Un sophisme économique de plus pour 2012 ?

Pour Martine Aubry, les dividendes sont une rémunération du capital, et le capital c’est mal. Il faut donc taxer

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
aubrygolo2

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un sophisme économique de plus pour 2012 ?

Publié le 17 août 2011
- A +

Martine Aubry vient d’annoncer l’une de ses propositions économiques pour la présidentielle: une taxation plus forte des bénéfices des entreprises en cas de distribution de dividendes. Il ne s’agit que d’un nouveau sophisme économique. Démonstration.

Par Florent Belon

« Distribuer des dividendes nuit gravement à la santé économique »

Voilà une phrase qui devrait être placardée dans toutes les assemblées générales d’associés. Enfin, si l’on écoutait les socialistes en matière de gestion d’entreprises…

Voilà quelques années que ce sophisme est revenu sur le devant la scène.

Ce phénomène s’amplifie lorsque les multinationales de grandes tailles, les sociétés du CAC 40 notamment, qui, après avoir vu leurs résultats fortement diminués, ont profité des efforts réalisés et de la croissance mondiale tirée par les pays émergents, et annoncent à nouveau d’importants bénéfices.

Il ne s’agit ainsi pas des PME ne connaissant que la terre française, rendue à moitié stérile par l’action de l’État parasite.

Dans le cadre des primaires socialistes, Martine Aubry vient d’annoncer ses propositions économiques, dont une taxation plus forte des bénéfices des entreprises en cas de distribution de dividendes, alors qu’en cas de réinvestissement dans l’entreprise, les résultats bénéficieraient d’une fiscalité plus douce.

Ceci peut sembler au premier abord de « bon sens » pour certaines personnes, dont certaines se disant favorables à l’entreprise, aux PME… Mais ceci n’est une nouvelle fois qu’un sophisme économique.

La grande justification, pour ne pas dire mystification des socialistes est qu’il faut privilégier l’investissement dans l’entreprise. Toute trésorerie qui est sortie de l’entreprise ne sera pas investie dans celle-ci. Alors les socialistes, ne faisant pas confiance à l’entreprise (pas plus qu’aux individus) pour disposer de ses résultats, craignant qu’elle ne distribue toute sa trésorerie aux actionnaires, désirent pénaliser la distribution de dividendes, voire augmenter la fiscalité sur les résultats. Moins il en restera à l’entreprise, moins elle distribuera. L’État, lui, on le sait, assurera une saine gestion des sommes. Si l’on doit parler d’investissement, seulement 20 % de son budget est affecté à l’investissement, et celui-ci n’est pas toujours le plus pertinent. Alors, quoi de plus juste en apparence que d’empêcher les dividendes pour augmenter l’investissement dans l’entreprise ?

Rappelons-nous Frédéric Bastiat et sa fameuse expression « ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas ». Dans notre cas, lors d’une distribution de dividendes, l’on voit une sortie d’ « argent » de l’entreprise, et en effet celui-ci ne sera investi par l’entreprise distributrice. Mais voit-on où va cet argent ? Disparaît-il ? Le mange-t-on ? Non, soit il est consommé, ce qui est le droit de tout propriétaire (les illusionnistes keynésiens et ATTAC, eux, se réjouiront de la demande dynamisée), soit il est épargné. Les affreux capitalistes ne pensant qu’au profit, cet argent ne dormira pas. Dans le pire des cas, il ira financer le déficit abyssal de l’État, mieux, il permettra à une banque de prêter à d’autres particuliers ou entreprises, voire il sera réinvesti directement dans d’autres entreprises, pour certaines émergentes et à fort potentiel.

Nous pouvons donc d’ores et déjà noter que l’argent du dividende n’est pas perdu pour qui raisonne un tant soit peu.

Voyons maintenant pourquoi il est nécessaire pour que l’investissement se porte bien que des dividendes soient distribués.

Une société ne distribue pas sa trésorerie pour le plaisir de voir des facilités se dissiper. Au contraire, les PDG à la tête des sociétés sont souvent avides de pouvoir, et ce pouvoir ne va pas toujours de pair avec l’intérêt des actionnaires et l’investissement le plus pertinent, bien au contraire. Un dividende, et plus généralement un versement de trésorerie aux actionnaires, est envisagé lorsque l’entreprise ne dispose pas de projet assez intéressant, assez rentable. Au lieu d’investir pour investir, elle va donner l’excédent de trésorerie aux actionnaires.

Je précise au passage que les dividendes peuvent rapidement être taxés à près de 35 % (impôt sur le revenu et prélèvements sociaux) alors que le résultat de l’entreprise a déjà été amputé du tiers. L’État ne devrait pas se plaindre, il gagne lui à tous les coups, et sans risques.

Pour illustrer cette situation, un particulier qui donne en location un appartement ne va pas réinvestir constamment les loyers reçus en travaux dans le logement, à défaut de quoi il cassera la baignoire pour installer une douche, qui sera, quelques mois plus tard, cassée à son tour pour installer une baignoire d’angle, faute de meilleure idée pour « investir » le produit de ses loyers. Inciter les entreprises à ne pas distribuer, c’est inciter dans certains cas les entreprises à gaspiller des ressources qui auraient pu être employées de façon beaucoup plus fructueuses par d’autres.

Les autres peuvent emprunter me dira-t-on ? Pour emprunter, il faut bénéficier d’un niveau de risque modéré et disposer des capacités de remboursement de l’emprunt à brève échéance. Ce n’est pas le cas des sociétés naissantes, de celles qui vont investir dans les technologies de demain ou d’après-demain. Seul l’argent de l’actionnaire, les capitaux propres, sont en mesure d’accompagner la société sur le long terme, sans demander à la société le remboursement de leur investissement.

Mais avec les rachats d’actions, on détruit du capital, non ? On détruit du capital social, le capital comptable. Mais le capital financier n’est pas détruit, la trésorerie est seulement redistribuée aux actionnaires sous une autre forme (en principe moins fiscalisée) que le dividende.

Mais alors pourquoi vouloir décourager la distribution par les sociétés de dividendes ?

Tout d’abord, il s’agit d’une vieille pratique que l’on a abandonnée depuis quelques années. Il s’agissait avant du « précompte mobilier ». On attribuait un avantage fiscal aux sociétés ne distribuant pas. Ce mécanisme a été abrogé en 2005 et désormais l’avantage bénéficie quelle que soit la politique de distribution.

La justification n’est point économique, seulement dogmatique. Les dividendes sont une rémunération du capital, et le capital c’est mal.

Peu importe si le capital est nécessaire, si son abondance profite au salarié dont le salaire augmente, et s’il est le seul à prendre des risques de pertes. En revanche, l’entreprise, cette abstraction, produit la richesse si nécessaire aux individus et à ce goinfre d’État. Il faut l’encourager car elle crée également des emplois. Mais que les actionnaires puissent tirer un avantage de leur apport (rappelons que 70 à 80 % de la valeur ajoutée va à la rétribution de la masse salariale, le reste étant attribué aux impôts, à l’investissement, et le résidu aux actionnaires), cela apparaît aux yeux des socialistes choquants.

Notre épargne est déjà très improductive car elle finance en grande partie le déficit chronique de l’État. Nous manquons cruellement de jeunes pousses malgré un développement ces dernières années du capital investissement. Nous décourageons déjà la prise de risques par des taxations excessives. Une grande part des personnes entreprenantes fuient notre pays. Une immixtion supplémentaire dans l’allocation des ressources de notre économie est une calamité dont notre système n’a pas besoin.

Une fausse bonne idée de plus alors qu’il reste encore 9 mois avant l’élection présidentielle de 2012 est inquiétante, non seulement car elle pourrait être adoptée par la nouvelle majorité, mais surtout car le débat politique est un lieu d’intoxication intellectuelle à teneur garantie en sophismes économiques.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « La justification n’est point économique, seulement dogmatique. Les dividendes sont une rémunération du capital, et le capital c’est mal. »

    Les propositions socialistes sont tout à fait cohérentes avec le mode de raisonnement révolutionnaire, qui a a été très bien analysé par le sociologue brésilien Olavo de Carvalho (voir son site : http://www.olavodecarvalho.org/semana/080721dc.html).

    Olavo de Carvalho parle de « l’inversion révolutionnaire en action » et de la « MENTALITE REVOLUTIONNAIRE » qui a 3 caractéristiques :

    1) – L’inversion de perception du temps : les personnes normales considèrent que le passé est immuable et que l’avenir est incertain. Le révolutionnaire raisonne différemment : pour lui, le futur utopique est un objectif et une certitude ; le futur est donc immuable. En même temps, le révolutionnaire croit que le passé peut et doit être modifié par la réinterprétation de l’histoire et la déconstruction idéologique.

    2) – L’inversion de la morale : En fonction de la croyance dans un avenir utopique certain et déterminé et de la croyance que la société s’achemine vers cet avenir, le révolutionnaire croit que cet avenir sera parfait (absence de mal et d’erreurs). Tous les moyens nécessaires pour atteindre cet avenir radieux sont donc justifiés. Il s’agit d’une morale téléologique : les fins justifient les moyens.

    3) – Inversion du sujet et de l’objet : la faute des actes barbares commis par les révolutionnaires est toujours des victimes parce qu’elles ne comprennent pas les notions révolutionnaires qui amèneraient à l’avenir parfait et, en plus, inexorable. Les victimes de la mentalité révolutionnaire n’ont pas été assassinées par Che Guevara, Hitler ou Staline, mais elles ont été les coupables de leur sort parce qu’elles ont refusé de comprendre l’inexorabilité de l’avenir parfait dont les révolutionnaires sont les maitres d’oeuvre providentiels.

    Déjà Paul Sérieux dans son livre « Les Folies Raisonnantes. Le Délire d’Interprétation » parlait de ces phénomènes il y a plus d’un siècle.

    Les racines du socialisme étant révolutionnaires, cette analyse est valable pour le mode de raisonnement socialiste. Bien sur que les socialistes français actuels ne mettent pas en œuvre les politiques meurtrières et esclavagistes de leurs ancêtres idéologiques ou de leurs cousins actuels (Cuba castriste, Iran des ayatollahs gauchistes, Corée du Nord de Kim Jong-il et son père, etc), mais leur mode de raisonnement est identique.
    Les propositions de Mme Aubry sont donc cohérentes avec la mentalité révolutionnaire et c’est le contraire qui serait surprenant.

  • Merci Florent de cet article pertinent.
    Le commentaire de Pagifer est, lui aussi, éclairant: lorsque l’idéologie envahit les esprits, ce qui est le cas chez les socialistes bornés comme M. Aubry, le sens des réalités est perdu.
    La « richesse » est taxée, puisqu’on considère le riche comme l’incarnation du mal et la croissance stagne ou ralentit.
    Comme de plus, on fait de plus en plus de cadeaux aux électeurs (vous savez bien: « l’état cette grande fiction qui permet à chacun de vivre au détriment de tous ») avec l’argent des autres, on taxe en fait les PME et la classe moyenne qui ont, depuis longtemps, remplacé les riches qui ont les moyens, eux, d’ échapper au rasoir fiscal.

  • Merci pour cet article éclairant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Méfiez-vous de comprendre », nous prévenait Lacan. Comme quoi, la psychanalyse ne dit pas que des âneries. Chercher à justifier les mouvements des marchés d’actions, est-ce bien raisonnable ? Le plus souvent, ceux qui savent ne parlent pas, et donc ceux qui parlent ne savent pas non plus (contraposée). Mais cela n’empêche pas d’essayer de comprendre. Surtout lorsque les mouvements observés commencent à ressembler à ceux d’une crise majeure.

Déjà près de - 20 % pour les marchés d’actions américains et européens depuis le début de l’an... Poursuivre la lecture

Par Peter Jacobsen.

Après l'acceptation de l'offre d'achat de Twitter par Elon Musk, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis a dévoilé des plans pour adopter un conseil de gouvernance de la « désinformation ». L'achat par Musk n'est pas définitif, et ledit conseil de gouvernance est maintenant en pause, mais la réaction à ces événements a été révélatrice.

On pourrait s'attendre à ce que les professionnels du marché des idées s'inquiètent de voir une autorité étatique contrôler la parole. Curieusement, de nombreux... Poursuivre la lecture

Biden Poutine
0
Sauvegarder cet article

La Russie est aujourd’hui à la peine, comme l’ancienne URSS.

Le 28 mai 1957, Nikita Khrouchtchev, premier secrétaire du Parti communiste soviétique, déclarait à la télévision américaine :

« Ce qui me plait d’ores et déjà, c'est que nous avons à présent la possibilité de nous comparer avec vous et pourtant les États-Unis sont un pays très riche. »

Les dirigeants russes avaient une hantise : rattraper économiquement les États-Unis. Cela ne s’est jamais produit.

En 1991, à la chute de l’URSS, le PIB russe par habitant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles