Sortir de Cuba

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le Cuba réel

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sortir de Cuba

Publié le 19 août 2011
- A +

Le 1er août dernier, Raul Castro a déclaré que le gouvernement est “en train de travailler sur l’actualisation de la politique d’émigration en vigueur”. Selon le discours officiel, la possibilité de voyager à l’étranger pour les Cubains en tant que touristes serait facilitée. Quel est le ressenti des Cubains ? Témoignage.

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba

Mon portable a sonné juste au moment où un militaire au regard sévère me tendait les imprimés de demande de permis de sortie. La grande maison de la 17ème rue entre J et K venait d’être restaurée : de nouvelles fenêtres en aluminium et verre, les peintures refaites et une augmentation du nombre de chaises pour les longues attentes. Rien dans cette institution récemment rénovée n’indiquait hier lundi que les restrictions à l’entrée et à la sortie du pays allaient être allégées. On avait plutôt l’impression que l’énorme industrie (sans cheminée d’usine) des limitations migratoires – génératrice de considérables revenus annuels en monnaie convertible – tiendrait encore de longues années. J’ai hésité à prendre l’appel, accablée par cette bureaucratie qui me broyait depuis le matin. Une voix presque métallique passée par les circuits de Skype me demanda : « tu as entendu ce qu’a dit Raoul Castro ? »

Rentrée à la maison, j’ai alors écouté le discours du président cubain à l’Assemblée Nationale. Vers la fin il annonçait qu’il était en train de « travailler sur l’actualisation de la politique migratoire en vigueur ». J’ai pourtant entre les mains tous les imprimés nécessaires à l’obtention d’une autorisation de voyage  ainsi qu’un passeport plein de visas que je ne peux pas utiliser. Jeudi prochain, je dois assister aux journées  BlogHer à San Diego mais il s’avère impensable que les assouplissements aillent assez vite pour me permettre de prendre cet avion à temps. En écoutant le nouveau Leader Maximo, j’ai pensé à un ami qui disait, moitié en plaisantant,  moitié sérieux : « À Cuba, même les ouvertures ne sont pas complètement ouvertes ni les fermetures complètement fermées ». Dans ce cas, je ne peux pas me départir du scepticisme qui naît de mon expérience personnelle avec mes 16 demandes de voyage refusées en à peine 4 ans.

La possibilité d’entrer ou de sortir de notre propre pays a été pendant trop longtemps un élément de coercition idéologique. L’obtention de la carte blanche qui permet d’échapper à  l’insularité ou donne le droit de rentrer sur le territoire national est conditionnée à ce que nous soyons « politiquement corrects ». Je ne crois vraiment pas que le drapeau flottera à la même hauteur pour tous. Il restera dans quelque tiroir une liste des personnes, marquées à l’encre rouge, qui ne vont pas bénéficier de cette réforme. Pourtant quelque chose bouge dans la bonne direction. J’ai au moins l’espoir que lorsqu’une plus grande quantité de cubains arriveront à voyager librement, l’immobilité forcée et honteuse des autres se fera plus visible.

—-
Sur le web
Traduction par Jean-Claude Marouby

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Situation bien déplorable et je remercie Contrepoints de faire partager l’experience de cette jeune intellectuelle. J’ai eu l’occasion de rencontrer des Cubains qui m’ont fait comprendre en une phrase que la situation allait mal depuis des bails. Cependant, les gens ne s’épartillent pas sur leur misére. Et c’est de bon que Contrepoints ouvre un peu la fenêtre sur les réalités cubaines. J’ai le malheur de travailler á l’université (ironie) et donc de rencontrer des professeurs (même féministe pour certaines) revenir d’un voyage á Cuba me disant simplement que c’était absolument fantastique. On a, je crois, dans pas mal de professions protégées en Europe perdu le sens des réalités. Ce n’est pas simplement triste mais c’est dangereux. L’idéalisme matérialiste minable que nous rencontrons parfois dans « la vision touristique du monde » nous prive des moyens pour apprécier l’expérience des gens. Et l’article de cette rubrique fait une piqure de rappel, un simple retour aux réalités. C’est la forme minimale de respect pour ceux qui doivent se confronter quotidiennement á des conditions de vie rendues difficiles par la bêtise.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Par Patrick de Casanove.

Les Français sont très fiers de leur modèle démocratique, au point de confondre démocratie, république et liberté. Dans les faits, ce modèle est très relatif.

Si l’on se réfère au Democracy index de The Economist en 2018, avant la crise, la France était déjà une démocratie défectueuse. Sa moyenne était en dessous de celle des pays d’Europe de l’Ouest.

En 2020 la situation s’est considérablement dégradée. La France est 24ème, toujours en dessous de la moyenne des pays d’Europe de l’Ouest. Elle ne b... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Le sujet de l’immigration est revenu au cœur de l’actualité française et de la campagne présidentielle. Néanmoins, l’émigration mérite une attention particulière car une partie croissante de la population française quitte le pays, principalement pour des raisons professionnelles.

Si la pandémie a impacté ces migrations, elle ne les arrêtera pas et risque juste de les transformer.

Une attractivité faible de la France comparée à ses voisins

Selon le Migration Data Portail, un outil financé par plusieu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles