Le chômage partiel: est-ce la solution?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 452

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le chômage partiel: est-ce la solution?

Publié le 9 décembre 2011
- A +

Assouplissement de la législation du travail ou nouveau « traitement social » ?   

Par Jacques Garello

Le gouvernement cherche dans le chômage partiel un moyen de limiter le chômage complet. Cette démarche traduit une certaine prise de conscience : le chômage vient de la rigidité du marché du travail. Le chômage partiel peut introduire un peu de flexibilité.

Le chômage partiel est déjà pratiqué par des entreprises en difficultés passagères, mais les heures ou jours chômés sont en grande partie à charge des salariés : pas de travail, pas de salaire. Le gouvernement propose un système qui ne serait plus ponctuel, mais durable, et dans lequel les chômeurs partiels seraient indemnisés. De la sorte, les entreprises ne seraient pas obligées de maintenir un personnel qu’elles ne pourraient payer faute de débouchés, ni de licencier purement et simplement les salariés en sur-effectifs. Une fois le mauvais cap passé, les chômeurs reviendront travailler. Entre temps ils auront été indemnisés, et ils auront toujours su qu’ils retrouveraient l’emploi temporairement perdu.

Ce projet n’évite pas deux écueils. Le premier c’est qu’il faudra une autorisation administrative préalable pour accéder à cette disposition : même si l’on prévoit des procédures rapides et souples, n’est-ce pas un retour à l’autorisation administrative de licenciement, heureusement supprimée en 1986 ? Le second c’est qu’on reste dans une logique de « traitement social du chômage » : il vaudrait mieux s’attaquer aux racines du chômage qu’en neutraliser les effets sociaux les plus dramatiques.

—-
Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Claude Sicard.

Par décret, le congé paternité vient de passer de 11 à 25 jours. Il devient en partie obligatoire et passer de 3 à 28 jours. C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

Le Medef s’en inquiète à juste titre, estimant que cette nouvelle mesure va coûter entre 300 et 500 millions d’euros aux entreprises françaises et ne va pas manquer de créer un surcroît de difficultés pour les entreprises, tout particulièrement les PME.

Par contre, la gent féminine s’en réjouit.

Ainsi, Christine Lagarde, ... Poursuivre la lecture

Par Nelly Guet.

La tromperie a assez duré. Les élèves doivent savoir à quoi correspond la valeur d’un diplôme, notamment celui qui est censé sanctionner la fin de leurs études secondaires.

Éducation - économie : un tandem méconnu en France

Il est un pays, la France, où le ministre de l’Éducation ne parle jamais dans ses discours à l’intention des professionnels de l’éducation de son pays et même aussi, le cas échéant, de pays étrangers invités, de la situation économique du pays. Il est apparemment de bon ton dans notre pays de ... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

La facture Covid atteint actuellement la somme astronomique de 424 milliards d'euros mais apparemment l’État ne s’en émeut pas, mieux il semble chercher comment l’augmenter : après « ça ne coûte rien, c’est l’État qui paie » il essaie de nous convaincre que « ça ne coûte rien, ce seront nos enfants et petits-enfants qui paieront ».

Hors sol, notre ministre du Travail ?

Elisabeth Borne appelle à l'embauche des saisonniers dits habituels pouvant être placés en activité partielle le temps que la saison estivale... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles