Le budget de l’État pour 2012 : 366 milliards de dépenses

Comment les dépenses de l’État sont-elles amenées à évoluer selon le projet de loi de finances?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
treemap

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le budget de l’État pour 2012 : 366 milliards de dépenses

Publié le 29 décembre 2011
- A +

Comment les dépenses de l’État sont-elles amenées à évoluer selon le projet de loi de finances?

Par Aymeric Pontier

Le projet de loi de finances 2012 a été définitivement adopté par l’Assemblée Nationale la semaine dernière. Par rapport à l’année précédente, les recettes de l’État devraient augmenter de 20 milliards d’euros et les dépenses de 4 milliards environ. Cependant, la prévision de croissance étant très optimiste, le chiffrage devrait fortement évolué dans les prochains mois.

Le Gouvernement table sur une augmentation de 7% des recettes nettes du budget général. Cette hausse ne proviendra pas ou peu de la croissance de l’économie (qui devrait être très faible), mais plutôt des hausses d’impôts (impôt sur le revenu) et des hausses de taxes (TVA). En tout, cela devrait représenter 20 milliards d’euros supplémentaires, les recettes totales atteignant donc 288 milliards d’euros. En ce qui concerne les dépenses, elles ont été plus fortes qu’anticipées en 2011 : 362 milliards d’euros. Pour 2012, le Gouvernement espère les contenir à 366 milliards, soit une hausse des dépenses de 1% environ. On verra ce qu’il en sera.

J’aimerais en profiter pour saluer le travail remarquable réalisé par le site « Et voilà le travail » qui propose une superbe infographie sur les dépenses de l’État, leur évolution dans le temps (de 2009 à 2012) pour chaque poste de dépenses, associées au nombre de fonctionnaires.

 

Cela m’a permis de réaliser un petit tableau synthétique sur les dépenses de l’État : celles qui augmentent et celles qui baissent. Car, si les dépenses sont globalement en hausse, certains postes de dépenses diminuent aussi. Je n’ai pas répertorié tous les postes de dépenses, je n’ai recensé que les principaux, ceux qui ont vraiment un impact majeur sur les finances publiques.

Comme on peut le voir, le seul budget qui connaîtra une baisse substantielle en 2012 concerne les politiques de l’emploi : les contrats aidés, les mesures de soutien à l’alternance, etc. Il s’agit surtout de l’arrêt définitif de dépenses exceptionnelles mises en place au début de la crise économique, qui ne sont donc pas renouvelées. Du côté des hausses de dépenses, on note immédiatement la forte hausse des intérêts de la dette publique, ainsi que celle du coût des régimes spéciaux de retraite. Les budgets de l’Éducation nationale et de la Défense augmenteront de 1% environ. Et les Ministères de la Justice et de l’Enseignement supérieur, qui ont été sanctuarisés, verront une hausse de leurs moyens plus forte que les autres.

Par ailleurs, je le répète. Vu les prévisions catastrophiques de croissance de l’économie française, il est probable que la part des dépenses publiques dans le PIB s’accroisse davantage encore…

 —-
Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
3
Sauvegarder cet article

Telle est la conclusion que l’on peut tirer de la publication par le Bureau des Statistiques de l’ONU d’une étude sur l’évolution des PIB par habitant de divers pays, examinée sur une longue période. Ce n’est d’ailleurs pas surprenant car l’on voit bien que tous les clignotants de l'économie française sont au rouge, et que la dette de la France ne cesse de croître, d’année en année. Et l’on voit les habitants  réclamer en permanence une amélioration de leur pouvoir d’achat.

 

L’observation des données sur le temps long

Pour... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Certains experts soutiennent que la clé de la croissance économique est le renforcement du marché du travail, qui repose sur l'idée qu'en raison de la réduction du nombre de chômeurs, davantage de personnes peuvent se permettre d'augmenter leurs dépenses. Par conséquent, la croissance économique suit le mouvement.

 

L'expansion de la réserve d'épargne - et non la baisse du chômage - est la clé de la croissance économique

Toutefois, le principal moteur de la croissance économique est l'accroissement... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles