Révélation: le texte du nouveau traité européen

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
L'euro existera-t-il encore quand il sera ratifié?

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Révélation: le texte du nouveau traité européen

Publié le 21 décembre 2011
- A +

Quel est donc le contenu de l’accord concocté par les vieux briscards de Bruxelles?

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume Uni

L'euro existera-t-il encore quand il sera ratifié?

Est-ce bien lui ? [1] Est-ce que ce document est le nouvel accord signé à Bruxelles – celui dont tout le monde parle, mais que personne ne semble avoir lu ? Ce texte m’apparaît comme tout à fait plausible : ses formes et ses propos me semblent familiers de ces Vieux Briscards de Bruxelles et son contenu fait écho à ce que nous avons pu entendre.

Si c’est effectivement le projet de traité, il expliquerait alors les divergences entre le Premier ministre et son vice-Premier ministre. David Cameron insiste pour que les États favorables à l’Union Fiscale (UF) développent leur propre structure, distincte du Traité Européen, alors que Nick Clegg affirme que l’on doit avoir recours aux institutions de l’Union Européenne. En grande partie, le Premier ministre a raison : c’est une entité juridique à part entière, bien que l’objectif de ses signataires « reste à intégrer les dispositions du présent accord dès que possible dans les traités sur lesquels l’Union européenne est fondée« .

Chaque membre de l’UF s’engage, à titre particulier, à faire pleinement usage des structures de l’UE dans le but de faire respecter la discipline budgétaire les uns envers les autres ; ce qui me semble être de quoi parle Clegg. La question de savoir si les non-signataires permettraient aux institutions de l’UE, notablement la Cour de Justice de l’Union Européenne, d’être utilisées pour cet objectif n’est pas posée. La référence au Parlement Européen est tout aussi ambiguë du point de vue légal : comment une structure distincte peut-elle déclarer qu’elle tiendra des réunions régulières avec une institution qui est en dehors de son cadre juridique ?

La bataille, en d’autres mots, a simplement été différée. Les membres de l’UF veulent un amendement en bonne et due forme au traité, ce que ne paraphera pas la Grande-Bretagne sans contre-partie : le Premier ministre a été très clair là-dessus à la Chambre des communes la semaine dernière.

Le problème est que la Cour de justice de l’UE a un long passif méprisant ce que dit la loi au profit de ce que devrait dire la loi. Ces juges n’ont jusqu’à maintenant jamais manqué une occasion d’étendre leur prérogative au-delà de celle prévue dans les traités. S’ils décident, comme le laissent croire les faits aujourd’hui, que cette nouvelle organisation peut faire un plein usage des autres institutions, mécanismes et procédures de l’UE, alors tout ce pour quoi David Cameron s’est battu à Bruxelles tombera à l’eau. Et après ?

—-
Sur le web.
Traduction : SC pour Contrepoints

Note :
[1] Il a été confirmé depuis qu’il s’agit bien du texte officiel. Comment expliquer le désintérêt des médias à ce sujet?

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Pinocchio ne doit pas engager la France dans un nouveau traité européen avant les présidentielles. C’est après, posément ,que la question doit être tranchée. Pas forcément par lui, naturellement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles