UE: protectionnisme des sidérurgistes et taxe sur les pauvres

L’UE veut imposer lourdement les tuyaux d’acier chinois. Une victoire pour les sidérurgistes, une mauvaise nouvelle pour les plus pauvres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Taxe (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

UE: protectionnisme des sidérurgistes et taxe sur les pauvres

Publié le 26 octobre 2011
- A +

L’UE veut imposer lourdement les tuyaux d’acier chinois. Une victoire pour les sidérurgistes allemands et espagnols. Une mauvaise nouvelle pour les plus pauvres.

Par Georges Kaplan

Une brève de Reuters, relayée par lesechos.fr, nous apprend que l’Union européenne s’apprête à taxer massivement les importations de tuyaux d’aciers chinois utilisés dans le secteur de l’énergie. On évoque des droits de douane de l’ordre de 68%. C’est donc une grande victoire pour Arnaud Montebourg, Marine le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Pierre Chevènement et, d’une manière générale, les démondialisateurs de la droite pure et de la gauche dure. Il semble que l’UE soit en train de revenir sur ce fameux « dogme du libre-échange » et que, sans même avoir besoin d’un débat démocratique sur la question, on soit déjà en train de réinstaurer des barrières douanières. Politiciens et technocrates jureront la main sur le cœur que ces mesures permettront de « sauver des emplois industriel » en « luttant contre le dumping social et environnemental des pays à bas salaires. »

Tuyauteries en acier de Chine

Et maintenant, un petit détour dans le monde du réel. La réalité c’est que cette décision a été remportée suite à un intense lobbying de Salzgitter, un sidérurgiste allemand, et de Tubacex, un spécialiste espagnol des tubes d’acier. Et dans cette même réalité, ces deux entreprises ont manifestement saisit l’UE début 2010, estimant que leurs concurrents chinois pratiquaient des « prix illicitement bas » et « préjudiables à leurs bénéfices » – oui, leurs bénéfices. Juste pour mémoire, au premier semestre 2011, les ventes de la « division tubes » de Salzgitter progressaient de 11,2% par rapport au premier semestre 2010 pour un résultat net avant impôt de 46,7 millions d’euros. Chez Tubacex et sur la même période, les ventes progressent de 45,9% et le résultat net avant impôt atteint 1,9 millions d’euros. Mon petit doigt me dit que l’année prochaine ça sera encore mieux, d’autant plus que Salzgitter et Tubacex ont manifestement l’intention d’éliminer de la même manière leurs concurrents indiens et coréens.

Voilà l’immense avantage qu’il y a à maintenir un peuple dans l’ignorance en général et dans l’inculture économique en particulier : vous pouvez leur faire prendre des vessies pour des lanternes et les amener à voter avec enthousiasme pour des politiques qui vont manifestement à l’encontre de leurs intérêts. N’est-ce pas magnifique de voir comment nos « indignés » nationaux et autres occupants de Wall Street vitupèrent ces horribles capitalistes et leur mondialisation ultralibérale, comment ils appellent de leurs vœux, le plus sincèrement du monde, une intervention accrue des pouvoirs publics et comment, finalement, ils vont encore une fois se faire rouler dans la farine ? Comme la politique isolationniste d’Otto von Bismarck à partir de 1879 qui était largement insufflée par ses amis junkers – dont il était lui-même issu – [1] et comme le tarif Smoot-Hawley de 1930 qui était largement soutenu par les grands agriculteurs et industriels américains, les barrières douanières ont toujours été, en dernière analyse, des taxes sur les plus pauvres destinées à financer les profits des plus riches.

—-
Sur le web

Note:
[1] Et visait, ironie de l’histoire, principalement à les protéger des exportations agricoles étasuniennes.

 

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • 1845-1850 F.Bastiat « du libre change »  » du protectionnisme »

    en plus de 150 ans, le monde n a rien appris, c est a desesperer des hommes

  • « les barrières douanières ont toujours été, en dernière analyse, des taxes sur les plus pauvres destinées à financer les profits des plus riches. »

    Que vous dénonciez cela en faisant la démonstration que le contraire est mieux, c’eut été très bien. Mais rien de tout cela ici : vous vilipendez le fait, fustigez le lobbyisme de ces deux sociétés, mais sans dire ni démontrer pourquoi. Je ne vois nulle part dans votre article en quoi les pauvres seront taxés et en quoi ils vont enrichir les riches. En bref, vous n’expliquez absolument pas en quoi les barrières douanières européennes seraient néfastes aux travailleurs d’ici. Je rappelle tout de même que c’est ce qui a fait la richesse du Japon !

    Sorry, mais votre article manque de qualité comparé aux niveaux des autres dans Contrepoints, car totalement incomplet.

    • Est-il besoin de redémontrer que d’une manière générale le protectionnisme appauvrit les consommateurs sans créer le moindre emploi supplementaire, à chaque article sur le sujet ? Faudrait-il tout redémontrer à chaque article ?

      C’est quand on avance une assertion extraordinaire qu’il faut apporter les preuves nécessaires ; et des preuves d’autant plus fortes que l’assertion est extraordinaire. Or, voir un auteur affirmer que le protectionnisme est une mauvaise chose est chose ordinaire, sur un média libéral. Donc le niveau de preuve requis est relativement bas.

  • COCH
    lisez bastiat son essai sur le protectionnisme, vous verrez vous allez tout comprendre

  • Merci. Je ne suis pas un inculte, et mon propos n’est pas de philosopher sur Bastiat. Je dénonce simplement que l’article manque d’agumentation et n’explique rien. Bastiat n’a rien à voir là-dedans ! Si on prend position sur une situation concrète simplement en citant Bastiat, Friedman ou Hayek, on n’est pas sauvé !

    • Bien sûr que Bastiat a à voir là-dedans.
      Les gens qui, à cause des taxes, vont payer des tuyaux (ou autre chose) plus cher vont être punis par ces taxes. Ils payeront plus cher pour avoir la même chose ou alors ils auront moins de tuyaux pour la même somme.
      L’argent de la taxe sera ça en moins dépensé ailleurs et donc injecté dans l’économie, tuant ainsi le producteur de ce qui n’a pas été acheté à cause de la taxe. C’est ce que l’on ne voit pas, comme la vitre cassée de Bastiat.

  • C’est vrai qu’il faudrait continuer à acheter de la marchandise fabriquée par des esclaves.

  • De plus, si l’on en est réduits à rappeler, à chaque article, que la création d’oligopoles (qui est une forme de distorsion de la concurrence) est à la fois une grosse connerie et la meilleure manière de dé-corréler les prix de l’offre et de la demande, nous ne sommes pas sortis de l’auberge.
    Allons bon, regardez votre facture de téléphonie portable et vous comprendrez ce que le terme d' »entente » à comme conséquence pour le consommateur.

  • Sans relever point par point ce qui me semble discutable dans ce post, il y a un argument qui reste en faveur du protectionnisme, c’est la nécessité d’équilibrer la balance courante, et partant de là d’équilibrer la balance commerciale.
    Je sais que par ici ce point ne fait pas consensus, et je ne reprendrai pas les arguments que j’avais développé en ce sens dans deux commentaires précédent ici :
    http://www.contrepoints.org/2011/10/27/52657-balance-commerciale-et-abstractions-comptables/comment-page-1#comment-51372

    et là :
    http://www.contrepoints.org/2011/03/31/19383-deficit-de-la-balance-commerciale-et-alors/comment-page-1#comment-51363

    Pour ceux qui approuverai l’idée fondamentale selon laquelle la balance courante de tout pays doit être structurellement à l’équilibre, nul ne peut nier que le protectionnisme devient un outil nécessaire dans cette optique.

    Bien sur, la manière d’user de cet outil et le besoin de préserver cet outil du lobbyisme et du détournement au profit d’intérêt particulier me semble indiscutable. La discussion pour être enrichissante devrait plutôt être : comment innover en matière de protectionnisme sans nuire au développement du commerce mondiale? Là on touche à l’os.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture
couverture de Red Mirror  L'avenir s'écrit en Chine
1
Sauvegarder cet article

Lors de la parution française en avril 2021 de Red Mirror, essai assorti d'un reportage photographique original sur les rues chinoises, j'avais déjà souligné le sens profond de cet ouvrage d'un journaliste italien, Simone Pieranni, illustré par Gilles Sabrié, un photographe qui vit à Pékin.

Ces deux auteurs décrivent par le récit et par l'image la vie des gens ordinaires qui peuplent les mégalopoles chinoises. Ce sont les mêmes qui manifestent aujourd'hui en Chine contre le fol maintien d'un confinement assassin pour les malheureux hab... Poursuivre la lecture

Nous pensions ces dictateurs inébranlables. Ils gouvernent la Chine, l’Iran, la Russie et bien d’autres pays mais il semblerait bien qu'ils soient des géants aux pieds d’argile.

Leur règne peut durer très longtemps et peut être ébranlé par un évènement banal a priori banal mais pouvant conduire au chaos.

 

La Chine

Les différents dirigeants et particulièrement l’actuel Xi Jinping, ont proposé à la population chinoise un deal simple : lui garantir une meilleure qualité de vie en échange du pouvoir absolu.

Ce pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles