Un plan d’économies sans économies

Une fois de plus le gouvernement de François Fillon ment aux Français

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un plan d’économies sans économies

Publié le 7 novembre 2011
- A +

Une fois de plus le gouvernement de François Fillon ment aux Français en ne faisant pas la nécessaire baisse drastique des dépenses publiques.

Un article d’Alain Dumait.

Pour essayer – à notre avis en vain – d’éviter le déclassement, en janvier 2012, de la dette souveraine de la France, le gouvernement de François Fillon va donc présenter ce lundi 7 novembre 2011, un nouveau plan «de rigueur», annoncé pour 7 à 8 milliards d’euros.

Sans doute y aura-t-il un nouveau coup de rabot sur les dépenses. Mais l’essentiel portera, comme le 24 aout 2011, sur des augmentations d’impôts.

L’objectif étant, non pas de réduire le déficit, mais d’essayer de le maintenir à un niveau égal au quart des dépenses du budget de l’Etat.

Dans ces conditions, le débat entre les ministères est assez vain, nos responsables politiques étant davantage à la recherche d’une présentation que de potions miraculeuses, qu’ils savent ne pas avoir.

Car un impôt, une taxe, une cotisation, sera toujours un prélèvement, directement ou indirectement opéré dans les poches des contribuables.

On ergote sur les taux intermédiaires de TVA. mais, contrairement à ce qu’on essaye de nous faire croire, la TVA est toujours payé par les consommateurs, les producteurs de valeur ajoutée intermédiaires n’étant que des percepteurs successifs.

On nous bat les oreilles avec la TVA «sociale». Comme si un produit importé avait jamais payé l’impôt. C’est encore le consommateur qui le paye.

On se réjouit souvent de voir payer les entreprises. Mais celles-ci ne sont que des écrans. Tous ce qu’elles payent manque aux salariés, coutent aux clients ou aux actionnaires.

Mieux vaudrait taxer directement ceux-ci. Le seul inconvénient est qu’ils fuiraient (ceux qui restent)…

Tous les prélèvements sans exception sont anti-économiques, anti croissance et anti-emplois. Le reste n’est que fioritures.

Il est quand même insupportable d’entendre dire qu’il s’agit d’un «plan d’économies». Alors que ce sont encore les contribuables qui vont devoir faire la quasi totalité de ces «économies».

Ce n’est rien d’autres q’un plan d’augmentation des impôts. Qu’aucun contribuable ne peut donc approuver.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a suggéré que les impôts sur  les bénéfices des entreprises soient utilisés pour rembourser la dette covid du pays :

Les entreprises vont rendre ce qu'elles ont réussi à obtenir grâce à la protection de l'État[...] c'est une solution juste et efficace qui mérite en tout cas d'être étudiée.

J’avoue que le propos m’a laissé pantois mais que je l’ai mis sur le compte de la fatigue.

Par contre le ministre a été impeccable en réaffirmant fermement qu’une dette devait être remboursée.Poursuivre la lecture

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Après six ans de développements inaboutis dans la douleur, le projet de logiciel de rédaction des plaintes, petit nom : Scribe, destiné à faciliter, harmoniser et moderniser le travail de la police et de la gendarmerie dans le contexte du passage à une procédure pénale intégralement numérique, a été purement et simplement abandonné à la fin de l’année dernière. Perte sèche pour les contribuables : 13,3 millions d’euros, selon un rapport d’audit de la Cour des comptes publié le 1er juillet dernier.

Une paille, finalement, quand on pense... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles