Des carottes pour nos politiciens ?

Pourquoi ne pas rémunérer les politiciens à la performance ? C’est la proposition faite par un professeur de l’INSEAD

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
carottes

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des carottes pour nos politiciens ?

Publié le 13 janvier 2012
- A +

Pourquoi ne pas rémunérer les politiciens à la performance ? C’est la proposition faite par un professeur de l’INSEAD.

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec

Nos politiciens sont-ils tous des « vendus » ? On s’en ficherait un peu que des péquistes ou adéquistes traversent la chambre pour sauver leur belle job à 100.000 $ et plus. Si au moins on en avait pour notre argent.

En cette ère de cynisme justifié, soyons iconoclastes un peu : pourquoi ne pas rémunérer les politiciens à la performance ? C’est ce que proposait le professeur de l’ENAP Pierre Simard il y a un an (transparence : c’est un ami). Imaginez qu’une partie du salaire (qu’on augmenterait de beaucoup) dépende du respect des promesses électorales. Et de l’atteinte des objectifs budgétaires.

Le pouvoir ou l’argent ?

« Nous allons réduire l’attente aux urgences! » Combien de fois l’a-t-on entendu celle-là ? Traitez-moi de cynique, mais je commence à désespérer. S’il faut motiver financièrement nos politiciens pour améliorer les choses, ça vaut peut-être la peine d’essayer.

Avec les ponts qui tombent, le système de santé qui craque, les enveloppes brunes, la dette qui explose… je peux vous dire que la plupart des élus libéraux seraient pauvres avec un tel système !

Le professeur Theo Vermaelen de l’INSEAD, une des plus prestigieuses écoles de commerce, proposait un tel système dans le Wall Street Journal en 2010. Son raisonnement : les politiciens seront toujours cupides. Pour l’instant ce qui les motive, c’est le pouvoir. Avec des primes financières, on ne fait que changer la source de motivation. Et au moins, cette fois la cupidité les pousserait à bien gérer le budget de l’État. Alors que la soif du pouvoir encourage plutôt les dépenses sur le dos des générations futures.

Qui sait ? Un politicien y penserait peut-être deux fois avant de donner des millions à une multinationale. Ou de faire des courbettes devant les demandes infinies des lobbys.

Pour éviter qu’un politicien gère à court terme, le professeur Vermaelen suggère de verser les primes seulement quelques années plus tard, en fonction des résultats. Et au cas où un finfinaud se dirait : « Bah ! je n’ai qu’à monter les taxes pour équilibrer le budget, j’aurai mon boni ! », on augmenterait les primes lorsque l’équilibre budgétaire provient davantage d’une baisse des dépenses que d’une hausse de taxe.

Oui, mais plusieurs politiciens arrivent au pouvoir déjà fortunés, direz-vous… Pas de problème, dit Vermaelen. Pour bien le motiver, le professeur obligerait le politicien à mettre la moitié de sa fortune personnelle en collatéral contre la portion de dettes publiques qui gonflera pendant son mandat !

Un cobaye?

Les libéraux avec Paul Martin aux finances ont réussi l’impossible dans les années 1990 : réduire les dépenses et la dette ! C’était une promesse ? Alors ça mérite un boni ! Tout comme les programmes qui contribuent à notre mieux-être collectif ET qui sont gérés de façon responsable et efficace — il doit bien y en avoir !

Donner des carottes aux politiciens ne réglera pas tous nos malheurs. Reste qu’on a un sérieux problème de démocratie et de gestion des fonds publics en ce moment. Et ce serait naïf de croire que tout va se régler quand on va enfin mettre les « bonnes personnes » au pouvoir.

D’ailleurs je me demande si François Legault voudrait essayer ce système. Après tout, il veut payer les enseignants au mérite, non ? Pourquoi ne pas commencer par lui-même ?

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Le problème est que, dans leur naïveté abyssale, les Français ont été transformés en veaux passifs par le socialisme Le moindre suisse se gausse des Français, beaux parleurs mais complètement châtrés politiquement. Sur le plan économique, on sait que les Français travaillent 6 semaines de moins par an que les Allemands. Pinocchio peut prendre la pose de Napoléon au col du Saint Bernard quand il est à côté de Merkel, ça ne compense pas vraiment. Les Français accepteront-ils encore longtemps le vent comme réalisation des promesses ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

La NUPES a réussi à fédérer la gauche autour de ses idées les plus extrêmes. Il est très peu vraisemblable qu’elle gagne une majorité car elle a peu de réserves de voix. Il n’empêche qu’il est urgent de lui faire barrage. L’idéal serait que Renaissance (Macron) ne puisse pas gouverner seul et que Les Républicains soient suffisamment nombreux et crédibles pour négocier un programme de gouvernement avec un nouveau Premier ministre plus libéral et moins technocratique que la socialiste... Poursuivre la lecture

Obi-wan choix publics
1
Sauvegarder cet article

Par Byron B. Carson. Un article de l'American Institute for Economic Research

 

Star Wars peut-il être une passerelle intergalactique pour mieux comprendre la théorie du choix public ? Obi-Wan Kenobi, qui aura bientôt sa propre série, n'est pas seulement l'un des plus grands maîtres Jedi de l'univers et un maître rhétoricien, mais il est aussi un important professeur d'économie politique.

 

L'avertissement d'Obi-Wan

En protégeant la sénatrice Padmé Amidala de la menace d'un assassinat dans L'Attaque des c... Poursuivre la lecture

Surprise, surprise ! L’inflation - auparavant cantonnée aux produits financiers et à l’immobilier - leste maintenant le panier de la ménagère :

« On va vers des hausses qu'on n'a pas connu depuis près de 40 ans", a prévenu […] Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) […]. Notre prévision actuelle, c'est entre 7 et 10 %, de manière assez rapide", a assuré le dirigeant de la FCD, organisation professionnelle qui regroupe la plupart des enseignes de la grande distribution ».

L’origi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles