Sauvez la France : buvez trop sucré, trop salé, trop gras !

Comment une taxe sur les sodas camoufle une nouvelle hausse des impôts…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Soda Party

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sauvez la France : buvez trop sucré, trop salé, trop gras !

Publié le 2 septembre 2011
- A +

Sauvez la France : buvez trop sucré, trop salé, trop gras !

C’est l’ébullition dans le crâne de nos politiciens. La situation est critique : la dette a explosé et ils se doivent de nous trouver des solutions qui cognent pour sauver le pays de la banqueroute. Et ça tombe bien, des solutions, ils en ont !

Je vous présente Martine et François. C’est un couple de Français moyens (les prénoms ont été changés pour préserver leur anonymat) ni riche, ni riche. Ce couple fonctionne finalement comme beaucoup de ménages français : la femme, au foyer, s’occupe d’entretenir le foyer. L’homme va durement gagner sa vie dans un job manuel, éreintant. Le soir, un plateau repas et un journal de 20H religieusement écouté permettra un repos nécessaire après un labeur maigrement rémunérateur.

À l’inverse cependant de la plupart des couples français, ce couple s’endette. Martine claque tous les mois plus que toute la thune que François gagne. Un soir, le dépiotage du courrier quotidien ne laisse plus de doute : une lettre du banquier les rappelle à l’ordre ; il va falloir remettre les choses en ordre question budget.

Que peut-il se passer ?

Réponse A/ : Martine diminue ses dépenses. Finies les réceptions d’ambassadeurs à base de boules de choco dispendieuses, à l’ambiance sonore chaloupée et aux nombreux invités décoratifs.

Réponse B/ : Martine se trouve un taf, un vrai, un qui rapporte. Ça l’occupera au lieu de passer son temps le nez fourré dans le catalogue Libya-Petroleum.

Réponse C/ : Martine cogne vigoureusement sur François, ce gros mollasson, pour qu’il double la cadence et rapporte plus.

Évidemment, Martine choisira la réponse C, en s’envoyant une petite coupette de champagne pour fêter ça.

Et c’est ainsi que pleuvent les taxes en France, taxes qui s’abattent sur les salariés, les consommateurs et, de façon générale, sur ceux qui travaillent et rapportent effectivement quelque chose.

Pas étonnant, dans ces conditions, que Manuel Valls nous propose par exemple une n-ième mouture de TVA sociale, qui est au social ce qu’une tournante est à l’amour façon Paul & Virginie : en gros, il s’agit d’aller tambouriner gentiment sur le portefeuille des classes moyennes en taxant tous les produits qui ne sont pas franco-compatibles, soit, au bas mot, 80 à 90% de ce que nous achetons tous à droite et à gauche…

Taxa-Cola, un bon goût de taxe et tout plein de sucres !On s’amusera du fait que la TVA est en général considérée par toute la Gôche comme l’impôt le plus injuste puisqu’il touche tout le monde sans distinction, du riche au mendiant. Ceci dit, puisqu’elle est justement à la première marche du podium des impôts injustes, l’augmenter ne lui fera subir aucun changement dans son classement, hein ? Qu’il est malin, ce Manuel.

Mais tout ceci n’est que suppositions et billevesées d’un candidat socialiste parmi les candidats socialistes. Pour du lourd, du concret, du solide et du Qui Va Se Mettre En Place Au Tournant de l’année, il y a bien sûr la Taxurlessoda.

Comme d’habitude, les junkies qui veulent absolument augmenter les shoots d’argent frais pour leur fix quotidien se cachent derrière l’excuse du « C’est pour votre bien » puisqu’il s’agirait ici d’inciter les gens à moins consommer de sodas, très sucrés et potentiellement déclencheur d’obésité.

L’obésité, je vous le rappelle, c’est très mal parce que ça fait des coûts supplémentaires pour la Sécu. Stigmatiser les djeuns, les femmes ou les étrangers, c’est évidemment très mal. Mais les gros, non. Il en va du système de santé que le monde entier nous envie.

Et même si le lien entre sucre et obésité est compliqué à établir, même si, du reste, les jus de fruits sont bel et bien aussi sucrés que les sodas (mais pas frappés de la taxe, les vitamines les sauvent), la taxe sera mise en place le 1er Janvier 2012, sous les applaudissements.

Bon, et cette taxe, ça va faire mal ?

Eh bien, en gros, certains nous disent que ça oscille entre 1 et 2c par canette de 33 cl. Ainsi, ça fait moins mal. 1c, de nos jours, qu’est-ce que c’est, hein, m’âme Michu ? D’autres calculs admettent un rendement de 4,3 euros l’hectolitre. Moui.

Mais rappelez-vous : c’est pour aider la Fraônce, éternelle et merveilleuse, à redresser ses comptes.

Tiens, d’ailleurs, sachant qu’il va falloir boucher le trou de 80 pardon 92 oh zut 95 milliards d’euros — notez que c’est la seule croissance fiable, dans ce pays — ça nous fait combien de litres, tout ça ?

À la louche, on trouve 22 milliards d’hectolitres, soit 33.900 litres par an et par habitant. Soit un bon petit 93 litres par jour pour chaque Français, petit ou grand. Je sens que Coca Cola Company va faire un carton dans les prochaines années sur le territoire français : buvez, buvez, buvez, il en restera toujours quelque chose !

Mais plus sérieusement, cette pluie permanente de taxes rigolotes ne cacherait-elle pas quelque chose ?

Ah bah il semblerait que si, justement : un petit coup de pioche dans le crâne par le truchement de la CSG attend donc les salariés du pays. En gros, l’idée est de — très discrètement — modifier l’abattement de la CSG de 3% en 2%. Autrement dit, elle n’est plus calculée sur 97% du salaire, mais sur 98%.

En pratique, cela revient à une hausse de 0.1 point sur la CSG ce qui rapportera plus d’un demi-milliard d’euros à l’Etat, soit un équivalent soda de 139 millions d’hectolitres (les politiciens boivent plus que les citoyens « normaux », c’est connu).

Et on comprend tout de suite pourquoi la communication gouvernementale s’est fortement focalisée sur tous les autres aspects, taxes annexes et bricolages ridicules.

Spooner avait raison. Les politiciens sont vraiment une bande d’escrocs, de voleurs et d’assassins.
—-
Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ils en sont à stigmatiser les bébés (cf déclarations de f. lefebvre) alors les autres … ils s’en battent l’oeil gauche !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

La situation n’est pas réjouissante : alors que l’État français entend se mêler de tout et régir la vie de ses habitants presque dans ses moindres dimensions, non seulement cette prétention se fait au prix d’un endettement faramineux (choix de société, diront certains) et de déficits permanents, mais cette politique de gribouille se fait sans vision du lendemain, sans réelle perspective, et sans aucune rigueur ni efficacité.

Un constat accablant qui met en jeu tant le présent que notre avenir, qui s’en trouve lourdement hypothéqué.

... Poursuivre la lecture

Dans l’accumulation de désastres de ce premier quinquennat, notre sémillant ministre en a raté un : en plein confinement covidien le 23 mars 2020, il n’a pas écouté les appels à nationalisation lancés par M. Roux de Bézieux, président du MEDEF, principal « syndicat d’employeurs français ». Oui, dans notre douce France rongée par le libéralisme le plus sauvage, on ne dit pas un « syndicat patronal » mais un « syndicat d’employeurs ». Et M. Roux de Bézieux suppliait le ministre du « quoi qu’il en coûte » de songer aux nationalisations. Pour mém... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles