Débat Pascal Salin – François Hollande : la fiscalité, enjeu majeur pour 2012

Salin-Hollande

Face aux questions de Salin, Hollande ne fait qu’égrainer les points de son programme sans réellement les fonder

L’état désastreux de nos finances publiques aura permis de pointer le doigt sur ce qui était déjà un grave problème français et qui passe aujourd’hui à une situation d’insoutenabilité : notre système fiscal. La multiplication des taxes et la hausse des prélèvements obligatoires engendrés par le plan de rigueur récemment proposé par l’exécutif, en plus de faire fausse route, ont contribué à augmenter plus encore la complexité fiscale, nuisible sur le long terme pour les agents économiques.

C’est dans ce contexte que les candidats à l’élection présidentielle ont pour la plupart fait de la fiscalité une priorité. Le Figaro Magazine a alors invité François Hollande, actuellement favori des primaires socialistes et de l’élection présidentielle, à débattre sur ce sujet en face de Pascal Salin, professeur à l’université de Paris IX Dauphine, débat dont on retrouve des extraits dans la vidéo ci-dessous.

Si tous deux jugent essentiel de simplifier notre système fiscal, M. Hollande n’ose répondre à M. Salin quand celui-ci lui fait remarquer que la France est déjà l’un des pays au monde où, en termes de pourcentage de PIB, les recettes publiques sont les plus importantes. Il n’est pas plus capable de fournir un argument substantiel pour expliquer pourquoi l’impôt devrait être plus progressif ou, plus clairement, au nom de quoi ceux qui créent un peu plus de richesses devraient payer beaucoup plus d’impôts que les autres? Face à ces questions, M.Hollande ne fait qu’égrainer, sans réellement les fonder, les points majeurs de son programme : une simplification du système fiscal, la réduction des niches, et surtout plus de progressivité.

Espérons néanmoins que M. Hollande aura retenu la référence à la Nouvelle-Zélande qui, bien que sous un gouvernement travailliste, a pu mener à bien une réforme fiscale à succès allant pourtant dans un sens de la réduction du poids de l’État. Dut-il un jour parvenir au pouvoir, souhaitons qu’il s’en souvienne.

—-
Nous tenons à remercier YouplaBoum, un de nos fervents lecteurs, pour nous avoir proposé ce texte.