Tableau de l’économie française

Publication par l’INSEE du tableau de synthèse de l’économie française.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vraquier dans le port de Douala (CC, Jean-Marc Desfilhes)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tableau de l’économie française

Publié le 11 octobre 2011
- A +

Jean-Baptiste Noé tire quelques conclusions des dernières données publiées par l’INSEE dans son Tableau de l’économie française. Avec plus d’optimisme que de coutume dans nos articles.

Vraquier dans le port de Douala (CC, Jean-Marc Desfilhes)

L’administration peut, certaines fois, produire de bonnes choses. Tous les ans l’INSEE publie son Tableau de l’économie française, disponible sur son site internet qui est une mine d’information pour comprendre l’état du pays. Riche de près de 250 pages et de centaines de tableaux statistiques, ce document permet une compréhension fine de l’état du pays, au-delà des figures imposées. Nous allons nous limiter ici à l’étude de la partie consacrée au commerce de la France, avec une remarque préliminaire : si les données sont publiées en 2011 la plupart datent de 2009.

Une chute des échanges

La période 2008-2009 marque une chute spectaculaire des échanges entre la France et ses partenaires : -12.4% pour les exportations de biens et de services (le plus fort recul depuis 1957), -10.7% pour les importations de biens et de services (le plus fort recul depuis 1975).

Solde des échanges extérieurs (source : Insee, comptes nationaux, base 2000)

(r = révisé, p = provisoire)

en milliards d’euros courants

 

2008 (r)

2009 (p)

Échanges de biens

-53,7

-42,0

Échanges de services hors tourisme

1,0

-3,1

dont : négoce international

0,6

0,3

transports

-7,2

-7,1

services aux entreprises

-0,3

-2,3

assurance

-0,8

-0,8

services financiers

8,4

6,6

services à la personne et services de santé

0,3

0,1

Tourisme

9,4

8,0

Opérations de répartition

-9,2

-17,0

dont : rémunération des salariés

8,6

8,9

impôts sur la production et les importations

-5,1

-3,8

subventions

9,2

8,9

intérêts

-13,6

-11,0

dividendes

12,8

10,5

autres revenus de la propriété

7,5

2,2

impôts courants sur le revenu et le patrimoine

3,6

3,5

cotisations et prestations sociales

-7,9

-8,2

coopération internationale courante

-6,3

-7,1

autres transferts courants

-18,4

-21,2

transferts en capital

0,4

0,4

Acquisitions moins cessions d’actifs non financiers non produits

-0,2

0,0

Capacité de financement de la Nation

-52,6

-54,1

Exportations et importations par groupe de produits en 2009, en milliards d’euros

 

Exportation

Importations

Solde

Agriculture, sylviculture et pêche

11,5

9,9

1.6

Industrie

331,6

387,9

-55.3

Industries agricoles et alimentaires

34,0

29,8

4.2

Biens de consommation

61,3

72,5

-11.2

Industrie automobile

33,9

39,2

-5.3

Biens d’équipement

88,7

82,3

6.3

Biens intermédiaires

97,6

107,4

-9.8

Énergie

16,1

56,7

-40.6

Services marchands

62,2

65,8

-3.6

Commerce

4,6

4,4

0.2

Transports

17,4

24,5

-7.1

Activités financières

9,4

3,6

5.8

Services aux entreprises

29,0

31,2

-2.2

Services aux particuliers

1,8

2,1

-0.3

Services administrés

0,8

0,2

0.6

Éducation, santé, action sociale

0,8

0,2

0.6

Correction CAF-FAB

///

-12,7

 

Correction territoriale

33,5

25,5

 

Total FAB-FAB

439,6

476,6

-37

Source : Insee ; comptes nationaux, base 2000.

Nous constatons que si l’agroalimentaire est toujours un des secteurs de pointe des exportations (+5.8 Mds), c’est toutefois un secteur qui a connu une diminution en 2009 (–16.7% en valeur). De même l’énergie, qui pèse fortement dans la balance commerciale (-40.6 Mds) et qui consacre le retour de la Russie, comme nous le verrons ultérieurement. L’industrie étant le secteur le plus déficitaire (-55.3 Mds).

Les échanges par nation

En 2009 les dix premiers clients de la France étaient les suivants :

1 Allemagne 55.5 Mds €
2 Italie 28.4
3 Espagne 27
4 Belgique 25.7
5 RU 24.5
6 EU 19.7
7 PB 13.8
8 Suisse 10.1
9 Chine 7.9
10 Pologne 5.2
  Total 217.8 

Et les dix premiers fournisseurs :

1 Allemagne 71.5 Mds €
2 Belgique 32.6
3 Italie 31.6
4 Chine 29.9
5 EU 25.1
6 Espagne 25
7 RU 18.3
8 PB 16.7
9 Suisse 9.7
10 Russie 9.3
  Total 269.7

On constatera, peut-être avec surprise, que la Belgique est un partenaire commercial plus important que la Chine. C’est bien avec l’Europe que la France réalise l’essentiel de ses échanges, en dépit de la mondialisation grandissante le commerce reste une affaire entre Européens.

Poids dans les exportations pour les dix premiers clients

Europe 87.3%
Etats-Unis 9%
Chine 3.7%

Poids dans les importations pour les dix premiers clients

Europe 79.6%
Etats-Unis 9.3%
Chine 11%

Le commerce mondial de la France, selon l’aire géographique, donne les résultats suivants :

Exportations et importations de la France dans le monde en 2009, en milliards d’euros.

 

Exportations

Importations

Solde

UE à 27

214 026.6 240 442.7 -26 416.1

Europe

238 277.8 274 661.4 -36 383.5

Afrique

23 262.7 20 050.9 3 211.9

Amérique

29 944.8 34 702.2 -4 757.4

Proche et Moyen Orient

13 675.8 6 581.7 7 094.1

Asie

33 245.7 57 774.6 -24 528.9

Reste du monde

2 627 6 537.9 -3 910.9

Total monde

341 033.8 400 308.6 -59 274.8

Ce qui, en pourcentage donne les valeurs suivantes :

Poids de l’aire géographique dans les exportations et les importations de la France, en 2009

 

Exportations

Importations

Europe

69.8% 68.6%

Afrique

6.8% 5%

Amérique

8.8% 8.7%

Proche et Moyen Orient

4% 1.7%

Asie

9.8% 14.4%

Reste du monde

0.8% 1.6%

Total monde

100% 100%

Quoi que l’on fasse, l’Europe est bien le principal partenaire commercial de la France.

La place dans le commerce mondial

En suivant les études de l’OMC nous pouvons savoir quelle place occupe chaque pays dans le commerce mondial. Le tableau ci-dessous offre un récapitulatif pour les principaux pays. Les données sont celles de 2009.

Nom du pays

Part dans le commerce mondial, en %

Etats-Unis 8.7
Chine 9.9
Inde 1.3
Japon 4.8
Allemagne 9.2
France 4
Royaume-Uni 2.9
Brésil 1.3
Europe 41.2
Amérique du Nord 13.2
Amérique du Sud et Centrale 3.8
Asie 29.4
Moyen Orient 5.7
Afrique 3.2

Principaux pays exportateurs et importateurs de marchandises, 2009, source : OMC

Rang

Exportateur

Part, en %

Rang

Importateur

Part, en %

1 Chine 9.9 1 Etats-Unis 12.7
2 Allemagne 9.2 2 Chine 7.9
3 Etats-Unis 8.7 3 Allemagne 7.4
4 Japon 4.8 4 France 4.4
5 France 4 5 Japon 4.3
6 Pays-Bas 4 6 Royaume-Uni 3.8
7 Italie 3.2 7 Pays-Bas 3.5
8 Belgique 3 8 Italie 3.3
9 Corée du Sud 2.9 9 Belgique 2.8
10 Royaume-Uni 2.9 10 Canada 2.6

La France figure toujours dans les cinq premières puissances commerciales mondiales, ce qui témoigne de ses nombreux atouts.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • « On constatera, peut-être avec surprise, que la Belgique est un partenaire commercial plus important que la Chine. »

    Ça, ça vous scie la caisse. On achète tant de BD belges que ça ?

  • Les politiques peuvent désigner des boucs-émissaires tant qu’ils veulent (Chine, mondialisation, africains, etc.), ces chiffres démontrent sans contestation que la « concurrence » de l’Etat (soit plus de 1000 milliards) est infiniment plus nocive pour nos entreprises que la concurrence des chinois par exemple (moins de 30 milliards).

    Il faut réduire massivement l’Etat providence !

  • aucun crédit a apporter aux statistiques de l’insee.un exemple:l’immobilier est exclu des calculs sur l’inflation.le taux de chomage est complètement erroné et trafiqué(a la baisse).etc….

  • Peut-être que bubulle pourrait alors nous dire ce qu’il a comprit ?
    Par exemple avez-vous bien observé les imports, les exports et surtout le solde pour la Chine et la Belgique?

    • Tout a été dit 1000 fois sur ce sujet… Informez-vous ! Pour vous guider quand même : l’inflation ne concerne pas l’immobilier à l’achat mais uniquement les loyers. Les séries statistiques du chômage sont incontestables mais il est infiniment plus intéressant de regarder le taux d’activité de la population en âge de travailler. A moins de sortir de l’asile CGTiste, comment oser prétendre que les stats de l’INSEE sont fausses ? C’est ridicule !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

La plupart des zones franches seront situées autour des plus grands ports de fret côtiers d’Angleterre, notamment Felixstowe, Liverpool, Hull, Southampton et London Gateway. Plymouth, Teesside et une zone autour de l’aéroport d’East Midlands seront également désignées.

Tout avance désormais très vite au Royaume-Uni, et l’Angleterre est en première ligne. Déjà huit ports ou aéroports anglais vont devenir des ports francs selon les plans annoncés par le chancelier de l’échiquier, Rishi Sunak (finance), qui a déclaré que sa politique pour... Poursuivre la lecture

Ports francs britanniques : depuis le Brexit des villes britanniques tentent de devenir des zones franches, c’est le retour du cauchemar de Bruxelles et de tous les constructivistes européens d’un Singapour-sur-Tamise. Mais c’est surtout un démenti de toute la presse française qui voyait Boris Johnson tourner le dos à Thatcher à la faveur de la pandémie.

Le gouvernement du Royaume-Uni cherche à mettre le turbo de l’économie post-Brexit sur les régions par la création de dix ports francs, une opportunité potentiellement si lucrative pou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles