Les pays arabes entre islamisme et gérontocratie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les pays arabes entre islamisme et gérontocratie

Publié le 9 décembre 2011
- A +

Le monde arabe n’est pas au bout de ses peines. La démocratie y est prise en tenailles entre un islamisme menaçant et des élites vieillissantes qui s’accrochent au pouvoir.

Un article de Marc Crapez, publié originellement dans Les Echos

Les récentes élections marocaines ont fait ressortir, une nouvelle fois, que la principale force politique dans les pays arabes est l’islamisme. Et les élections partielles en Égypte n’ont pas tardé à confirmer cette tendance…

Ces partis islamistes peuvent-ils être comparés aux partis démocrates-chrétiens ? Les partis démocrates-chrétiens européens étaient des partis démocrates et défensifs. Ils voulaient sauvegarder les valeurs chrétiennes face au rouleau compresseur d’une laïcité triomphante. Ils voulaient concilier le christianisme et les Lumières. Ils étaient encadrés par une sécularisation de la sphère religieuse dans un espace démocratique.

Les partis islamistes n’ont donc rien à voir avec les partis démocrates-chrétiens auxquels on les compare abusivement. Car le prosélytisme de l’islam n’est pas limité. Au contraire, des pratiques facultatives sont rendues obligatoires. Personne ne conteste cette surenchère de peur de passer pour un mauvais élément. En témoigne l’incitation à échanger, au cours des rencontres quotidiennes, des formules rituelles prononçant le nom d’Allah. Autre exemple, une mère de famille tunisienne observe que les filles ont été séparées des garçons dans un cours de Coran à l’école : « Aucune loi ne l’exige. Les gens le décident eux-mêmes ». Les totalitarismes du 20ème siècle nous ont appris qu’une minorité déterminée peut s’arroger le pouvoir en effrayant la société. Un beau matin, il est déjà trop tard…

Exemplaire, la Turquie ?

Recep Tayyip Erdoğan

La Turquie passe pour un modèle démocratique alors qu’elle n’est ni un modèle reproductible ni une démocratie achevée. Son Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, bénéficie d’une étrange complaisance émanant des mêmes commentateurs qui sont intraitables envers Poutine. La Turquie connaît pourtant son cortège de livres censurés, de prisonniers torturés et de meurtres non élucidés. En 2004, Erdogan fit condamner à une lourde amende un caricaturiste qui l’avait croqué en chat patelin.

Récompensé en 2010 par le prix Kadhafi des droits de l’homme, Erdogan tarde à lâcher le dirigeant libyen, tarde à lâcher le dirigeant syrien, persiste à soutenir Ahmadinejab, Chavez et le Soudanais Omar el-Béchir, poursuivi pour génocide par la Cour pénale internationale. Le 2 septembre dernier, il expulse l’ambassadeur d’Israël à Ankara, une semaine avant l’assaut du 9 septembre contre l’ambassade d’Israël au Caire. Récemment, il a qualifié de « déséquilibrés » les auteurs d’un rapport, effectué sous l’égide du Parlement européen, qui constate que la Turquie « n’est pas encore une véritable démocratie pluraliste ». Son langage musclé et ses provocations anti-occidentales sont celles d’un leader d’une forme d’impérialisme ottoman teinté de pan-islamisme.

Loin d’être un modèle de vertu démocratique, la Turquie attire les regards du monde arabe parce qu’elle incarne une forme de pan-islamisme qui prend la relève du pan-arabisme des années 60. La faveur dont jouissent les formations islamistes traduit un raidissement identitaire et un regain de religiosité. Les islamistes modérés sont des partis dont la loyauté démocratique est sujette à caution, comme l’étaient les partis communistes ouest-européens sous la guerre froide.

Si les occidentaux doutaient que les pays arabes puissent s’engager dans un processus démocratique, ce n’est pas seulement par commodité, ni par ethnocentrisme. C’était une projection rationnelle compte tenu de toute une série de facteurs : nombre de dictatures de par le monde, situation de torpeur économique de nombreux pays arabes, islamistes assez furieux arrivés en tête des premiers scrutins libres (en Algérie puis en Palestine), ou encore esprit répressif toujours subi par les contestataires, rappelant la culture machiste d’extrême-droite qui sévissait dans les dictatures sud-américaines.

Après l’islamisme, le deuxième écueil qui guette le printemps arabe est la confiscation gérontocratique de la démocratie du fait de la corruption d’élites vieillissantes. En Égypte, le Maréchal Tantaoui, 76 ans, passe la main à un acolyte de 78 ans. Des candidats aux élections tunisiennes aux princes régnants de la péninsule arabique, dominent également les septuagénaires. La fin de la dictature en Syrie serait un exemple héroïque, qui accélérera la germination d’une opinion publique arabe pouvant servir d’aiguillon et de contre-pouvoir. Le 16 novembre dernier, des opposants ont attaqué le bâtiment des services de renseignements de l’armée de l’air syrienne… appellation pudique pour désigner le siège de la police secrète.

 

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • ze breizh tea party
    9 décembre 2011 at 19 h 04 min

    le titre de votre article avec une photo du PM Erdogan porte à confusion. la Turquie n’est pas un pays arabe….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles