est-ce le cas ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
drapeau maroc CC Paille

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Maroc : Un gouvernement de rupture ?

Publié le 22 janvier 2012
- A +

Le tout nouveau Premier ministre marocain, Abdelilah Benkirane, avait fait la promesse d’un gouvernement de rupture. Mais les anciens réflexes et pratiques ont encore la vie dure.

Par Hicham El Moussaoui, depuis Beni Mellal, Maroc
Article publié en collaboration avec UnMondeLibre

Après 35 jours d’attente, le trentième gouvernement dans l’histoire du Royaume chérifien a été nommé le 10 janvier dernier par le Roi Mohamed VI. Ce gouvernement cristallise beaucoup d’attentes et suscite beaucoup d’espoirs de la part des marocains qui ont voté pour un vrai changement de la pratique politique. À cet égard, le chef du nouveau gouvernement n’a pas été avare en promesses, s’engageant à rompre avec les pratiques passées en matière de composition du gouvernement et de répartition des portefeuilles ministériels. Peut-on vraiment parler d’un gouvernement de rupture à ce niveau-là ?

Des nouveautés…

En effet, c’est la première fois depuis 1977 qu’un parti obtient plus de 100 sièges – 107 plus exactement – à la Chambre des représentants, et c’est la première fois depuis 1984 qu’un parti obtient plus de 20% des suffrages exprimés. Même si une minorité de l’électorat marocain est allée voter (27% des électeurs potentiels), c’est une première aussi que l’on assiste à une vraie alternance fondée sur une légitimité populaire, contrairement à l’alternance consensuelle offerte par Feu Hassan II en 1998 au parti socialiste USFP. Par ailleurs, la nomination à la tête du gouvernement du chef du parti vainqueur des élections, de même que l’exercice « relatif » de ses attributions en matière de proposition des membres de son équipe constituent aussi une nouveauté. Néanmoins, plusieurs incohérences ainsi que des entorses à la nouvelle constitution sont à relever quant à la manière dont ce nouveau gouvernement a été composé.

Des incohérences…

Alors que le nouveau chef du gouvernement nous avait promis un gouvernement ramassé (25 membre maximum), plus jeune avec une représentativité féminine conséquente, on a eu droit à un gouvernement pléthorique, avec un jeune et une seule femme. Ainsi, avec 31 membres, on est loin de la promesse de réduction du train de vie de l’État. Cela prouve que l’on est dans la continuité du processus de formation des gouvernements précédents où la logique politicienne, consistant à contenter les alliés, a conduit Benkirane à sacrifier la rationalisation des dépenses gouvernementales. En témoigne, la division en deux des ministères comme ceux de l’économie et des finances et celui des affaires étrangères, la création de ministères sur mesure comme celui des affaires générales et de gouvernance, et le retour des ministres délégués.

Si le gouvernement sortant avait battu le record avec 7 ministres-femmes, celui de Benkirane a aussi battu un record, mais dans le sens inverse avec sa seule femme-ministre. La représentativité féminine a été sacrifiée non seulement au nom d’un certain conservatisme, mais aussi au nom de la logique de ménager les égos puisque l’on a préféré des candidats issus des liens familiaux, comme chez le Parti d’Istiqlal. Avec une femme sur 31 membres du gouvernement, la faible représentativité féminine constitue un recul flagrant, alors que la nouvelle constitution avait laissé entrevoir l’espoir de consolider la parité au plus haut sommet du pouvoir marocain.

Autre principe sur lequel Abdelilah Benkirane a cédé : celui de n’avoir que des ministres jeunes. La présence dans le gouvernement d’un seul ministre âgé de moins de 40 ans, prouve que là encore Bekirane a dû contenter les dinosaures des partis alliés au détriment du rajeunissement de son équipe.

Une autre incohérence remarquée est, que, à l’exception du ministère de la solidarité et de la famille, le PJD n’a pris aucun des portefeuilles sociaux majeurs (santé, logement, éducation…), alors que l’essentiel de ses promesses porte justement sur les secteurs sociaux. Cela signifie qu’il peut toujours se dérober de ses responsabilités en se défaussant sur les autres partis de la coalition.

Et enfin des irrégularités

La tenue du conseil de gouvernement et la passation de pouvoir entre les nouveaux ministres et ceux sortants est, de l’avis de tous les spécialistes, anticonstitutionnelle, puisque l’article 88 de la nouvelle constitution stipule clairement que le nouveau gouvernement n’est considéré comme effectif que s’il est investi par le parlement. Or, en l’absence de la déclaration gouvernementale, l’investiture ne pourrait avoir lieu. La logique constitutionnelle voudrait que ce soit le gouvernement sortant qui gère les affaires courantes en attendant l’investiture du nouveau gouvernement par le parlement.

Par ailleurs, dans la nouvelle constitution, il n’existe pas de ministre d’État, ni ministre délégué, ni secrétaire général du gouvernement (art.87). Alors que le nouveau gouvernement comprend un ministre d’État, 7 ministres délégués plus un secrétaire général du gouvernement. Mieux encore, Benkirane n’a pas hésité à nommer son fidèle ami Abdellah Baha comme ministre d’État, alors qu’il critiquait il n’y a pas si longtemps, et de manière virulente, les ministres sans portefeuille chez le gouvernement sortant.

Quant à l’activation du principe de responsabilité proportionnellement au pouvoir associé à la fonction, c’est un peu compromis puisque l’on a assisté aussi au retour des technocrates, ce qui ne favorise pas la mise en application du principe de responsabilité et de reddition des comptes qu’exige la nomination de ministres politiques. Ainsi, la réintégration de Aziz Akhenouch, comme ministre de l’agriculture et de la pêche, alors qu’il appartient au parti ayant perdu les élections et siégeant désormais dans l’opposition, est tout à fait typique de la continuité des anciens réflexes et pratiques.

Enfin, pendant que Benkirane nous promettait la disparition des ministères de souveraineté (réservé au Roi), en respect de la nouvelle constitution, l’on a assisté finalement à leur maintien. En effet, à côté des ministères qui existent de plein exercice (défense, Habous et des affaires islamiques et le secrétariat général du gouvernement), d’autres seront téléguidés par le Palais via les ministres délégués, venant chapeauter les titulaires de deux portefeuilles anciennement dits de souveraineté : le ministère de l’intérieur et celui des affaires étrangères. À ceux-là il faut maintenant ajouter le ministère de l’agriculture et de la pêche, via la nomination d’Akhenouch sur ordre royal.

Bref, les anciens réflexes et pratiques ont encore la vie dure. Reste à voir maintenant la déclaration gouvernementale pour savoir si, en matière de politique économique, c’est la continuité qui prime ou si l’on va connaître un début de rupture…

—-
Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée aux excès de création monétaire et de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et donc ... Poursuivre la lecture

soupçon
2
Sauvegarder cet article

La politique du soupçon

Le gouvernant a toujours été présomptueux, par nécessité. Il faut toujours présumer de ses forces si l’on a pour ambition de réaliser l’impossible : le bien vivre ensemble. Présomptueux, mais pas impétueux, le gouvernant n’avancera que s’il est fourbi de certitudes. Son allant sera donc conditionné à la conviction qu’il administre la bonne politique, ce que l’on peut aussi appeler la tentation du bien.

 

Le fantasme du risque maitrisable

Mais le gouvernant n’est pas complètement débile non plus.

Il suffit de quelques... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles