Noël à Cuba

Au vocabulaire réduit de mon enfance, on vient de rajouter un mot, une parole maudite pendant des décennies: « Joyeux Noël »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan_contrepoints_491

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Noël à Cuba

Publié le 24 décembre 2011
- A +

Au vocabulaire réduit de mon enfance, on vient de rajouter un mot, une parole maudite pendant des décennies: « Joyeux Noël ».

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba

Sur la longue liste des mots interdits de mon enfance, il y en avait deux particulièrement censurés : « Noël » et « Droits de l’Homme ». On entendait de temps en temps le premier, chuchoté dans la bouche d’une aïeule qui, elle, avait connu les arbres couverts de guirlandes, la dinde et les nougats d’Alicante. Mais l’autre, le second, on ne faisait que le murmurer d’un ton méprisant pour désigner les ennemis, qui disait-on, étaient impliqués dans des actes contre-révolutionnaires. C’est ainsi que j’ai grandi, étrangère aux festivités de fin d’année, en pensant que le mal était tapi derrière cette déclaration des Nations Unies. Mon vocabulaire parcellaire avait fini par me conditionner dans une attitude citoyenne chargée de peurs et m’avait conduite à accepter avec conformisme toutes ces interdictions.

Ce mois de décembre, les boutiques arborent des lumières clignotantes et les arbres sont couverts de décorations. Un Santa Claus un peu ventripotent sourit dans la vitrine d’un important centre commercial de la ville. Les gens se croisent et complaisent à meubler chaque phrase d’expressions comme « Joyeux Noël » ; « je fais mes courses de Noël », « venez chez nous pour fêter Noël ». Au vocabulaire réduit de mon enfance on vient de rajouter un mot, une parole maudite pendant des décennies. Cependant le voisin d’à côté continue à dire « attention, ne t’approche pas, ils sont des Droits de l’Homme ». Dans quelque meeting de répudiation, quelque part dans le pays, quelqu’un est peut-être en train de crier : « A bas les Droits de l’Homme ! », et la police politique, postée au coin de la rue confirme par radio « oui, le groupuscule des Droits de l’Homme est en train d’arriver ». Et il y a toujours un ami qui nous demande de parler à voix basse, « parce que si tu dois parler de ces choses, il vaut mieux mettre la musique très fort ».

Une neige virtuelle tombe sur les rouges bonnets de Noël, mais une grosse averse la fait fondre et la minimise : la pluie de l’intolérance, les grosses gouttes des arrestations, la tempête qui se lève sur cette île dès que quelqu’un ose à peine prononcer l’expression « Droits de l’Homme ».

—-
Sur le web

Traduction : Jean-Claude Marouby

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

Par Murray Rothbard.

On entend beaucoup parler aujourd'hui de la distinction entre les droits de l'Homme et les droits de propriété, et beaucoup de ceux qui prétendent défendre les premiers se tournent avec mépris vers les défenseurs des seconds. Ils ne voient pas que les droits de propriété, loin d'être en conflit, sont en fait les plus fondamentaux de tous les droits de l'Homme.

Le droit de tout homme à sa propre vie implique le droit de trouver et de transformer des ressources : de produire ce qui maintient et fait progresser... Poursuivre la lecture

Il est maintenant trop tard pour appeler au boycott diplomatique des Jeux Olympiques de Pékin, et de toute façon, le gouvernement français a fait son choix depuis longtemps. Contrairement aux États-Unis, à la Grande-Bretagne, au Canada et à l’Australie, la France par l’intermédiaire d’Emmanuel Macron a préféré mettre en sourdine ses critiques à l’endroit du régime autoritaire chinois. Conciliant avec Poutine et silencieux face Xi Jinping, la "diplomatie des droits de l'Homme" ne semble s'appliquer que quand il s'agit de donner des leçons à la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles