Un péage, pas un cochon tirelire

Le but d’un péage routier est d’alléger la circulation et de permettre d’entretenir les routes, pas d’engraisser l’État avec une taxe déguisée

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
péage

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un péage, pas un cochon tirelire

Publié le 7 octobre 2011
- A +

Le but d’un péage routier est d’alléger la circulation et de permettre d’entretenir les routes et les ponts, pas d’engraisser l’État avec une taxe déguisée.

Par David Descôteaux, depuis Montréal, Québec

Je roulais à Old Orchard cet été, sous un soleil de plomb. Je tombe face à face avec une cabane étrange, plantée au beau milieu de l’autoroute. « C’est quoi ça? », dis-je à ma blonde, un brin stressé. « Un péage ». « Je fais quoi?! Je me dirige dans quelle voie? J’ai pas de trente sous!! » Panique.

Ça s’est finalement bien passé. Et j’ai pu rouler sur une route superbe et dégagée, jusqu’à Portland, dans le Maine.

Si j’ai brièvement paniqué, c’est qu’au Québec, les péages ont disparu pendant longtemps. Depuis mai dernier, il y a le pont de la 25. Et aujourd’hui, le fédéral propose d’en installer un sur le futur pont Champlain. Bonne idée? Oui, à certaines conditions.

Viser le portefeuille

Le péage doit servir d’abord à réduire la congestion routière. En poussant les gens à changer leurs habitudes. Et pour ça, viser le portefeuille marche toujours mieux qu’un discours écolo.

On se plaint souvent que les routes sont plus belles en Europe ou aux États-Unis. Or on y trouve justement plusieurs péages. Notamment en France, où les autoroutes sont bien entretenues et rapides. Ou à Los Angeles, où les tarifs varient selon qu’on emprunte une voie lente ou rapide, et selon l’heure de la journée. 1,30 $ la nuit, jusqu’à 10,25 $ en heure de pointe, rapportait Maclean’s il y a quelques mois.

L’idée, c’est de convaincre l’automobiliste moins pressé de dégager. D’utiliser une autre route, ou pont, gratuit. Et d’inciter au covoiturage ceux qui n’ont pas vraiment le choix d’utiliser tel pont chaque matin. Solution miracle? Non. Mais c’est mieux que rien. Les automobilistes qui devront traverser le pont Champlain « payant » ne la trouveront pas drôle. Mais si l’argent sert à bâtir un pont plus large et moins congestionné, ils changeront d’avis.

Qu’on coupe!

Implanter des péages sur les ponts de l’île de Montréal rapporterait près d’un demi-milliard en revenus annuels, calculait l’économiste Mathieu Laberge en 2008. Et c’est ici que ça se corse. Pour faire accepter l’idée aux automobilistes, il faut deux choses :

1— Que l’argent recueilli aille directement à l’entretien et la construction des routes. (Et non dans un fonds général où nos politiciens irresponsables vont se goinfrer.)

2 — Qu’on réduise les impôts ailleurs, idéalement au profit des automobilistes (baisse du coût de l’immatriculation ou des taxes sur l’essence, par exemple). Cette solution n’aide en rien les finances publiques du gouvernement? En effet. Si celui-ci manque d’argent pour s’occuper d’une mission aussi primaire que l’entretien des routes, c’est qu’il dépense trop ailleurs. Qu’il coupe dans le gras.

Parce que le but d’un péage routier, c’est d’alléger la circulation. Et de permettre d’entretenir les routes et les ponts. Pas d’engraisser le gouvernement avec une autre taxe déguisée.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • en parlant des peages francais, s il est vrai que les autoroutes sont bien entretenues mais elles auront coutes bien chers
    -le contribuable a payer pour les construire par ses impots et les taxes de peages
    -l etat a ensuite vendu les societes d autoroutes et on continue a payer des autoroutes deja rembourses
    -et en dehors les routes sont dans un etat pitoyable proche dans certains cas de ce que l on peut connaitre dans les pays sous developpes
    une reussite en effet

    • Exagère pas quand même ; les routes française sont très biens, trop même dans la mesure où la sur-qualité se paye.
      Quant aux autoroutes … On peut trouver à redire à la privatisation de l’usufruit, mais pas aux péages : tu n’es pas obligé de les prendre, tu ne paye rien si tu ne le fait pas, et enfin si tu le fait c’est que le service qu’elle rendent vaut l’argent qu’elles te réclament : alors de quoi te plains-tu ?

  • En France, les péages servent surtout a créer des bouchons, pas le contraire, parce qu’il n’y a pas souvent d’alternative aux autoroutes

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Prix des carburants
4
Sauvegarder cet article

Lors de son allocution du 14 Juillet, le Président de la République fût comme à l’accoutumée excellent dans son analyse. En déclarant que « la France essuie les conséquences de la guerre en Ukraine, notamment sur les prix de l’énergie », on peut toutefois lui reprocher de ne pas avoir suffisamment insisté sur les causes profondes de la crise énergétique apparue à l’été 2021. Cette dernière repose principalement sur une rupture structurelle offre/demande dont les sources remontent à 2015. Un problème évident dès 2018 et sur lequel je me suis e... Poursuivre la lecture

La baisse du chômage en France serait « une grande victoire française », si l’on en croit le gouvernement. Selon les dernières données de l’Insee, il se trouve à son plus bas niveau depuis 2008 pour s’établir à 7,3 % au premier trimestre 2022. Cette baisse serait particulièrement notable chez les jeunes, avec des niveaux proches du début des années 1990. Mais la situation est-elle aussi rose qu’il n’y paraît ?

Tout d’abord, la baisse actuelle du chômage s’inscrit dans une baisse généralisée au sein de l’Union européenne, avec un planch... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles