Un vent de « démocratie dirigée » russe sur l’UE

La « démocratie dirigée », généralement associée au régime russe, n’est-elle pas en train de s’étendre à l’ensemble de l’UE?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un vent de « démocratie dirigée » russe sur l’UE

Publié le 13 décembre 2011
- A +

La « démocratie dirigée », généralement associée au régime russe, n’est-elle pas en train de s’étendre à l’ensemble de l’UE?

Par Sophie Quintin-Adali

Il y a de la panique dans l’air, que ce soit au Kremlin ou dans la sphère nébuleuse de la gouvernance européenne. À Moscou, Mikhaïl Gorbatchev a ajouté sa voix au mécontentement grandissant en appelant à l’annulation « d’élections frauduleuses » [1]. À la périphérie sud de l’Union, les électorats sont rétifs, en colère contre les mesures d’austérité imposées par Bruxelles, dictées par le directoire franco-allemand. Le glas sonnerait-il pour la « démocratie dirigée » sous toutes ses formes européennes ?

Force est de constater qu’il y a eu une convergence inquiétante entre la Russie et les pratiques démocratiques européennes depuis la crise financière de 2008 et l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne. En dépit de toutes les différences essentielles entre les deux systèmes politiques, le terme « démocratie dirigée », généralement associé au régime russe a été de plus en plus utilisé en référence à l’UE.

Un élément essentiel de la démocratie dirigée est le contrôle des élections. Le politologue Sheldon Wolin postule que de tels régimes, même s’ils suivent les principes démocratiques fondamentaux, ont tendance à dévier vers l’autoritarisme. Il en résulte des électorats qui sont empêchés d’avoir une influence significative sur les politiques adoptées par la structure du pouvoir. [2]

En d’autres termes, les élections sont simplement utilisées par les élites pour légitimer leurs décisions, comme l’analyste Nikolaï Petrov l’affirme en référence à la démocratie russe. [3]

Dans l’UE, l’intégration politique, sociale et économique pousse le politique vers son propre style de démocratie dirigée. Comme le commentateur politique Fraser Nelson l’a indiqué, sur le ton de l’ironie : pour qui pensait que le déficit démocratique ne pouvait pas s’agrandir, il faut voir le groupe de Francfort en action pour le croire (Spectator, 12 novembre 2011). [4] Opérant en dehors du cadre du Traité, le groupe de dirigeants et bureaucrates a orchestré le renversement des politiciens élus, en Grèce et en Italie. Les deux pays sont désormais gouvernés par des technocrates approuvés par Bruxelles.

La question qui devrait être au centre du débat est celle de savoir où les plans de sauvetage sont en train de mener le régime politique européen en termes de démocratie. Malheureusement, la question se perd dans la cacophonie des désaccords entre les puissants États membres et l’appel toujours plus fort pour une plus grande intégration de la part d’une élite allergique aux principes démocratiques comme Nigel Farage, le leader du groupe « Liberté et Démocratie » au Parlement européen, l’a justement, et sans relâche, répété [5].

L’envoyé turc à l’UE a récemment mis l’accent sur cette question cruciale. Selim Kuneralp soutient que la centralisation des contrôles budgétaires avec la proposition d’union budgétaire impliquerait « une telle perte de souveraineté qu’elle ferait perdre leur sens aux campagnes électorales ». [6] Un commentaire on ne peut plus pertinent !

En vérité les élections au niveau supranational du système de gouvernance multi-niveaux ont depuis longtemps perdu toute signification. Les citoyens comprennent que leurs votes ne comptent pas parce que le système produit toujours le même résultat en termes de politique publique : plus d’intégration. La participation aux élections européennes ne cesse de décliner. En outre, comme l’a révélé la crise de la dette, les politiques « communes » intégrationnistes ont affaibli la démocratie au niveau national en dé-responsabilisant graduellement les parlements nationaux et les politiciens.

Pourtant, il est devenu douloureusement évident pour ceux qui veulent bien le voir que davantage de « pouvoir vertical », qu’il soit appliqué par les expertocrates de l’Union ou les sécurocrates russes, a sans doute fait son temps.

Avec le coût de la dette française battant tout les records à la hausse, les sonnettes d’alarme retentissent dans le palais de l’Élysée. [7] Paris sera-t-il le théâtre du prochain putsch pour « protéger » l’Evropskii Soyouz en perdition ? Au Kremlin aussi la panique gagne. Les autorités vont-elles à utiliser la main (lourde) des services de police pour réprimer les protestations en prétextant « protéger le public »?

Dans cette confusion croissante, une chose est certaine. Il y a du changement dans l’air.

—-
Sur le web

Notes:
[note][1] http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/russia/8940449/Mikhail-…
[2] Wolin, S. (2008). Democracy Incorporated: Managed Democracy and the Specter of Inverted democracy. p60.
[3] https://www.carnegieendowment.org/2005/10/18/essence-of-putin-s-managed-…
[4] http://www.spectator.co.uk/essays/all/7378428/europes-hit-squad.thtml
[5] http://www.ukip.org/content/video-zone/2513-eurocrats-in-contest-of-stup…
[6] http://euobserver.com/19/114546
[7] http://www.telegraph.co.uk/finance/financialcrisis/8939146/Bank-of-Franc… [/note]

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Très bon article. Il résume bien le coup de force de l’expertocratie européenne sans l’approbation des peuples.
    Tout ceci avec la collaboration des oligarchies nationales qui soit voient dans l’Europe une manière d’imposer leurs intérêts à leurs partenaires, soit une manière de se déresponsabiliser et d’évacuer les problèmes qui fachent (en finir avec la social-démocratie).
    Tout cela est en train de déboucher sur une victoire de différents partis populistes à travers l’Europe, certains bien, d’autres franchement moins bien (comme le FN par exemple).

  • Un nouveau qualificatif adéquat pour l’UE : l’UCSDD –> l’Union du Clientélisme Social et de la Démocratie Dirigée.

  • L’Union Européenne, la nouvelle URSS – Vladimir Boukovsky:

    –> http://www.youtube.com/watch?v=VyoKKtUu4fA

  • « la centralisation des contrôles budgétaires avec la proposition d’union budgétaire impliquerait « une telle perte de souveraineté qu’elle ferait perdre leur sens aux campagnes électorales ». Un commentaire on ne peut plus pertinent ! »

    Pas du tout d’accord avec ce point de l’analyse qui, en ignorant l’histoire, n’est pas pertinent. La France n’a pas eu besoin de l’Europe pour s’enfoncer dans le socialisme dépensier, le chômage de masse et la dette irresponsable il y a 4 décennies maintenant.

    C’est la dette qui fait perdre la souveraineté, pas l’équilibre budgétaire. La création d’institutions de contrôle des Etats, non pas du contenu des budgets, mais de l’équilibre financier général des Etats européens, est la garantie du retour de la vraie démocratie, celle qui donne des droits et mais aussi des devoirs.

    Au contraire de la thèse de l’auteur, le contrôle strict de l’équilibre financier des Etats améliore le débat démocratique. Le débat politique en sera d’autant plus riche, objectif et honnête, véritablement rendu au peuple plutôt qu’aux partis, et ne sera plus faussé par l’actuel clientélisme qui n’offre aucun choix véritable sinon la comédie de l’alternance gauche/droite, du FN au Front de Gauche.

    La vraie démocratie, c’est assumer son vote, notamment les conséquences financières et sociales. Sou la contrainte de l’équilibre budgétaire, ceux qui prôneront plus de dépenses publiques devront assumer les hausses d’impôts, la perte de compétitivité et le chômage de masse en toute clarté, sans pouvoir tricher. Ceux qui décideront de réduire les impôts et le chômage devront assumer la baisse des dépenses publiques, avec leurs conséquences pratiques (plans sociaux dans le secteur public, réduction des aides sociales), en toute transparence.

    • Ajouter une couche supranationale ne peut qu’éroder la liberté.

      • Pas si le pouvoir de la couche supranationale se limite clairement à cadrer et sanctionner. Cette couche indispensable est l’équivalent de l’Etat régalien pour les individus, mais au niveau des Etats.

        • Par quel miracle se limiterait-elle à quoi que ce soit?

          • Il est indispensable de créer un contre-pouvoir à la « couche » française qui a déjà outrepassé les limites. Il faut traiter les problèmes selon l’urgence : réduisons d’abord l’Etat providentiel français. Il sera toujours temps de s’occuper de l’Europe dans quelques années.

  • Si Sarko venait à être expulsé du pouvoir comme l’ont été ses homologues grecques et italiens, par quel eurocrate pourrait-il bien être remplacé ?

  • Très beau nouveau drapeau rouge étoilé ! Je le propose comme emblème de notre future « Eurasia »…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Vladimir Poutine a donc annoncé la mobilisation. Il n’avait pas le choix. L’armée russe est sur le point d’être désintégrée, s’il n’est d’ailleurs pas déjà trop tard. La situation en Ukraine est un réel cauchemar pour ses troupes qui subissent revers après revers depuis 7 mois que dure l’expédition spéciale. Une opération qui peut d’ailleurs être qualifiée de spéciale surtout parce que spécialement mal préparée par excès de confiance et spécialement mal servie par une succession d’erreurs et de retards sur les événements.

Les meilleure... Poursuivre la lecture

Vendredi, Contrepoints proposait un article intitulé « Les sanctions contre le Kremlin sont justifiées d’un point de vue libéral ».

Curieux, je me suis demandé comment ces sanctions pourraient trouver une quelconque justification libérale. Et malheureusement, je dois dire que la lecture de l’article n'a pas apporté de réponse à ma question. Bien au contraire, les arguments que j’y ai lu sont à mon avis symptomatiques d’un profond désaccord sur la nature du libéralisme. En ne s’intéressant qu’aux conséquences collectives et hypothétique... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles