Les marchés comme limite ultime à l’économie de la dette?

Les marchés pallient en dernier ressort la défaillance du politique à l’égard des hausses de dépenses publiques et de dettes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les marchés comme limite ultime à l’économie de la dette?

Publié le 22 novembre 2011
- A +

Les marchés pallient en dernier ressort la défaillance du politique à l’égard des hausses de dépenses publiques et de dettes.

Par Nicolas Rannou

Alors que la crise financière continue de s’aggraver, les marchés sont sans surprise pointés du doigt. Plus intéressante est l’aporie intellectuelle qui se fait de plus en plus jour chez les détracteurs du « système », coincés entre rejet de l’économie de la dette et défense de l’incontinence publique.

Question préalable : les marchés sont-ils la source de la crise actuelle ? Non. On opposera à Marianne et autres revues moi-on-m’la-fait-pas que la crise de la dette publique était annoncée depuis longtemps, que la dégradation de la dette française était prévue pour 2025 et celle de la dette américaine pour 2035. Les méga-plans de relance keynésienne, méga-inutiles, ont précipité une chute qui était inéluctable à défaut de réaction contre l’endettement public.

Et de réaction politique, il n’y avait point. Bien au contraire, ce sont les Français et les Allemands qui ouvraient la boite de Pandore du dépassement des 3% de déficit du pacte de stabilité et de croissance.

Mais ce n’est pas le sujet le plus important.

Ce qui m’intéresse dans les développements actuels, c’est qu’ils révèlent une contradiction fondamentale chez les détracteurs du système. Car ce qui se passe actuellement peut se résumer ainsi : les marchés disent stop à l’endettement.

Concrètement, les masses de dettes sont telles qu’elles obèrent à moyen terme la situation des États. La crédibilité de remboursement des États s’affaiblit ce dont témoignent les dégradations de note des agences de notation (version régulation) et le surenchérissement des CDS (depuis mi-2008, version marché), et ce qui se traduit par une hausse des taux d’intérêt. Cette dernière hausse affaiblit davantage les États dans ce qu’il est convenu d’appeler un cercle vicieux – à moins qu’il ne s’agisse d’un cercle vertueux ?

Peut-être le cercle est-il vertueux en fin de compte car il a pour effet d’assécher le pouvoir d’emprunter qu’ont les États. Fin de l’économie de l’emprunt et de la dette. Ainsi les marchés pallient en dernier ressort la défaillance du politique à l’égard du couple toujours plus de dépense publique-toujours plus de dette.

Que ne nous réjouissons-nous… Les marchés sifflent la fin de la récrée de l’argent facile ! Joie ! Et pourtant que se passe-t-il ? Les détracteurs de l’économie de la dette, cette économie de la dépense publique financée par les générations futures, se mettent à crier en chœur au scandale ! Après avoir vilipendé l’impéritie de l’État à s’endetter toujours et le vice des marchés à le droguer à la dette, voilà qu’ils deviennent tout rouge quand ils apprennent que les marchés ne veulent plus prêter à l’État.

Est-ce à dire qu’ils veulent tout à la fois que l’État ne s’endette pas et qu’il s’endette sans limite ? La critique de la dette, une fois nue, se révélerait-elle être une énième pénible rationalisation de la haine du capitalisme et de l’adoration pendante du pouvoir créateur, omnipotent, illimité de l’État ? L’inconséquence des critiques a été remarquablement mise en lumière dans un article récent de Koz.

Il va falloir se mettre d’accord. Qu’est-ce qui gêne les critiques : est-ce l’état d’endettement ie la dette accumulée ou est-ce le système ie l’économie de la dette ?

Sans doute la dette est-elle un bien triste remède au puits sans plafond de la dépense de l’État mais qu’on se le dise : c’est ça ou rien car les politiques ont amplement montré qu’ils ne parvenaient pas à maitriser les dépenses publiques.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Plus intéressante est l’aporie intellectuelle qui se fait de plus en plus jour chez les détracteurs du « système » »

    Et plus cela devient évident, plus ils persistent et de plus en plus agressivement, je trouve.

  • Accuser les marchés d’être responsable des problèmes actuels, c’est un peu comme si un restaurateur accusait les clients qui ne viennent parce qu’il sert de la viande pourrie d’être responsable de la fermeture de son restaurant et des licenciements qui suivent.

  • sauf que vous oubliez que ces mêmes marchés qui sifflent la fin de la récré… ont été sauvé de la faillite il y a 3 ans par les Etats !!!
    en fait les vrais coupables ne sont, ni les marchés, ni les Etats… mais les deux !! les uns ont trop de liberté en prêtant trop d’argent qui n’existe pas, en pariant sur des tendances baissières… et les autres sont trop dépensiers pour répondre au « bruit » du peuple pour pouvoir être réélus…
    bref on est mal barrés

    • plouf: « en prêtant trop d’argent qui n’existe pas, »

      Ah bon ? Donc celui qui emprunte de l’argent qu’il n’a pas pour se payer tous les jours le resto, le champagne et les putes n’est un fait qu’une victime de celui qui lui prête… ok ok..

      –> http://www.youtube.com/watch?v=7CKwUfNKuPM

    • Personne n’a mis un pistolet sur la tempe de l’État pour qu’il fasse exploser ses dépenses au delà du raisonnable. Il y a été incité certes par deux choses : des taux d’intérêts bas et le père-noélisme. Mais si les États étaient gouvernés par des gens responsables, jamais ils ne se retrouveraient dans cette situation de surendettés.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Kat Dwyer.

Après la Journée de la Terre ce 22 avril, le pessimisme plane sur la communauté de la conservation : la guerre en Ukraine semble avoir fait obstacle à des solutions climatiques ambitieuses. La hausse des prix des carburants a mis en évidence notre dépendance actuelle et future à l'égard des combustibles fossiles. Et ici, en Occident, nous nous préparons à un nouvel été marqué par la sécheresse. Ces défis ne seront certainement pas faciles à relever. Toutefois, dans le contexte plus large de la conservation, il existe enc... Poursuivre la lecture

Dans la façon d’appréhender les marchés de nombreux observateurs, journalistes ou analystes quelque chose ne tourne pas rond. Sans qu’ils le sachent eux-mêmes, il coule dans leur veine la théorie des marchés efficients. En synthèse, elle nous dit que chaque information publique est instantanément intégrée par les marchés.

Cela permet à chacun d’expliquer les mouvements boursiers quotidiens avec les informations quotidiennes. Les effets sont multiples et pervers. Par exemple, cela signifie implicitement que l’information du jour est pl... Poursuivre la lecture

Mais pourquoi donc les marchés d’actions baissent si peu alors que l’Europe va si mal ?

Commençons par l’explication la plus fantaisiste : l’investisseur sait des choses que nous ne savons pas. Par exemple, il sait que l’Ukraine et la Russie vont finir par se mettre d’accord, et que la désescalade va bientôt commencer. Dans ce cas, l’investisseur n’a effectivement aucune raison de fuir le marché d’action comme « un vanneau ayant encore sur la tête la coque de son œuf » (Horatio dans Hamlet).

C’est l’hypothèse de l’investisseur o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles