Retraites plombées

De la manipulation orchestrée par l’État et ses « défenseurs » pour les retraites par répartition …

Le site Économiques présente son analyse du dernier livre de F. Wauters et L. Delory, « Retraites plombées ».

Par Xavier Guyaux

Retraites et manifestations« Retraites plombées ou comment l’État vole votre avenir » est le titre du dernier livre de Ludovic Delory et de Frédéric Wauters.

Après une analyse rigoureuse du système des retraites actuel, de son évolution et de son avenir (inexistant), les auteurs démontrent, chiffres à l’appui, qu’un système de retraite par capitalisation est non seulement possible, mais en plus équitable.

Le système de retraite actuel, par redistribution, ressemble à s’y méprendre à la thèse géocentrique de l’Univers.

Il était « évident » que c’était le Soleil qui tournait autour de la Terre, il « suffisait » d’observer le mouvement des  étoiles et du soleil pour s’en convaincre. Mais surtout cela arrangeait l’Église et le pouvoir en place: si la Terre était le centre du monde, celui-ci avait bien été créé pour l’Homme.

Aujourd’hui, le système de retraite par répartition offre une manne énorme à l’État: des sommes colossales lui sont versées chaque mois, sous le couvert de « cotisations de retraite ». Le citoyen lambda a donc l’impression que cet argent reste sa propriété et que l’État Providence le gère de manière optimale, aussi bien, même mieux que la banque, et qu’il en percevra les fruits lors de sa retraite bien méritée. Alors que, comme le démontre « Retraites plombées », cet argent est utilisé en partie pour payer des retraites actuelles, mais surtout pour financer les autres dépenses de l’État, et que l’État sera incapable de restituer, même en partie, les sommes payées, avec difficultés pour certains, chaque mois, prétendument « pour sa pension ».

Inutile donc de se poser la question de savoir pourquoi l’État et les syndicats défendent bec et ongles le système actuel. D’une part, cela augmente la dépendance des citoyens (c’est l’État qui verse les pensions), et d’autre part cet argent est indispensable vu les déficits publics récurrents.

Mais comme Galilée, de plus en plus de citoyens se demandent si le système est vraiment aussi bon que certains le disent. Certains citoyens comprennent qu’« un État ne fait jamais faillite », ne veut pas dire qu’un État paiera toujours ses dettes, mais seulement qu’il est plus rare de « liquider » un État qu’une entreprise. Parce que les citoyens commencent à comprendre le monde qui les entoure, ces citoyens commencent à être plus critiques quand on leur affirme qu’un système est nécessaire pour la « solidarité ».

C’est pour moi un des nombreux mérites de « Retraites Plombées »: démonter dans un langage simple et accessible aux non économistes la manipulation orchestrée par l’État et ses « défenseurs » et démontrer de manière rigoureuse et chiffrée que la retraite par capitalisation serait plus « solidaire » que le système actuel, puisque même les revenus les plus faibles y gagneraient.

Et cela alors que le livre vert des pensions masque les problèmes de manière grossière.

Inutile de dire que ce livre est disponible depuis le 29 septembre dans toutes les bonnes librairies et en ligne sur le site du Soir, ou d’Amazon.

—-
Sur le web