Il faut garder la foie (et c’est pas rein de le dire)

2005_12_20_catch

Que faut-il penser de la vente d’organes? Le Maître du monde vous répond

Depuis quelques semaines, Contrepoints vous propose L’humour du samedi. Vous y retrouvez des articles amusants, décapants même parfois, mais aussi, nous l’espérons, propices à la réflexion. Parmi nos meilleurs bretteurs délirants, le Maître du Monde est un as de la satire et de l’humour décalé.

Bon, allez, une fois n’est pas coutume. Je vais répondre à mes opposants.

Sur le forum www.jeuxonline.com, Ilguegue, palefrenière exprime en ces termes son désarroi face à mon article de la semaine passée :

… Ça m’a profondément choqué comme chronique. Surtout sa « haine » contre les soi-disant « humanistes » à qui il donne des propos assez idiots…

Mais voilà, c’est JUSTEMENT parce que je leur donne des propos idiots que je peux les haïr. Il eut été malvenu que je prête à mes « humanistes » des propos intelligents, puis que je les insulte, non?

Et si vos humanistes ne collent pas avec mes « humanistes » à moi, c’est que nous ne parlons visiblement pas du même type de personnes. Et tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Ensuite Ilguegue continue avec ceci :

Accepter la libre vente d’organe revient à une « fuite en avant » dans la marchandisation du monde, ce qui est critiquable d’un point de vue théorique et éthique.

Aaaah, Ilguegue, la terrible marchandisation du monde… Mais à bien y réfléchir Ilguegue, quand tu as (ou quand tu auras) acheté une maison, n’as-tu donc pas acheté un terrain, un « petit morceau de monde », en en faisant ta propriété privée par acte notarié?

Et quand tu vas au supermarché acheter de la nourriture, ou un meuble fait en bois, n’est-ce pas là des petits morceaux de monde que tu achètes?

Quand tu penses que cela fait des milliers d’années que le pêcheur VEND son poisson, que le menuisier VEND son bois, etc., bref que l’Homme vend des petits bouts de monde à gauche à droite.

Il faut bien se rendre à l’évidence Ilguegue : le monde EST une marchandise, et tu y participes, comme n’importe quel être humain.

Il semble totalement impossible de parler de libre commerce entre personnes consentantes dans le cas d’un achat pays riche/pays ultra pauvre, puisqu’il existe un rapport de force inhérent au fait qu’il y a des millions de pauvres, et peu de « demandeurs d’organes ». Par conséquent, l’échange n’est plus aussi librement consenti, l’africain risquant d’être soumis à une vente « forcée » pour sa survie, mais parfaitement inéquitable.

Je comprends ton point de vue, Ilguegue. Il est assez courant, mais incorrect car il mélange deux notions différentes. Un contrat consenti librement veut dire qu’aucune des parties n’a été forcée par quelqu’un à le signer. Punt, aan de lijn.

Vois-tu, tous les matins, je me lève à 7h30 pour aller travailler, et pourtant si je pouvais, je resterais dans mon lit. Mais en réalité, je suis libre de rester dans mon lit, alors pourquoi me lever? Tout simplement car des contraintes pèsent sur mes épaules : il faut survivre, il faut payer la nourriture, la maison, la voiture, il faut donner une image de réussite sociale, il faut mettre de l’argent de côté pour ses vieux jours, etc.

Je ne suis donc pas vraiment libre quand je signe un contrat de travail avec mon employeur pour gagner ma vie. Mais alors pourquoi parler de contrat librement consenti? Car ces contraintes physiques, sociales… qui me poussent à accepter ce contrat ne sont pas dues à mon employeur. Ce n’est pas de la faute de mon employeur si la nature m’a donné un estomac à nourrir, un corps à entretenir et un ego à satisfaire.

Ne confonds pas les contraintes que t’impose la nature (nous y sommes tous soumis) et la contrainte d’un humain qui pointe une arme vers toi.

Ensuite Ilguegue nous dit que :

Je me suis rappelé qu’il existait le site du Président du Monde et je me suis dit qu’il avait peut être « répondu ». C’est le cas en effet, et je trouve sa réponse assez pertinente.

Mais avant d’attaquer ce deuxième volet, une petite page de publicité :

 

******** Ah Dou Dou dou dou dou ********
******** Ah Dou Dou dou dou dou ********
 

Ainsi le Président du Monde aurait répondu de façon pertinente à mon post. Hélas, je crains qu’à défaut d’avoir l’esprit critique, il ait l’esprit dans un état critique. Dans un article intitulé « Il était une fois un vendeur de foie… », le PDM dit ceci :

Le tyran nous dit « les lois en Europe autorisent en effet le DON d’organe, mais interdisent la VENTE d’organes, histoire de bien rappeler au peuple que notre corps n’est pas notre propriété ».

Première erreur : confondre valeur et prix. Valeur d’usage et valeur d’échange. Erreur classique de tous les libéraux. Si les organes sont notre propriété (et encore, peut-on parler de propriété pour un organe ?), ils ont une valeur assez incroyable : ils nous sont quasi indispensables, très difficile à fabriquer, extrêmement complexes, et leur transfert d’une personne à une autre permet de sauver une vie. On touche au domaine du vivant, de l’humain, de l’éthique. La monétarisation, la marchandisation n’a pas de sens.

Alors : Peut-on parler de propriété pour un organe? réponse : OUI! Sinon comment Richard Berry aurait-il pu donner SON rein? Par ce don, Richard Berry a simplement utilisé son droit de propriété sur son propre corps.

Alors : Ai-je confondu « valeur » et « prix »? À vrai dire je n’ai même pas parlé de valeur. Qu’est-ce que la valeur? Que vaut à mes yeux ce stylo (prix:25€) qui a appartenu à mon arrière-grand-père? Ce stylo a À MES YEUX une valeur inestimable. Et donc jamais je ne le vendrai pour son « prix du marché » de 25€. Par contre je m’en séparerai peut-être pour 100.000€, mais personne ne me l’achètera pour ce prix-là! Par le prix, j’objectivise, je « numérise » la valeur que je porte à un « objet ». Voilà tout. Mais RIEN a priori ne m’empêche de fixer un prix sur quelque chose, et ce prix sera forcément le reflet de la valeur que j’y porte. Il n’y a pas incompatibilité entre valeur et prix.

Alors : Si on touche au domaine du vivant, de l’humain, de l’éthique, alors la monétarisation, la marchandisation n’ont pas de sens? Voilà une phrase qu’elle est belle, j’aurais aimé que PDM l’explique un peu plus en profondeur, en essayant par exemple de justifier pourquoi ça n’aurait pas de sens. Mais non, phrase lapidaire : « ça n’a pas de sens », et voilà!

Je me contenterai de quelques contre-exemples :
1°) Un couple qui adopte un enfant va payer, et payer cher. Pourtant nous touchons ici au vivant, à l’humain, à l’éthique.
2°) Un chirurgien qui pratique une opération à cœur ouvert va se faire payer sa prestation. Pourtant nous touchons ici au vivant, à l’humain, à l’éthique.
3°) Dans un procès, le Juge, les avocats… vont se faire rémunérer. Pourtant nous touchons ici au vivant, à l’humain, à l’éthique. Que dis-je, nous touchons au citoyen, au solidaire, au durable.

Il est aberrant de penser que le commerce puisse être « libre » et surtout entre personnes « consentantes », en parlant d’Africains.

J’ai déjà répondu à Ilguegue sur ce sujet. Mais le PDM va encore plus loin. Les africains n’auraient donc pas le droit de « consentir »? Pourquoi? Trop pauvres? Trop bêtes?

Ce sont les tyrans qui pensent que le peuple (ou une partie du peuple) n’a pas les qualités requises pour « consentir ».

Mais tout ça devient long à lire, alors une petite page de publicité :

 

******** Ah Dou Dou dou dou dou ********

******** Ah Dou Dou dou dou dou ********

C’est exactement la même erreur que font les libéraux en considérant le contrat de travail comme la résultante d’une libre négociation entre deux individus, seuls et égaux, alors que le patron est le seul à embaucher, et qu’il y a devant lui 100 personnes prêtes à travailler. La négociation est biaisée, le travailleur peut alors être contraint d’accepter un contrat qui ne lui convient pas, s’il veut avoir un semblant de vie (sociale, économique, culturelle).

Là aussi, j’ai déjà répondu à Ilguegue. Sachez par ailleurs que le patron n’a pas toujours 100 personnes qualifiées devant lui. Et que parfois, il ne parvient pas à trouver les compétences qu’il cherche. Et là, la balance s’inverse. Pourquoi croyez-vous que les informaticiens touchaient des salaires de la mort il y a quelques années? Parce que c’est l’informaticien qui avait devant lui 5 patrons qui voulaient l’engager. Et les employeurs Bruxellois pleurent actuellement après de la main d’œuvre qualifiée sans la trouver.

Mais le PDM nous ressort la vision (digne d’un bon communiste) du patron « gros cigare » qui n’a que l’embarras du choix. Cette vision n’est pas nécessairement inexacte mais très partiale, et loin d’être une vérité absolue comme présentée par le PDM.

Aaah, le doux monde idéal des libéraux, où tout n’est qu’intérêt bien entendu de chacun, n’échangeant que lorsque la situation se trouve profitable pour chacun.

Dans le libre échange, c’est aux échangeurs de décider de la profitabilité (ou non) de l’échange. Ce qui vous semble profitable ne l’est peut-être pas pour votre voisin, et vice-versa. Un africain qui gagne 2€ par jour trouvera peut-être profitable de vendre son rein pour 3000€. La question qui se pose réellement est : Qui êtes-vous pour empêcher une transaction qui ne vous concerne pas, et où les parties réellement concernées sont tombées d’accord? Bien sûr, si vous êtes Président…

Rappelons enfin qu’il y avait quelques mois de ça, il nous gratifiait dans ses « Jacquardise » d’une terrible conclusion pleine de bon sens. Alors que Jacquard dénonçait les dérives de trafic d’organes, en mettant ça sur le dos des libéraux et de la logique de marché, LeMaîtreDuMonde remettait les choses à leurs places, en criant au scandale : « Venir prétendre que les défenseurs du « libre marché » sont des gens qui veulent légitimer un acte criminel tel que celui de voler des organes… Jacquard, tu es fou ».
Ah vraiment, qu’il est beau notre Tyran.

Pour voir une contradiction entre mes Jacquardises et mon article sur les organes, il faut ne pas savoir faire la différence entre « vol d’organe » et entre « échange librement consenti d’organe ». Mais c’est une différenciation qu’un socialiste a sans doute du mal à faire, habitué qu’il est à considérer l’impôt (c’est-à-dire le vol du peuple par l’État) comme un acte légitime où le citoyen consentant « donne » son argent à l’État.

Sachez également que la vente libre d’organe n’existe pas (vu qu’elle est interdite en Europe). N’existant pas, elle ne peut donc pas dériver. Le trafic d’organe n’est donc pas une dérive d’un marché libéral de l’organe, ce marché n’existant pas. Ça, Jacquard ne l’a pas compris, et le PDM non plus.

La vente d’organe existe, mais elle n’est pas libre. Comme l’État a criminalisé cet acte, il se réalise dans des conditions d’hygiène douteuses, et profite surtout à la mafia qui prend sa commission de 99% (comme d’habitude). Si cette vente se passait dans un contexte légal, l’opération se ferait dans de bonnes conditions, et le donneur toucherait des sommes considérables, car plus d’intermédiaires mafieux.

L’Africain risque chaque jour de ne pas voir le lendemain. Il souffre de malnutrition, il a faim, soif, il est malade. Il n’a pas accès à l’eau potable ni à des médicaments.

Oui mais ce genre de personne affaiblie à l’extrême n’est pas concerné par le trafic d’organe. Pourquoi me direz-vous? Tout simplement parce que ça :

Malnutrition, sida… leurs organes seraient inutilisables pour une transplantation.

Voilà.

Cet article était la 324567654e tentative (inutile) d’un libéral essayant de raisonner un socialiste. Mais comme le chante si bien Marylin Manson, « nothing ‘s gonna change the world ».

Joyeux Noël à tous.