Rive Gauche, Dérive Droite

Est-il judicieux de positionner les fascistes et les nazis à l’extrémité de la droite? Le Maître du monde vous répond

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rive Gauche, Dérive Droite

Publié le 20 août 2011
- A +

L’humour du samedi est une nouvelle rubrique de Contrepoints. Vous y trouverez des articles amusants, décapants même parfois, mais aussi, nous l’espérons, propices à la réflexion. Parmi nos meilleurs bretteurs délirants, voici le Maître du Monde, un as de la satire et de l’humour décalé. 

Je me posais il y a peu la question de la provenance des termes politiques « gauche » et « droite »?

J’ai longtemps cru naïvement que cela venait tout simplement du fait qu’on dit d’une personne qu’elle est « droite », c’est-à-dire honnête, ou qu’elle est « gauche », c’est-à-dire maladroite (notez au passage la très belle cohérence de la langue française : une personne « gauche » est « mal à droite »).

Eh bien non! La notion de droite et de gauche renvoie en France à l’Assemblée nationale où, en août/septembre 1789, les députés partisans du veto royal se regroupèrent à droite du président (donc les « pro-roi », voulant conserver l’ancien régime tel quel, c’est-à-dire des « conservateurs »), les opposants à ce veto se rassemblant à gauche sous l’étiquette de patriotes (donc les « pro-peuple », pour la chute du roi, pour les droits de l’homme, pour le droit à s’auto-gouverner, etc., bref des « progressistes »).

Lire wikipedia à ce sujet.

Évidemment depuis cette époque, tout ça a bien changé, il n’y a plus de roi (en France en tout cas, la Belgique ne jouit hélas pas de ce privilège), les « progressistes » sont vite devenus « régressistes », mais les expressions « gauche » et « droite » sont restées.

Quid maintenant de l’ extrême gauche et de l’ extrême droite.

Dans l’esprit du commun des mortels, l’extrême gauche ce sont les communistes, les « partis ouvriers », et l’extrême droite regroupe les fascistes et les nazis.

Malgré mes recherches sur le net, je n’ai pas trouvé l’inventeur de l’expression « extrême droite ».

Mais j’aimerais bien savoir quel(le) est l’imbécile qui a été positionner les fascistes et les nazis à l’extrémité de la droite?

À ma connaissance (mais corrigez moi si je dis une connerie), « nazi » est une abréviation du terme « national socialiste » (et dans « national socialiste » il y a… « libéral », c’est bien connu).

Adolf Hitler est issu du parti nationaliste des ouvriers allemands, où il entra en 1919 (un grand parti de droite, cela va de soi).

L’entrée des camps de concentration était surmontée du slogan « Arbeit macht frei » (slogan anti-travailliste par excellence).

Pour Hitler, « capitalisme » et « juifs » étaient des choses indissociables (et quand on voit le sort qu’il a réservé aux juifs… comment douter une seule seconde que Adolf était un grand défenseur du capital).

Hitler aurait dit un jour à Hermann Rauschning : « Il y a plus de choses qui nous lient au communisme que des choses qui nous en séparent. Il y a par-dessus tout le sentiment révolutionnaire. J’en ai toujours tenu compte et j’ai donné des ordres pour que les anciens communistes soient admis au Parti aussitôt. »

Et que dire d’un État qui subventionne la « voiture du peuple » (si ça c’est pas de droite). En effet, la volkswagen (la fameuse coccinelle) est une initiative de Hitler en personne (voir ici, ou ).

Quant au fascisme, il ne faut pas chercher longtemps sur internet pour découvrir que son créateur, Mussolini, est entré au parti socialiste à 18 ans, qu’en 1909, il prend la tête d’un hebdomadaire socialiste intitulé La Lotta di Classe (également surnommé « le petit libéral », si si!).

Le 1er décembre 1912, il devient le directeur de l’organe officiel du parti socialiste, le quotidien Avanti !, à Milan.

Il prône le rejet systématique des gouvernements « bourgeois » (carrément ultra-libéral le gars, là).

Puis il se fera jeter du parti socialiste en 1914 parce que jugé trop violent. Il fondera alors le « Fasci d’azione rivoluzionaria » (« groupe d’action révolutionnaire »), d’où est issu le fascisme (et les partis « révolutionnaires »… sont de droite. Ah, vous ne le saviez pas?).

Les faits sont là, accablants. Le nazisme et le fascisme ont leurs racines qui plongent au cœur du socialisme. Ce sont bien des dérives, mais des dérives issues de la gauche.

Alors je repose ma question : quel est le baudet qui a été coller le nazisme et le fascisme à l’extrémité de la droite?

 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Mettons de coté les considérations logiques: la « tendance » politique résulte du placement sur les fauteuils de l’assemblée.

    Bien qu’il soit tentant de vouloir classer les dictatures fascistes du XXe siècle à gauche de part leur inspiration « étatique » il ne faut pas oublier la haine farouche entre communistes et fascistes et leur conception opposée de la relation à la patrie, les premiers la glorifiant, les seconds voulant la détruire.

    Il y a aussi le public électoral visé: les classes populaires qui ont toujours été l’objet d’une dispute entre collectivistes et nationalistes. Mais les résultats électoraux des années 20-30 montrent que le PC allemand fut le moins affecté par la montée du parti nazi qui a plutôt torpillé les partis de droite et du centre, et fait mal au parti socialiste d’alors.

    • Qu’ils haïssaient des gens de gauche ne constitue pas une preuve très convaincante qu’ils ne l’étaient pas eux-mêmes. Ca serait même plutôt le contraire.

  • « It is important to realize that Fascism and Nazism were socialist dictatorships. »

    http://mises.org/daily/2454

  • les mots sont employés pour tromper le bon peuple.

    les principaux collaborateurs du gouvernement de Pétain étaient dans leur majorité issus des rangs socialistes. Ce furent donc les premiers à « collaborer » !!…

    Mais il faut faire croire, pour la discrédier, qu’ils étaient de « l’extrême droite  »

    la gôche a toujours réecrit l’Histoire à sa convenance. Et comme depuis 40 ans la gôche seule gouverne ………………

    tout est manipulé et participe au terrorisme intellectuel. (relire le livre de Jean Sévillia)

  • « J’ai longtemps cru naïvement que cela venait tout simplement du fait qu’on dit d’une personne qu’elle est « droite », c’est-à-dire honnête, ou qu’elle est « gauche », c’est-à-dire maladroite (notez au passage la très belle cohérence de la langue française : une personne « gauche » est « mal à droite »). »

    Excellent. Je m’en souviendrais de celle là 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Caramba encore raté » peuvent se dire les trois candidats à la présidence des LR.

En votant la motion de censure présentée par la NUPES lors du premier 49-3 de la législature en cours, les députés RN avaient mis en difficulté les députés LR en se présentant comme les premiers opposants au macronisme. Dans un deuxième temps, le RN a réussi une passation de pouvoir sans mélodrame à la tête du parti entre Jordan Bardella et Marine Le Pen (type Fillon-Copé en 2012) tout en évitant les coups bas déshonorants pour la démocratie interne d’u... Poursuivre la lecture

Les moyens de dissuasion ne sont utiles que tant que l’on ne s’en sert pas. Le vote d’une motion de censure, c’est l’arme de destruction massive de l’Assemblée nationale. On presse le bouton et boum !

Avec ses 62 députés, l’alliance de la droite conduite par les Républicains a entre ses mains l’épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête du gouvernement d’Élizabeth Borne. Dans l’hypothèse d’une dissolution qui suivrait une éventuelle éjection manu militari de l’exécutif, elle détient également le sort des 577 députés de l’actuelle ... Poursuivre la lecture

photo de Marine Le Pen
5
Sauvegarder cet article

La France occupe une place très particulière dans les stratégies de l’impérialisme russe : elle a toujours constitué une cible de choix pour les prédateurs du Kremlin. La filiation entre les révolutions jacobine et bolchévique, l’admiration de Lénine pour Robespierre, la puissance du PCF au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’anti-américanisme du général de Gaulle, ajoutés à la passion kitsch mais profonde de nos intellectuels pour Dostoïevski et de nos catholiques pour les encens de l’orthodoxie, font de notre pays un terrain de jeu idéa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles