Or et marchés des actions

Actuellement, pour préserver le pouvoir d’achat de son épargne, la tentation est grande de se tourner vers l’or. Est-ce vraiment un choix judicieux?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Or et marchés des actions

Publié le 26 septembre 2011
- A +

Actuellement, pour préserver le pouvoir d’achat de son épargne, la tentation est grande de se tourner vers l’or. Est-ce vraiment un choix judicieux?

Par Charles Gave

Beaucoup de lecteurs me demandent pourquoi je ne recommande pas d’acheter de l’or. Voici une raison.

Il est toujours extrêmement difficile de préserver le pouvoir d’achat de son épargne surtout quand les gouvernements accumulent les erreurs, comme c’est hélas malheureusement le cas en ce moment. La tentation est grande alors de se tourner vers l’or, qui a comme vocation première d’être la ligne de défense des citoyens martyrisés par les pouvoirs publics. L’or est de fait une façon pour le citoyen qui ne peut pas voter avec ses pieds de s’en aller tout en restant dans son pays. Il retire au gouvernement de son pays la gestion de son épargne en manifestant qu’il ne croit plus dans la monnaie de son État.

Le problème, c’est que de temps en temps, la panique gagne nos chères fourmis à un point tel que l’or cesse d’être une protection de qualité. Déterminer ce moment est l’une des choses les plus difficiles, mais enfin je peux toujours essayer… Sur le long terme (trente ans), la plus grande qualité du marché des actions c’est qu’il donne accès à des dividendes qui montent avec le temps. Celui qui achète de l’or abandonne donc ce droit à ces hausses, ce qui de temps en temps peut être une bonne idée, mais hélas pas toujours.

Si donc je prends les dividendes effectivement payés par l’indice S&P 500 et que je compare leur évolution historique à celle de l’or, je peux essayer de déterminer les moments où la panique est telle que les acheteurs d’or « surpayent » le métal jaune pour en quelque sorte garantir leur sécurité. J’ai donc établi un ratio entre le cours de l’or et le paiement des dividendes depuis… 1871.

En voici le résultat.

L’or est aujourd’hui plus haut qu’il n’était au moment de la dépression de 1890, plus haut que pendant la grande dépression des années 30, plus haut que quand les Japonais avaient attaqué Pearl Harbor, et a peu prés au même niveau que quand le Shah d’Iran était renversé avec la complicité active de l’administration Carter, que le pétrole triplait pendant que les Russes envahissaient l’Afghanistan. L’or est donc dans une des plus grandes paniques à l’achat que l’Histoire ait enregistré et pour ainsi dire jamais les flux à venir des dividendes n’ont été aussi bon marché vis-à-vis de l’or.

Acheter de l’or en 2000 et vendre les actions était une bonne idée. Faire le contraire aujourd’hui me parait éminemment raisonnable, comme en 1980…

—-
Sur le web.

Achat d’or sur Goldbroker en partenariat avec Contrepoints.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ne peut on ajouter que, hyper-déflation aidant, toutes les opportunités de se procurer du cash vont être saisie, dans une immenses panique qui va faire précipiter le prix de l’or (comme de tout autre actif)?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Pour ceux qui me lisent, la baisse des actions n’est pas totalement une surprise.

Dans cet article, j’expliquais une règle immuable : c’est lorsque les hypothèses implicites du marché divergent des vôtres que vous pouvez réaliser des performances exceptionnelles. Et les miennes se résumaient en un mot : récession. J’estimais et estime toujours que les marchés d’actions et de taux doivent intégrer la perspective d’une récession. De ce fait les premiers devaient baisser de 30 % et les seconds se détendre nettement.

Les actions ont... Poursuivre la lecture

Entre Elon Musk et Twitter, c’est une histoire d’amour qui dure depuis des années. Le milliardaire plébiscite la plateforme pour partager ses réflexions plus ou moins abouties, ses annonces plus ou moins réalistes et ses sondages plus ou moins utiles.

Il y a eu quelques querelles comme dans tout couple. Notamment sur des tweets à propos de Tesla ou Bitcoin qui ont affolé les cours des bourses. Elon Musk s’est plusieurs fois fait rappeler à l’ordre par la SEC.

Mais au final c’est le changement de politique de Twitter et sa censur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles