La France malade de la politique de Sarkozy

« Ce président est devenu prisonnier de sa propre politique qui est néfaste. »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France malade de la politique de Sarkozy

Publié le 10 décembre 2011
- A +

Un billet d’humeur de Contrepoints

Les jeux sont faits, rien ne va plus. Depuis son arrivée remarquée au Fouquet’s pouvoir, Nicolas Sarkozy n’a cessé de vandaliser l’économie de la France. Relances keynésiennes, endettement hors de contrôle, budgets déficitaires, créations de nombreuses taxes, etc… furent les ingrédients de base de la malbouffe étatique qu’il a servie à volonté aux Français. Avec du rabe et une bonne pincée d’absence de vraies réformes pour épicer tout ça.

Du coût coup, la France est malade.

Les plus crédules se sont faits endormir sous perfusion de « ♫ c’est la faute à la crise ♪ ».

Le professeur Markus Kerber, qui, en tant qu’Allemand, n’a pas participé à ce diner de cons bientôt quinquennal, s’exprime sur cette mascarade.

Voici ce qu’il en pense:

 

« Le problème de la France est qu’elle se permet un train de vie qui est totalement inapproprié.  »

« Ce président doit défendre son bilan, il est ainsi devenu prisonnier de sa propre politique qui est néfaste. Je pèse mes mots: néfaste, Monsieur. »

« C’est la France qui « grâce » à Sarkozy est l’homme malade.  »

« Je suis toujours clair! Ce qui n’est pas clair n’est pas allemand !  »

Il va falloir une bonne dose de digestif pour faire passer l’addition.

 

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • Le premier souci de SKZ c’est d’être réélu, tout le reste passe après. Donc il doit frétiller, vibrillonner, s’agiter de n’importe quelle façon pour suggérer qu’il se défonce vraiment pour les Français. Alors que ces Messieurs Dames doivent régler de graves problèmes, les jours ne leur suffisent pas, c’est nocturnement qu’ils disent avoir trouvé la solution. Les pôvres, c’est pour nous qu’ils se donnent une telle peine ! Comment ne pas les aimer !
    Si pendant les quatre ans et demis passés, SKZ avait écouté François Bayrou, concernant la dette et le déficit, la France n’en serait pas là, à devoir se faire imposer une discipline par l’Allemagne, qu’elle n’a pas été capable de s’imposer elle-même. Plus la France est enfoncée, plus SKZ sourit triomphalement. Dans ses photos avec Merkel sur un certain quotidien, il affecte toujours de faire paternellement la leçon à celle-ci. Puissance et sourire modeste pour Merkel, soumission et frime pour notre VRP.
    Travaillons à la victoire de François Bayrou, de façon concrète si possible.

  • J’ai voté SKZ contre Bayrou, il a totalement déçu. Je n’ai aucun envie de revoter pour exactement la même politique pendant 5 ans. Avec Bayrou l’espoir est extrêmement mince, mais au moins on est pas sûr à 100% que ce sera négatif. Je préfère être pessimiste à 95% qu’à 100%…

    • Mais il faut arrêter de faire reposer nos espoirs sur l’élection de quelqu’un. C’est de ça dont la France est malade, de la politique. Ce dont elle a besoin c’est de droit, et particulier de celui qui s’attache à respecter la propriété privée, aujourd’hui en permanence violée par nos homme d’Etat.

      • Bon très bien , alors on fait quoi en attendant, on regarde passer les trains en se lamentant sur notre pauvre sort et en épanchant sur Contrepoint ?…
        Évidemment que Bayrou n’est pas la panacée, mais dans un système comme le notre qui nous oblige à faire un (non) choix, il nous reste quand même celui entre la peste et le choléra, pour ma part faute d’avoir un candidat libéral je prendrais déjà le moins jacobin de tous,et en l’occurrence Bayrou est le moins pire…

    • D’accord pour le changement. De toute façon, qu’est-ce qu’on risque?

  • au moins , le prof , il est clair et net , sarkozy devrait entendre ça , et s’il lui reste un peu de jugeotte , ce dont je doute , qu’il redresse la barre ; mais il faut d’abord qu’il arrête de ne penser qu’à lui et à sa réelection que je ne souhaite pas , et pour cause ;

    • Au royaume des aveugles… Je crains que Sarkozy ne soit réélu faute de concurrents crédibles et parce que, comme dit la pub, nous le valons bien!

  • François Bayrou a de la classe, sait s’exprimer, ne se fait pas faire ses discours, n’a aucune vulgarité, est tenace, ne fait pas de démagogie. Qui ne sent la différence ? Les Français seraient enfin fiers de leur Président. Celui-là n’embrassera pas Merkel.

    • Non mais qu’est-ce que vous avez avec Bayrou. Il a le QI d’une huitre et le charisme d’une moule. Il n’est pas meilleur que les autres, peut-être même pire.
      Si vous vous réclamez libéral(e) soyez assuré que Bayrou ira à l’encontre de tout ce à quoi vous croyez.
      Et je parle en connaissance de cause étant béarnais d’origine !

  • Pour mémoire: à combien s’élève la dette allemande?
    mais comment ça « ce qui n’est pas clair n’est pas allemand »
    quel dommage de dire des idioties pareilles quand on est à ce niveau de responsabilités!

    • La réunification a un coût, et l’investissement aussi, taux de chômage en Allemagne pour 80 millions d’habitants: 6% .France pour 65 millions d’habitants 10%

      • Non, le coût de la réunification c’était il y a dix ans, c’est fini ces excuses à deux balles (si j’ose m’exprimer ainsi). L’Allemagne a plus de dette en volume et autant %PIB que la France et n’est pas vertueuse. Stop avec ça!

  • anwe: « Pour mémoire: à combien s’élève la dette allemande? »

    C’est pour ça que le spread Allemagne/Etat français bat des records ces derniers temps ?
    Mwouhahaha..

  • Pour être tout à fait honnête, l’Allemagne a aussi largement profité des failles de l’Europe et les a même entretenue, simplement quand c’était dans son intérêt elle refusait de les considérer comme telles. Par exemple elle a largement profité de la faiblesse de ses partenaires en faisant de la dévaluation compétitive via les salaires pénalisant ainsi largement la France et l’Italie notamment, qui entamait des politiques de soutien à leur entreprises.
    Évidemment Sarkozy n’a pas arrangé les choses, mais la maladie à la base c’est cette zone euro qui à l’évidence ne peut fonctionner avec un patchwork de pays aussi hétérogènes sur le plan économique…

  • Villepin se présente, pourquoi pas ? Il n’a pas de moyen financiers ? Depuis quand ne pas disposer des impôts des Français pour son avantage personnel est-il un défaut ? Au moins lui, on sait qu’il n’achète aucune conscience. Ceci dit, on en connaît un qui, avec tout le fric de l’Etat, et ses spécialités ès promesses bidon et postures d’acrobate, risque sérieusement de devoir retourner aux vestiaires. Il n’est pas sûr que Merkel regrettera ses embrassades.

  • Le vote Bastiat, voilà ce qu’il reste pour 2012. Si intéressé par une initiative en ce sens, envoyez un mail à la rédaction.

  • on a juste besoin de dégager une classe politique corrompue.il faut donc eviter de voter pour les grands partis pour les casser définitivement

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement allemand a demandé aux exploitants le maintien en réserve jusqu’au 15 avril 2023 de deux centrales nucléaires dont la fermeture était prévue au 31 décembre 2022 afin de fournir, si nécessaire, de l’électricité au cours de l’hiver à venir.

« La tâche consiste à assurer la sécurité de l’approvisionnement » a déclaré le ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck.

Est-ce la dernière cigarette du condamné, ou le mégot qui permettra de rallumer le foyer du nucléaire allemand ?

&n... Poursuivre la lecture

Par Reiner Marcowitz.

 

Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz a déclaré lors de la session extraordinaire du Bundestag du 27 février 2022, en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui avait commencé trois jours plus tôt : « Nous vivons un changement d’époque. »

Il a répété cette même formule lors du discours de politique générale européenne qu’il a prononcé le 29 août dernier à l’université Charles à Prague.

Ce changement d’époque (zeitenwende) est notamment marqué, pour Berlin, par une nouvel... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles