Le pacte immoral

Revue du livre de Sophie Coignard, Le pacte immoral, chez Albin Michel (2011)

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le Pacte immoral

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le pacte immoral

Publié le 17 août 2011
- A +

Revue de l’ouvrage de Sophie Coignard, Le pacte immoral, Albin Michel, 2011.

Par Jean-Baptiste Noé

Dans Le pacte immoral, Sophie Coignard retrace les dérives de l’Éducation Nationale, et explique pourquoi celle-ci n’arrive plus à instruire les enfants qui lui sont confiés, mais au contraire les détruit, intellectuellement et psychologiquement. Pour l’auteur, c’est à partir des années 1990 que les politiques ont tissé un pacte, implicite et immoral, avec les syndicats et le monde éducatif. Suit alors une série de réformes absurdes, nuisibles, anti-pédagogiques, dénoncées par les professeurs mais mis en place par les pontes des IUFM et du ministère, obligeant les établissements à s’y plier. En façade, le discours sur l’égalité des chances et l’égalitarisme républicain tient toujours, et d’ailleurs plus que jamais, pour essayer de camoufler le désastre éducatif français.

Dans quelques chapitres bien relevés, la journaliste rapporte les déboires de certains professeurs, obligés d’appliquer les mauvaises décisions du ministère sous peine de sanctions administratives. Elle raconte aussi comment ceux qui savent, ceux qui connaissent le fonctionnement de l’éducation — notamment les professeurs et les syndicalistes — savent contourner le système, tout en empêchant que celui-ci change. Enfin elle retrace la misère des ministres de l’Éducation. Être nommé rue de Grenelle est vécu comme une punition par tous ceux qui doivent y aller. Toute réforme est impossible, la rue est prête à gronder, les syndicats — tous plus ou moins liés au parti socialiste — se font un devoir de détruire leurs ennemis politiques. Et c’est ainsi que part à l’eau ce qui devrait être une des priorités de la nation, priorité affichée dans les discours mais non pas dans les faits. Quelques chiffres donnent la mesure de ce désastre : 150 000 élèves quittent chaque année le système sans qualification, 20 à 25% des enfants d’une classe d’âge ne maitrisent pas correctement la lecture.

Il est dommage que l’auteur se contente de dresser un tableau sans évoquer des pistes de sortie. De même, il eut été intéressant d’enquêter sur les écoles qui se créent pour pallier le désastre de l’EN, ou bien sur les parents qui retirent leurs enfants de l’école pour les instruire eux-mêmes. Ces phénomènes sont encore marginaux et ne concernent que peu d’élèves, mais ils sont toutefois en forte progression depuis une dizaine d’année.

De même on peut discuter la thèse centrale de l’auteur qui est la notion même de pacte immoral. Pour elle, les choses allaient bien avant les années 1990 et c’est durant cette décennie qu’il aurait été décidé de sacrifier l’Éducation nationale. Mais à aucun moment elle ne dit pourquoi ce pacte aurait été scellé. Surtout, face au désastre éducatif, une autre thèse est possible — elle aussi discutable — c’est la thèse de la germination plus que de la rupture.

Certains pensent que l’Éducation nationale a connu une rupture, à partir de la création des IUFM en 1990 par Lionel Jospin, et que cette rupture ne cesse de s’amplifier depuis. Il est vrai que nous notons un décrochage évident à partir de la décennie 1990, visible notamment dans les matières littéraires, avec le refus d’enseigner la chronologie en histoire et l’irruption d’un jargon technique et universitaire en français, qui rend la langue incompréhensible aux élèves.

Toutefois, pour notre part, nous pensons que l’Éducation nationale est perverse depuis ses débuts, depuis les lois Ferry de 1880. Lorsque Ferry arrive au ministère, l’illettrisme est pratiquement vaincu, une grande partie de l’enseignement est gratuit, les écoles sont libres et fonctionnent grâce à la générosité de donateurs, la grande majorité d’entre elles étant gérées par des congrégations religieuses. Jules Ferry a supprimé toute liberté éducative, il a nationalisé l’Éducation nationale, en interdisant les congrégations enseignantes et en rendant presque impossible l’existence d’écoles libres. Comme tout système nationalisé, celui-ci est coûteux et inefficace. De plus, comme il repose sur une idéologie politique de combat et non pas sur la volonté d’améliorer l’éducation en France, il ne peut être qu’éloigné des réalités éducatives, et donc être mauvais. C’est ce péché originel de l’Éducation nationale qu’il s’agit de comprendre. Dans la suite de son histoire les tares congénitales n’ont fait que s’amplifier et se développer, pour aboutir aujourd’hui au désastre que l’on connait.


Le livre sur Amazon

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Il est fâcheux quand on se dit historien d’aligner autant d’approximations, d’erreurs et de contre-vérités sur Jules Ferry, décidément tête de turc de nos jeunes libéraux. Laïciser l’école publique, c’est à dire en écartant les représentants des religions catholiques et protestantes, devient ici la « nationaliser ». L’interdiction de l’enseignement aux congrégations non autorisées (dans le droit fil d’une loi de Charles X de 1828) s’inscrit à une époque où les jésuites (pour ne pas les nommer) délivraient un enseignement ouvertement hostile au régime républicain alors même que la république était encore fragile : la mesure est à replacer dans son contexte historique.
    Jules Ferry a refusé d’interdire l’enseignement par des membres du clergé que réclamait la gauche radicale. Aussi loin de faire disparaître les écoles confessionnelles, la politique de Ferry a entraîné leur multiplication puisque les congrégations enseignantes autorisées ne pouvaient plus exercer dans le public. Il y avait désormais deux écoles : publique et privée confessionnelle, succédant à une école publique jusqu’alors dominée par le clergé catholique.
    Sinon Jules Ferry a modernisé l’enseignement secondaire : en privilégiant le français sur le latin, la réflexion sur l’apprentissage par cœur. Il a aussi ouvert l’enseignement secondaire aux filles.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous avons déjà eu l’occasion de présenter ici-même deux des romans de Patrice Jean, Tour d’Ivoire et La poursuite de l’idéal, dans lesquels il se montre particulièrement habile à mettre en lumière les travers et dérives de notre époque.

Dans son dernier roman, Rééducation Nationale, il se lâche véritablement, n’hésitant pas à pousser l’histoire jusque dans le farfelu et la caricature, pour le plus grand plaisir du lecteur.

 

Idéalisme et conformisme

Patrice Jean n’a eu aucun mal, on l’imagine, à s’inspirer de ce qu’... Poursuivre la lecture

Alain Aspect, couronné ce mardi Prix Nobel de physique 2022, est en colère.

Il est atterré par l'extension du complotisme dans la population, y compris parmi la communauté scientifique. Interrogé sur France Inter, le physicien a exprimé son inquiétude et il a souligné en s'adressant aux jeunes :

"La science n'est pas l'ennemie des problèmes actuels [...] La science est la solution. Lancez-vous dans la science avec l'objectif de résoudre ces problèmes qui vous intéressent. "

 

"La science est la solution"

Pour ... Poursuivre la lecture

Par Jérémie Bongiovanni.

Historiquement, l’État s’est peu à peu substitué aux communautés et à l’Église pour proposer l’éducation scolaire. Aujourd’hui, celle-ci est principalement organisée par les administrations publiques.

Les critiques à l’encontre du système éducatif actuel se concentrent sur des questions pédagogiques et le niveau général des élèves alors que la question de l’organisation du système en soi, de son financement et du rôle que l’État doit jouer dans la transmission des savoirs n’est pas abordée. Quid d’un cha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles