Le FN veut sortir de l’euro

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

Sortie de l’euro, création de barrières douanières et « réindustrialisation » sont en tête du programme économique de Marine Le Pen pour l’élection présidentielle de 2012, fondé sur l’idée de « patriotisme économique national ».

Pour Marine Le Pen, « il faut arrêter de rêver à une Union européenne qui fasse un patriotisme économique européen et mettre en place un patriotisme économique national ».

Les conseillers du FN ont expliqué comment le Front national ferait sortir la France de l’euro en six à huit mois si Marine Le Pen arrivait au pouvoir, tout en restant dans l’Union européenne. Un nouveau franc serait créé, à parité avec l’euro, assorti de la possibilité de dévaluer rapidement cette nouvelle monnaie pour stimuler l’économie.

Désireux d’indexer les salaires sur les prix pour éviter une baisse du pouvoir d’achat, le Front national a aussi pour ambition de réduire la dette à 25% du PIB à l’horizon 2025. Pour favoriser la « réindustrialisation » de la France, le FN propose de créer une « protection aux frontières » et d’installer des « quotas d’importation dans les secteurs caractérisés par la concurrence déloyale ». Des renationalisations sont aussi prévues dans les secteurs de la banque, des transports et de l’énergie. En matière d’imposition, Marine Le Pen promet une « révolution » qui passe par une simplification du système et une intensification de la lutte contre la fraude sociale.

Laisser un commentaire

  1. Bonjour, tous les  » commentateurs  » oublie l ‘ abolition de la loi de 1973 qui mets fin au racket de la banque qui  » prete  » de l ‘argent qu’elle crée par un coup de baguette magique en réclamant des intérets composés. C ‘est étrange, non ? :-)

    1. Non, la creation monétaire sera publique, les banques privées feront leurs busines habituelles. l’ état sera libéré du racket. le yuan est il une monnaie de singe? non, c ‘est le dollar qui est une monnaie monopoly.

      1. Le dollar est une monnaie émise par un cartel de banques privées nommé systeme de la reserve federale. quant a la »sacralité » des banques et du marché: voyez ceci: Une banque américaine a blanchi 380 milliards de dollars des cartels mexicains http://www.lesmotsontunsens.com/une-banque-americaine-a-blanchi-380-milliards-de-dollars-des-cartels-mexicains-10218

        De toute façon, la situation est désésperée, un nouveau crash est certain et l ‘euro n ‘en a plus pour longtemps, L ‘or en est le barométre ( 1470 dollars l ‘once ) il vaut mieux prévenir que guerir!

      2. La création monétaire publique (la monétisation) est une illusion qui ne correspond à aucune création de richesse. Elle provoque essentiellement de l’inflation (dévalorisation de la monnaie) et même de l’hyper-inflation si les rotatives chauffent au rouge. Les Etats qui s’y sont essayé ont sombré plus ou moins rapidement dans la ruine (certains ont agonisé pendant 70 ans).

        Si l’Etat veut se libérer des marchés, il doit renoncer à la dette et au déficit, sans autre alternative. La proposition du FN (on trouve la même proposition stupide à l’extrême gauche) résulte d’une méconnaissance absolue des liens qui unissent création de richesse et création monétaire.

        1. Entre 1945 et 1973, la France crée sa monnaie et pas de deficit ni dette. Aujourd’ hui, on ne peut même plus investir a long terme et on va nous tondre pour payer des intérets indus ? Au nom de quoi d ‘ailleurs devrions nous être soumis aux banques qui blanchissent l ‘argent de la drogue et du traffic d ‘armes?

      3. Dans le genre « j’y comprends mais si Mariiine le dit c’est que c’est vrai et donc je le répète », on a un bon candidat.

        Faudrait tout reprendre par les bases, j’ai pas le courage… Et de toutes façons c’est Mariiine qui a raison…

    2. Le principe de cette loi de 1973 est de contrer l’effet pervers du principe de la monnaie fiduciaire, qui permet l’inflation et l’endettement sans fin.

      Au début des années 70, Nixon décida de faire fonctionner la planche à billet pour appliquer les recettes de relance keynésiennes. Dollars, qui jusqu’à présent était indexé à l’or en tant qu’étalon de change or et les autres monnaies étaient indexées au dollar.
      Le dollars devenant une monnaie fiat, ce fut le cas aussi pour les autres.

      La France a eu cette loi pour réglementer la monnaie fiduciaire, ça l’a empêché d’avoir une inflation à 3 chiffres comme dans certain pays d’Amérique du Sud ou en Israël.

  2. Mon Dieu, comment peut-on prétendre briguer la fonction la plus haute de l’État et être d’une telle ignorance en matière économique? C’est hallucinant! Tout y est: le protectionnisme, les nationalisations, la dévaluation (et elle s’en vante!!!) etc.
    C’est du niveau d’un Mélanchon ou d’un Besancenot, c’est dire…

    Vite, quelqu’un pour lui envoyer quelques textes de Bastiat!

  3. Je veux croire qu’il ne s’agit que de démagogie pour appâter l’électeur dans un pays à l’inculture économique absolue.
    Si elle était con au point en plus d’y croire, alors ce serait vraiment à désespérer.

  4. Les socialistes ont un gros problème avec le prêt à intérêts. Au nom de quoi les épargnants devraient-ils prêter gratuitement leurs économies ?

    @ stangrof
    Quand vous allez voir votre banquier pour lui demander un prêt, dès lors que vous signez le contrat du crédit, vous devenez son obligé. Les Etats, c’est pareil. Ce ne sont pas les banques qui ont poussé les gouvernants à mettre en place des Etats-providence obèses et des politiques socialo-communistes pour acheter les électeurs. Ce sont les gouvernants qui sont allés voir les banques pour financer leur maintien au pouvoir et l’entretien de leurs clientèles.

  5. On pourrait éventuellement accepter des prêts directs de la BC à l’Etat, avec des taux d’intérêt variables proches de la hausse des prix, sous réserve que ce dernier abaisse les impôts, à l’euro près, des sommes reçues augmentées des intérêts. Dans ce seul cas en effet, la création monétaire publique pourrait être compensée par de la croissance supplémentaire, équivalente à la baisse d’impôt. Mais en agissant ainsi, l’Etat continuerait à provoquer des cycles économiques artificiels tout aussi néfastes que ceux qu’il nous impose actuellement.

    La nature humaine (des hommes de pouvoir) étant ce qu’elle est, l’article 25 de la loi de 1973 garantit la liberté et la propriété des individus. Pour ceux qui honnissent les banques, rappelez-vous que la création monétaire nécessite toujours 2 intervenants. Dans un cadre privé, la création monétaire met en jeu les banques d’un côté et les acteurs économiques non financiers (ménages, entreprises) de l’autre. Nous sommes en réalité tous co-responsables de la création monétaire. Si vous détestez votre banquier, vous détestez-vous vous-même ?

    Surtout, la création monétaire privée est la conséquence de notre liberté de choisir de nous endetter ou pas, du montant voulu et au moment souhaité. Il suit que la création monétaire publique n’est autre chose qu’une restriction des libertés individuelles. On ne peut donc laisser à l’Etat un tel pouvoir sans contrôle. Les institutions démocratiques, seules, sont impuissantes à réaliser efficacement ce contrôle, on le voit bien avec l’explosion de la dette.

    Finalement, le meilleur contrôle possible est de priver l’Etat du pouvoir de création monétaire.

  6. On nous ment !

    On nous ment nous disent deux économistes de renom
    On ne peut pas renoncer à l’Euro.
    On n’a pas le moindre intérêt à le faire
    Zéro pour tous les politiques qui prétendent le contraire.

    On nous ment nous disent deux politiques qui ne cherchent pas à se faire un nom.
    On peut renoncer à l’Euro.
    Et on a tout intérêt à le faire
    Encore faut-il avoir la volonté politique de changer les enjeux avant de faire l’état des lieux.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/04/on-nous-ment/

  7. et que penser du programme eco de l umps ? + de dette et croissance en berne bonjour les degats !!! il faut changer soit fn soit revolution au choix mais il faut changer ce mode de fonctionnement vicieux

    1. Je ne vois pas en quoi le National Socialisme à Marine serait un « choix » par rapport au Socialisme gaulliste de l’UMP ou le Socialisme marxiste de la gauche, mais bon…

  8. stangrof : « Entre 1945 et 1973, la France crée sa monnaie et pas de deficit ni dette.  »
    ————————–
    Ha, la bonne blague !
    - D’abord, la France avait une dette, faible certes mais dette quand même.
    - Ensuite, dans les années 60, 70, le taux d’inflation était de plus de 10%, tu parles d’une bonne affaire !
    -Et enfin, la dette avait commencé à exploser avec le bon vieux franc que la Marine Nationale veut rétablir, bien avant l’euro. Alors croire qu’il suffit de pouvoir imprimer tranquilos des billets dans son coin aurait un impact sur la dette et le déficit, il faut être sacrément crédule. Et faire croire que cette couillonnade puisse marcher, ça s’appelle de l’économie vaudou, mais visiblement, plus c’est gros, mieux ça passe.

    Quoi, elle ne vous a pas dit tout ça, Marine ? Ouh, la vilaine !!!
    Dans un tribunal, si on demande de jurer de dire la vérité, TOUTE la vérité, rien que la vérité, c’est pas pour les chiens. La Marine serait jugé devant la cours de la vérité qu’elle écoperait d’une peine corsée pour mensonge (par omission, mais pas seulement) et outrage à la Cour.