Linky, un compteur pas cher qui peut divulguer gros !

Le nouveau compteur « intelligent » est une vraie passoire informatique, avec tous les dangers que cela peut entraîner…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 614

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Linky, un compteur pas cher qui peut divulguer gros !

Publié le 18 janvier 2012
- A +

Suite à un arrêté paru au Journal Officiel mardi 10 janvier 2012, les consommateurs vont enfin pouvoir suivre leur consommation d’électricité sur Internet, grâce au déploiement des nouveaux compteurs intelligents Linky en cours d’installation. C’est donc une presse frétillante qui relaie cette information avec tout ce qu’elle peut comporter de joie et de bonheur pour les consommateurs…

On trouve ainsi quelques articles, comme celui-ci du journal Le Figaro, qui expliquent calmement que la mise en place de ces nouveaux compteurs par ERDF permettra aux foyers de consulter leur consommation électrique en temps réel. Il manque presque le youkaïdi, youkaïda, mais l’esprit est là : la technologie apporte un vrai plus, les consommateurs seront contents et, peut-être, seront-ils incités à faire des économies d’énergie, ce qui est important dans un pays qui se rapproche tous les jours de l’ex RDA.

En plus, nous rassure immédiatement le clown à roulettes payé très cher pour s’occuper vaguement de ce sujet au gouvernement, Eric Besson, toute cette installation et ces déploiements de technologie vigoureuse seront gratuits ! Enfin, cette gratuité est encore sujette à discussion, mais on la sent déjà dans la popoche pour le ministre.

(Ici, on se rappellera que ce qui est présenté comme gratuit est très souvent, en réalité, payé par d’autres – autrement dit, si c’est dans la poche pour Eric Besson, il y a de fortes chances que ce soit aussi dans celle des consommateurs qu’on ira chercher les montants nécessaires au déploiement, d’une façon ou d’une autre.)

Bref, à ce point de la nouvelle, pas de doute : Linky, c’est pas cher et ça peut éviter de dépenser gros !

Mais voilà. Dès lors qu’il s’agit pour l’État (ou une de ses sociétés du Grand Capitalisme de Connivence, dont ERDF et EDF ne sont pas absentes) d’utiliser une technologie, on peut être à peu près certain que cela va se terminer en fiasco douloureux pour tout le monde.

Et pour Linky, c’est pareil.

Bonne idée au départ, mais implémentation douteuse faite dans l’irrespect des mesures essentielles de sécurité et de vie privée : comme d’habitude, on s’est surpassé. Linky est une vraie passoire et distribue très généreusement ses informations à qui le demande gentiment, et fournit tout un paquet de données personnelles et plutôt sensibles sur les habitudes de consommation du foyer interrogé.

Ce sont des hackers allemands qui ont analysé la façon de travailler du compteur électrique, et effectué les manipulations, apparemment assez simples selon eux, pour obtenir les informations transitant entre le boîtier et les serveurs du producteur électrique. Une fois cette analyse menée, leurs conclusions sont sans appel : les flux ne sont pas cryptés, l’exploitation des données est à la portée d’à peu près tout le monde, et les données transitant sont suffisamment bien fournies pour permettre au hacker de connaître à la fois votre consommation précise, ou même… ce que vous regardez à la télé.

Linky - U have been hacked

Facétieux, ils ont même réussi à renvoyer une consommation fantaisiste, dont le graphique permet de lire U have been hacked. Rigolo pour les hackers, un peu honteux pour les fabricants du boîtier et surtout pour ceux qui ont mis en place une infrastructure aussi frêle… On pourra pour s’en convaincre regarder la vidéo complète ici, qui laisse un peu pantois.

Au passage, si l’on comprend que la consommation est à ce point facile à déterminer, on comprend que mettre en place ces boîtiers est intéressant pour l’État qui peut (par exemple) venir réclamer ses redevances. On voit aussi assez bien les dérives possibles d’une telle intrusion dans la vie quotidienne : l’État saura si votre réfrigérateur consomme trop (pas bien, vilain dispendieux !), si vous avez trop d’équipements électriques, si vous utilisez tel ou tel type d’équipement qu’il pourrait désapprouver (parce que mauvais pour votre santé, par exemple, ou mauvais pour la sienne, plus encore à propos)…

Et ces éléments éclairent d’un jour nouveau la volonté actuelle des États européens et nord-américains d’imposer ces boîtiers dans tous les foyers.

Bref, encore une fois, remercions la curiosité naturelle des hackers qui ont ainsi découvert les failles béantes de ce produit qui mettent en évidence les dérives importantes qu’une telle technologie offre pour ceux qui entendent fourrer leur nez toujours plus loin dans les affaires des autres. Inversement, si l’on peut hacker le compteur électrique pour lui faire dire trop de choses, ou ce qu’on veut, rien n’empêche d’imaginer que ces boîtiers qui, en définitive, distribuent le courant dans le foyer auquel ils sont reliés, peuvent être pilotés de l’extérieur pour, précisément, cesser de distribuer le courant, à volonté et indépendamment du producteur.

Cette crainte a été d’ailleurs relayée par l’un des consultants en sécurité informatique du gouvernement britannique qui estime que ces « compteurs intelligents », au départ destinés à réduire la consommation électrique, pouvaient être programmés pour paralyser la distribution d’électricité ou voler des informations de grande valeur dans des millions de foyers.

Et ce qui est vrai au Royaume-Uni l’est aussi aux États-Unis, où là encore les hackers du cru se rendent compte des trous béants de sécurité laissés par les compagnies en charge de la mise en place des compteurs de gaz ou d’électricité intelligents.

Comme je le disais dans un précédent billet, si l’erreur est humaine, il faut faire intervenir l’État pour obtenir une vraie catastrophe. Et en matière de sécurité informatique, ce n’est pas différent.

—-
Sur le web

Big Brother est vert

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Pratique, comme ça, si on vient sur contrepoints.org, hop on coupe le courant! Et puis les années de vache maigre pour l’état, on trafic les compteurs pour augmenter la conso comme ça plus de sous sous pour EDF et donc plus de dividende et de TVA pour état.

    « Big brother is watching you. »

  • Merci pour ces infos.

  • la mamie chez qui je travaille ne comprend plus rien ; plus elle fait ceinture sur sa conso d’électricité , plus la facture augmente ; 50 euros de plus depuis sa dernière facture ; le lunky ne servira ni plus ni moins qu’à nous enfler un peu plus , tel est le nouveau monde qui nous attend ;

  • Article très bien écrit. Je tombe dessus par hasard. Par contre c’est dommage que vous fassiez l’amalgame entre le compteur développé par EDF, Linky, et les compteurs intelligents en général (et notamment EasyMeter de la société Discovergy, celui-là même qui a été piraté par nos amis Allemands). Je ne vous en veux pas, toute la presse française à sensation le fait. Mais vous aviez l’air plutôt bien renseigné donc je répare l’erreur.
    Accessoirement vous comprendrez, sans vouloir prendre partie, que la différence est de taille puisqu’il s’agit d’un autre produit, et qu’il est douteux de comparer des choux et des carottes (bien que ce soient tout deux des légumes, et dans notre cas des compteurs intelligents).
    Pour faire simple, EasyMeter envoie les données de votre consommation toutes les 2 sec, et fait transiter par le courant porteur un certain nombre d’informations en plus de la consommation (qui permettent effectivement de savoir quel appareil est connecté etc.). C’est un service payant proposé par Discovergy pour des clients souhaitant bénéficier de cette information afin de réaliser des diagnostics énergétiques précis. Linky n’a pas toutes ces fonctionnalités (vous pensez bien, ça coûterai beaucoup trop cher !). Il envoie bêtement l’index de votre compteur électrique et la puissance, cryptés suivant les recommandations de la CNIL, toute les 30 min. En outre, mais là encore on peut blâmer le gouvernement pour ses capacités de communication, l’objectif de Linky n’est pas de contrôler votre consommation ni de savoir ce que vous faites (honnêtement tout le monde s’en tape), mais de savoir combien vous consommez à un instant T pour réduire la production d’électricité si jamais vous consommez moins, et inversement bien sûr. A long terme, cela doit permettre de construire plus d’énergies renouvelables dites fatales (solaire et éolien), dont on ne maîtrise pas la production et qui peuvent démarrer et s’arrêter abruptement (gros challenge d’arrêter et de démarrer une centrale selon les sautes de vent et les passages nuageux!). Accessoirement Linky vous donnerait les informations sur votre consommation pour que vous puissiez, si jamais l’envie vous en prenait, réduire votre consommation d’énergie et mesurer concrètement l’efficacité de vos actions (plus difficile avec des estimations mensuelles et une relève tous les 6 mois). Après, tout n’est pas rose, ni noir bien sûr, et chacun son opinion!

  • Avez-vous regardez la vidéo de ces hacker au moins?? Ils ne parlent pas du comlpteur Linky, ils ont piraté UN compteur on ne sait pas lequel alors rrétez de dire de la merde.

  • Les hackers Allemand n’ont jamais parlé du compteur Linky, prennez la peine de regarder leur vidéo en entier avt de raconter des conneries.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Lorsque les États retirent les subventions à l'achat de voitures électriques, la demande ne baisse pas, elle disparait. Telle est l'observation de Carlos Tavares lors de son audition au Sénat.

« Lorsque les états retirent les subventions à l’achat des VE, la demande ne baisse pas, elle disparait » Carlos Tavares, DG de Stellantishttps://t.co/CSKnae5SiR pic.twitter.com/fynYYVSYVz

— Documentaire et Vérité (@DocuVerite) April 4, 2024

Après Vincent Bolloré à l'Assemblée nationale, ces auditions de grands ... Poursuivre la lecture

5
Sauvegarder cet article

Comme chaque année, les chiffres de la balance commerciale sont minorés et présentés en retirant les frais de transport du montant de nos importations.

Les frais de transport sont pourtant une partie intégrante du coût de revient et sont répercutés sur le prix de vente au consommateur. Mais pourtant, ils sont retraités afin de les comparer aux chiffres des exportations qui, eux, n’intègrent pas les frais de transport. L’opération semble contestable…

Les « vrais » chiffres de la balance commerciale de 2022 avaient ainsi frôlé les... Poursuivre la lecture

La nécessité de décarboner à terme notre économie, qui dépend encore à 58 % des énergies fossiles pour sa consommation d’énergie, est incontestable, pour participer à la lutte contre le réchauffement climatique, et pour des raisons géopolitiques et de souveraineté liées à notre dépendance aux importations de pétrole et de gaz, la consommation de charbon étant devenue marginale en France.

Cependant, la voie à emprunter doit être pragmatique et ne doit pas mettre en danger la politique de réindustrialisation de la France, qui suppose une... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles