Référendum en Grèce, le coup de théâtre !

Georges Papandréou, le premier ministre grec, vient de décider de soumettre l’accord européen de Bruxelles à un référendum

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Référendum en Grèce, le coup de théâtre !

Publié le 1 novembre 2011
- A +

Georges Papandréou, le premier ministre grec, vient de décider de soumettre l’accord européen de Bruxelles à un référendum.

Par Philippe Herlin

À la surprise générale, le premier ministre grec Georges Papandréou vient de décider de soumettre le plan d’aide européen à un référendum ! C’est un véritable séisme : le plan d’aide approuvé mercredi dernier est d’ores et déjà suspendu, et certainement caduc. La zone euro se retrouve encore plus fragilisée et la contagion va reprendre de plus belle. Déjà cet accord peinait à convaincre (trop flou, trop complexe), désormais il tombe à l’eau : évidemment les banques ne vont pas effacer 50% de leurs créances, comme elles s’y étaient engagées, alors que le plan risque d’être invalidé par le référendum ! Le FMI et l’UE ne vont pas prêter l’argent promis alors que le plan est en suspens ! Ce référendum est prévu pour le début 2012, rien ne pourra se faire d’ici là pour régler la crise, et la Grèce pourra-t-elle seulement tenir jusqu’à cette date ? Le résultat du référendum ne fait, lui, guère de doute, selon un récent sondage, seuls 12% des Grecs jugent ce plan positif. « Voulez-vous être pressurés comme des citrons pendant 10 ans ? », ce sera non, comme en Islande.

Cette volte face de Papandréou démontre en tout cas qu’il fait double jeu depuis le début, quémandant des fonds en agitant la menace du défaut, mais se défaussant au dernier moment lorsque les plans d’austérité font plonger son parti dans les sondages. Cela ne surprendra que les naïfs, c’était lisible depuis le premier plan d’aide à la Grèce de mai 2010, nous l’avions dit ici.

Avec ce coup de théâtre, le niveau de risque va progresser à tous les niveaux, tout le monde aux abris ! (que faire ? acheter de l’or bien sûr) Le système se fragilise d’ailleurs de partout, un grand courtier américain vient de faire faillite, BNP Paribas rapatrie 30 milliards d’euros de sa filiale belge Fortis (euh… un problème de cash ?), l’Allemagne fait une erreur comptable de 56 milliards d’euros dans sa dette publique (en sa faveur, cette fois), le DG du FESF envisage d’émettre des obligations libellées en yuan (et le risque de change ! il est fou !)… La crise monte encore d’un cran, et nous rapproche d’un krach de type Lehman Brothers.

—-
Un article de
La dette de la France, blog de Philippe Herlin.

Suicide en direct du gouvernement grec, l’analyse de Nicolas Doze de BFMTV.

 

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • hypothèse:sarko se serait allié a papandreou dans le dos de merkel.par devant il sauve l’europe soit disant avec le fesf.mais il sait que le fesf lui fait perdre le aaa de la france ,donc les elections.par derrière il autorise papandreou a sortir de l’euro ce qui devait de toutes façons arriver,le fesf est caduc,notre aaa moins menacé et sarko passe son indignation contre les grecs tout en passant pour le vertueux défenseur de l’europe.pour papandreou ,il n’avait pas le choix et n’aurait pu continuer avec le fesf:il passe enfin pour un vrai démocrate et il sort enfin de l’euro et anule la plus grosse partie de sa dette.plausible non?tiens moi je le sens bien je vais rentrer en politique!

    • Pus simple : comme d’habitude, les eurolâtres ont oublié que la base démocratique des nations européennes. Ce facteur tellement insignifiant qu’on fait revoter jusqu’à ce qu’on obtienne le bon résultat…

      Sans se rendre compte ils ont donné tous les pouvoirs de casser leur plan à un seul homme ; dans la main trop visible du Prince.

      Cependant, ils ne pourront pas faire revoter ici, vu les conséquences du non.

      Bientôt des chars européen à Athènes ?

  • si le référendum ni non au plan de sauvetage c’est la faillite non contrôlée de la GRèce: perte totale de leurs créances y compris par le FMI et le FESF, appel des garanties du FESF ce qui coule les budgets, grosse difficultés pour la banques européennes et évidemment début de détricotage de la zone Euro …

    VU du côté des Grecs c’est pire : faillite des banques obligation pour l’Etat grec (qui ne pourra plus emprunter) de réduire les dépenses publiques de 50% (salaires des fonctionnaires, pensions, dépenses sociales) pour les ajuster à ses recettes qui seront elles-mêmes en forte réduction bref une spirale de la mort et vraisemblablement la porte ouverte à une sortie de la démocratie

  • Il me semble tout à fait normal que le peuple grec, dont l’accord les concerne en premier lieu soient consultés. Cette Europe se fait dans notre dos, et les politiciens grecs décident a la place des grecs des questions de souveraineté. J’aurais aimé que les plans de renflouement aux grecs que nous allons payé cher de notre poche les contribuables européens soient soumis à référendum

  • « Bientôt des chars européen à Athènes ? »
    ————–
    Plutôt des charrettes de futurs banquiers chômeurs à Paris.

  • excellent !
    Ça va provoquer la faillite de la Grèce, et c’est la meilleure chose qui puisse arriver.
    * pour eux : impossible de souscrire des emprunts nouveaux, donc c’est la mort de leur République Socialiste. Et ce ne sera pas la faute des méchants étrangers qui leur imposent une méchante austérité, non, il faudra qu’ils assument leur merde. La chute du mur, comme en Pologne et en Russie, et la possibilité de repartir du bon pied.
    * pour nous : on arrête de verser du pognon dans ce tonneau des danaïdes. La crise ne s’aggrave plus, c’est déjà ça.

  • Comme Papandréou n’a pas les couilles de mettre en place une vraie politique d’austérité, il organise un référendum qu’il est sûr de perdre. Elections anticipées et hop, le bébé, l’eau du bain et des énormes paquets de merde pour le successeur.

  • Ahahaha, on lui a donné du fric à foison et maintenant il déguerpit comme un voleur de sac à main.

    C’est bien pour eux, de toutes façon, UE ou pas, ils passeront à la caisse comme tout le monde.

  • Je trouve que ce referendum est une bonne idée . Je regrette que Mr sarkozy n’ai pas eu la meme chez nous . J’aurais été trop heureux de donner mon avis.

  • Personnellement je propose l’entrée de la Turquie dans l’UE.

  • Il doit etre terrible au poker Papaendreou, on a annoncé 25 % de suppression de decote; il a eu 50 %; il vise les 75 %

  • Flash back:
    Le vénérable Nigel Farage au parlement européen le 14 septembre 2011:
    –>

  • hypothese de jovanovic:les américains ont demandé a papandreou de détourner l’attention de la faillite de MF global.effectivement vu l’occupation par papandreou de tous les médias,on peut se poser des questions.MF global serait un demi « lehmanbrothers » au niveau taille.et en plus la compagnie aurait confondu l’argent de ses clients avec le sien.enfin MF serait mourue de la non activation des cds sur la dette grecque,entre autres

    • C’est un peu complotiste, mais pas totalement absurde.

      • oui c’est clair.mais si papandreou supprime le referendum alors la these sera validée.pareil si israel bombarde l’iran

        • Papa ne supprimera pas.
          Si le référendum est supprimé, ce sera par les députés et dans ce cas Papa saute (démissionne)..

          Toute façon quoiqu’il arrive, Papa a flingué son gouvernement sur ce coup.

          • tout est possible,meme le bourrage des urnes(souviens toi comment bush a été élu). personne n’a l’argent pour alimenter le fesf.alors peut etre que ça arrange tout le monde ,merkozy en premier.et puis on entre peut etre dans le scandale des cds:ils ne sont pas honorés bien que cotés.

  • Parfait !
    On y est: Tous les peuples, qui pendant 35 ans, ont votés pour des hommes politiques étatistes de gauche ou de droite, vont voir exploser l’état-providence en direct.
    Peut-être auront-ils la bonne idée d’essayer le libéralisme ?

    • Les esprits sont trop embrumés(ou manipulés au choix) pour cela malheureusement.

    • c’est pas demain que tu verras le comité d’entreprise edf fermer.faut pas rever.et en attendant chez moi,ça continue a construire du petit pavillon a 200000 euros,a rouler en audi break et a dépenser du 200 euros par caddy au supermarché du coin.a crédit.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Lors de leur session plénière à Strasbourg le mercredi 8 juin, les eurodéputés se prononcent sur huit des quatorze directives du paquet climatique Fit for 55, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne de 55 % d'ici 2030 dans le cadre du Green New Deal.

Dans ce deal, l’idéologie se taille la part du lion. Commission et Parlement européens sont désormais les deux principaux vecteurs de l’idéologie écologiste dans le monde — loin devant le plus zélé des États.

Ce que marquent ces directives est ... Poursuivre la lecture

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles