Dégradation de la note US: la réaction du Républicain Ron Paul

Washington doit tenir compte de la dégradation de la note et prendre des mesures audacieuses pour diminuer les dépenses publiques

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dégradation de la note US: la réaction du Républicain Ron Paul

Publié le 6 août 2011
- A +

Pour Ron Paul, candidat républicain déclaré à la présidentielle 2012, « Washington doit tenir compte de la dégradation de la note et prendre des mesures audacieuses pour diminuer les dépenses publiques et remettre sur pied l’Amérique. »

Aujourd’hui, Ron Paul, le candidat qui brigue l’investiture du parti Républicain pour l’élection présidentielle de 2012 a communiqué une déclaration en réponse à la décision de l’agence de notation de crédit Standard & Poor’s de dégrader la note des États-Unis, pour la première fois dans l’histoire. L’agence de notation a en effet retiré les États-Unis de la liste des emprunteurs sans risque.

 

Nous venons d’apprendre que pour la première fois de notre histoire, la note d’excellence de crédit des États-Unis a été abaissé par l’agence de notation S & P.

Les tenants de l’augmentation du plafond de la dette nous disaient qu’une dégradation de la note viendrait si nous n’augmentions pas la limite, mais c’est le contraire qui était vrai.

Les agences de notation nous avaient mis en garde depuis un certain temps qu’il était impératif pour le gouvernement américain de mettre de l’ordre dans ses finances et de s’attaquer aux problèmes de la dette et du déficit en prenant des mesures sérieuses.

Malheureusement, le jeu de Washington a été celui des reproches partisans et des dépenses hors de contrôle.

L’Amérique est confronté à cette grave crise économique depuis des années car l’establishment de Washington a échoué à se concentrer sur les vrais enjeux à portée de main: la baisse du dollar et la hausse effrénée des dépenses.

En Novembre dernier, des millions d’Américains frustrés nous ont fait savoir qu’ils voulaient la résolution de notre crise de la dette ainsi que la fin de nos problèmes de dépenses. Ils ont envoyé un groupe de nouveaux députés à Washington pour arrêter de faire comme si de rien n’était.

Mais le vieux bloc des élites refuse toujours de bouger sur tout ce qu’il faudrait faire pour nous sortir de ce trou dans lequel ils nous ont plongé. Au lieu de véritables coupes budgétaires conséquentes, nous avons obtenu des réductions mineures ou ‘factices’ et des astuces budgétaires pour tenter de parvenir à nous repousser un peu plus loin. Nous avons obtenu un Congrès qui a abdiqué sa responsabilité à un « Super Congrès » inconstitutionnel qui aura le pouvoir de rendre les choses encore pires qu’elles ne le sont déjà.

Le peuple américain se rend compte que notre nation ne peut plus se permettre de rester sur ce même chemin de dépenses inconsidérées et poursuivre le statu quo de Washington. Il ne tolérera plus de nouvelles mesures de relances inefficaces qui ne font rien pour aider notre économie et produisent tout le contraire avec des milliers de milliards de dollars en argent imprimés et dépensés, et des millions de personnes privés d’emploi et sans aucune stabilité ou sécurité économique.

Si Washington se refuse de tenir compte de tout cela, il y a peu de raisons d’être optimiste.

La hausse de l’inflation, l’augmentation des prix de l’essence et de l’alimentation, et les déficits budgétaires de milliers de milliards de dollars passeront bientôt pour des questions mineures, si notre nation ne change pas immédiatement ses politiques monétaires et de dépenses publiques.

Nous devons prendre des mesures audacieuses pour diminuer les dépenses publiques hors de contrôle et obtenir du gouvernement fédéral qu’il se tienne à l’écart des petites et moyennes entreprises afin qu’elles puissent commencer à embaucher de nouveau.

Si je suis élu président, je m’engage à opposer mon veto à tout budget en déficit et d’équilibrer le budget fédéral dans la première année de mon mandat. Je vais me battre pour réduire les impôts et supprimer les règles inconstitutionnelles afin que les entreprises puissent embaucher, que les Américains puissent se remettre au travail, et que notre économie puisse vraiment redécoller.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Adélaïde Motte. Un article de l'Iref-Europe

La Cour des comptes rendait mi-avril son rapport sur le budget 2020 de l’État. Sans surprise, la pandémie a aggravé le déficit et la dette publics. La Cour des comptes regrette également un suivi et un pilotage insuffisant des budgets. L’État dépense littéralement sans compter.

En 2020, l’État a dépensé 389,7 milliards d’euros pour son budget général, c’est-à-dire 15,5 % de plus qu’en 2019. Près de la moitié de cet argent provient d’un endettement public, et non de recettes publiqu... Poursuivre la lecture

Par Jean-Jacques Handali.

Les arbres peuvent-ils grimper jusqu’au ciel ? Semaine après semaine, les bourses multiplient les records. À première vue, s’en inquiéter semble excessif, du moins pour l’instant. Atteindre des sommets n’a jamais empêché le marché de dépasser ses limites.

En règle générale, les actions ont même presque toujours enregistré des performances supérieures à la moyenne, une fois une barrière historique franchie.

Le Standard & Poors 500 (S&P), indice phare de Wall Street, a dépassé les 4000 poi... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Plus de doute possible. Dans leur vaste majorité, les Français sont manifestement affligés d’une schizophrénie politique, économique et sociale qui ne se résorbe pas, bien au contraire.

Déjà en 2018, une enquête[1. Il s’agissait de la vague 4 du Baromètre de l’Ifop sur « Les Français et le libéralisme » mené à la demande du journal l’Opinion et du think tank Génération libre. La vague 5 réalisée en novembre 2020, c’est-à-dire en plein « quoi qu’il en coûte » covidien, montre que la schizophrénie persiste m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles