Génocide arménien: police de la pensée avant les élections?

Comment un État dont la devise est « Liberté » peut-il discuter un projet de loi punissant le « délit d’opinion »?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Génocide arménien: police de la pensée avant les élections?

Publié le 22 décembre 2011
- A +

La tragédie survenue en 1915 dans le lointain Empire ottoman lors d’une guerre civile sanglante ne devrait pas avoir sa place dans la politique électorale française au XXI° siècle.

Par Sophie Quintin-Adali

Manifestation anti-française devant l'ambassade de France à Ankara, le 21 décembre.

Les politiciens français prennent la mauvaise habitude de vexer les autres nations. Après le Royaume-Uni, c’est au tour de la Turquie avec la toute dernière tentative d’adoption d’une loi visant à pénaliser la négation du « génocide » arménien. La proposition menace d’assombrir les relations franco-turques déjà assez tendues. Comment un État dont la devise est « Liberté » peut-il discuter un projet de loi punissant le « délit d’opinion »? La petite communauté arménienne française a-t-elle tant de pouvoir ?

Vérités d’État

Le lobby arménien est avant tout aidé par une minorité de députés qui, comme le reste de l’élite française, est imprégné d’une culture étatiste. Leur réponse aux problèmes est généralement de proposer l’intervention de l’État, même si cela signifie intervenir dans l’esprit des gens. [1] En période électorale, la chasse au « vote arménien » est ouverte, auprès d’une communauté forte de 500.000 âmes.

Les partis politiques jouent au « ping-pong législatif », prenant chacun à son tour le service pour brandir la menace de légiférer sur cette question sensible. Le projet de loi qui sera discuté le 22 Décembre à l’Assemblée nationale a été mis en avant par l’UMP. [2] En mai dernier, le même projet parrainé par le Parti socialiste avait été recalé au Sénat par la majorité présidentielle…

Cette fois-ci « les totalitaires parmi nous », pour paraphraser F. Hayek, pourraient bien l’emporter. [3] En effet, si le projet est adopté à l’Assemblée nationale, le Sénat, majoritairement socialiste, va très certainement suivre le mouvement.

Nombre des grands inspirateurs de la liberté étaient des Français : Tocqueville, La Fayette, Bastiat, Turgot pour n’en nommer que quelques-uns. Une des phrases les plus universellement citées sur la liberté de pensée est attribuée à Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit de le dire ».

En 2011, nos hommes politiques proposent essentiellement de transformer le ministère de la Justice en un « ministère de la Vérité ». L’idée que la justice et la police françaises pourraient être appelées à faire appliquer une vérité d’État n’est pas sans évoquer l’Union Soviétique…

Vérités ignorées

On peut toujours blâmer une poignée d’hommes politiques « aveugles ». Mais le vrai problème est systémique. N’y a-t-il pas un « déni de démocratie » quand les conclusions des commissions parlementaires sur les questions fondamentales peuvent être simplement ignorées ? Ou, plus inquiétant, peuvent « disparaître »?

Prenez le rapport d’information de 2008 sur la question des « lois mémorielles », dont la loi de 2001 sur le génocide arménien. [4] Ce rapport avertissait des risques d’inconstitutionnalité, des menaces pour les libertés fondamentales, de la censure déguisée par la menace d’action judiciaire et de la création d’un précédent en matière de délit d’opinion. Pourtant, le projet de « loi de pénalisation » qui a suivi, s’il est adopté , va effectivement transformer les risques énumérés en réalité avec une amende de 45.000 € et une peine de prison pouvant aller jusqu’ à 12 mois.

Plus récemment, les élus ont écrit l’histoire sans gloire en rejetant la publication d’un rapport soulignant l’utilisation scandaleuse de fonds publics par les syndicats. [5] Comme le rapporteur de la Commission, découragé, l’a admis, son contenu ne sera jamais connu des premiers concernés, les citoyens-contribuables. Comme dans le roman de George Orwell, 1984, les 700 pages du rapport, ont été tout simplement « vaporisées » (passées au broyeur ). [6]

Et la « majorité silencieuse » dans tout ça ?

Dans une France en pleine récession, l’histoire turco-arménienne est sans doute la dernière chose qui intéresse le peuple. La majorité pense certainement qu’il n’est pas sage que l’histoire des autres nations soit écrite à Paris. Elle médite en silence. La tragédie survenue en 1915 dans le lointain Empire ottoman lors d’une guerre civile sanglante ne devrait pas avoir sa place dans la politique électorale française au XXI° siècle.

Pourtant lobbyistes et politiciens à l’affût de votes en ont décidé autrement.

—-
Sur le web

Notes :
[note][1] http://www.unmondelibre.org/Quintin-Adali_Sarkozy_Turquie_Armenie_121011
[2] http://www.lefigaro.fr/international/2011/12/16/01003-20111216ARTFIG0025…
[3] Hayek, F. (1944). “The road to serfdom”. p. 186. (La route de la servitude)
[4] http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rap-info/i1262.pdf
[5] http://www.contribuables.org/actualite/l-actualite/les-deputes-ump-refus…
[6] http://www.youtube.com/watch?v=fGhr11ILtDQ [/note]

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Génocide arménien, ça ne veut rien dire !
    Cette expression sert de paravent pour l’extermination des derniers chrétiens de Constantinople.

    • Euh, je dirais plutôt que ça s’est passé principalement sur le continent asiatique, pour se terminer par les massacres de Smyrne.

  • Avec un peu de chance ça va définitivement classer le dossier de l’entrée de la Turquie dans l’UE. C’est là le seul point positif que je puisse trouver à ce texte et j’avoue qu’il est d’importance.

    Pour le reste, les lois mémorielles sont imbéciles.

  • Personnellement, je conseillerai à la Turquie de légiférer sur le génocide vendéen 😈

  • erreur d’émoticone…

  • Bah, la Turquie n’est QUE notre 12ème client (le 5ème hors UE).
    Les turcs qui hésitaient peut être avant entre une bagnole française et une allemande ou une japonaise vont y réfléchir à deux fois maintenant…

    C’est pas grave, le suicide collectif de tout un peuple a quelques chose de fascinant. La France coule, mais l’orchestre continue de jouer, même les pieds dans la flotte.

  • Personnellement et en tant que Breton, je conseillerais aussi vivement à la Turquie de se préoccuper avec sollicitude du « Génocide Franco-Français » perpétré en 1794-95 par les armées de la République Française qui ont massacré, sur ordre, entre 117 000 et 240 000 hommes, femmes et enfants, avec des raffinements de torture envers les femmes  » sillon reproducteur » qui devraient intéresser aussi les féministes Turques, à défaut d’inspirer les démocrates parisiens.

  • Monsieur le Honzec, rassurez vous les turcs y ont pensé. Personnellement en tant que Bretonne, j’espère qu’ils seront plus démocrates que la cinquantaine de députés liberticides qui ont voté hier dans l’hemicycle….je leurs conseille plutôt d’organiser une conférence universitaire sur le sujet.
    @ Harald. Rassurez vous aussi, les turcs ont compris que l’UE était une arnaque. Donc allez y, à vot’ bon coeur M’sieur! Non à vrai dire vous n’avez pas le choix… Continuez donc à donner à la Grèce and Co pendant que la Turquie prospère en dehors de l’UE.

    • Plus démocrates ? Sachant quel est le parti aux commandes de la Turquie, j’en doute sérieusement.

      Quant à l’UE, c’est non seulement une arnaque, mais surtout une monstruosité qu’il faudrait quitter au plus vite.

  • Rassurez vous, les turcs ont compris que l’UE était une arnaque!
    La Turquie a une économie libérale. Pas d’Etat providence à la française pour les aider ou une perfusion permanente à la grecque de subventions européennes et des prêts mal placés…. Ils se posent la bonne question. Pourquoi devraient’ils subventionner les états providences du Sublime Projet Européen avec le fruit de leur dur labeur?
    Donc allez y, à vot’ bon coeur M’sieur! Non à vrai dire vous n’avez pas le choix… Les contribuables européens devront continuer à donner à la Grèce and Co pendant que la Turquie prospère en dehors de l’UE. Bien à vous.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
états despotiques
3
Sauvegarder cet article

La Turquie, la Russie, l’Iran et les autres…

Le sommet qui a réuni, à Téhéran, ce mois de juillet 2022, la Turquie d’Erdogan, la Russie de Poutine et l’Iran de Raïssi, est révélateur d’une nouvelle configuration géopolitique. Aurait pu se joindre à eux la Chine de Xi Jing Pin pour faire de ces TRICs un redoutable quatuor. Face à l’OTAN dont la finalité affirmée est la protection et la défense des États de droit, émerge une coalition de régimes autoritaires, de dictatures, d’autocraties, disons pour adopter la terminologie kantienne, d’... Poursuivre la lecture

Selon le média russe Kommersant, la Turquie aurait signé un contrat avec la Russie pour la fourniture du deuxième régiment de systèmes de missiles antiaériens S-400. Celui-ci prévoirait en outre la localisation de la production de composants individuels. Une coopération aussi bien commerciale que technique.

Ankara, quant à elle, nie l'existence d'un tel contrat, arguant que le deuxième régiment était prévu dans le contrat original signé des années auparavant.

Dans tous les cas, la coopération entre la Russie et la Turquie se mai... Poursuivre la lecture

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles