Lois mémorielles: vous avez dit superfétatoires?

Ne faudrait-il pas cesser de voter en rafale des lois dont le but est d’empêcher les Français de s’exprimer?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan_contrepoints_495

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lois mémorielles: vous avez dit superfétatoires?

Publié le 22 décembre 2011
- A +

Ne faudrait-il pas cesser de voter en rafale des lois dont le but est d’empêcher les Français de s’exprimer en leur âme et conscience ?

Par Philippe Robert

Quelle mouche a donc piqué l’appareil de l’État pour qu’il se lance ainsi à corps perdu, dans le droit fil des lois du 13 juillet 1990 (dite loi Gayssot), du 29 janvier 2001 disposant que « la France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915 », du 21 mai 2001 (dite loi Taubira) et du 23 février 2005 (dite loi Mekachera), dans l’aventure triviale et réitérée de la pénalisation d’application purement hexagonal du génocide arménien !

Sur cette question des lois mémorielles dont, manifestement, nous aimons plus que tout à faire un usage des plus abusifs, il me paraît désormais tout à fait fondamental d’essayer de revenir à une certaine rationnalité. Ainsi, la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 stipule-t-elle en ses article X et XI :

  • Article X : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi ».
  • Article XI : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi ».

Certes. Mais encore faut-il que le législateur ne se perde pas en production de lois superfétatoires dont le premier effet, à l’opposé du but recherché, n’aura d’autre résultat tangible que de rendre suspect l’esprit de ces lois et le crédit de leurs inspirateurs durablement altéré.

De son côté, le premier amendement de la Constitution des États-Unis d’Amérique, dont nous devrions faire notre miel sans pour autant croire que ce serait pour nous déchoir, se montre encore plus épris de liberté que la Révolution française lorsqu’il énonce :

Article 1 : Le Congrès ne fera aucune loi qui touche l’établissemement ou interdise le libre exercice d’une religion, ni qui restreigne la liberté de la parole ou de la presse, ou le droit qu’a le peuple de s’ssembler paisiblement et d’adresser des pétitions au gouvernement pour la réparation des torts dont il a à se plaindre.

Il est vrai que les États-Unis d’Amérique, à l’inverse de la France décadente en permanence saucissonnée et bâillonnée, se font un devoir et même et surtout un honneur de protéger les libertés fondamentales que, pour notre part, nous n’arrêtons pas de piétiner sous n’importe quel prétexte !

Aussi faudrait-il cesser de voter en rafale des lois scélérates, car il s’agit bien de cela, dans le but affiché d’empêcher les Français de s’exprimer en leur âme et conscience et à haute voix. Car plutôt que de déconsidérer un peu plus urbi et orbi la France déjà lourdement pénalisée, rien ne vaut, me semble-t-il, la réfutation des idées fausses par la libre expression de motifs contraires solidement étayés par les faits.

 

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • D’ailleurs, quand je vois en France les syndicats ou autre catégorie socio professionnelles faire acte de désobéissance civile pour tout ou rien, il serait temps de relire Rawls qui déclarait que les seuls actes de désobéissances civiles valables étaient ceux qui avaient pour but de protéger les libertés fondamentales (i.e. les droits de l’homme).

    Il faudrait faire de la désobéissance civile pour ces lois mémorielles scélérates….

    • « De la désobéissance civile pour ces lois mémorielles scélérates » ? Vous rendez-vous compte de ce que vous dites ? Vous êtes en train de proposer de faire circuler des documents négationnistes.

      Vous ne vous mettriez pas à dealer pour le seul plaisir d’aller contre une loi néfaste, tout de même. Il existe une option à la fois plus simple et plus féconde : séparer l’État de la science en général, et de l’histoire en particulier.

  • Le lobby arménien est plus précieux que la liberté d’expression.

  • n’y a-t-il pas moyen d’attaquer cette loi comme non conforme à l’article X de la DDHC, qui est une norme supérieure?

    • Une norme supérieure ? Laissez-moi rire, un torchon de papier comme les constitutions. Ça fait joli sous verre accroché au mur, ça faire reluire les gogos. >Et puis il faut savoir de laquelle on parle, de celle de 1789 ou de celle de 1946 ?

  • Un peu à contre-courant, je serais assez favorable à une loi mémorielle sur le communisme, ses génocides, ses massacres, ses goulags, et autres joyeusetés. Je ne suis pas sur de trouver une oreille aussi complaisante, ce qui m’amènerait à penser qu’il n’y a pas une communauté de 500 000 anti-communistes prêts à voter avec reconnaissance pour qui-de-droit…

  • Foin des lois mémorielles. Pourquoi vendre son âme en jouant le jeu du démon ? Il y aurait plus simple : sus aux rouges mes preux. Sabre au clair, taillez, tranchez jusqu’à ce qu’il n’en reste plus un seul. Et pour finir, la curée. Tout pour les chiens, aucun trophée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

 

Cela faisait longtemps que je n'avais pas pensé au film Demolition Man, jusqu'à récemment lorsque j'ai appris qu'il avait maintenant presque 30 ans.

Réalisé par le cinéaste Marco Brambilla à ses débuts, Demolition Man est l'un de ces films qui réussit à être à la fois loufoque et ingénieux. Avec un casting de stars comprenant Sylvester Stallone, Wesley Snipes et Sandra Bullock - sans oublier des jeunes talents comme Denis Leary et Benjamin Bratt, ainsi que l'acteur de théâtre Nigel Hawthorne et B... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain.

« Pour moi l’anonymat pratiqué sur les réseaux sociaux est une régression » déclarait Emmanuel de Wasqueriel, sur France Inter, précisant « qu’une démocratie, c’est avancer à visage découvert… » et « plutôt que de restreindre la liberté d’expression sur les réseaux sociaux, il faudrait obliger à la suppression de l’anonymat » ajoutant ainsi sa voix à un faux débat régulièrement relancé : la fin de l’usage du pseudonyme.

Pour rappel, cette thématique avait resurgi en octobre 2020  portée par des élus de pre... Poursuivre la lecture

Récemment, les propos de M. Dupond-Moretti, qui attaque la gauche (NUPES) à l’Assemblée nationale pour un ensemble de raisons seulement apparemment reliées par des liens disparates avec ce que différentes personnes associent à ce qu’on appelait avant, à l’époque de Marx et de Sartre, « la question juive », suscitent une vague de nouveaux articles, qui se suivent et se ressemblent, sur la montée de l’antisémitisme.

On y explique que, si le nombre d’« actes antisémites » n’augmente pas, et diminue plutôt (modulo les problèmes que posent ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles