Bonnet phrygien ou bonnet d’âne

L’ignorance économique serait-elle une des valeurs de la République Française ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Niveau français économie (Crédits : Sabine Nourrit/Aleps, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bonnet phrygien ou bonnet d’âne

Publié le 29 novembre 2011
- A +

L’ignorance économique serait-elle une des valeurs de la République Française ?

Par Jacques Garello
Article publié en collaboration avec l’aleps

C’est la question que je me pose après la publication d’un sondage IFOP sur « les Français et l’économie », et la tenue d’un colloque organisé à Paris sur le thème « Réconcilier les Français avec l’économie : mission impossible ? »

Est-ce grave, docteur ? Oui : Edmund Phelps, prix Nobel d’économie, a estimé à un point de croissance ce que l’économie française perdait chaque année du fait de l’ignorance économique de notre bon peuple. Le canal le plus important à travers lequel l’ignorance se transforme en perte : les décisions politiques, les pressions syndicales, la spoliation fiscale. C’est donc bien la République et ses instances supérieures qui sont en cause. Mais c’est aussi la République qui entretient le bon peuple dans ses fausses idées, car l’économie est affaire d’enseignement, et l’enseignement c’est encore la République.

J’en reviens aux faits et au sondage. Les Français sont ceux qui, au monde, sont les moins confiants dans le capitalisme et le marché. Les plus convaincus par le système économique marchand sont… les Chinois. Les Français sont également ceux qui sont les plus hostiles à la mondialisation, les habitants des pays émergents y sont les plus favorables. Comment sortir de la crise ? La première réponse (deux Français sur trois) : « en taxant les plus hauts revenus pour redistribuer aux plus faibles ». La deuxième : « en augmentant les salaires ». Deux Français sur trois sont également persuadés que les écarts de revenus ne cessent de se creuser, qu’il y a davantage de gens en dessous du seuil de pauvreté, que les actionnaires confisquent entre 30 et 40 % de la valeur ajoutée : ils ont tout faux, même si l’on se réfère aux données fournies par l’INSEE, dont les statistiques sont pourtant suspectes et teintées d’idéologie anti-libérale.

Le sondage de l’IFOP rejoint hélas les conclusions de récentes autres enquêtes, dont la plus affligeante est celle sur les connaissances en matière de finances : une personne interrogée sur deux ne sait pas de quelle somme elle peut espérer compter un an plus tard si elle place 100 euros à 2% l’an, et moins de 50 % savent ce qu’est le chiffre d’affaires d’une entreprise, et moins de 20 % ce qu’est une obligation.

Alors : qui est responsable de cette ignorance crasse ?

Pour la plupart des observateurs, c’est le système d’enseignement qui est en cause. En particulier les cours d’économie dispensés aux lycéens sont donnés par des maîtres eux-mêmes ignorants, car leur engagement politique les éloigne de toute approche scientifique ; ils utilisent des manuels scolaires qui proposent une image de l’entreprise et du capitalisme comme celle de l’exploitation, de l’aliénation, de l’injustice – conformément à la vulgate marxiste. La lecture régulière d’Alternatives Économiques (publication subventionnée) achève de corrompre les jeunes esprits. Les choses ne s’arrangent pas au niveau de l’université : les travaux de Bertrand Lemennicier démontrent que les professeurs d’économie sont à l’écart des derniers développements de la théorie économique aussi bien que des bases classiques, et que les diplômés en économie en savent moins que les étudiants en médecine ou en architecture !

Les médias sont également responsables de la désinformation. Là encore, souvent par idéologie. Mais aussi parce que la plupart des journalistes viennent de la politique, et non pas de l’entreprise. D’autre part, les gens qui sont invités sur les plateaux et dans les colonnes sont toujours les mêmes, professionnels de la revendication, de la révolution, égalitaristes et envieux.

Nous avons d’ailleurs un sérieux problème avec « l’élite ». Le grand prêtre de l’économie française, Jacques Attali, professe depuis des années qu’il n’y a pas de science économique (« l’anti-économique » est le titre de son ouvrage pionnier) et que les théories économiques s’offrent à un choix politique. Le « cercle des économistes », le plus huppé et le plus présent des lobbies dans le domaine, regroupe partisans et adversaires du libéralisme, et n’hésite pas à proposer deux programmes de gouvernement : un pour la droite, un pour la gauche. Merveilleux ! L’essentiel est de paraître. Quant à l’élite des parlementaires, elle est composée avant tout de fonctionnaires et d’enseignants, et les chefs d’entreprises (réunis précisément autour du groupe « Génération Entreprises » de Jean Michel Fourgous et Olivier Dassault) sont au mieux une centaine. D’ailleurs les entrepreneurs veulent-ils faire valoir leur point de vue ? Comme l’a remarqué Geoffroy Roux de Bézieux (d’ailleurs nommé pour le prix du livre libéral décerné par l’ALEPS) les entrepreneurs ne sont pas assez engagés dans la vie publique, et même s’ils ne font pas de politique, ils devraient au moins se soucier du niveau de connaissances de leur personnel.

C’est d’ailleurs de la bonne formation économique que peut venir le salut. J’ai rappelé le succès des actions menées dans un très grand nombre d’entreprises, qui ont permis à leurs salariés de comprendre les rouages de l’économie, de savoir ce qu’étaient la consommation, l’épargne, les coûts, les revenus, les marchés, les prix et les profits, la monnaie, la mondialisation, etc. Avec Axel Arnoux le personnel a appris et compris ce qu’était le « salaire complet » et ce que la Sécurité Sociale ponctionnait sur le gain des salariés.

Comprendre l’économie est simple. Oui, nous avons besoin de pédagogie. Oui, je continuerai, avec mes amis, la croisade de la science économique, science de l’homme et du service des autres. Aujourd’hui la marque la plus profonde de l’ignorance économique est le mythe de l’État Providence. Vous le savez : nous nous sommes promis, au cours des prochains mois, d’expliquer l’impasse de l’économie sur-administrée, sur-réglementée et sur-fiscalisée, et les promesses d’une économie où l’on se passerait de l’État. Je vous engage à nous rejoindre dans cette croisade : dites la vérité aux Français, libérez-les de l’obscurantisme catastrophique dans lequel on les a enfermés.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Merci à l’auteur pour cet article qui vise en plein dans le mille.

  • « Quant à l’élite des parlementaires, elle est composée avant tout de fonctionnaires et d’enseignants, et les chefs d’entreprises (réunis précisément autour du groupe « Génération Entreprises » de Jean Michel Fourgous et Olivier Dassault) sont au mieux une centaine. »

    Estimation très large, non ? Il me semble que seuls 18 députés sont chefs d’entreprise, la majorité étant composée de fonctionnaires, d’enseignants, de cadres publics, d’avocats…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Première partie ici Deuxième partie ici Troisième partie ici Quatrième partie ici

 

Les penseurs de la loi de Say de nos jours : Steven Kates et Mark Skousen 

Comme nous avons vu dans cette série d’articles, les dépenses improductives trouvent leurs fondements dans la rhétorique keynésienne de la déficience de la demande (qui trouvait déjà des échos chez les mercantilistes, et après Malthus et Sismondi).

Cependant, des dépenses qui n'ajoutent rien en termes de valeur ajoutée re... Poursuivre la lecture

L’industrialisation d’un pays ne se fait pas avec des incantations comme le fait notre ministre de l’Économie.

Elle ne se décrète pas, mais s’obtient uniquement grâce à un environnement fiscal et normatif lui permettant de s’imposer dans le monde, ou tout au moins en Europe en ce qui nous concerne.

 

La France a tout faux depuis la fin du XXe siècle

En 1982 François Mitterrand a abaissé démagogiquement l’âge de la retraite à 60 ans alors que la majorité des autres pays la maintenaient à 65 ans. À ce jour il a été ram... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles