Révélation: le texte du nouveau traité européen

Quel est donc le contenu de l’accord concocté par les vieux briscards de Bruxelles?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
L'euro existera-t-il encore quand il sera ratifié?

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Révélation: le texte du nouveau traité européen

Publié le 21 décembre 2011
- A +

Quel est donc le contenu de l’accord concocté par les vieux briscards de Bruxelles?

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume Uni

L'euro existera-t-il encore quand il sera ratifié?

Est-ce bien lui ? [1] Est-ce que ce document est le nouvel accord signé à Bruxelles – celui dont tout le monde parle, mais que personne ne semble avoir lu ? Ce texte m’apparaît comme tout à fait plausible : ses formes et ses propos me semblent familiers de ces Vieux Briscards de Bruxelles et son contenu fait écho à ce que nous avons pu entendre.

Si c’est effectivement le projet de traité, il expliquerait alors les divergences entre le Premier ministre et son vice-Premier ministre. David Cameron insiste pour que les États favorables à l’Union Fiscale (UF) développent leur propre structure, distincte du Traité Européen, alors que Nick Clegg affirme que l’on doit avoir recours aux institutions de l’Union Européenne. En grande partie, le Premier ministre a raison : c’est une entité juridique à part entière, bien que l’objectif de ses signataires « reste à intégrer les dispositions du présent accord dès que possible dans les traités sur lesquels l’Union européenne est fondée« .

Chaque membre de l’UF s’engage, à titre particulier, à faire pleinement usage des structures de l’UE dans le but de faire respecter la discipline budgétaire les uns envers les autres ; ce qui me semble être de quoi parle Clegg. La question de savoir si les non-signataires permettraient aux institutions de l’UE, notablement la Cour de Justice de l’Union Européenne, d’être utilisées pour cet objectif n’est pas posée. La référence au Parlement Européen est tout aussi ambiguë du point de vue légal : comment une structure distincte peut-elle déclarer qu’elle tiendra des réunions régulières avec une institution qui est en dehors de son cadre juridique ?

La bataille, en d’autres mots, a simplement été différée. Les membres de l’UF veulent un amendement en bonne et due forme au traité, ce que ne paraphera pas la Grande-Bretagne sans contre-partie : le Premier ministre a été très clair là-dessus à la Chambre des communes la semaine dernière.

Le problème est que la Cour de justice de l’UE a un long passif méprisant ce que dit la loi au profit de ce que devrait dire la loi. Ces juges n’ont jusqu’à maintenant jamais manqué une occasion d’étendre leur prérogative au-delà de celle prévue dans les traités. S’ils décident, comme le laissent croire les faits aujourd’hui, que cette nouvelle organisation peut faire un plein usage des autres institutions, mécanismes et procédures de l’UE, alors tout ce pour quoi David Cameron s’est battu à Bruxelles tombera à l’eau. Et après ?

—-
Sur le web.
Traduction : SC pour Contrepoints

Note :
[1] Il a été confirmé depuis qu’il s’agit bien du texte officiel. Comment expliquer le désintérêt des médias à ce sujet?

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Pinocchio ne doit pas engager la France dans un nouveau traité européen avant les présidentielles. C’est après, posément ,que la question doit être tranchée. Pas forcément par lui, naturellement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

Les négociateurs du Parlement européen et des États membres de l'UE (Union européenne) sont récemment parvenus à un accord sur de nouvelles règles européennes visant à lutter contre ce que l'on appelle le "blanchiment écologique", par lequel des entreprises se présentent comme plus respectueuses de l'environnement qu'elles ne le sont réellement. Les nouvelles règles imposent une série de nouvelles exigences en matière de rapports - d'abord aux grandes entreprises, puis également aux PME - dans le but de "mieux informer" les citoyens de "l'imp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles