Les Indignés de Mars

Les Martiens gouvernent-ils encore l’Univers ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Riches (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Indignés de Mars

Publié le 16 novembre 2011
- A +

Les Martiens gouvernent-ils encore l’Univers ?

Un article de René Le Honzec

Depuis le scandale du ministre Martien du Fond Monétaire Universel qui a profité de ses fonctions pour siphonner (*ndt : faire l’amour chez les Martiens) une innocente femme de ménage terrienne (ce qui est particulièrement dépravé, quand on sait les différences morphologiques des Terriens), la crise financière atteint un tel cratère que les responsables Martiens ont dû se réunir d’urgence au Palais Olympus Mons pour faire face (*ndt : en réalité, les Martiens n’ont pas de face, seulement un pile) à cette situation jamais vue depuis la crise dite « ?§£¨/§%µ » (*ndt : pas d’équivalent sur Terre). Le Président Berlusmarso ayant démissionné, c’est son Altesse Royale Ankélamars qui a pris les commandes virtuelles de l’empire martien en pleine décomposition.

L’opposition impériale en a profité, par la voix de son représentant Mélenpenmars, pour rappeler sa position souverainiste millénaire et sa totale opposition à l’aide renouvelée à la planète Terre. Les historiens s’accordent à dire que c’est à la suite de l’appel désespéré du Gouvernement mondial terrien qu’une délégation martienne avait débarqué sur l’immeuble classé monument historique de l’ONU (*ndt : il n’existe pas de traduction en martien), provoquant son effondrement au passage, pour rencontrer les Grands Fonctionnaires en charge (devenue héréditaire, alors) de la Terre. Après de très longues négociations, la délégation martienne, dans un souci martien (*ndt : « humanitaire ») d’aide aux planètes sous-développées, avait accepté de racheter les Bons de la Dette Terrienne à un taux de §µ£%. C’est depuis cette date que les historiens révisionnistes situent le commencement du déclin de l’Empire Martien.

La conférence martienne vient juste de s’achever : le porte-parole aborde de larges sourires (ndt : les Martiens ont un nombre d’orifices buccaux variable). Les Martiens ont convaincu les représentants de la délégation plutonienne d’investir dans le Fond Universel de la Dette. En off, des responsables ont affirmé que c’est grâce au fameux « Champagne » terrien que les Plutoniens, complètement défoncés, ont accepté de se suicider financièrement . Les affaires reprennent !

INDIGNEZ-VOUS!

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La situation n’est pas réjouissante : alors que l’État français entend se mêler de tout et régir la vie de ses habitants presque dans ses moindres dimensions, non seulement cette prétention se fait au prix d’un endettement faramineux (choix de société, diront certains) et de déficits permanents, mais cette politique de gribouille se fait sans vision du lendemain, sans réelle perspective, et sans aucune rigueur ni efficacité.

Un constat accablant qui met en jeu tant le présent que notre avenir, qui s’en trouve lourdement hypothéqué.

... Poursuivre la lecture

Dans l’accumulation de désastres de ce premier quinquennat, notre sémillant ministre en a raté un : en plein confinement covidien le 23 mars 2020, il n’a pas écouté les appels à nationalisation lancés par M. Roux de Bézieux, président du MEDEF, principal « syndicat d’employeurs français ». Oui, dans notre douce France rongée par le libéralisme le plus sauvage, on ne dit pas un « syndicat patronal » mais un « syndicat d’employeurs ». Et M. Roux de Bézieux suppliait le ministre du « quoi qu’il en coûte » de songer aux nationalisations. Pour mém... Poursuivre la lecture

Comme tous les économistes classiques je n’ai cessé de condamner le quantitative easing mis en place par la FED (Banque Fédérale de Réserve) après la crise de 2008, elle-même provoquée par la pratique des subprimes, encouragements donnés par la législation fédérale à la multiplication des prêts immobiliers.

« L’inflation est partout et toujours d’origine monétaire » : cette formule de Friedman a l’aval tant des néo-quantitativistes de Chicago que des comportementalistes autrichiens, qui à la suite de Menger Mises et Hayek estiment que ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles