Marine Le Pen dénonce la crise financière et défend son programme nationaliste-socialiste

La nationaliste populiste Marine Le Pen a interrompu jeudi ses congés pour profiter de la crise actuelle et faire quelques déclarations. Elle estime qu’il faut réarmer notre pays contre la mondialisation, retrouver notre souveraineté, et donc notre marge de manœuvre monétaire et budgétaire. Marine Le Pen en a profité pour présenter son programme anti-capitaliste et nationaliste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marine Le Pen dénonce la crise financière et défend son programme nationaliste-socialiste

Publié le 12 août 2011
- A +

La nationaliste populiste Marine Le Pen a, de son propre aveu, interrompu jeudi ses congés en raison de «l’accélération dramatique de la crise économique et financière».  «L’heure n’est plus aux opérations de communication mises en scène pour faire croire qu’on est mobilisé, comme l’Élysée le fait depuis des mois», a-t-elle expliqué. S’attaquant au «mythe de ce président protecteur» que «la situation actuelle casse», selon elle, Marine Le Pen évoque à nouveau ce mythe du patriotisme économique, déjà dénoncé ici : «s’il protège quelqu’un, ce sont les marchés», accuse-t-elle.

La leader frontiste demande donc «à Nicolas Sarkozy que la France revienne dès aujourd’hui sur le plan de renflouement de la Grèce», «victime de la monnaie unique». Elle s’inquiète de l’alourdissement de la dette française qu’entraîne la mise en place du Fonds européen de stabilité financière, et réitère sa volonté de sortir de l’euro. Le président de la République «est le champion incontesté de la dette», lance Marine Le Pen avant d’ironiser sur l’inscription de la «règle d’or» dans la Constitution: «Nicolas Sarkozy est aussi légitime pour imposer ”la règle d’or” de maîtrise des déficits que Mesrine pour réformer le Code pénal.»

Elle a ajouté, sur BFM-TV :

C’est parce que l’euro a beaucoup affaiblit notre économie que nous souffrons terriblement, évidemment de cette crise financière. Il faut réarmer notre pays contre la mondialisation, retrouver notre souveraineté, et donc notre marge de manœuvre monétaire et budgétaire entre autre. Mais au niveau international, il faut œuvrer à la fin de Bretton Woods, il faut lutter à la fin du privilège exorbitant du dollar et la spéculation qui en a été la conséquence qui aujourd’hui en a pris des proportions inimaginables !

Marine Le Pen en a donc profité pour présenter son programme, résolument anti-capitaliste. Elle affirme pouvoir ramener la dette de l’État à «30% du PIB» en 2025, contre 85% aujourd’hui (soit 1700 milliards). Socialiste, mais aussi nationaliste, elle souhaite s’attaquer à l’immigration, et estime pouvoir économiser 45 milliards d’euros. Quatre milliards seraient dégagés de la suppression des intercommunalités, sept de l’arrêt des versements à l’Europe. Elle entend également «désactiver dix millions de fausses cartes Vitale», arrêter les opérations en Afghanistan et en Libye, taxer «les très grands groupes et les très grandes fortunes» pour qui «la France ne doit plus être un paradis fiscal». Forte de son antilibéralisme assumé, elle affirme que «les marchés auront à très court terme la peau du triple A de la France», renvoyant dos à dos l’UMP et le PS pour la «cure d’austérité» qu’ils réserveraient à la France après 2012.

Face à de tels délires, nous ne pouvons que réitérer le fait que le libéralisme est non seulement le meilleur, mais peut-être le dernier vrai barrage à l’extrême-droite.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • «Nicolas Sarkozy est aussi légitime pour imposer ”la règle d’or” de maîtrise des déficits que Mesrine pour réformer le Code pénal.»
    Excellent !

  • Notre bonne Marine rejoint Martine dans son refus de la légitimité.

  • autant le pere etait un liberal convaincu a la reagan, autant la fille raconte n importe quoi pour se faire elire. de l extreme droite a l extreme gauche aucune difference de programme economique
    par contre il faut lui reconnaitre qu elle a tout a fait raison pour la regle d or

    • « autant le pere etait un liberal convaincu  »

      Juste lol

      • Disons qu’il revendiquais une conception traditionnelle des affaires et des moeurs qui avais le mérite d’être bien plus proche d’une sociétés libéral que le modèle que l’on a actuellement.

      • JMLP a TOUJOURS été protectionniste. Il a peut-être mis quelques gouttes de libéralisme dans son Ricard National socialiste, son breuvage reste national-socialiste.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi s’achève une saison 2021-2022 particulièrement confuse, pour ne pas dire pénible, sur le plan des idées politiques et économiques.

À une campagne présidentielle au cours de laquelle le candidat sortant n’a été challengé que par des concurrents pressés de mettre fin à son ultra-libéralisme, aussi fantasmé ce dernier soit-il, s’est ajouté un round législatif certes original puisque le président réélu a été privé de la majorité absolue, mais dont le résultat concret nous offre surtout le spectacle affligeant de partis politiques s’i... Poursuivre la lecture

Par Jesse Gill.

Si vous mettez un crabe dans un seau, il en sortira en rampant. Cependant, si vous mettez plusieurs crabes dans un seau, ils resteront tous à l'intérieur du seau. Si un crabe décide de sortir du seau, il sera ramené à l'intérieur par ses camarades.

 

La mentalité du crabe

On pense que le raisonnement des crabes qui ne laissent pas les autres s'échapper du seau peut être décrit comme "si je ne peux pas l'avoir, vous non plus". Même si cela a pour conséquence de les transformer en soupe de crabes, ils r... Poursuivre la lecture

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles