Les Indignés de Mars

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Riches (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Indignés de Mars

Publié le 16 novembre 2011
- A +

Les Martiens gouvernent-ils encore l’Univers ?

Un article de René Le Honzec

Depuis le scandale du ministre Martien du Fond Monétaire Universel qui a profité de ses fonctions pour siphonner (*ndt : faire l’amour chez les Martiens) une innocente femme de ménage terrienne (ce qui est particulièrement dépravé, quand on sait les différences morphologiques des Terriens), la crise financière atteint un tel cratère que les responsables Martiens ont dû se réunir d’urgence au Palais Olympus Mons pour faire face (*ndt : en réalité, les Martiens n’ont pas de face, seulement un pile) à cette situation jamais vue depuis la crise dite « ?§£¨/§%µ » (*ndt : pas d’équivalent sur Terre). Le Président Berlusmarso ayant démissionné, c’est son Altesse Royale Ankélamars qui a pris les commandes virtuelles de l’empire martien en pleine décomposition.

L’opposition impériale en a profité, par la voix de son représentant Mélenpenmars, pour rappeler sa position souverainiste millénaire et sa totale opposition à l’aide renouvelée à la planète Terre. Les historiens s’accordent à dire que c’est à la suite de l’appel désespéré du Gouvernement mondial terrien qu’une délégation martienne avait débarqué sur l’immeuble classé monument historique de l’ONU (*ndt : il n’existe pas de traduction en martien), provoquant son effondrement au passage, pour rencontrer les Grands Fonctionnaires en charge (devenue héréditaire, alors) de la Terre. Après de très longues négociations, la délégation martienne, dans un souci martien (*ndt : « humanitaire ») d’aide aux planètes sous-développées, avait accepté de racheter les Bons de la Dette Terrienne à un taux de §µ£%. C’est depuis cette date que les historiens révisionnistes situent le commencement du déclin de l’Empire Martien.

La conférence martienne vient juste de s’achever : le porte-parole aborde de larges sourires (ndt : les Martiens ont un nombre d’orifices buccaux variable). Les Martiens ont convaincu les représentants de la délégation plutonienne d’investir dans le Fond Universel de la Dette. En off, des responsables ont affirmé que c’est grâce au fameux « Champagne » terrien que les Plutoniens, complètement défoncés, ont accepté de se suicider financièrement . Les affaires reprennent !

INDIGNEZ-VOUS!

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dépenses publiques n’ont cessé d’augmenter depuis un siècle. Elles sont financées de deux façons : les prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) et les emprunts publics. Comment ont évolué ces trois masses financières colossales depuis le début du XXe siècle ? La réponse est bien connue : ça monte, ça monte. Mais comme les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel, il faudra bien mettre fin un jour à cette évolution suicidaire. 90 % du PIB de dépenses publiques, c’est le totalitarisme. Nous étions à 62 % en 2020. Jusqu’où no... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Quiconque pense que l’État doit intervenir massivement dans l’économie d’un pays sera certainement enchanté d’apprendre que la France jouit du privilège ambigu d’avoir reçu l’une des plus mauvaises notes du récent rapport Fraser 2021 sur la liberté économique au regard du critère « taille de l’État ». Avec un petit score de 5/10, elle occupe le 155ème rang sur 165 pays étudiés, en proche compagnie de véritables titans de la prospérité et de la liberté comme le Venezuela ou la Libye.

Car bien sûr, toute per... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Depuis son arrivée au gouvernement sous François Hollande, la presse n’a eu de cesse de présenter Emmanuel Macron comme un libéral. Forte de son inculture en la matière, elle pensait qu’il suffisait d’être passé par une banque d’affaires et d’avoir fait voter une loi de libéralisation de l’exploitation des autocars pour en être.

Néanmoins, les dernières semaines nous montrent que notre président fait tout pour se départir de cette étiquette. Une déclaration m’a notamment marqué ces dernières semaines, celle cr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles