La France décourage l’entrepreneuriat

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France décourage l’entrepreneuriat

Publié le 5 novembre 2011
- A +

« Seuls 23 % des entrepreneurs interrogés (sur plus d’un millier) pensent en effet que la France est un pays dont la culture encourage l’initiative et la création. Très loin de l’Inde, en tête avec 98 % de réponses positives, ou de la Chine (92 %). Très loin même de la moyenne du G20, à 76 %. »

Tout va bien…

Via Les Echos (merci Yann)

Sur le web

Les articles de Contrepoints sur l’entrepreneuriat

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Et encore, ils ne m’ont pas interrogé. 😉

  • Delphine Desmarets
    5 novembre 2011 at 11 h 29 min

    C’est exactement ce que je me disais dans mon précédent article :

    http://delphine-desmarets.com/2011/11/02/quand-ne-rien-gagner-du-tout-peut-parfois-rapporter-plus/

    Entreprendre, c’est pas hyper motivant financièrement parlant !

  • C’est évident. En France, le « patron » est considéré comme un salaud qui pompe les ouvriers.

  • Ce qui est incroyable c’est qu’il y a quand même 23% ou 24% des entrepreneurs en France qui pensent que la France encourage l’initiative et la création !
    Ils le trouve où ce 1/4 ??
    En fait je sais, la phrase n’est pas finie, voici la vraie phrase et en entier:

    « Les entrepreneurs interrogés pensent en effet que la France est un pays dont la culture encourage l’initiative et la création à l’étranger et en délocalisant. « 

  • Le Diable probablement
    5 novembre 2011 at 17 h 36 min

    A mettre en parallèle avec le sondage du Monde trouvé chez H16 où l’on voit que les Français ne font en majorité pas confiance aux partis politiques, tout en voulant en majorité que l’Etat régule davantage l’économie. Je crois que le terme politiquement correct est « dissonance cognitive. »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La plupart des plans de transformation ne donnent pas grand-chose malgré l’importance des moyens mis en œuvre. L’une des raisons est qu’ils essaient d’aller trop vite. Cette volonté d’aller vite est guidée à la fois par la peur d’échouer et par une mauvaise compréhension de la nature profonde de la transformation, qui est un processus social.

Je n’ai qu’un vague souvenir du reportage, car c’était il y a longtemps, mais il m’a marqué. La scène filmée se passe dans un centre de formation d’apprentis en mécanique. Le professeur, vieux de ... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

 

1) Big Players and The Economic Theory of Expectations, de Roger Koppl (2002)

J’ai terminé récemment la lecture de cet ouvrage, que je conseille ardemment à tout un chacun.

Méthodologiquement, Koppl part de deux fondements qu'il qualifie de misésiens, inspirés de Friedrich Hayek et Alfred Schultz. Il construit par la suite une théorie des anticipations cognitives (subjectives) et a-cognitives (objectives), plus ou moins fiables selon la nature des institutions.

Basant sa t... Poursuivre la lecture

Par Philippe Silberzahn.

Que peut nous apprendre l’ouvrage d’un économiste presque inconnu, paru il y a exactement un siècle ? Beaucoup. Nous est-il utile face aux questions actuelles ? Oui, très. Il se trouve que Risk, Uncertainty and Profit, écrit par Frank Knight en 1921, est un ouvrage essentiel, même s’il est difficile à lire. C’est le premier à véritablement formaliser l’incertitude et à montrer ce que cette notion implique dans la prise de décision. Et ce faisant, il nous dit aussi beaucoup sur qui nous sommes en nous révélant c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles