Nous sommes le Peuple

imgscan_contrepoints_512

Toujours les mêmes cautères sur une jambe de bois

Un billet d’humeur de Philippe Robert

Les Restos du Coeur, pris de panique devant un afflux inhabituel et surtout en constante augmentation de pauvres gens déclassés, appellent à l’aide pour la campagne 2011-2012. En conséquence de quoi, le secrétaire d’État à la Consommation Frédéric Lefebvre lance lui-même, avec un air de chien battu de circonstance, un appel national à la solidarité. D’ailleurs, le même Frédéric Lefebvre n’avait-il pas déjà fait appel, le 6 avril dernier, à la grande distribution avec sa riche idée de « paniers des essentiels » à petit prix ? Encore trop cher, quoi !

Gérer la pénurie à coups de « paniers des essentiels » hier ou bien, comme aujourd’hui, en refilant à nouveau le mistigri à Casino, Auchan, Carrefour & Co, voilà la solution révolutionnaire ! Il ne viendra donc à l’idée de personne qu’il existe un moyen autrement plus performant de s’attaquer aux ravages de la pauvreté qui consiste, en pariant sur leur maturité, à rendre aux Français le plein exercice de tous leurs talents ?

Aussi suis-je littéralement écoeuré de constater à quel point le socialisme s’est emparé des esprits les plus distingués et donc les plus aptes à conceptualiser et appliquer l’idée même de liberté ! Mais non ! Ce sont toujours les mêmes cautères sur une jambe de bois qu’appliquent nos princes avec une sorte d’application mécanique sur des plaies purulentes jamais refermées !

Comment alors voulez-vous, tristes sires de l’État, que nous puissions avoir encore envie de voter pour vous qui ne cessez, depuis des lustres, de faire marcher la France à reculons ?!

Au printemps 2012, je vous prédis une abstention d’anthologie; aussi, ne vous en prenez qu’à vos vils mensonges et vos fausses promesses si la société civile en est venue à vous tourner ainsi le dos.