Wauquiez, Capitalisme de Monopoly et politique de Trivial Pursuit

Wauquiez monte au créneau. Festival de poncifs.

À la bonne heure ! Un des admirables bouffons du gouvernement vient de se réveiller et trouver qu’il fallait en finir avec le « capitalisme de Monopoly » et revenir à un capitalisme d’entrepreneur. Miam. Chouette. Voilà qui sent bon !

Tout s’est passé très vite et comme d’habitude, on ne peut pas écarter le syndrome du gros micro mou. Pour rappel, ce syndrome se traduit par une logorrhée puissante dès qu’on approche un gros micro mou du museau nez d’un politicien. Ce dernier ne peut alors s’empêcher d’émettre une opinion, généralement basée sur une absence pathétique d’expertise sur le sujet proposé, et se ridiculise dans une enfilade de petites phrases toutes plus stupéfiantes de bêtise les unes que les autres.

Au vu des dernières déclarations de Laurent Wauquiez sur sa vision de l’économie, des finances et de ce qu’il faut dire et faire pour assurer une bonne campagne présidentielle à son chef de parti, on ne peut donc pas écarter complètement l’hypothèse d’un tel syndrome tant le collier de nouilles qu’il nous a tressé correspond banalement aux heures les plus bêtes de notre histoire.

WauquiezLe petit Laurent Wauquiez, actuel mini-minustre de la Recherche, a donc vigoureusement empoigné, pour le compte de la Droite Socialiste, les propositions économiques afin d’apporter sa pierre à l’édifice présidentiel de mai 2012 et nous pond une magnifique formule rhétorique qui résonne déjà du bruit que font les tonneaux vides puisqu’il déclare vouloir passer d’un « capitalisme de Monopoly » à un « capitalisme d’entrepreneurs ».

On pourrait supposer, en bonne logique, que le capitalisme de Monopoly, c’est celui où il y a une banque centrale qui distribue des morceaux de papier sur lesquels il faudra coller une bonne couche de confiance pour les échanger contre des titres de propriété et des habitations, avec distribution gratuite d’argent à chaque tour, et où le passage par la case prison se fait de façon aléatoire. Autrement dit, l’exemple assez parfait de la situation actuelle, qui perdure depuis des décennies et que notre homme, ainsi que toute l’équipe présidentielle et les précédentes, se sont employés à conserver dans l’état.

Mais cette fois, c’est sûr : il faut tout changer. Par exemple, il propose d’interdire les augmentations des dirigeants d’entreprise qui licencient plus qu’ils n’embauchent, et de supprimer les stocks-options sauf pour les PME et les start-up, des glaces en été et un poulet par semaine. Notons que ces propositions sont, peu ou prou, celles qui furent faites pendant la précédente campagne présidentielle (Moralizer Le Kapitalism™®).

Bien évidemment, la Droite Socialiste sort une n-ième variation sur le thème de la séparation des banques de financement des banques de dépôt, parce que voyez-vous mes petits amis, cela permet de « limiter la dimension spéculative des banques« . Eh oui : même si Lehman n’était qu’une banque d’affaire et de financement (tout comme Goldman), et que son implosion aura provoqué le séisme de 2008 dont on peut encore sentir les répliques, on comprend que l’idée est de séparer pour … parce que bon, vous comprenez, quand c’est séparé, c’est moins grave et ça évite de se retrouver avec des banques de dépôt qui carafent sauvagement comme comme comme ah mais enfin vous savez toutes ces banques dans lesquelles l’État n’a pas mis d’argent pour les laisser tomber, enfin voyons. Bon.

D’ailleurs, cette proposition de séparation n’est pas évoquée parce qu’elle se trouve aussi dans le programme socialiste. Non. C’est juste parce que c’est une super proposition qui va résoudre le problème des banques de dépôt qui font aussi banque de financement et l’inverse et qui explosent comme … Ah mais bon, vous avez compris et donc voilà.

Et puis comme il faut continuer dans les propositions sociales socialistes, autant repomper aussi le protectionnisme européen, ou celle d’un Fonds Souverain Français. Ce serait, genre style, comme la CDC, mais en mieux, bien sûr. Avec plus de gouvernance, plus de résultats, plus d’investissements dans les PME françaises d’avenir. Comme il y a 5 ans. Comme il y a 12 ans, ou 25 ou 40. Mais en mieux !

Jusque là, on a surtout une magnifique illustration du gloubiboulga mental dans lequel patauge notre minustre, et avec lui, la très grande majorité de nos politiciens qui ont bien du mal avec les notions élémentaires de logique et d’économie, sans même évoquer la douloureuse question de la règle de trois, territoire indéfrichable de la jongle mathématique la plus inexpugnable pour eux.

Mais cette illustration continue lorsqu’on apprend qu’il a dû s’expliquer de ses saillies livresques devant une Audrey Pulvar remontée comme un coucou suisse : dans un magnifique échange brouillon d’idées toutes faites, le téléspectateur consterné assiste à un combat de titan entre la purée bien-pensante d’une journaliste en roue libre qui n’a manifestement pas appris ni la politesse, ni la logique, et la mousseline de poncifs d’un ministre dont les arguments s’enchaînent dans un fatras indescriptible où le seul mot qui surnage est celui de « simplicité », alors que tout montre que ses raisonnements en sont totalement dépourvus.

L’idée de Wauquiez est qu’il faut favoriser ceux qui ont un emploi dans l’obtention d’une HLM, là où actuellement, aucun critère clair en ce sens n’est mis en place. Et évidemment, côté Ruquier et Pulvar, on voit surtout l’opposition frontale des pauvres qui ont un emploi contre les pauvres qui n’en ont pas… Et dans un maelström de petites phrases toutes faites, les protagonistes se balancent des poncifs de plus en plus caricaturaux à la figure, laissant le spectateur entre rire et pleurs.

Eh oui, c’est ça, la magie de la médiatisation, du gros micro mou et du journalisme glamour : n’importe quel sujet doit être traité par le politicien, toute solution doit avoir une part de social et l’Etat doit intervenir, réguler, décider, diriger, choisir pour le peuple qui ne sait pas ce qui est bon pour lui. Et dans cet exercice, le jeune Wauquiez montre de réelles capacités sur le plan politique, et Pulvar démontre de bonnes aptitudes sur le plan médiatique.

Pendant ce temps, bien sûr, personne ne se pose la question de savoir si l’Etat est le bon interlocuteur pour ces problèmes. Surtout pas le politicien (dont le remplissage de gamelle dépend de cette non-question), et surtout pas la journaliste (dont l’audience et donc, la gamelle, dépendent de cette non-question).

J’ai déjà fait ce constat, mais je le refais : nullité des politiciens, médiocrité des journalistes, ce pays est foutu.
—-
Sur le web

Lire aussi une analyse d’Alain Madelin sur le programme de l’UMP