La gauche en guerre contre les boches ?

La solution européenne, ce n’est pas seulement la dérive bureaucratique de Bruxelles, mais aussi la libéralisation des États membres

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La gauche en guerre contre les boches ?

Publié le 10 décembre 2011
- A +

L’ennui, c’est que la solution européenne, ce n’est pas seulement la dérive bureaucratique de Bruxelles, mais aussi paradoxalement la libéralisation des États membres. Le nord l’a fait de façon progressive, consensuelle. Le sud doit se l’imposer maintenant, dans une version dure.

Par Aurélien Véron

Les attaques de la gauche contre Merkozy et l’inféodation de la France à l’Allemagne a un petit air de ressemblance avec les années 30. Heureusement, il reste peu de stigmates des conflits sanglants qui ont opposé nos deux vaillants pays. Il n’y a donc aucun risque que ces tensions tournent mal. En tout cas pour le moment. Mais ce qui est plus surprenant, c’est que ces attaques viennent d’un centre gauche qui se prétend éclairé et pro-européen. Et que la réponse vienne d’un Nicolas Sarkozy qui n’avait jamais affiché de convictions pro-européennes jusqu’à son élection. C’est presque cocasse de l’entendre défendre avec un air aussi convaincu (quel travail !) le renforcement de la construction européenne face à une gauche au discours de plus en plus digne d’un Dupont Gnangnan. Il n’y a pas si longtemps, c’était l’inverse. Rappelez-vous lorsque Mitterrand prenait la main d’Helmut Kohl il y a 26 ans à Douaumont, et subissait les quolibets d’une droite aux réflexes facilement souverainistes.

Certes, le couple franco-allemand a beaucoup souffert sous les coups de boutoirs de Sarkozy. S’affranchissant des principes diplomatiques, et parfois de savoir-vivre élémentaire, il a souvent brusqué une Merkel prudente, lente au démarrage, et avait fini par la rendre réticente par principe aux initiatives françaises. Mais avec la crise, le président a compris que la solution ne pouvait être qu’européenne. L’ennui, c’est que la solution européenne, ce n’est pas seulement la dérive bureaucratique de Bruxelles, mais aussi paradoxalement la libéralisation des États membres. Le nord l’a fait de façon progressive, consensuelle. L’Allemagne a ainsi maintenu sa compétitivité, reculé l’âge de la retraite, réduit la protection sociale sous la direction du social démocrate Schröder avec le succès qu’on sait. Hors de l’euro, la Suède souvent citée en modèle a privatisé tous ses services publics. Au contraire, le sud s’impose aujourd’hui un choc thatchérien – version européenne – après des années d’errements budgétaires et d’absence de réformes structurelles suffisantes. Au milieu de la mêlée, il reste un pays qui ignore la crise en train de s’abattre sur lui : la France. S’il n’a pas véritablement reformé notre modèle social, Sarkozy continue à se donner des airs de candidat réformateur. Il ose, le bougre. Ça plaît à son électorat et ça ne mange pas de pain.

Mais c’est sans doute pourquoi la gauche se positionne ainsi contre cette Europe qui impose des remises en question des modèles économiques et sociaux qui ne marchent pas. Le nôtre par exemple. L’Europe, ça sonne bien quand on parle de constructions institutionnelles complexes auxquelles personne ne comprend rien. C’est plus délicat lorsqu’il s’agit de trancher dans les budgets publics et la protection sociale. Cette gauche dont l’horloge idéologique s’est arrêtée en 1981 n’a donc aucune envie de se Blairiser, et encore moins de se thatcheriser. En tout cas, pas pendant la campagne. Ensuite…


Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « L’ennui, c’est que la solution européenne, ce n’est pas seulement la dérive bureaucratique de Bruxelles, mais aussi paradoxalement la libéralisation des États membres. »

    Effectivement, c’est le paradoxe de l’Europe et de l’euro. Parce qu’ils créent un niveau de contrôle supranational, certes constructiviste, ils permettent de limiter les dérives constructivistes nationales et l’affrontement mercantiliste anarchique et destructeur entre les nations.

    La suite du jeu sera la maîtrise du développement du léviathan européen, de telle sorte que les pouvoirs supranationaux et nationaux s’annulent mutuellement. Ainsi, on peut anticiper le besoin de limiter la capacité d’action des instances européennes au pouvoir de dire Nein !, en empêchant ces dernières de dire Ja, Yes, Si, Sim, Ne ou Da, encore moins Oui, à propos des eurobonds pour commencer.

  • Si jamais (parlez pas de malheur) la gauche passe, elle sera confrontée à la réalité : rien n’a été réformé en France. Il lui faudra, d’un seul coup d’un seul, faire toutes les réformes que l’Allemagne a derrière elle, notamment retraite à 67 ans et indemnités de chômage fortement conditionnées.

    Autre chose : l’Allemagne est décentralisée depuis toujours. En France, la décentralisation s’est accompagnée d’un comportement de nouveaux riches, dépenses somptuaires et embauche sans complexe de domesticité, sous forme d’une fonction publique clientéliste et pléthorique.
    Aucun investissement digne de ce nom (ne parlons pas des ronds-points artistiques ou des centres commerciaux qui ne sont que des prétextes à enveloppes ni vu ni connu)

    • Et elle ne réformera rien.
      La gauche continue encore, sous les conseils avisés de Krugman, que l’inflation est la solution miracle, et que stimuler la croissance par la consommation marche encore dans notre situation.

      La gauche au pouvoir risque surtout de faire péter la france plus vite que prévu.

  • François Bayrou, lui, n’embrassera pas Merkel, en quoi il aura nettement l’air plus sérieux. SKZ a définitivement montré qu’il était un fumiste, pas seulement aux yeux des Français, mais aussi pour les Allemands, qui restent polis avec lui…Dans un quotidien français, ses photos avec Merkel suggèrent régulièrement qu’il fait la leçon à celle ci, dont le sourire est toujours modeste. Elle lui laisse volontiers la frime …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Maxime Lefebvre.

Il y a 14 ans, pendant que tous les regards se tournaient vers Pékin où s’ouvraient les 29e Jeux olympiques d’été de l’ère moderne, la guerre éclatait entre la Géorgie et la Russie. En jeu, les régions séparatistes pro-russes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, officiellement rattachées à la Géorgie.

Ce conflit présente de nombreuses similitudes avec celui qui sévit en Ukraine depuis le mois de février : une Russie de Poutine (qui, en 2008, était certes Premier ministre entre deux présidences, mais demeurait le ... Poursuivre la lecture

Le comportement et le discours d'Emmanuel Macron vis-à-vis de Vladimir Poutine ne sont pas au goût des Ukrainiens et des pays les plus amicaux envers eux (comme la Pologne). Les nombreuses conversations téléphoniques entre le président français et son homologue russe et la volonté de Macron de ne pas humilier Poutine surprennent à l’étranger.

Macron est considéré comme un atlantiste par les Français, et pro-Poutine par les Ukrainiens. Des tensions ont d’ailleurs parfois éclaté comme le montrent les propos du Premier ministre polonais q... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles