La Génération Web 0.2 n’aime pas du tout l’excellente mémoire d’Internet

Comment le politicien pousse le droit à l’oubli pour protéger sa carrière

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chat triste : les générations futures vont déguster !

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Génération Web 0.2 n’aime pas du tout l’excellente mémoire d’Internet

Publié le 6 octobre 2011
- A +

C’est en ne regardant pas du tout le débat des primaires du socialisme décontracté que j’ai encore une fois constaté à quel point notre élite politicienne était technologiquement contrariée. Certes, c’est assez facile de se moquer de ces pathétiques candidats puisqu’ils se jettent eux-mêmes en pâture dans une soupe médiatique typiquement 20ème siècle. Mais ce constat est facile à étendre sur tout les vieux débris qui sucent aux mamelles républicaines…

Et c’est grâce à un lien d’un lecteur (que je remercie au passage) que je suis tombé sur cette palpitante émission récente d’Yves Calvi sur France-5.

Utiliser les technologies du 21ème siècle est très pratique, quand on y pense : on dispose ainsi, rapidement, de l’information dont on a besoin, sans avoir à se palucher les centaines d’heures de crétineries consternantes que débitent les stations de radio ou de télévision. Et pour un type comme moi, qui n’a pour ainsi dire aucune minute à accorder à la télé, c’est une utilisation optimale de mon temps.

Si je m’attarde sur ce mode de consommation, c’est aussi pour faire remarquer que cette utilisation des nouvelles technologies introduit une cassure nette entre un vingtième siècle où les producteurs de contenu maîtrisaient bien la façon dont cette information était distribuée, et un vingt-et-unième où tout le monde peut devenir producteur, et où toute information peut être reproduite, disséquée à loisir, analysée, et, surtout, conservée.

Et c’est cette dimension que nos vieux dinosaures républicains n’arrivent absolument pas à comprendre et à gérer. Ils ne sont, tout simplement, pas équipés pour. Pire : cette conservation ad vitam aeternam des informations, ça les terrifie jusqu’au plus profond d’eux-mêmes. Pour eux, l’oubli est un droit, inaliénable et imprescriptible, qu’ils font absolument tout, actuellement, pour élever au-dessus de la liberté d’expression et de la vie privée.

C’est ainsi que, dans cette émission, on découvre un Alex Türk affolé, terrorisé même, à l’idée que la notion de vie privée évolue à ce point par l’impact des réseaux sociaux sur les comportements des internautes et des citoyens.

Précisément, il déclare :

« Notre vie privée va être profondément bouleversée dans les 10 ans qui viennent. Mais bientôt, je pense qu’on ne maîtrisera plus vraiment notre intimité, notre identité. (…) A l’horizon 2020, vous n’aurez jamais plus la certitude absolue de vivre en étant ni entendu ni vu. Et ça je pense que c’est insupportable. (…)On est prêts à renoncer à nos libertés individuelles en cédant à la tentation technologique. Les gens ne sont pas conscients de cela. On a fait des études, et des milliers de gens n’ont absolument pas conscience qu’en rentrant dans des systèmes, ils sont immédiatement repérés, suivis pour l’éternité. Je ne suis pas certain qu’ils aient des structures intellectuelles préparées au point de résister au travail des professionnels qui sont chargés d’établir leur profil. Moi, j’ai 61 ans, je vais passer au travers des gouttes, mais je pense à mes enfants et mes petits enfants. Comment vont-ils s’adapter ? »

C’est vrai, quoi, les générations futures, mon brave Yves Calvi, t’y as pensé, aux générations futures ? Elles vont au devant d’un de ces problèmes, moi, je te dis, aïe aïe aïe !

Les générations futures, elles vont déguster !

En effet, comme chacun le sait, les générations futures, ça ne s’éduque pas. Ça ne sait pas, ça ne peut pas savoir, et ça ne saura pas s’adapter à la nouvelle donne. Z’ont pas les bonnes structures intellectuelles bien préparées comme il faut. Sur les 100.000 dernières années, les générations futures ont réussi à s’adapter, mais là, c’est trop comprenez-vous : il existe maintenant un truc qui va se rappeler pour l’éternité des conneries qu’on raconte et qu’on publie !

Alors que faire ? Hein, alors ?

Attendez. Avant de proposer une solution, il faut d’abord faire appel à l’émotion. Ce que notre bon Alex enchaîne avec brio :

La vie privée et la liberté d’expression ne se négocient pas. La protection des données personnelles, c’est quelque chose de sacré.

Moyennant quoi, on l’apprend un peu plus loin,

Pour internet et la géolocalisation, il faut une position mondiale.(…)
Il faut absolument aller vers une régulation internationale. De toute façon il n’y a pas d’autre solution.

Limpide, non ?

Comme la vie privée serait menacée par cette mémoire eidétique qu’offre internet, vite vite, régulons. Et de préférence, au niveau mondial. Ceux qui connaissent Alex Türk (l’ancien président de la CNIL) ou qui ont lu sa biographie Wikipédia ne seront pas étonnés : nous avons ici affaire avec un gagnant régulier aux Big Brother Awards, notamment en 2010, « Pour tromperie et dissimulation, [et pour avoir endossé] les habits du défenseur tout terrain de la vie privée et des libertés alors qu’il en est parfois le fossoyeur et souvent le facilitateur. »

Il ne vient en effet pas à l’esprit de notre bon sénateur Türk que, petit à petit, les gens se rendent compte que Facebook, Twitter et d’autres sont un reflet de ce qu’ils publient. Les internautes de 2000 et ceux de 2011 ne sont pas les mêmes et les derniers ont déjà commencé à prendre des mesures concrètes pour faire attention à leur identité numérique.

Le danger évident de mettre en place de gros coussins législatifs (au demeurant techniquement impossibles), c’est, comme d’habitude en Socialie, d’enlever toute responsabilité au gentil internaute : il poste sur internet des photos de lui, nu, bourré chez le voisin, et récolte des misères dans son travail ? Heureusement, l’État est là et efface les méchantes traces. Et le fait de faire l’andouille et de le publier bruyamment n’est plus considéré comme un écart, mais simplement comme une péripétie que Maman État va nettoyer derrière.

Avec l’argent du contribuable.

Évidemment, tout ceci ne sert que de prétexte.

Ce qui terrifie le petit Alex, et qui détruit nos politiciens à petit feu, c’est bel et bien le fait que de plus en plus ils sont confrontés non pas à l’image privée qu’ils ont d’eux-mêmes, mais leur propre image publique qu’ils ne peuvent plus entièrement contrôler.

Or, pour un homme public, ne pas pouvoir contrôler son image, c’est une catastrophe.

Exemple pratique: François Hollande

En début de campagne des primaires socialistes, il nous écrivait doctement qu’il fallait abroger HADOPI. Et paf, un lien HTML. Internet se souvient. On a même son texte, ici.

Je ne pointe pas sur son site, parce que si on cherche à l’adresse http://www.francoishollande.fr/03062011/propos-de-la-loi-hadopi , on obtient ceci :

Hollande-404

Roooh. Le petit coquin. Il a retiré le billet incriminant.

En effet, notre froufroutant clown présidentiable n’a rien trouvé de mieux à faire qu’à revenir sur ses propos. Ce n’est pas malin : de nos jours, tout ce qu’un politicien écrit publiquement pourra être retenu contre lui, ce qui sera d’autant plus facile qu’il aura tout fait pour.

Hollande et Türk (comme à peu près 99% de la classe politique actuelle) sont de cette génération Web 0.2 qui n’a toujours pas compris qu’avec Internet, on sait tout de suite s’ils se contredisent. Et comme ils ne veulent absolument pas assumer leurs contradictions, que cette mémoire dévoile leurs petits jeux politiques minables, ils en appellent aux procédés émotifs les plus grossiers pour tenter, une fois de plus, de renverser la vapeur.

Ne vous leurrez pas : si Türk et tant d’autres politiciens réclament à cors et à cris une régulation d’internet, un Droit à l’Oubli là où seule l’éducation et la responsabilité devrait prévaloir, ce n’est pas pour sauver vos miches.

C’est pour sauver les leurs, pour qu’ils puissent continuer à s’occuper des vôtres.

Rape Is Imminent

A lire aussi :

—–
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • H16, le mot CNIL rien que le mot. Informatique et Liberté : oxymore. Joint à Commission et Nationale. Ça vous a un pimpant petit air soviétique. Pravda, Mélenchon, Web 0.2, siècle dernier.
    Interdire les « données sensibles », ne publier que ce qui est « publiquement acceptable ». Transparence.
    Celui qui l’ouvre est trainé devant les tribunaux.
    Beaux jours des associations stipendiées. Halde, SOS-racisme, Licra. Traquer, taxer.

  • h16: « C’est en ne regardant pas du tout le débat des primaires … »

    T’as changé de dentiste ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Cela fait pas mal d'années voire de décennies que la liberté d'expression passe un mauvais quart d'heure et subit des atteintes, des restrictions.

D'abord avec les lois qui instituent des délits d'opinion, comme la loi Pleven sur les propos discriminatoires à raison de la religion ou de la race, la loi Gayssot qui pénalise le stupide négationnisme des chambres à gaz donnant ainsi une tribune judiciaire à ses méchants adeptes, les lois mémorielles qui veulent écrire l'histoire, la loi Taubira sur la traite esclavagiste limitée au trafic... Poursuivre la lecture

fausses nouvelles destabilisation entreprise
4
Sauvegarder cet article

Par Tiffany Donnelly.

L'éditeur du New York Journal, William Randolph Hearst, aurait dit : "Vous fournissez les images, je fournis la guerre !"

Hearst et son rival, Joseph Pulitzer, ont fait du sensationnel, exagéré et carrément menti quotidiennement à des millions d'Américains avant la guerre hispano-américaine, répandant ce que beaucoup appelleraient aujourd'hui de la désinformation. La presse à sensation a notoirement attisé les flammes du conflit, accusant à tort les Espagnols d'avoir coulé l'USS Maine. Mais si les mensonges... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles