Un plan d’économies sans économies

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un plan d’économies sans économies

Publié le 7 novembre 2011
- A +

Une fois de plus le gouvernement de François Fillon ment aux Français en ne faisant pas la nécessaire baisse drastique des dépenses publiques.

Un article d’Alain Dumait.

Pour essayer – à notre avis en vain – d’éviter le déclassement, en janvier 2012, de la dette souveraine de la France, le gouvernement de François Fillon va donc présenter ce lundi 7 novembre 2011, un nouveau plan «de rigueur», annoncé pour 7 à 8 milliards d’euros.

Sans doute y aura-t-il un nouveau coup de rabot sur les dépenses. Mais l’essentiel portera, comme le 24 aout 2011, sur des augmentations d’impôts.

L’objectif étant, non pas de réduire le déficit, mais d’essayer de le maintenir à un niveau égal au quart des dépenses du budget de l’Etat.

Dans ces conditions, le débat entre les ministères est assez vain, nos responsables politiques étant davantage à la recherche d’une présentation que de potions miraculeuses, qu’ils savent ne pas avoir.

Car un impôt, une taxe, une cotisation, sera toujours un prélèvement, directement ou indirectement opéré dans les poches des contribuables.

On ergote sur les taux intermédiaires de TVA. mais, contrairement à ce qu’on essaye de nous faire croire, la TVA est toujours payé par les consommateurs, les producteurs de valeur ajoutée intermédiaires n’étant que des percepteurs successifs.

On nous bat les oreilles avec la TVA «sociale». Comme si un produit importé avait jamais payé l’impôt. C’est encore le consommateur qui le paye.

On se réjouit souvent de voir payer les entreprises. Mais celles-ci ne sont que des écrans. Tous ce qu’elles payent manque aux salariés, coutent aux clients ou aux actionnaires.

Mieux vaudrait taxer directement ceux-ci. Le seul inconvénient est qu’ils fuiraient (ceux qui restent)…

Tous les prélèvements sans exception sont anti-économiques, anti croissance et anti-emplois. Le reste n’est que fioritures.

Il est quand même insupportable d’entendre dire qu’il s’agit d’un «plan d’économies». Alors que ce sont encore les contribuables qui vont devoir faire la quasi totalité de ces «économies».

Ce n’est rien d’autres q’un plan d’augmentation des impôts. Qu’aucun contribuable ne peut donc approuver.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Ca ne trompe plus personne…

  • pour payer moins de taxes ,il suffit de consommer moins.et on se sentira mieux

  • De toutes facons notre systeme soit disant democratique est arrive dans le mur. Tant que nous aurons plus de 601000 elus dont le principal objectif est de donner toujours plus pour se faire elire puis reelire, notre pays continuera a s’enfoncer lentement —

  • On le savait que ce serait de l’esbroufe.

    On sent vraiment l’ambiance sauve-qui-peut.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dépenses publiques n’ont cessé d’augmenter depuis un siècle. Elles sont financées de deux façons : les prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) et les emprunts publics. Comment ont évolué ces trois masses financières colossales depuis le début du XXe siècle ? La réponse est bien connue : ça monte, ça monte. Mais comme les arbres ne montent jamais jusqu’au ciel, il faudra bien mettre fin un jour à cette évolution suicidaire. 90 % du PIB de dépenses publiques, c’est le totalitarisme. Nous étions à 62 % en 2020. Jusqu’où no... Poursuivre la lecture

Imaginez un candidat d’extrême gauche expliquer qu’il a très envie d’emm… les 700 000 millionnaires hexagonaux. Admettons que l’exemple est mal choisi tant celui-ci risquerait d'être élu lorsqu’on se souvient de l’effet d’un « mon véritable adversaire, c’est le monde de la finance » sur l’opinion française.

Prenons un exemple plus parlant : imaginez une France alternative dans laquelle un candidat d’extrême droite déclarerait qu’il a très envie de faire la même chose aux 6 millions de musulmans de ce pays. Quel tollé profondément légit... Poursuivre la lecture

Formidable développement ce dimanche 19 décembre en politique américaine : le Build Back Better (BBB), 5 trilliards de folles distributions d’argent public aux clientèles démocrates, vaisseau amiral législatif de la présidence Biden, vient d’être officiellement et définitivement coulé par le sénateur démocrate Joe Manchin, qui refuse de cautionner cette orgie de dépenses publiques, la plupart sans motif, dans un contexte désormais inflationniste. Inflation, gestion covid, déroute afghane, absence de résultats, la présidence de Biden menace de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles