Moody’s dégrade la note de la Belgique de deux crans

Cette décision est la conséquence attendue de la mise sous surveillance de la note belge, annoncée en octobre 2011.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Moody’s dégrade la note de la Belgique de deux crans

Publié le 17 décembre 2011
- A +

Moody’s, la seconde agence de notation financière la plus influente, a annoncé hier la dégradation de deux crans de la note de la dette publique belge et maintenu la perspective négative de la note. Comme à l’accoutumée, l’annonce a été faite après la clôture des marchés financiers pour limiter l’impact de l’annonce.

L’agence de notation a argué de la détérioration des conditions de financement pour tous les Etats de la zone Euro, mais aussi des risques sur la croissance économique belge et du coût financier du sauvetage de la banque Dexia. Dans son communiqué, l’agence écrit ainsi (traduction AFP) :

La fragilité des marchés de la dette publique est de plus en plus accusée et a peu de chances de s’arrêter dans un avenir proche. Cela se traduit dans un potentiel accru de tensions sur le financement des pays de la zone euro avec une dette publique et des besoins de refinancement comme la Belgique

Le deuxième motif de la décision de Moody’s est la hausse considérable des risques à moyen terme pour la croissance économique, bien au-delà de tout ajustement cyclique normal, dans la petite et très ouverte économie belge. [A cela s’ajoute] l’émergence de nouveaux risques qui créent une plus grande incertitude quant aux implications d’engagements conditionnels en faveur du secteur bancaire pour les finances de l’Etat

Cette décision est la conséquence attendue de la mise sous surveillance de la note belge, annoncée en octobre 2011. Aujourd’hui la Belgique est notée Aa3, ce qui est la quatrième meilleure note possible sur l’échelle. Néanmoins la perspective négative, maintenue, laisse augurer de possibles dégradations à venir.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis cinquante ans, les Flamands achètent aux Wallons des compétences car ils rêvent d’embrasser un avenir national, quand les Wallons sont incapables de boucler leur budget. C’est l’histoire du fédéralisme belge.

 

L'omniprésence de la gauche en Wallonie

Le socialisme clientéliste wallon a si bien éduqué les consciences que les Wallons se tournent en masse vers des socialistes révolutionnaires, emmenés par un parti qui revendique l’héritage marxiste « dans son intégralité », Pol-Pot, Mao, Staline.

Trois partis dom... Poursuivre la lecture

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Programmatiquement, les partis écologistes les plus extrémistes d’Europe sont les belges Ecolo & Groen et le parti allemand Die grünen. Ces partis ont en commun d’être au pouvoir au niveau fédéral de leur pays respectif, avec des partis socialistes et libéraux.

En Belgique

La Belgique est, avec la France, l’un des pays d’Europe dont le mix énergétique est le moins émetteur de CO2. Cette vertu est entièrement due à sept réacteurs nucléaires parfaitement opérationnels. Las ! Les écologistes, dont le moteur idéologique premier est et ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles