La presse allemande recommande l’or

L’Allemagne, qui possède 3.400 tonnes d’or, est le seul pays qui n’a pas vendu son lot d’origine, datant des années 40. Elle est donc couverte, jusqu’à un certain point

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lingot d'or (Crédits Bullion Vault, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La presse allemande recommande l’or

Publié le 15 août 2011
- A +

Un article d’Open Europe

Le Bild Zeitung, un des quotidiens les plus lus d’Europe, a mis sur son site web une recommandation pour ses lecteurs d’acheter de l’or, une matière aussi connue sous son surnom de « la relique barbare ».

Le prix de l’or connait un pic ce mois écoulé (et cette année), et l’or est vanté par ce tabloïd comme « un des actifs les plus sûrs en temps de crise ». Sa une d’hier poussait ses lecteurs à participer à un concours pour gagner de l’or.

Quand bien même nous hésiterions à suivre les conseils d’investissements des journaux (rappelez-vous que Handelsblatt recommandait d’acheter des obligations grecques pas plus tard qu’en mai 2010), si on combine ceci avec la forte poussée du prix de l’or cet été, ça suggère que les investisseurs en Europe et dans le monde entier, sont pris d’un sentiment de « fuite vers la sécurité », après avoir vu sérieusement entamée leur confiance en les capacités des politiciens à résoudre la crise de la zone euro et à remettre son économie sur pied. On ne peut nier que d’autres facteurs ont joué un rôle, mais avec la crise de l’euro qui gargouille depuis un an et qui semble vouloir se prolonger, il y a de fortes raisons de penser qu’elle a joué un rôle significatif dans l’érosion de la confiance en l’économie mondiale.

Le quotidien financier Handelsblatt a aussi fait sa une cette semaine avec le gros titre « L’or devient la monnaie de réserve » rapportant comment les banques centrales russe, chinoise et Sud-coréenne achètent de l’or, accentuant ainsi le sentiment, dans la presse allemande, que la confiance dans l’euro subit une érosion rapide.

Un officiel de haut rang de la Bundesbank a déclaré au journaliste Michael Lewis que, si la Banque Centrale Européenne devait faire face à des pertes significatives de par son exposition aux économies périphériques, entrainant une demande de recapitalisation (comme Open Europe l’a déjà souligné), la banque centrale allemande a déjà un plan en place, jusqu’à un certain point. Il a ajouté :

Nous avons 3.400 tonnes d’or (…) nous sommes le seul pays qui n’a pas vendu son lot d’origine, datant [de la fin des années 40]. Nous sommes donc couverts, jusqu’à un certain point.

Étant donné l’augmentation massive récente du prix de l’or, qui ne donne aucun signe d’essoufflement, et les suggestions que l’or pourrait redevenir la monnaie de réserve mondiale (si l’on veut bien mettre de côté la question de savoir si nous avons, ou non, à faire, ici, à une bulle), alors sûrement on réfléchirait à deux fois à réduire ses avoirs en or pour tenter de soutenir une monnaie qui s’étiole, et particulièrement pour couvrir les pertes d’un défaut souverain étranger à l’intérieur de l’euro, qui menace de le faire chuter dans tous les cas de figure.

—-
Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • La question de savoir s’il faut investir dans l’or physique aujourd’hui est une question très intéressante. D’après ce que je sais, la vente de l’or est fortement taxée en France (8% sur le prix de vente total ou au choix 32% sur la plus-value), ce qui signifie que revendre de l’or au prix d’achat (ou pire à prix inférieur) est une perte d’argent (sauf pour l’Etat bien sûr…). Cortal Consors qui vend de l’or physique aux particuliers sur Internet conseille d’ailleurs de ne pas revendre avant 5 ans (le temps que le prix de l’or augmente suffisamment selon eux). Mais personne ne sait combien vaudra l’or dans 5 ans ! Certains disent que l’or est une bulle qui éclatera dans 3-4 ans… Je ne suis pas expert mais il me semble que si trop de particuliers se tournent vers l’or, celui-ci subira forcément une perte de valeur à la longue. Peu de placements font des miracles, et les placement qui en font ne sont certainement pas ceux que l’on nous présente… Simple constat d’un béotien. Par ailleurs l’or ne se mange pas. Est-ce qu’il ne vaut pas mieux investir dans des boites de conserve en prévision du prochain armageddon financier ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Allons-nous vers une Europe fédérale resserrée autour de l’Allemagne ? Dans un article pour le Frankfurter Allgemeine Zeitung, le chancelier social-démocrate allemand Olaf Scholz vient de décrire sa vision de l’Europe. Il y défend une approche centralisatrice de l’Union européenne et appelle à la fin des veto nationaux afin d’assurer un plus grand poids sur la scène internationale. Mais les politiques écologiques et de défense allemandes passées et présentes montrent que la méfiance doit être de mise.

 

Fin des veto nationaux ... Poursuivre la lecture

Selon certains, le Mexique n’a pas fait assez pour relancer son économie après le covid. Le pays n’a pas touché au déficit, à l’inverse de la plupart des autres pays. Son économie rebondit au même rythme que la France, et sa monnaie résiste face au dollar.

Je parlais à un autre Américain que j’avais rencontré à l’église à Paris...

Les compagnies pétrolières, dit-il, ont tout intérêt à nier le réchauffement… mais les chercheurs n’ont pas d’incitation à prouver le réchauffement.

Je réponds que les renouvelables et l’écologi... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

To be, or not to be, that is the question : en quelques mots, Shakespeare a fait dire à son prince Hamlet la question existentielle d’être, quitte à souffrir, ou de ne plus être en se rebellant et en risquant la mort. Les Allemands vivent ces jours-ci ce refrain universel du doute : vivre avec le gaz russe ou mourir économiquement sans le gaz russe, telle est la question.

 

Les centrales électriques ne peuvent pas grand-chose

Un vent de panique semble désormais souffler sur l’Allemagne. Alors q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles